aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

20/01/17 : La mortalité routière est en hausse en Charente-Maritime, avec 59 décès dans des accidents de la route en 2016. Le préfet du département Eric Jalon a donc décidé de faire de la sécurité routière la grande cause départementale de l'année 2017.

20/01/17 : La délinquance est en baisse en Charente-Maritime, selon le TGI et la Prefecture 17 : les vols avec violence sont en recul de 12%, de 17% avec arme(s), et les violences à caractère non crapuleux de -5%. Les vols de voiture ont augmenté de 7%.

19/01/17 : Alain Rousset a posé la 1ère pierre du Centre de Formation des Apprentis à La Rochelle. La Région investit 11 M€ dans la construction et l'équipement de ce site, en partenariat avec la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Charente-Maritime.

17/01/17 : Dans un courrier adressé à Dominique Bussereau, la ministre de la santé Marisol Touraine donne son aval au centre hospitalier de Royan (Vaux-sur-Mer) pour la construction d'un bâtiment en vue d'accueillir un IRM spécialisé en ostéo articulaire.

17/01/17 : La RN 134 a été rouverte à la circulation en vallée d'Aspe, ce mardi, par le préfet des Pyrénées-Atlantiques. Si l'accès au tunnel du Somport est rétabli, ce n'est par contre pas le cas de celui menant au col du Somport.

17/01/17 : Le plan "grand froid" est de nouveau activé en Charente-Maritime, depuis hier soir. Des températures allant jusqu'à -10 degrés étant attendues la nuit d'ici vendredi. Les 175places supplémentaires créées lors de la 1re vague de froid sont maintenues.

16/01/17 : En raison de la météo et du risque d'avalanche, la RN 134 est fermée aux poids lourds en vallée d'Aspe (64) dans le sens France-Espagne à partir de Gurmençon, et aux véhicules légers à partir d'Urdos. L'accès au col et au tunnel du Somport est fermé.

16/01/17 : La Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne/CIED vous invite à vivre une soirée à l'heure allemande, le vendredi 27 janvier à la Maison de l’Europe à Agen. Une soirée présentée par Katharina, une jeune allemande en service volontaire européen

16/01/17 : A l’occasion des soldes, l’Agglomération d’Agen et Keolis Agen proposent le ticket de bus illimité à 1,20€ la journée le samedi 21 Janvier.

15/01/17 : Les acteurs de la filière bio de la Nouvelle-Aquitaine vont se réunir pour la 1ere fois dans le cadre d'un forum, qui se tiendra jeudi 19 à Saint-Jean-d'Angely, en Charente-Maritime. Objectif: faire avancer le développement économique du territoire.

14/01/17 : Le Bergerac Périgord football club jouera son 16e de finale de coupe de France contre le RC Lens le mardi 31 janvier à 18 heures. Le président Christophe Fauvel l'a confirmé sur son compte Twitter. Le lieu de la rencontre n'est toujours pas connu.

13/01/17 : Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'élection présidentielle est attendu à Périgueux le 26 janvier. Il tiendra une réunion publique à la salle de la Filature, à partir de 19 h 30. Le candidat est soutenu par le Parti de Gauche et le Parti Communiste.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/01/17 | Deux nouvelles gares de desserte sur la ligne La Rochelle-Poitiers

    Lire

    Deux nouvelles gares, à La Jarie et à Aigrefeuille-Le Thou, ont été inaugurées jeudi. Après avoir été fermées en 1987 et 1993, ces deux dessertes de la ligne La Rochelle-Poitiers, via Niort, ont été rouvertes à l'occasion d'une réhabilitation des voies par la SNCF pour des relèvements de vitesse de TGV. La Région, les agglomérations de La Rochelle et de l'Aunis, le Département et l'Europe ont investi 7,1M€ pour la création des quais et l'aménagement des abords, dont des parkings.

  • 19/01/17 | Le plan grand froid à Périgueux

    Lire

    La Préfecture de la Dordogne a activé le plan grand froid. A Périgueux, en plus des 54 places d'hébergement déjà existantes, un centre d'hébergement d'urgence de nuit est prévu salle du Rio. Il est équipé de lits, couvertures, d’un point hygiène, de tables sur lesquelles sont mises à disposition les boissons chaudes. La Croix Rouge y met à disposition 50 lits et y assure l'accueil et la surveillance. Les places sont attribuées par le « 115 » en fonction des remontées des appels reçus et des maraudes.

  • 19/01/17 | Bûche d'Hiver: appel "Grand Froid"

    Lire

    Née il y a 40 ans la Bûche d'hiver( 73 Av Thiers Bordeaux) vient en aide à quelques 500 familles en Gironde et a besoin de soutien pour son dispositif "grand froid" qui permet aux services sociaux et associations partenaires d'obtenir une réponse à des dossiers urgents et aux fournisseurs (gaz en cuve, fuel, bois, charbon) d'être réglés afin qu'il n'y ait pas de coupure dans le chauffage ou qu'elle soit la plus courte possible. Dans une partie de la Gironde et le sud Charente Maritime, la Bûche peut livrer du bois de chauffage, grâce au partenariat avec la tonnellerie Nadalié depuis 5 ans. Déduction fiscale 75% du don

  • 18/01/17 | Compensations environnementales LGV et A65: le Sénat enquête

    Lire

    Depuis fin 2016, une Commission d'enquête du Sénat se penche sur les mesures de compensation des atteintes à la biodiversité sur des grandes infrastructures. Sont notamment étudiés par cette Commission présidée par Chantal Jouanno, le suivi des mesures mises en oeuvre dans le cadre de la construction de l'A65 et de la LGV Tours-Bordeaux. Deux infrastructures pour lesquelles le Préfet de région Pierre Dartout sera auditionné la semaine prochaine. Objectif de cette commission d'enquête: apprécier l'efficacité et surtout l'effectivité du système de mesures compensatoires existant.

  • 17/01/17 | Saisie record de civelles braconnées

    Lire

    Les douanes d’Arcachon ont intercepté dans la nuit du 16 au 17 janvier au péage de Saugnacq-et-Muret un convoi provenant d’Espagne avec à son bord 520 kg de civelles braconnées pour une expédition vers la Thaïlande. La cargaison évaluée à 600 000 euros a été remise aux services des Affaires maritimes de la DDTM de la Gironde qui ont procédé à leur remise à l’eau en coopération avec les services de l’Agence française pour la biodiversité (AFB). Espèce migratoire en voie de disparition, l’alevin de l’anguille est classé espèce vulnérable par l’Union européenne et par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Lassalle et Bayrou : les chemins caillouteux de la présidence

04/03/2016 | Le député Jean Lassalle n’écarte pas l’hypothèse d’une candidature à la présidence de la République. Gare à la division, prévient François Bayrou

Jean Lassalle au Parlement de Navarre. "L'humain fout le camp"

Va-t-on voir deux Béarnais, deux Modem de surcroît, entrer dans la course à l’élection présidentielle ? Cette hypothèse remue le petit monde politique au pied des Pyrénées. Elle vient d’être avivée par les propos que le député aspois Jean Lassalle a tenus au Salon de l’agriculture. Interrogé par l’un de nos confrères de Public Sénat, le parlementaire a reconnu que l’idée d’une candidature lui « traverse l’esprit ». Un aveu qui ne peut pas laisser indifférent François Bayrou, maire de Pau et patron du Modem. Car ce dernier envisage lui-même de solliciter une quatrième fois les suffrages des Français. Du moins si Alain Juppé, le maire de Bordeaux, auquel il a apporté son soutien, ne remporte pas la primaire organisée par les Républicains. Tout cela est compliqué et dégage un parfum de non-dit. C’est aussi très béarnais.

C’est dit, ou presque. Ces jours derniers, le député Jean Lassalle, qui est également le maire de Lourdios-Ichère, modeste village de la vallée d’Aspe, a répondu  de façon à la fois subtile et prudente à une question posée  par « La République des Pyrénées » sur son éventuelle candidature à la présidence. « Je vois ce qu’il conviendrait de faire pour ce pays » a-t-il indiqué.

Jeudi, l’ancien berger qui est condamné à avaler de solides doses de médicaments depuis la grève de la faim menée jadis dans les couloirs de l’Assemblée Nationale est allé un peu plus loin en visitant le salon de l'agriculture, à Paris.

« Je veux rencontrer ceux qui souffrent »Même en prenant des gants, il a enfoncé le clou. Oui, il pourrait bien être candidat. Cela, en raison de « l’état dans lequel sombre jour après jour notre pays et devant l’incapacité des partis traditionnels à pouvoir essayer tout simplement de reprendre langue avec le peuple souverain ».

« Je veux rencontrer ceux qui souffrent dans ce pays, comme j’ai commencé à le faire avec ma marche autour de la France " a-t-il confié. " La moitié d’entre eux ne votent pas. Le quart de ceux qui restent votent désespéré … Il faut d’abord que j’écoute . Je voudrais essayer de remettre sur la table les dossiers dont on ne parle plus et qui plombent nos politiques, qui font que l’on jure au mois de mai et que l’on se parjure en juin ou juillet, systématiquement ".

Aujourd'hui, " l’humain fout le camp de partout" ajoute Jean Lassalle. " J’ai besoin de voir ces hommes et ces femmes et, s’il y a moyen, de préparer avec eux un projet pour retaper ce pays magnifique qu’est la France ».

Les couleuvres s’avalent difficilementDans un univers médiatique où le buzz règne en maitre, cette déclaration venant d’un parlementaire qui est aussi le vice-président du Modem, a fait l’effet d’une trainée de poudre. Tout en déclenchant une réaction désolée de François Bayrou. « Ce que Jean Lassalle refuse, c’est que l’on puisse rechercher une entente avec quelqu’un qui n’est pas de notre étiquette, en l’occurrence Alain Juppé » a commenté ce dernier à BFM-RTL. « On ne peut pas continuer à avoir une candidature nouvelle tous les jours. Le poison de la politique, c’est la division ».

François Bayrou :

A l’évidence, pour l'intéressé, les couleuvres sont tout aussi difficiles à avaler.

Lorsque le président du Modem, qui préférait le choix à l’indécision, avait par exemple annoncé son intention de déposer un bulletin au nom de François Hollande dans l’urne des présidentielles de 2012, Jean Lassalle n’avait pas caché son désaccord. A ses yeux, il s’agissait là d’une erreur. Un terme plus fort avait été employé.

Une plaie restée ouvertePlus récemment, le soutien apporté par le même Bayrou à Virginie Calmels, candidate LR, adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, et désignée tête de liste aux régionales pour croiser le fer avec le socialiste Alain Rousset, est lui aussi resté en travers de la gorge du parlementaire pyrénéen. D’autant plus que la manière n’y était pas.

« J’ai été candidat putatif pendant les trois premiers mois de la campagne. Jusqu’à ce que mon désaveu tombe à la fin du deuxième tour des élections départementales » a-t-il rappelé dans un entretien accordé dernièrement à « La Semaine du Pays Basque ».

L'affaire avait en effet été mal vécue. Remonté comme une pendule aspoise, le député avait d’abord affirmé en 2015 à  Aqui.fr qu’il serait « tête de liste, sinon rien ». Puis il était rentré dans le rang. Mais la plaie était restée ouverte.

Homme de terrain opposé à un adversaire socialiste qui connait lui aussi le pays et les gens, « j’aurais gagné » estime-t-il aujourd’hui.

Trois tentatives, cela suffitUne dernière déclaration qui témoigne bien de  la pugnacité et de l’indépendance d’esprit du député des Pyrénées-Atlantiques n’est pas non plus passée inaperçue. Car, désormais, Jean Lassalle ne croit plus aux chances élyséennes de François Bayrou.

Le Béarn est terre de rugby. Un essai ne se transforme pas plusieurs fois. Trois tentatives manquées, cela suffit,estime-t-il. D’autant plus que la position adoptée par son ami palois manque, selon lui, de clarté.

Comment séduire l’électorat en lui expliquant que l’on se présentera si un autre n’y va pas ? Un autre, c'est à dire Alain Juppé, dont le député des Pyrénées-Atlantiques, qui sait aussi avoir la dent dure, doute des capacités de chef d’Etat. Sur un terrain de football cette fois-ci,  on appelle ça un tacle.

Le caillou dans la chaussure« Gardez moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m’en charge » disait Voltaire.

Elu maire de Pau en 2014 avec le soutien actif de militants UMP, François Bayrou avait été poignardé six ans plus tôt par la même formation qui allait aussi  lui faire perdre son siège de député en 2012, à l’occasion d’une triangulaire.

Mais les temps changent et il affirme aujourd’hui ne pas « être en affrontement » avec des alliés qu'il a d'ailleurs intégrés dans son équipe municipale.

Fidèle à ses convictions, il garde le cap qu’il s’est fixé : réformer le pays en rassemblant aussi bien au centre qu’à droite et à gauche. Tant il est vrai qu’à ses yeux, les seules bases électorales des socialistes et des Républicains ne suffisent pas pour susciter l’adhésion des Français.

La voie est difficile. Elle lui a déjà fait traverser quelques déserts. C’est dire s’il se passerait bien d’un caillou dans la chaussure. Ceux de la vallée d’Aspe ne sont pas les moins agaçants.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4904
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Françoise Boulanger | 04/03/2016

Certains petits cailloux sont friables...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !