Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Jean-Michel Clément député de la Vienne vote contre la loi Asile et Immigration et quitte La République en Marche

23/04/2018 | Le député de la Vienne est allé au bout de sa contestation du projet de loi en quittant LaREM, un tiers des députés de la majorité étaient absents du vote dimanche

Jean-Michel Clément, député de la Vienne

Il était beaucoup question de son exclusion du groupe des députés de la majorité à l'Assemblée nationale. Richard Ferrand le patron du groupe avait montré les dents ; Jean-Michel Clément le député de la Vienne transfuge du parti socialiste qui n'avait pas fait mystère de son opposition à un un texte contraire à ses valeurs a pris les devants en se «  mettant en congés du groupe ». La loi après de longs débats a été adoptée en première lecture par 228 voix (LaREM MODEM UDI) contre 139 (Les REPUBLICAINS, le PS, le PC, Les INSOUMIS, le FN) et 24 abstentions dont 14 LREM. Parmi les votes contre, celui de Jean-Michel Clément dont nous publions la position telle qu'il l'a exprimée.

« Arrivés au terme d’un long débat sur un sujet de société, qui aura vu s’exprimer avec force différentes sensibilités, dont la mienne, j’ai, au nom des principes éthiques qui ont toujours été les miens, décidé de voter contre le texte « immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie ».

Sur ce sujet, comme pour d’autres à venir, lois bioéthiques ou fin de vie, je pense n’avoir fait ici qu’en appeler à ma conscience pour fonder mon vote.

Cette conscience rejoint aussi celle de nos concitoyens qui reconnaissent à leur député le droit de s’extraire d’un mandat impératif.

Toute ma vie personnelle, professionnelle – comme avocat – et politique, s’est construite autour de valeurs simples, de liberté, de justice et d’humilité, plaçant toujours l’homme au centre de mes attentions. Et manifestement, dans le texte que nous avons voté, l’homme, la femme ou l’enfant étaient toujours présents au détour de chaque article de la loi et de chaque amendement porté dans le sens d’une toute autre considération.

Je veux préciser aussi que mon engagement politique s’est toujours inscrit dans un collectif. Acceptant les compromis, sans pour autant renoncer à ma liberté. Une liberté encore plus précieuse quand elle touche à ma conscience.

J’ai toujours considéré que le collectif ne devait pas contraindre la liberté de chacun quand il s’agissait de sujets qui bousculaient leur être. Et un groupe politique ne saurait y échapper parce qu’il se grandit toujours en acceptant les différences.

Pour ce qui concerne ce texte, qui traite d’enjeux de société touchant à l’identité de notre pays, à son histoire et à son avenir, je ne suis pas sûr que nous envoyions aux citoyens du monde le message universaliste qui a toujours été le nôtre.

Je pensais sincèrement que la complexité de ce sujet impliquait que chaque parlementaire de notre groupe soit libre dans son expression et dans son vote. Cela n’a pu être le cas, et je le regrette.

Pour les raisons maintenant bien connues de tous, j’ai voté contre ce texte. Et afin d’éviter que mon vote nourrisse quelques interprétations ambiguës ou farfelues, d’où qu’elles viennent, j’ai décidé de me mettre en congés du groupe parlementaire La République en Marche à compter de ce jour. »

NDLR. On notera  que près d'un tiers des députés de la majorité n'étaient pas en séance au moment du vote, preuve du malaise non éteint au sein de LaREM. Le doublement de la durée possible en centre de rétention de 45 jours à 90 envisagé pour faciliter les expulsions tandis que la réduction de la durée d'instruction du droit d'asile était ramenée de 120 à 90 jours sont à la source de cette "fracture" qui ne dit pas son nom. De son côté Jean-Michel Clément a estimé que vu la « vulnérabilité des demandeurs d’asile » et « les retards de l’administration », engorgée, « ce délai par nature est restrictif des libertés, de l’accès au droit". On aura noté aussi que les élus les Républicains ont voté en majorité pour cette réduction, le groupe plaidant pour une durée de 30 jours et le FN pour 20.

 

 

La Rédaction
Par La Rédaction

Crédit Photo : Jean-Michel Clément

Partager sur Facebook
Vu par vous
6366
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !