Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

  • 27/02/20 | L'octogénaire qui avait attaqué la mosquée de Bayonne est décédé

    Lire

    Claude Sinké, 84 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'attaque de la mosquée de Bayonne qui avait fait deux blessés est décédé. Placé en détention provisoire au Centre pénitencier de Mont-de-Marsan, le procureur de la ville a indiqué qu'il était décédé mercredi après avoir été conduit aux urgences de l'hôpital, son état de santé s'étant aggravé. Il disait vouloir "venger l'attentat de Notre Dame de Paris" dont il pensait que la responsabilité de l'incendie incombait à des musulmans.

  • 27/02/20 | La Charente-Maritime décroche le label "vélo et fromage" au SIA

    Lire

    Au Salon International de l'Agriculture de Paris, le Département de la Charente-maritime a obtenu le 26 février le label "Vélo & Fromages".Lancé en 2018 par l'Assemblée des Départements de France, ce label vise à faire découvrir aux amateurs de randonnées à vélo les produits fromagers du terroir. Le premier itinéraire labellisé en Charente-Maritime fait découvrir une quarantaine de sites fromagers sur un parcours de 154 km, qui démarre à l’entrée Nord du département, sur la Vélo Francette.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Lancement d’un budget participatif citoyen en Lot-et-Garonne

19/07/2019 | Les Lot-et-Garonnais sont invités à proposer des idées de projet répondant aux compétences du Département…

L'hémicycle du Département

Les conseillers départementaux de Lot-et-Garonne se sont réunis en session vendredi 19 juillet afin de voter le premier budget participatif citoyen, doté d’une enveloppe financière d’un million d’euros. Un budget qui répondra aux principes définis dans un règlement co-écrit avec les membres du conseil consultatif citoyen installé le 21 septembre prochain, puis soumis au vote de l’Assemblée départementale…

Après l’initiative d’un conseil consultatif citoyen composé de Lot-et-Garonnais tirés au sort et la mise en place d’un droit d’initiative citoyenne, l’Assemblée départementale vient donc d’acter, en ce vendredi 19 juillet, le lancement d’un budget participatif citoyen, doté d’une enveloppe d’1 million d’euros pour 2020. « Nous construisons aujourd’hui un pacte ambitieux avec pour objectif d’inclure tout le monde et d’éviter ainsi des citoyens de seconde zone », assure Sophie Borderie, présidente du Conseil départemental de Lot-et-Garonne. Ce projet de budget participatif est né d’un travail commun entre la commission Développement Durable-Citoyenneté et la commission Redéfinition des Politiques Départementales qui se sont tenues les 7 et 14 juin derniers. « Ce budget participatif est au service des citoyens, tient à souligner Laurence Lamy, vice-présidente en charge de la citoyenneté. Dans le Gers, un budget participatif citoyen a été lancé et a rencontré un vif succès puisque 1 000 idées ont été déposées. 35 000 personnes ont ainsi participé à ce dispositif. Nous nous inspirons de notre voisin gersois qui vient d’acter un deuxième budget participatif. »

Des avis réservés du côté de l’opposition
Suite à la présentation de ce budget participatif citoyen, le groupe de l’opposition « L’Avenir Ensemble » a émis quelques réserves. Quatre conseillers départementaux ont ainsi pris la parole. Le chef de file Guillaume Lepers a tenu à assurer que « le groupe est attaché à cette démocratie participative. Toutefois, nous souhaitons émettre quelques réserves sur certains points, notamment sur la cohérence de la strat lot-et-garonnaise qui n’est pas très évidente. Repasser par les communes complexifie l’action pour nos concitoyens. Aussi, les régimes d’aides sont largement en baisse aujourd’hui et vous, vous nous proposez un nouveau dispositif. Votre discours manque de sincérité et répond bien aux exigences des prochaines échéances électorales. Je vois déjà des 4 par 3 fleurirent un peu partout dans le département, des annonces sur facebook… bref, beaucoup de com à la veille d’élections. Donc oui nous sommes pour un budget participatif mais des doutes subsistent ». Clémence Brandolin-Robert, quant à elle, s’interroge : « quelle sera notre place d’élu départemental ? Ces projets seront votés par l’ensemble des citoyens et nous n’aurons pas notre mot à dire ? Cela me gêne, car nous avons été élus donc nous avons notre rôle à jouer. Quel rôle également tiendront les communes ? » Laurence Ducos, elle, estime que « les mises en place du conseil consultatif citoyen, du droit d’initiative citoyenne et maintenant du budget participatif citoyen ont été trop rapides. Et puis, cela ne va-t-il pas trop mobiliser les élus et acteurs du territoire ? Et n’allons-nous pas à l’encontre du rôle du Département qui doit travailler en lien avec les communes ? Certes c’est une expérimentation, mais nous aurions pu prendre plus de temps à la réflexion ». Baya Kherkhach, elle, estime que « ce dispositif n’est pas ouvert à tous les Lot-et-Garonnais car [pense que] seul l’envoi numérique comptera ». Aussi, elle pointe du doigt le fait qu’« il y aura une élection de projets par canton ». Etant élue dans le canton le plus peuplé du Lot-et-Garonne, cette dernière craint « une disparité du nombre de projets. »

L'hémicycle du Département


Réponse de la majorité
Laurence Lamy, vice-présidente en charge de la citoyenneté et Jacques Bilirit, vice-président en charge de l’économie ont tenu à répondre aux propos des élus de l’opposition en rappelant que « les propositions de projets pourront être envoyées numériquement ou sous format papier pour ne pas exclure les personnes n’utilisant pas Internet. Aussi, les élections ne se feront pas par canton mais bien sur le plan départemental. Et les élus que nous sommes auront toute leur place dans ce dispositif. Car notre place sera dans nos cantons afin de faire émerger les idées et amener les citoyens à venir voter pour les projets qui seront présentés. Ainsi, nous épouserons totalement notre rôle d’animateur de territoire. » Et Sophie Borderie d’ajouter qu’« en commission permanente le projet du citoyen sera voté par les conseillers départementaux », ce seront donc bien les élus qui auront le dernier mot. Pour Jacques Bilirit, « les citoyens recherchent aujourd’hui des façons de s’exprimer. Ce budget participatif est une des réponses à leurs attentes. Oui bien sur il y a des interrogations car nous sommes dans une phase expérimentale. Mais nous ajusterons au fur et à mesure. » A l’issue de ces débats, l’Assemblée départementale a procédé au vote de ce budget. Résultat : seul « L’Avenir ensemble » s’est abstenu.

Budget participatif mode d’emploi
Les projets retenus seront entièrement pris en charge par le Département, sans cofinancement. Les montants éligibles des projets seront différenciés en fonction de leur nature. Pour les projets jeunes : 25 000 € maximum et pour les autres projets : 50 000 € maximum. Ces projets devront concerner des dépenses d’investissement ne générant pas ou très peu de fonctionnement, être en lien avec les compétences du Département, représentés des projets d’intérêt collectif dont le portage sera exclusivement réalisé par une association, des projets réalisables dans l’année suivant leur approbation. Les projets pourront être déposés en format numérique, sur un site dédié ou en format papier, dans les collèges, en mairie ou à l’Hôtel du Département. Afin de choisir parmi tous les projets proposés, tout citoyen résidant en Lot-et-Garonne, âgé d’au moins 11 ans sera invité à voter pour trois projets. Le premier projet sur chaque canton qui arrivera en tête sera retenu, ainsi que les suivants jusqu’à épuisement de l’enveloppe dédiée. Du côté du calendrier en octobre des réunions publiques de présentation de la démarche et du règlement seront organisées, d’octobre à décembre se tiendront le dépôt d’idées par les citoyens, une pré-analyse et une aide à la construction des projets. En janvier, analyse définitive des projets, en février, vote des Lot-et-Garonnais et en mars résultat des votes et inscription budgétaire correspondante au budget primitif du Conseil départemental.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
5006
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !