Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Conseil Métropolitain, entre urgences et finances

03/11/2015 | Le Conseil Métropolitain, qui s'est tenu ce vendredi 30 octobre, a notamment débattu d'un nouveau facte financier et fiscal avec l'ensemble des 28 communes

Bordeaux Métropole

C'est une première étape importante dans un contexte de réforme territoriale qui a été débattue ce vendredi 30 octobre lors du dernier conseil de Bordeaux Métropole. Le contrat de plan Etat-Région (signé en juillet dernier) a détaillé son volet métropolitain sur la période 2015-2020. Sans grande surprise, le budget principal est réservé à la mobilité et à l'amélioration des axes routiers, en plein débat sur les problèmes de circulation. Un nouveau pacte financier et fiscal a également été signé entre les 28 communes de la Métropole. Détails.

Luttes d'urgenceAvant même la réforme territoriale, la Métropole reste préoccupée par le problème des inondations : une quinzaine de communes sur les 28 sont actuellement exposées aux risques d'inondations fluviales et maritimes. "Aujourd'hui, c'est un peu la pagaille, il y a beaucoup de propriétaires sur ces différents ouvrages. Nous manquons de moyens et d'un véritable plan d'ensemble. La loi NOTRe permet à la Métropole de prendre cette compétence (Gestion des Milieux Aquatiques et de risques inondations, qui doit être appliquée avant 2018) et de la rendre effective dès le 1er janvier 2016", a souligné le maire de Bordeaux lors d'une réunion jeudi 29 octobre entre les différentes acteurs du territoire métropolitain. "La Métropole", assure-t-il, "va devenir maître d'ouvrage d'un programme d'importants travaux pour renforcer les digues. Au total, ces travaux représenteront environ 50 millions d'euros, dont, nous l'espérons, 40% de participation de l'État. La Métropole pourra également se substituer aux propriétaires défaillants et dissoudre certains syndicats intercommunaux. Le premier objectif reste évidemment la sécurité et l'aménagement du territoire". Le maire de Bordeaux a également évoqué le problème de l'hébergement d'urgence : il lancera prochainement un appel aux communes de la Métropole pour renforcer les pôles d'accueil au cas par cas, sans doute en prévision des problèmes inévitables de l'accueil d'urgence de l'hiver prochain. 

Un important volet financier C'est le principal axe qui a été débattu vendredi lors du dernier Conseil Métropolitain : le volet Métropolitain du nouveau Contrat de Plan Etat-Région intervient, lui, dans un contexte de réforme territoriale particulièrement confus. L'engagement de Bordeaux Métropole est donc porté à 118,5 millions d'euros (contre 208,8 millions pour l'Etat et 107,7 millions pour la région Aquitaine). Principal pôle d'investissement métropolitain : l'amélioration de la mobilité ("puisque la région refuse de prendre part à l'amélioration du réseau routier" selon Alain Juppé, un discours qui ressemble bien à celui de son adjointe républicaine et candidate Les Républicains pour les prochaines régionales, Virginie Calmels) dont 80,9 millions d'euros pour la mise à 2x3 voies de la rocade, 3,2 millions aux aménagements ferroviaires du sud de Bordeaux ou encore deux millions d'euros dans la restauration de la ligne de frêt du bec d'Ambès. 

La Métropole réserve également une dizaine de millions d'euros à l'enseignement supérieur (après avoir participé à hauteur de 50 millions sur la convention de site campus), essentiellement répartis entre Pessac, Talence et Gradignan. Enfin, 17,6 millions sont réservés à un volet territorial du contrat de plan : 14,7 millions pour le projet Euratlantique et 2,2 millions pour soutenir l'industrie navale et maritime. Sorti du contrat de plan, le Conseil a également voté un nouveau pacte financier et fiscal avec les communes de la Métropole et acté la transformation de la dotation de solidarité communautaire en dotation de solidarité métropolitaine d'ici à 2016, plafonné à plus ou moins 2,5% par an, certaines communes (une dizaine environ) s'étant plaintes d'être moins favorisées que d'autres dans les attributions. En raison de l'actuelle réforme fiscale, les communes devront cependant attendre encore avant une probable unification des taux de fiscalité communaux, même chose pour un "abattement métropolitain" de la taxe d'habitation, qui pourrait ne pas intervenir avant... 2019. Enfin, le vote du budget annuel, en raison de plusieurs problèmes d'ordre administratif, n'aura pas lieu avant la fin de l'année mais en février 2016. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
17795
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !