Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gironde: Le département ouvre un simulateur du revenu de base

15/02/2017 | Un jury citoyen, composé de 120 personnes, est en réflexion depuis décembre pour présenter leur propres pistes concernant les modalités d'un revenu de base.

Département jury citoyen

C'était, il y a quelques semaines encore, l'un des principaux sujets de campagne des primaires de la gauche. Le revenu de base est revenu ce mercredi sur le devant de l'actualité locale après l'annonce de la création d'un simulateur accessible par internet permettant à chacun de trouver un modèle de financement de cette mesure, plutôt controversée. Cette simulation est une première étape vers l'expérimentation d'un modèle choisi parmi les quatre scénarios envisagés, qui pourrait entrer en phase effective en 2018. Explications.

Cela ressemble à un site internet classique. En fait, c'est celui du département, sauf qu'il permet, grâce à un outil mis en place en interne, de trouver la recette idéale du revenu de base en manipulant différents critères : le montant (500, 750, 1000 euros ou autre), les publics visés (mineurs, 18-25 ans, adultes, retraités) et différents leviers d'action quant à son financement, aujourd'hui controversé et largement débattu depuis que le vainqueur des primaires de gauche l'a inscrit dans son cahier des charges (choisir si l'on doit inclure ou non le RSA, la prime d'activité, les aides au logement où encore les impôts dans la mesure). Ce nouvel outil a été lancé ce mercredi par le Président du Conseil départemental de la Gironde, Jean-Luc Gleyze et l'ensemble des élus réunis autour de la présentation d'un avis citoyen ayant sollicité 120 personne. Acteurs de l'ESS, services du département, entrepreneurs, associations de solidarité, travailleurs sociaux, associations de défense des droits des chômeurs et de jeunes en service civique se sont ainsi réunis dix-sept fois depuis décembre dernier pour discuter des éventuelles conditions d'expérimentation du revenu de base. Dans un avis global rendu le même jour, cet avis citoyen a préconisé un scénario différent : "1000 euros minimum, réparti en 800 euros versés nationalement et 200 euros de complément en monnaie locale à la charge du département". 

Variable d'ajustement

Si Jean-Luc Gleyze affirme que le scénario en question sera pris en compte, il affirme également que le simulateur sera une importante variable d'ajustement."Les données financières, notamment en matière de recettes, proviennent d'une validation de la Fondation Jean Jaurès, nous somme donc sûrs des chiffres à ce niveau là. Nous verrons ensuite au niveau de l'expérimentation les financements que nous irons chercher, il n'y a pas forcément de lien de cause à effet entre le simulateur et ce que nous expérimenterons", précise-t-il cependant. "Il a aussi un côté pédagogique très important. Il permet de mesurer les impacts que pourrait avoir le revenu de base sur la contribution collective. S'il faut augmenter de 200% l'impôt sur le revenu, l'hypothèse ne tient pas la route". Si la Gironde est vouée à être un département d'expérimentation depuis l'annonce d'un partenariat avec la Fondation Jean Jaurès (associée au Centre pour la recherche économique et l'Institut des politiques publiques) en septembre dernier (elle vise un début en 2018, même si rien n'est encore arrêté de manière définitive et que "la perspective des élections présidentielles laisse un certain nombre d'interrogations dans le panorama national"), l'idée du simulateur est de s'ouvrir à une consultation plus large. "On voudrait que l'outil soit ouvert au niveau national et même au-delà, que ce soit le plus ouvert possible. Nous verrons les enseignements que l'on peut en tirer". 

 Objectif 2018

Le jury citoyen, lui, présentera de nouveau ses conclusions devant les élus lors de la prochaine plénière du Conseil départemental le 13 mars prochain, date à laquelle pourrait être également esquissé un premier protocole d'expérimentation pour une hypothèse finale retenue aux alentours des 750 euros. Le cadre légal, lui, reste évidemment à définir, comme le précise Jean-Luc Gleyze. "Le fait que Matignon accepte de travailler avec nous va nous permettre, en fonction du ou des scénarios que nous pourrions expérimenter, de regarder de quelle manière le cadre légal et législatif peut être modulé et aménagé, y compris de façon dérogatoire sur ce département où une partie. Le financement mettant en parallèle justice sociale et justice fiscale obligera à des décisions nationales que nous ne maîtrisons pas à notre niveau". Le jury citoyen pourrait également accompagner le département dans la mise en place de cette expérimentation. Quant-au fait que l'outil soit simplifié volontairement pour être accessible à tous, c'est pour mieux servir de première approche. "Un deuxième outil est en cours de travail avec la Fondation Jean Jaurès et des économistes qui affinent considérablement le travail du simulateur actuel. La complexité des éléments ajoutés fait qu'il n'est pas forcément diffusible de la même manière", réaffirme Jean-Luc Gleyze. En attendant ces prochaines échéances, il ne reste plus qu'à chacun de jouer du curseur pour savoir si, éventuellement, ils pourraient être convaincus par ce qui n'est pour l'instant qu'une proposition de campagne. 

L'info en plus : le simulateur départemental du revenu de base est disponible dès aujourd'hui sur www.gironde.fr/revenudebase

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6981
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !