15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Le Conseil général de Gironde «quasiment dans le mur» sur ses finances

11/06/2013 | Dépenses sociales en constante hausse et recettes en baisse, le budget du département se prépare en 2014 à un effet ciseau «terrible», selon Jean-Marie Darmian

Martine Jardiné, Alain David, Jean-Marie Darmian

A deux semaines du vote du budget supplémentaire du Conseil général de Gironde, Jean-Marie Darmian, vice président en charge des Finances et du Budget, a évoqué devant la presse, la situation financière du Département. Une intervention motivée par «un souci de transparence» sur la réalité financière difficile du Conseil Général mais aussi dans l’objectif de répondre à la décision d’Yves D’Amécourt, leader de l’opposition UMP dans l’hémicycle départemental, de saisir la chambre régionale des comptes sur ce qu’il qualifie de «marques d’insincérité» dans le budget en cours d’exercice.

Déjà pointé par le Président Philippe Madrelle en décembre 2012 lors du vote du budget, puis en mars lors de l’adoption du compte administratif 2012, le conseil général n’échappe pas à un « effet ciseau » financier, conséquence d’une augmentation constante des dépenses sociales, et des recettes en moindre augmentation du Conseil général. Pointant «la réforme fiscale voulue par le précédent président de la République », Jean-Marie Darmian souligne deux chiffres, d’une part, «seules 19% des recettes peuvent être modulées», d’autre part, «dans un contexte de dépenses contraintes, le département a une marge de manoeuvre de seulement 5% de ses dépenses de fonctionnement». 

Droits de mutation en baissePour le vice-président en charge du budget et des finances, "ces deux paramètres pèsent sur le budget 2013, et seront encore plus prégnants sur 2014". En effet, les seules variables sur les recettes concernent les taxes sur le foncier bâti, qui sont faibles, et les droits de mutation, en baisse, puisqu’ils ont rapporté 28M€ de moins à la collectivité au 31 mai 2013, comparé à la même période sur 2012. Côté dépenses, « pour la première fois en mai, le RSA va dépasser les 15M€ par mois». Une dépense que le Département est contraint de régler tout comme l’APA ou l’APCH. Conséquence, selon l’expression de Jean-Marie Darmian, «on est quasiment dans le mur».

Une situation que rencontrent nombre de départements, et qui risque de se dégrader encore l’an prochain. «En 2014, pour la première fois dans l’histoire du conseil général, les recettes de 2014 seront certainement inférieures à celles de 2013, au mieux seront-elles constantes», prévient-t-il. «Le budget 2014 se fera à enveloppe contrainte, il faudra redisposer totalement les politiques du conseil général pour appliquer la volonté de l’Etat». Et l’emprunt, déjà en augmentation en 2013, subira une nouvelle hausse estimée à  environ 30M€. Malgré les requêtes répétées de l’Association des Départements de France d’obtenir des compensations supérieures de la part de l’Etat, les réponses ne viendront qu’à la fin 2013.

Ajuster la réalité au budget en coursD’ici là, le rôle du budget supplémentaire voté le 27 juin est justement de «permettre d’ajuster la réalité des dépenses et des recettes» au regard des sommes et estimations prévues dans le budget en cours d’exercice. Or, malgré ce noir tableau, en raison «d’économies réalisées, et d’argent récupéré sur diverses opérations», 11M€ de recettes peuvent être ajoutées au budget. Celles-ci permettront de juguler les augmentations des dépenses sociales, dont notamment les investissements dans le secteur des personnes âgées, qui bénéficiera de 2M€ supplémentaires et dans celui du logement social qui sera augmenté d’ 1,5M€. Deux secteurs pointés du doigt par Yves D’Amécourt, qui sur son blog, considère que 5 M€ n’auraient «pas été budgétés». Pour Martine Jardiné, vice présidente en charge notamment du logement social, « Si M. D’Amécourt dit que 5M€ ont disparu, c’est qu’il n’a pas lu la délibération jusqu’au bout. Nous pouvons indiquer nos dépenses à l’euro prêt.»

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
911
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Legros | 11/06/2013

Il me semblait que ces Messieurs, il y a peu accusaient l'état de vouloir les étrangler, c'était un scandale. La situation des comptes est encore plus difficile, mais l'état ne les étranglerait plus. Quelque chose m'échappe.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !