Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Grand Entretien - Geneviève Barat: Un cluster ruralité bientôt en Nouvelle-Aquitaine

18/02/2018 | Vice-présidente de la Nouvelle Aquitaine Geneviève Barat depuis son camp de base, la Creuse, s'attaque avec passion au chantier de la ruralité.

Geneviève Barat

Ce n'est pas une mince affaire que de défendre la ruralité dans la plus grande région de France où les territoires ruraux tiennent la plus grande place. Mais Geneviève Barat sait de quoi elle parle, elle qui a choisi de vivre en Creuse et d'y développer un élevage de chèvres en GAEC. Un élevage qu'elle a développé qui alimente une coopérative et est désormais aux mains de jeunes. Rien d'étonnant à ce que la vice-présidente de la Nouvelle Aquitaine qui parle volontiers d'hyper-ruralité mette en avant le maintien d'une agriculture dans les territoires mais aussi souligne l'importance de travailler aux complémentarités "urbain-rural" sans oublier l'importance de la vie associative. Des réflexions et travaux pour le cluster qui doit bientôt voir le jour.

@qui! - Geneviève Barat, vice-présidente de la région, en charge de la ruralité, du vivre-ensemble, de la vie associative et de la citoyenneté. Quand on a des responsabilités qui couvrent un champ très important de la vie sociale, économique d’une aussi grande région, comment s'y prend-on?

Geneviève Barat - Il faut, pour arriver à assumer toutes ses délégations, penser vraiment en transversalité. Il faut penser la région en global avec une cohérence et naturellement de façon reliée. Tout à un lien avec les compétences prioritaires de la région et les compétences partagées. On doit pouvoir sentir qu’elle peut agir jusqu’à la proximité, ça c’est essentiel, que les populations se sentent appartenir à une région.

@qui! -  Justement, est-ce que quand on est enracinée dans la Creuse depuis tant d’années, que l'on a eu des responsabilités importantes dans le milieu agricole, on peut mesurer si la population commence à se sentir appartenir à la Nouvelle-Aquitaine. L'idée progresse?

G.B - Je pense qu’elle progresse mais si le fait régional n’est pas encore totalement intégré dans les esprits, auprès des acteurs, des citoyens, il le devient. Je trouve qu’il le devient de façon étonnante avec cette Nouvelle-Aquitaine parce que, au moins, cela suscite des discussions. Donc, quand cela suscite des discussions, c’est que l’on a conscience que la région existe et de ce à quoi elle sert et peut servir.

De plus en plus l'hyper-ruralité

@qui!  - Ruralité ? Cela veut dire de l’accompagnement, des initiatives sur le territoire ? Concrètement, comment  illustrer votre action en matière de ruralité ?

G. B - La ruralité c’est aborder l’idée que les territoires ruraux représentent de plus en plus l'hyper-ruralité, là où la démographie décline, est en baisse continue. Il faut imaginer des méthodes d’approche des territoires différentes de celles qui prévalent pour une économie métropolitaine. Une étude faite avec l’INRA a lieu sur la Creuse pour définir des méthodes d’ingénierie et éventuellement pour travailler sur la création d’une maîtrise d’œuvre rurale et sociale. On pense, de plus en plus, qu'il faut approcher le rural à partir du tissu social. Imaginer le développement des territoires ruraux par une politique d’accueil en faisant venir les gens de l’extérieur mais, aussi, en encourageant du développement endogène, en quelque sorte du pur développement.

@qui! - Il n’y a donc pas de recettes absolues. Il faut faire en fonction des possibilités du territoire mais aussi des choses qui ont marché, qui peuvent marcher... C'est cela?

G.B -  Nous sommes en train de créer un cluster ruralité à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine pour qu’il soit, d’abord, un centre de ressources, pour inventorier toutes les expériences qui ont eu lieu sur les sujets préoccupants : mobilité, service au public, revitalisation des centre-bourg, développement de l’économie de proximité, développement d’une agriculture a valeur ajoutée, transmission des entreprises. Et pour qu’il puisse être, aussi, un centre de réflexion avec des chercheurs, qu’il puisse développer des expérimentations. Celles-ci auront vocation, si elles fonctionnent bien, à devenir des politiques régionales. Les maires ruraux sont venus nous voir ; ils nous demandent de travailler avec eux. Ils seront dans le cluster. L’horizon de ce cluster, on l’espère dans les 2-3 mois. Pour résumer le Cluster ruralité a pour objectif de susciter une nouvelle dynamique de coopérations et de connexions sur et par les territoires ruraux. Ce travail ne peut se faire qu’avec et par les hommes et femmes œuvrant dans la vie socio-économique de leur bassin de vie.

@qui! - Une des clés, notamment pour installer des jeunes, alors même que l’on en a énormément besoin, c’est qu’il y ait une économie de base sur le territoire. Comment l’encourage-t-on avec les autres responsables, chacun sur des créneaux. ?

G.B -  Il y a à mener ces territoires comme ils existent, en mettant en évidence des choses que l’on ne voit pas et qui pourtant peuvent être des potentiels. C’est un peu l’idée de potentiels cachés dans les territoires ruraux. La région a son rôle à jouer avec ses compétences prioritaires et partagées. Mais la ruralité ne pourra être envisagée que si on fait du développement territorial commun. Donc l’idée est de réunir les acteurs publics, l’État, les maires ruraux, toutes les bonnes volontés pour réfléchir à ces territoires. L’INRA travaille sur les connexions. Pour la Creuse, par exemple, on peut imaginer tout ce qui est autour de la tapisserie. Il y a déjà la Cité Internationale de la Tapisserie, les fabriques de tapisserie. On s’aperçoit qu’une association qui portait la laine, va faire un développement associatif lié à l’économie et va aussi travailler sur l’indication géographique. C’est toutes ces choses-là à laquelle il faut penser.

Les interactions entre territoires urbains et ruraux sont nombreuses, notamment du fait des jeunes, l’attirance entre ces deux types de territoires complémentaires étant réciproque. L’enjeu n’est pas de retenir les jeunes, coûte que coûte, sur les territoires ruraux, mais au contraire de donner aux jeunes qui y vivent l’opportunité de voyager, de faire des études et de découvrir le monde, afin qu’eux, ou d’autres, puissent ensuite revenir ou arriver dans ces territoires.

Je préconise de développer les échanges entre territoires ruraux et urbains, ainsi que les mobilités européennes pour tous les jeunes. Il est important de développer des dispositifs qui permettent, à la fois, de conserver des liens entre les jeunes en étude et leur territoire d’origine, notamment sous forme de réseau social numérique mais également de mettre en place la possibilité de séjour de jeunes dans les territoires ruraux, afin de faire découvrir les acteurs et les atouts d’un territoire aux jeunes souhaitant s’y installer. Les campus ruraux de projets pourraient être les porteurs et les relais de ces initiatives.

@qui! - Comment reconstitue-t-on les bases du développement ?

G.B - Il ne faut pas se résigner; par exemple un département comme la Creuse a des pépites économiques et, aujourd’hui, ces pépites trouvent difficilement les emplois nécessaires parce que la réserve de l’emploi est insuffisante. Ces entrepreneurs ruraux sont avant tout des militants des territoires. Donc, il faut les associer en priorité au développement du territoire. Ces territoires ne sont pas suffisamment attractifs. Je suis persuadée que ces territoires dans 10 ans seront recherchés. En attendant, il ne faut pas laisser se désagréger le service au public, l’école, le minimum, le médical, la culture…. Pour moi le lien social est le premier problème de la ruralité. En Angleterre on est en train de faire un ministère de la solitude. Là, nous avons obtenu qu’un point Poste se fasse dans un café associatif en Creuse. On travaille sur des projets de cette nature car les associations, dernier vecteur de lien social en territoire rural, ont un problème de fragilité économique. Une association qui fait de la culture, des concerts, un espace de vie sociale jeunesse et qui va adosser ses activités avec un café et un point poste peut représenter un lien social essentiel et conquérir une certaine résistance économique. Un développement de service itinérant peut être aussi une solution.

Pour des contrats de réciprocité urbain-rural

@qui! - Dans le cadre du schéma régional, d’aménagement, de développement durable, le SRADDET, cette dimension va être portée, mise en avant ?

G.B - Pour moi, la région a vraiment l’offre globale à apporter à un territoire pour réamorcer une pompe économique. Elle a des compétences sur l’économie, la formation professionnelle, le transport. Pour renforcer l’attractivité il faudra peut-être réinventer des politiques d’accueil comme l'avait fait l’ancien Limousin. Et puis il y a le contrat: plus ça va aller, plus il faudra faire des contrats de réciprocité urbain-rural et peut-être aussi entre territoires ruraux pour trouver des complémentarités, des offres complémentaires à apporter en particulier aux villes.

Quand je vois des villes comme Bordeaux qui veulent faire de l’approvisionnement local pour l’alimentation, je me dis que l’on a un rôle énorme à jouer. Aujourd’hui 40 % des agriculteurs qui s’installent sont hors cadre familial; le principal problème pour eux c'est le financement et l’acquisition du foncier. La région réfléchit avec la SAFER à un fonds de stockage du foncier afin de faire une réserve pour les installations. J’ai proposé dans le laboratoire de l’hyper-ruralité (plan Creuse du gouvernement) d’expérimenter un fonds de stockage qui pourrait être refinancé en location-vente, c’est-à-dire que les gens qui s'installent vont payer durant 10-15 ans et on réinvestirait dans un fonds permanent d’installation à l'agriculture de proximité. L’agriculture dans la ruralité, c’est un peu l’ADN économique de départ. Elle va très mal; donc on a le devoir de la refaire fonctionner. Le développement d’une agriculture de proximité en direction d’une alimentation locale est une des solutions. On peut imaginer qu’il peut y avoir des cercles vertueux qui se recréent, avec le numérique des gens qui inventeraient, qui innoveraient.

@qui! - D’où la nécessité d’accélérer la couverture numérique....

G.B - Le numérique est une chance pour la ruralité parce qu’on pourra travailler à distance, y compris gérer des entreprises importantes. Le numérique est un élément, aujourd’hui, indispensable à l’attractivité d’un territoire et il peut apporter de nombreuses solutions aux enjeux précités : télétravail, télémédecine, achats en ligne, rendez-vous administratifs à distance. Cela nécessite en premier lieu la présence d’une couverture réseau sur l’ensemble du territoire.

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
28801
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Le CESER Nouvelle-Aquitiane Politique | 19/10/2018

Orientations budgétaires, alimentation, formation... Le CESER a rendu ses avis

Hôte du Palais Politique | 18/10/2018

Biarritz: le maire parvient à franchir une marche du Palais

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine Politique | 18/10/2018

Région: Cap budgétaire et politique 2019 au menu de la plénière d'octobre

Jean-Luc Gleyze aux côtés du président Georges Méric de Haute-Garonne Politique | 17/10/2018

Fusion département-métropole : « La Gironde est un tout »

Politique | 14/10/2018

Gironde: Le département mobilise contre la métropolisation

Nathalie Loiseau Politique | 12/10/2018

Consultations citoyennes : Nathalie Loiseau défend l'Europe à Bordeaux

Politique | 07/10/2018

Tribune libre - Jean-Marie Darmian: La métropolisation, une étape supplémentaire de la recentralisation forcée

Yves d'Amécourt, conseiller régional LR Nouvelle-Aquitaine Politique | 07/10/2018

Tribune Libre - Yves d'Amécourt: Monsieur le Président : ne séparons pas les Bordelais des Girondins !

Délégation sénégalaise à la mission locale d'Agen Politique | 03/10/2018

La mission locale d’Agen experte auprès du Sénégal pour l’emploi des jeunes

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil Départemental Politique | 03/10/2018

Départements en danger de métropolisation : « Pas sans nous »

Jean-François Fountaine (archives) Politique | 27/09/2018

La Rochelle : une rentrée à la reconquête de l'emploi

Pierre Camani président du CD47 Politique | 26/09/2018

« Une rentrée politique sous de très bons auspices ! » Pierre Camani président du CD47

Quinze acteurs de Grand Poitiers (présidents d'association, directeurs d'entreprise, etc.) se sont succédés sur scène pour partager leur expérience Politique | 25/09/2018

Grand Poitiers : Un projet de territoire pour exister en Nouvelle-Aquitaine

Colloque Europa ''métropoles et villes intermédiaires" le 21 septembre à Pau Politique | 24/09/2018

Métropoles et villes intermédiaires, de l'Europe... aux Pyrénées-Atlantiques

Régis Laurent, adjoint au Maire de Pau en charge de la Jeunesse, entouré de Malissa et de Margaux, deux volontaires en Service Civique au sein des services municipaux. Politique | 24/09/2018

A Pau, la Ville suscite et récompense l'engagement citoyen des jeunes