17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

  • 16/08/22 | Agen: une navette gratuite pour la plage sur Garonne

    Lire

    L'agglomération d'Agen (Lot-et-Garonne) informe que la plage de baignade est ré ouverte et qu'un service gratuit de navettes (Cœur de Ville – Plage) est mis en place jusqu'au 31 août. Départ place Armand Fallières à 14 h. Retour à 18 h 30, tous les jours sauf intempéries. Quelques canoés sont disponibles à la location à tarif préférentiel pour le Samedi 20 août. Inscriptions en ligne jusqu’au 19 août pour la descente de Garonne en canoés et pour le trail : https://www.agglo-agen.net/en-ce-moment/agenda/evenement-251/descente-de-la-garonne-a-la-nage-4142.html

  • 16/08/22 | L'Etat soutient les projets sur la prévention des risques naturels

    Lire

    Un appel à projets destinés à faire connaître les réflexes face aux risques naturels et technologiques, est proposé en amont de la journée « Tous résilients face aux risques », du 13 octobre. La diversité des actions pour prévenir l'augmentation des risques s’appuie sur des initiatives locales pour développer la culture et se préparer à la survenance d’une catastrophe ou développer la résilience collective. Cahier des charges et modalités de l'appel à projets sur https://www.ecologie.gouv.fr/appel-projet-journee-nationale-resilience Dossiers à déposer jusqu’au 12 septembre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | "Délibération historique" : la Nouvelle-Aquitaine dit Oui au plan de financement du GPSO

15/12/2021 | À l'occasion de la dernière séance plénière de l'année, les élus du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se sont prononcés en faveur du plan de financement de la LGV Grand Projet du Sud-Ouest.

Vote à main levée du plan de financement du GPSO conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Les 183 élus du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se retrouvaient ces lundi 13 et mardi 14 décembre, pour la dernière séance plénière de l’année, destinée, entre autres, à voter le plan de financement de la LGV Grand Projet du Sud-Ouest (Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax), proposé par le président du Conseil régional, Alain Rousset. Un dossier sensible qui a engendré plus de trois heures de débat et de multiples prises de paroles, mais qui a finalement été approuvé avec un « oui » largement majoritaire.

Sujet particulièrement sensible dans la région, la LGV Grand Projet du Sud-Ouest, avant même le début de la séance plénière, a déclenché de vives oppositions devant l'Hôtel de Région à Bordeaux. Les collectifs d’associations Coordination 47 et Coordination Vigilance LGV 33, rejoints et soutenus par quelques élus du groupe écologiste, solidaire et citoyen, organisaient ce lundi matin, un rassemblement destiné à « dénoncer l’absurdité » du projet tout en prônant la rénovation des lignes déjà existantes.

« Trop coûteux, d’un autre temps, consommateur d’argent public et destructeur de l’environnement »… Voici quelques-unes des réticences, si ce ne sont des objections, exprimées par les élus écologistes lors de cette séance plénière. Mais aussi, « un appel à la responsabilité collective » selon Geneviève Darrieussecq, presidente du groupe Centre et indépendants, qui a réaffirmé son approbation et celle de son groupe au projet. « Bien qu’elle soit un moment particulièrement important dans l’histoire de la région » d’après la Ministre conseillère régionale , « cette délibération est loin de clore le débat » a affirmé Jean Dionis du Séjour, élu Centre et indépendants, « beaucoup de questions se posent encore et il ne faut avoir aucune illusion sur le travail qui reste à faire ».



Un objectif commun

Bien que le projet soit soutenu par la majorité des élus, le plan de financement lui, convainc un peu moins. Estimé à 14 milliards d'euros, le chantier sera financé à hauteur de 40 % par l’État, soit 4,1 milliards. Ce sont les collectivités _régions, départements et agglomérations d'Occitanie et Nouvelle-Aquitaine_ ainsi que l'Union européenne, qui devraient se partager le reste à hauteur de respectivement 40 % et 20 %. La Région Nouvelle-Aquitaine devra donc, pour sa part, avec un étalement sur 40 ans, débourser 710 millions d’euros pour le financement de ces lignes.

Une répartition qui soulève bon nombre d’interrogations, même de la part de ceux qui adhérent au projet. « Nous avons un objectif commun. Celui que le projet se fasse, la LGV étant un atout indéniable pour notre région » a déclaré Jacques Colombier, élu RN, « mais c’est un plan de financement incertain et biaisé dans lequel les financeurs publics, État et Europe, devraient mettre plus d’argent » a-t-il ajouté, allant jusqu'à évoquer une « escroquerie de l’Etat ». Un argument qui s’appuie, selon Alain Rousset, sur « des comparaisons irréalistes », soit l’investissement de l’Europe à hauteur de 40 % dans la ligne Lyon-Turin, « un projet transfrontalier qui n’a rien à voir avec le sujet du jour ».
Autre objection de la part du groupe d'extrême droite, porté par Edwige Diaz, la proposition de création d’un établissement public. « Notre responsabilité est aussi de limiter les dépenses publiques et la création d’un établissement public induit la mise en place de nouvelles taxes sur les particuliers et les professionnels riverains des gares. Cette disposition n'est pas, à notre avis acceptable, car nous refusons de diminuer le pouvoir d’achat des néo-aquitains » s’est opposé à nouveau Jacques Colombier.

Des réticences que Christophe Duprat, pour LR, ne partage pas. « Le financement de la LGV va permettre un vrai maillage avec les pays européens » a-t-il affirmé, « c’est ce que l’on appelle la croissance et la proximité et nous ne pouvons pas passer à côté ! ».

Un plan de financement "injuste" 
La parole a ensuite été donnée à Christine Séguinau, co-presidente du groupe Écologiste, solidaire et citoyen, profondément opposée au « démesuré, inutile et destructeur » Grand Projet du Sud-Ouest, et pour qui le plan de financement n’est que « bancal et choquant ». « Nous persistons à demander l’abandon pur et simple du projet » a-t-elle annoncé entre solennité et indignation, s’adressant directement au président, « vous nous mettez tous gravement en danger avec un tel projet et vous minimisez la consommation de terres agricoles et l’impact sur les espèces végétales et animales ».

Une affirmation que Guillaume Riou, vice président en charge de la Transition écologique et énergétique, a tenu à remettre en contexte en rappelant que « sont prévus 2000 hectares de compensation » et une « diminution de 325 000 tonnes de Co2 par année » grâce au report modal espéré.

Plus nuancé, le groupe Communiste, écologique et citoyen, était lui aussi peu favorable à ce plan de financement, considéré « injuste » principalement du fait de la création d’un établissement public. Mais Fredéric Mellier, élu communiste, écologique et citoyen, a pourtant répondu positivement à la délibération, en affirmant « qu’il faut prendre des décisions politiques. GPSO n’est pas un grand projet inutile, car nos concitoyens ont besoin du train, un outil d’épanouissement pour bien d’entre eux ».

Un investissement pour l'avenir du territoire 


Un avis évidemment partagé par Alain Rousset, qui n’a pas laissé place à d’autres objections. « C’est la vie de la région qui se joue aujourd’hui, demain et après-demain » a-t-il déclaré. « J’en appelle aujourd’hui à la responsabilité de tous, pour nous et pour les prochaines générations ». C’est donc au terme d’une demi-journée de débat, à 18 h 30 ce lundi, que le vote à main levée en faveur du projet Grand projet ferroviaire du sud-ouest a conclu cette première journée de séance plénière. Une grande majorité des élus ont réaffirmé leur approbation, la majorité d’Alain Rousset ayant même obtenu le soutien des Républicains, mais, sans nulle surprise, toujours pas celui des écologistes et du Rassemblement National.

Cette délibération fait suite au refus de participation financière des Départements de la Gironde et du Lot-et-Garonne, et laisse place à celle de la communauté d'agglomération d'Agen jeudi et enfin celle de la communauté d'agglomération Pays Basque samedi. La communauté d'agglomération du Grand Dax a voté contre sa participation financière au projet ce mardi 14 décembre au soir.

Margaux Renaut
Par Margaux Renaut

Crédit Photo : Aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
19810
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick LANTRES | 20/12/2021

Malheureusement les DUP des 2 lignes ont été déclarées. Malheureusement les projets sont sur les rails (désolé de cette expression). Mais pourquoi donc l’expérience de la LGV SEA (Tours-Bordeaux) n’a-t-elle servi à rien, pour éclairer le vote des élus régionaux ? Par aveuglement des Pro GPSO sans doute, par vanité d’avoir « Leur » TGV sans doute, par coupable ignorance sur l’impact des départements traversés et leurs habitants assurément. Mais, dire que ces projets vont bénéficier à la N.A est FAUX. Ils bénéficieront seulement à Bordeaux, Toulouse et Dax comme Bordeaux a uniquement bénéficié de SEA.
Et que dire d’un tel financement qui n’est pas conditionné, semble-t-il, à des mesures contre les nuisances allant au-delà de la législation (ce qui va se faire sur SEA) et par une compensation de la perte de valeur immobilière des biens des riverains (perte de 20 à 60% pour SEA).
En tant que cofinanceurs les élus régionaux seront les responsables de ces souffrances de tous ordres et leur Président en tout premier.
Mais d’ici la mise en service nombre d’entre eux ne siégeront plus. Alors…. ils ne craignent rien pour avoir voté en faveur de la ligne de leur Président. Auront-ils des regrets ? Rien n’est moins sûr car ils ont voté aveuglément comme des toutous.
Le Comité TGV Réaction Citoyenne (LGV SEA) sera quoiqu’il en soit auprès des associations du GPSO
Patrick Lantrès

RECARTE Pierre | 20/12/2021

Avec sagesse et lucidité, la Communauté d’agglomération du Pays basque (CAPB) a voté à plus de 70% son opposition de principe au grand projet de ligne ferroviaire du sud-ouest (GPSO). Ceux qui ont voté « pour » ont-ils bien lu le protocole de financement qui précise que le coût indiqué est susceptible d’évoluer (à la hausse bien sûr) que l’intervention de l’Europe n’est pas acquise et que les 20% de son éventuelle participation n’est qu’une « hypothèse » et qu’en cas de défaillance « les contributions de l’ensemble des financeurs seraient ajustées ».
Pis les collectivités qui ont financé la première phase du projet s’engagent à financer la seconde phase lorsque sa réalisation interviendra » même si elles n’en connaissent pas le coût à l’avance.
SNCF Réseau pourrait financer, si sa marge opérationnelle le permet, en reversant le surplus des péages « après couverture des charges de la gestion du GPSO et le cas échéant la rénovation du réseau et les lignes du quotidien. » Ainsi SNCF Réseau pourrait abandonner sa mission de rénovation des lignes du quotidien pour financer une LGV. On nage en plein délire.
Enfin, comble du cynisme, il est demandé aux collectivités un engagement de financer la LGV mais en retour la SNCF ne prend aucun engagement de desserte et bien sûr sans préciser le nombre d’arrêts dans les différentes gares.
Comment certains élus se sont fourvoyés dans cette galère ? Ils auraient mieux fait, comme la CAPB, de se poser la question : Avons-nous besoin de cette LGV ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine Politique | 25/07/2022

Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions

Genevieve Darrieussecq, Lionel Causse et Boris Vallaud, les 3 députés des Landes Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES : Le département des Landes esquive le séisme électoral du 2nd tour

Les 4 candidats élus en Haute-Vienne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Trois candidats de la Nupes élus en Haute-Vienne

Les 2 candidats élus de la Corrèze Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES En Corrèze, les deux candidats LR Frédérique Meunier et Francis Dubois élus