Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le conseil régional fait ses comptes lors de sa prochaine assemblée plénière

22/06/2018 | Entre bilan économique, compte administratif et contractualisation financière avec l'Etat, la prochaine séance plénière régionale promet des chiffres et des débats.

Andréa Brouille et Alain Rousset

La première séance plénière du Conseil régional de l'année 2018 risque de traîner en longueur puisque sont d'ores et déjà prévus deux jours de débat, ces lundi et mardi 25 et 26 juin. Et pour cause plus de 50 dossiers devraient être abordés par les élus au sein de l'hémicycle régional. Lors de la traditionnelle présentation de l'ordre du jour à la presse ce vendredi 22 juin, Alain Rousset en a notamment profité pour revenir sur « les bons résultats » économiques de la région Nouvelle-Aquitaine sur 2017, et évoquer, la signature « contraint et forcé » du contrat financier avec l'Etat, sur la limite des dépenses de fonctionnement de la collectivité à 1,2%. Une « politique de défiance vis à vis des collectivités » que le président Rousset juge « diabolique et humiliante ».

Si la plénière de lundi donnera l'occasion au président de la région de renouveler l'expression de la solidarité de la Région avec les territoires et les personnes frappées par les phénomènes climatiques de ce mois de juin, entre grêle et inondations, il a annoncé dès ce vendredi sa volonté de débloquer un fonds de 2M€ qui permettra à la région « d'intervenir, en accord avec les élus et les organisations professionnelles, pour pouvoir s'ajuster le plus possible aux chaînons manquants de la solidarité ».

"Les créations d’entreprises plus dynamiques ici qu'ailleurs"
Mais « la prochaine assemblée permettra également de rappeler l'état des lieux économique de la région », a-t-il annoncé avant de dérouler quelques uns des bons résultats 2017. « Même si la région n'est pas la seule à voir la situation s'améliorer, que le climat économique est globalement meilleur depuis 2 ans, les résultats sont meilleurs en Nouvelle-Aquitaine qu’au niveau national, les créations d’entreprises plus dynamiques et la hausse de l’emploi plus rapide. » Et de détailler pas peu fier : « le volume d'activité des PME et TPE régionales a augmenté de 3,1 % sur un an, c'est un rythme plus élevé qu’au niveau national qui enregistre +2,3 %. A l'intérieur de cela, l’industrie et l'innovation que nous soutenons particulièrement, à travers par exemple le programme Usine du futur, ou des partenariats avec de grandes entreprises, est le secteur le plus dynamique. Sur la création d'entreprises nous sommes au plus haut niveau jamais atteint avec 14 420 entreprises créées au 1er trimestre 2018; les créations augmentent de 9 % sur un an contre 6 % en France. Dans le secteur de l'industrie, avec 21% de création d'entreprises on fait deux fois mieux que les autres régions qui sont à + 11%. » Même satisfecit sur la création d'emplois pour laquelle la Nouvelle-Aquitaine apparaît selon le baromètre RégionJob, comme « la région où les offres d'emploi ont le plus augmenté, 20 points de plus que les autres régions ! »

Un fonds spatial de 10 M€
Un domaine de l'industrie et de l'innovation qui sera d'ailleurs une fois encore bien représenté parmi les dossiers de la prochaine séance plénière, avec notamment la présentation d'une feuille de route de soutien à l'économie numérique, une autre en faveur de la silver économie ou encore la création d'un premier "Digital Innovation Hub" sur son territoire dont l'ambition est de soutenir les entreprises et plus particulièrement les PME de production en Nouvelle-Aquitaine dans la modernisation et digitalisation de leur outil de production.
On peut également rattacher à cette thématique d'"innovation et industrie", le partenariat qui sera proposé avec Ariane Espace pour l'accompagner vers la réalisation d'Ariane 6, ou encore la création d'un fonds spatial de 10 M€ pour le développement des technologies du futur dans l'espace. Un fonds qui sera soumis aux conseillers régionaux dans le cadre du vote du budget supplémentaire. Ce dernier, qui interviendra après la présentation et le vote du compte administratif 2017, dispose d’un montant de ressources de 96 M€. Sur ce total, 6 M€ seront inscrits en dépenses de fonctionnement supplémentaires, 16 M€ en investissement et 74 M€ seront affectées à la réduction du besoin d’emprunt de l’exercice. « Soucieuse de tenir ses engagements financiers tout en assurant la soutenabilité financière d’une stratégie portée sur l’investissement, la Région a fait de la maitrise des dépenses un objectif prioritaire » indique Andréa Brouille, vice-présidente en charge des Finances.

Un contrat avec l'Etat "diabolique et humiliant"
Un sujet de la maîtrise des dépenses qui risque de faire réagir sur les bancs de l'assemblée, puisque figure également à l'ordre du jour le contractualisation financière de la Région avec l'Etat, par lequel ce dernier espère plafonner l'évolution des dépenses de fonctionnement à 1,2% par an. Une signature qui sonne comme un revirement pour le Président du Conseil régional qui s'était frontalement opposé au principe, même s'il assure que « sur le fond je n'ai pas changé d'idée ». Ce sera sans doute un mauvais moment à passer pour lui : « Je ne suis pas fier de proposer cette signature. Mais je le fais en conscience parce que c'est la loi, et que je suis en responsabilité. En signant je protège ma collectivité. En apparence ces contrats sont moins durs que les baisses des dotations votées sous la précédente mandature mais, en réalité, c'est diabolique car on va venir contrôler en détails, et pour moi, c'est humiliant. De plus en signant nous serons autour de la table et nous pourrons vérifier les chiffres avancés par l'Etat ». « C'est quelque part aussi une guerre de communication, et à ce jeu là, nous ne sortirons sans doute pas vainqueur, si nous ne sommes pas nous aussi autour de la table », ajoute Andréa Brouille.
Pour autant, si la Région ne signe pas le coeur léger, elle a réussi à obtenir quelques aménagements au dispositif initialement imaginé par le Gouvernement. « J'ai pu mettre en avant la situation particulière de la Nouvelle-Aquitaine, à savoir son « héritage » picto-charentais et une fusion de 3 régions qui n'est pas une situation comparable à la plupart des autres régions ». Ainsi seront exclues des dépenses de fonctionnement prises en compte par l'Etat, celles correspondant aux transferts de compétences tels les transports scolaires ou le plan investissement compétence, les fonds européens, mais aussi les emprunts structurés et crédit-bails contractés à l'époque de l'ex-Poitou-Charentes. Mais, pour l'heure, la région à de quoi se rassurer; à périmètre constant, sans la prise en charge des transports scolaires, la variation des dépenses de fonctionnement est de – 0,9%, entre 2016 et 2017.

Enfin, on peut également prévoir que le dossier Ford Aquitaine Industrie ne sera pas oublié, le Groupe Radicaux de gauche annonce avoir déposé un voeu qui sera soumis au vote de l’Assemblée Plénière "afin que notre Région s’engage à mener des négociations constructives avec Ford afin de trouver une solution permettant de pérenniser l’emploi sur le site".

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4334
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !