18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | La "Vague Citoyenne" se lance dans les régionales

20/10/2015 | Le nouveau parti "La vague citoyenne", lancé suite au départ de Marie Bové des rangs d'EELV, prépare ses cartes pour la future campagne de décembre

Marie Bové et Joseph Bouisson

Marie Bové, ex-conseillère régionale déléguée à l'international au sein d'Europe Ecologie les Verts, a consommé sa rupture avec le parti écologiste. Au printemps dernier, elle a participé à la création avec une équipe de militants à un nouveau mouvement, "La vague citoyenne" qui s'est lancée ce mardi 20 octobre dans la course des régionales. Les "candidats citoyens" y revendiquent la volonté de créer un nouvel espace politique. Un parti sans en être un, une volonté de programme participatif... Le point sur cet ovni politique qui compte bien faire de l'ombre aux partis traditionnels.

Ce sont les locaux de Darwin, à Bordeaux, qui ont été choisis par ce nouveau mouvement pour présenter quelques lignes du plan d'action de la liste "Faisons Ensemble", qui se lance officiellement dans la bataille pour les régionales. Le binôme régional a tout d'une dissidence. Marie Bové, ancienne conseillère régionale des Verts n'a pas été retenue par le parti pour les régionales. Elle n'en garde visiblement aucune amertume. "Ce n'est pas une dissidence, c'est une forme d'évolution", scande-t-elle. A ses côtés, Joseph Boussion, avec lequel elle forme un "duo", ancien membre du parti Nouvelle Donne, qui est selon lui passé "de 12 000 à 5500 électeurs parce qu'ils sont tombés dans le travers du drapeau, de l'étiquette". 

Une identité citoyenneConcrètement, les idées de la Vague Citoyenne se rapprochent plutôt d'une mouvance hybride entre les écologistes et le Front de Gauche, même si "la porte n'est pas fermée pour les autres". Son principe de base n'en fait d'ailleurs pas un parti comme les autres (même s'il va tout de même devoir déposer les noms des 183 candidats qui formeront les 12 listes des régionales) : il s'articule autour d'un "appel citoyen large, dans le but de rassembler au delà d'un parti traditionnel", affirme Laure Zudas, l'une des portes paroles de la Vague Citoyenne. "On cherche à rassembler le maximum de gens, et on leur demande de venir sans étiquette. Nous avons discuté pendant quatre mois avec les appareils politiques sans trouver d'accord", affirme-t-elle, admettant que cela constitue "un frein" pour gagner en popularité et faire connaître le mouvement. Composé d'un jury citoyen qui reçoit des candidatures de volontaires, il innove aussi au niveau de son financement. Le budget de campagne sera ainsi composé d'un appel aux dons et d'une garantie d'emprunt, pour développer ce côté "participatif" qui fait partie de son adn. 

Du côté des idées et des propositions, là aussi, la Vague Citoyenne va piocher un peu partout : autant du côté des dissidents barcelonais que du groupe "Avenir Citoyen" qui s'est formé en Bourgogne et Franche-Comté. Elle basera ses locaux de campagne à Bordeaux, Brive et Oléron. Cette volonté de ne pas faire comme les autres passe aussi par la composition d'une charte éthique, un non-cumul des mandats affichés et un souci de transparence. "Ce que nous proposons", affirme Marie Bové, "c'est de ne pas nous positionner par rapport à une tête de liste, qu'elle soit socialiste ou républicaine. Nous brassons un arc politique très large. Nous n'avons pas envie de faire une campagne pour parler d'un candidat d'une autre liste. Cela nous différencie également d'EELV ou du Front de Gauche : nous ne sommes pas dans une campagne de clocher". 

Des idées de gauche ? Pour autant, la Vague Citoyenne garde une consonnance écolo même si "les forces de l'écologie politique se sont aujourd'hui dispersées". C'est ainsi que la liste Faisons Ensemble devrait insister pendant sa campagne "sans grands meetings" autour de la transition écologique. La transparence passerait aussi par la création d'un office régional anti-corruption et un audit des politiques publiques plus ouvertes au citoyen. "Ce qu'il faut surtout, c'est combattre la suspicion. La gestion qui est faite de la région Aquitaine n'est pas trop merdique mais les gens ont l'idée fausse que les élus se goinfrent sur leur dos. Il y a un sentiment de délaissement très fort de la part des territoires éloignés, une vampirisation bordelaise qui est très mal vécue. Il faut arriver à constituer une véritable culture régionale, faire circuler tous ces gens", affirme Marie Bové. Pour cela, les têtes de liste proposent des TER à un euro symbolique dans les villes de plus de 25 000 habitants. "Ca a déjà été testé dans certaines villes, notamment en région Languedoc. Cela permet au plus grand nombre d'utiliser davantage les transports collectifs". Une décentralisation qui est également l'un des chevaux de bataille des adversaires politiques du mouvement, notamment celui d'un certain Alain Rousset. 

Mais peu importe l'échec considéré d'existence des partis moins institutionnels comme Nouvelle Donne, La Vague Citoyenne continue de vouloir travailler sur le fond. Ils revendiquent pour cela un sondage Opinion Way qui précise de 74% des français ont envie de participer à la vie politique, "même si la structure des partis est dépassée". Cette nouvelle vague va tout de même devoir jouer avec la parité et la présentation officielle de l'intégralité de la liste, qui devrait se faire d'ici la fin du mois d'octobre sur l'estuaire. En attendant, comme le précise Joseph Bouisson, "nous allons essayer de faire parler de nous en faisant une campagne divisée entre le terrain et le net, avec notamment la publication de vidéos en ligne. Nous essayons de nous positionner à cheval entre l'ancien monde et le nouveau". Quant à savoir si cette vague va se transformer en déferlante, seules les urnes le diront. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4260
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
cochise | 25/10/2015

Marie Bové imposée sur la liste EELV en 2010 par son parrain Noel Mamère et qui soutient en 2015 , non retenue en position éligible par son parti, faire de la politique autrement....c'est l'hôpital qui se moque de la charité....

BERTHOU JF | 29/10/2015

Difficile de comprendre pourquoi il ne faut pas s'afficher honnêtement comme venant d'un petit parti écolo ou d'une mouvance citoyenne par exemple pour être "acceptable" et accepté sur la liste de la Vague Citoyenne alors que le duo tête de liste provient clairement d'EELV ( Marie Bové) et de Nouvelle Donne (J Boussion)et prétend à une proximité avec le Front de gauche. Si cette liste était réellement ouverte ça se saurait!C'est dommage qu'elle ne le soit pas! Il y aura donc des "politiques masqués" pour faire plus "société civile" sur cette liste : il n'est pas honteux d'être engagé politiquement mais de là à exiger de ne pas l'afficher c'est plutôt démago malheureusement.2vitons de prendre encore une fois les électeurs potentiels pour des... Bonne chance quand même!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs