aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

24/04/17 : Résultats définitifs Pau : Votants 76,05%. Macron 29,95%, Mélenchon 21,95% , Fillon 17,96%, Le Pen 12,01 % , Hamon 8,98%, Lassalle 3,57%, Dupont-Aignan 3,01%, Poutou 1,13%, Asselineau 0,83%, Arthaud 0,44%, Cheminade 0,17%.

24/04/17 : Résultats définitifs Floirac : JLM 30,41%; EM 23,64%; MLP 17,22; BH 10,73%; FF 9,34%

24/04/17 : Résultats définitives Carbon-Blanc : EM 26,77%; JLM 23,60%; MLP 18,75%; FF 11,85%; BH 9,36%; NDA 4,74%; PP 1,89%; JL 1,71%; FA 0,71%; NA 0,41%; JC 0,21%

24/04/17 : Résultats complets à Bègles : JLM 33,63%; EM 26,02%; MLP 12,58%; BH 10,85%; FF8,90%; NDA 2,96%; JL 1,76%; PP 1,63%; FA 0,91%; NA 0,54%; JC 0,22%

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

  • 23/04/17 | François Bayrou : "Le premier défi sera de rassembler"

    Lire

    "Après tant et tant d'inquiétudes, les Français ont choisi de faire mentir les prophètes de malheur et de choisir l'espoir" estime François Bayrou. "Le premier défi sera de rassembler sans perdre son cap, avec un renouvellement des visages mais également des pratiques". Sans prendre le risque de crier victoire trop tôt, François Bayrou ajoute qu'aux élections législatives, il "sera proposé aux Français d'élire une majorité nouvelle. Le temps de cette fracture entre des supposées droite et gauche elles mêmes éclatées en leur sein n'est plus le temps que nous vivons".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Lassalle et Bayrou : les chemins caillouteux de la présidence

04/03/2016 | Le député Jean Lassalle n’écarte pas l’hypothèse d’une candidature à la présidence de la République. Gare à la division, prévient François Bayrou

Jean Lassalle au Parlement de Navarre. "L'humain fout le camp"

Va-t-on voir deux Béarnais, deux Modem de surcroît, entrer dans la course à l’élection présidentielle ? Cette hypothèse remue le petit monde politique au pied des Pyrénées. Elle vient d’être avivée par les propos que le député aspois Jean Lassalle a tenus au Salon de l’agriculture. Interrogé par l’un de nos confrères de Public Sénat, le parlementaire a reconnu que l’idée d’une candidature lui « traverse l’esprit ». Un aveu qui ne peut pas laisser indifférent François Bayrou, maire de Pau et patron du Modem. Car ce dernier envisage lui-même de solliciter une quatrième fois les suffrages des Français. Du moins si Alain Juppé, le maire de Bordeaux, auquel il a apporté son soutien, ne remporte pas la primaire organisée par les Républicains. Tout cela est compliqué et dégage un parfum de non-dit. C’est aussi très béarnais.

C’est dit, ou presque. Ces jours derniers, le député Jean Lassalle, qui est également le maire de Lourdios-Ichère, modeste village de la vallée d’Aspe, a répondu  de façon à la fois subtile et prudente à une question posée  par « La République des Pyrénées » sur son éventuelle candidature à la présidence. « Je vois ce qu’il conviendrait de faire pour ce pays » a-t-il indiqué.

Jeudi, l’ancien berger qui est condamné à avaler de solides doses de médicaments depuis la grève de la faim menée jadis dans les couloirs de l’Assemblée Nationale est allé un peu plus loin en visitant le salon de l'agriculture, à Paris.

« Je veux rencontrer ceux qui souffrent »Même en prenant des gants, il a enfoncé le clou. Oui, il pourrait bien être candidat. Cela, en raison de « l’état dans lequel sombre jour après jour notre pays et devant l’incapacité des partis traditionnels à pouvoir essayer tout simplement de reprendre langue avec le peuple souverain ».

« Je veux rencontrer ceux qui souffrent dans ce pays, comme j’ai commencé à le faire avec ma marche autour de la France " a-t-il confié. " La moitié d’entre eux ne votent pas. Le quart de ceux qui restent votent désespéré … Il faut d’abord que j’écoute . Je voudrais essayer de remettre sur la table les dossiers dont on ne parle plus et qui plombent nos politiques, qui font que l’on jure au mois de mai et que l’on se parjure en juin ou juillet, systématiquement ".

Aujourd'hui, " l’humain fout le camp de partout" ajoute Jean Lassalle. " J’ai besoin de voir ces hommes et ces femmes et, s’il y a moyen, de préparer avec eux un projet pour retaper ce pays magnifique qu’est la France ».

Les couleuvres s’avalent difficilementDans un univers médiatique où le buzz règne en maitre, cette déclaration venant d’un parlementaire qui est aussi le vice-président du Modem, a fait l’effet d’une trainée de poudre. Tout en déclenchant une réaction désolée de François Bayrou. « Ce que Jean Lassalle refuse, c’est que l’on puisse rechercher une entente avec quelqu’un qui n’est pas de notre étiquette, en l’occurrence Alain Juppé » a commenté ce dernier à BFM-RTL. « On ne peut pas continuer à avoir une candidature nouvelle tous les jours. Le poison de la politique, c’est la division ».

François Bayrou :

A l’évidence, pour l'intéressé, les couleuvres sont tout aussi difficiles à avaler.

Lorsque le président du Modem, qui préférait le choix à l’indécision, avait par exemple annoncé son intention de déposer un bulletin au nom de François Hollande dans l’urne des présidentielles de 2012, Jean Lassalle n’avait pas caché son désaccord. A ses yeux, il s’agissait là d’une erreur. Un terme plus fort avait été employé.

Une plaie restée ouvertePlus récemment, le soutien apporté par le même Bayrou à Virginie Calmels, candidate LR, adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, et désignée tête de liste aux régionales pour croiser le fer avec le socialiste Alain Rousset, est lui aussi resté en travers de la gorge du parlementaire pyrénéen. D’autant plus que la manière n’y était pas.

« J’ai été candidat putatif pendant les trois premiers mois de la campagne. Jusqu’à ce que mon désaveu tombe à la fin du deuxième tour des élections départementales » a-t-il rappelé dans un entretien accordé dernièrement à « La Semaine du Pays Basque ».

L'affaire avait en effet été mal vécue. Remonté comme une pendule aspoise, le député avait d’abord affirmé en 2015 à  Aqui.fr qu’il serait « tête de liste, sinon rien ». Puis il était rentré dans le rang. Mais la plaie était restée ouverte.

Homme de terrain opposé à un adversaire socialiste qui connait lui aussi le pays et les gens, « j’aurais gagné » estime-t-il aujourd’hui.

Trois tentatives, cela suffitUne dernière déclaration qui témoigne bien de  la pugnacité et de l’indépendance d’esprit du député des Pyrénées-Atlantiques n’est pas non plus passée inaperçue. Car, désormais, Jean Lassalle ne croit plus aux chances élyséennes de François Bayrou.

Le Béarn est terre de rugby. Un essai ne se transforme pas plusieurs fois. Trois tentatives manquées, cela suffit,estime-t-il. D’autant plus que la position adoptée par son ami palois manque, selon lui, de clarté.

Comment séduire l’électorat en lui expliquant que l’on se présentera si un autre n’y va pas ? Un autre, c'est à dire Alain Juppé, dont le député des Pyrénées-Atlantiques, qui sait aussi avoir la dent dure, doute des capacités de chef d’Etat. Sur un terrain de football cette fois-ci,  on appelle ça un tacle.

Le caillou dans la chaussure« Gardez moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m’en charge » disait Voltaire.

Elu maire de Pau en 2014 avec le soutien actif de militants UMP, François Bayrou avait été poignardé six ans plus tôt par la même formation qui allait aussi  lui faire perdre son siège de député en 2012, à l’occasion d’une triangulaire.

Mais les temps changent et il affirme aujourd’hui ne pas « être en affrontement » avec des alliés qu'il a d'ailleurs intégrés dans son équipe municipale.

Fidèle à ses convictions, il garde le cap qu’il s’est fixé : réformer le pays en rassemblant aussi bien au centre qu’à droite et à gauche. Tant il est vrai qu’à ses yeux, les seules bases électorales des socialistes et des Républicains ne suffisent pas pour susciter l’adhésion des Français.

La voie est difficile. Elle lui a déjà fait traverser quelques déserts. C’est dire s’il se passerait bien d’un caillou dans la chaussure. Ceux de la vallée d’Aspe ne sont pas les moins agaçants.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5154
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Françoise Boulanger | 04/03/2016

Certains petits cailloux sont friables...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !