Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Grand Entretien - Nicolas Florian, dans la peau d'un maire

01/09/2019 | Maire de Bordeaux depuis le 7 mars, Nicolas Florian a hérité de l'attractivité de Bordeaux, mais aussi des problèmes qui en découlent. Il revient avec nous sur les grands axes de sa politique.

Nicolas Florian, maire de Bordeaux

Quelques jours avant une rentrée médiatique prévue pour le 10 septembre, le nouveau maire de Bordeaux et candidat à sa succession pour les prochaines municipales de 2020, est revenu avec aqui.fr sur ses nouvelles fonctions et ses priorités, à la fois celles qu'il déclinera pendant sa future campagne, mais aussi celles du quotidien. L'ancien adjoint aux finances d'Alain Juppé, qui devra faire face à la concurrence du candidat du parti présidentiel, y évoque la mobilité, le logement, la sécurité mais aussi la nécessaire coopération de la capitale girondine avec d'autres villes de Nouvelle-Aquitaine. Entretien.

@qui.fr - Sept mois après le départ d'Alain Juppé pour le Conseil Constitutionnel, qui vous a "rattrapé" de façon inattendue, comment vous sentez-vous dans votre nouveau fauteuil de maire ?

Nicolas Florian, maire de Bordeaux - Je me sens bien, j'aime ce que je fais. Passé le côté émotion et surprise, je pense que j'ai pris mes marques dans la fonction, même s'il m'arrive encore de m'étonner d'être maire et d'avoir des réflexes d'adjoint. Pour être un peu gaillard, je m'éclate. Je suis passé d'un stade où je soufflais à l'oreille de Juppé quelques idées à un autre où je suis celui à qui on vient les souffler et qui peut les mettre en œuvre. Cette bascule s'est faite dans le temps. Il y a eu l'émotion, la prise de fonction et l'incarnation. Les retours des gens me disent que je suis maintenant dans le job, ce que je mesure. Après, ça a changé ma vie, à la fois personnelle et professionnelle en termes de charge de travail mais aussi de relation avec les gens. Il y a une forme de distance qui se créée alors même que je pense être quelqu'un de très accessible, c'est donc un peu nouveau. Il faut que je me discipline un peu aussi… C'est tout de même valorisant de prendre la suite d'Alain Juppé, de se mettre dans le sillage de ce qu'il a déjà entrepris tout en y mettant ma propre signature.

@qui.fr - Quand vous dites "mon parti, c'est Bordeaux", c'est pour, en tant que maire, vous éloigner encore un peu plus du parti LR ?

N.F - Je m'en suis éloigné, mais pas simplement parce que je suis devenu maire. Depuis 2017, on voit bien que les lignes bougent et que les références partisanes ne sont plus les mêmes. Je ne vais pas tirer sur l'ambulance, mais le parti LR est sinistré. Les présidentielles, l'élection de Laurent Wauquiez, les Européennes… c'est un déclin progressif. C'est concomitant avec mes nouvelles fonctions : je deviens maire à un moment où cet engagement partisan n'a plus de sens parce que mon quotidien, c'est la gestion de la ville et pas me préoccuper du positionnement de tel ou tel parti au niveau national.

@qui.fr - Dans quel état d'esprit abordez-vous l'échéance des élections municipales à venir, vous que l'on présente souvent sous le surnom d'héritier" d'Alain Juppé ? 

N.F - Le terme est plutôt juste dans le sens où je suis le garant de ce qu'a fait Alain Juppé et de cet esprit qu'il a amené. Je ne suis pas le comptable, mais presque. Lui avait toujours des investissements nationaux mais au niveau bordelais, c'était un rassembleur comme Jacques Chaban-Delmas avait pu l'être avant lui. Je suis garant de cette philosophie municipale avec un spectre de majorité très large. Dans son quotidien municipal, il avait une fibre particulière sur la qualité de vie, le lien social, une ville qui se développe et devient attractive. Si j'en suis l'héritier, ce n'est pas simplement en ce qui concerne la transmission de témoin fonctionnelle; c'est surtout dans une forme de continuité de la façon dont il a élaboré sa politique, que l'équipe municipale a accompagnée.

S'agissant de la future campagne électorale, je vais reprendre cette philosophie du rassemblement. À charge pour moi maintenant d'exprimer ce que je veux développer et ma vision, à la fois en tant que maire de la ville et candidat. Il va y avoir un renouvellement dans le choix des gens qui vont incarner cette politique municipale, il faudra s'adapter à un contexte social et sociétal nouveau. L'attente d'implication des citoyens sur la décision en est l'une des preuves : au-delà de leurs revendications, il ne faut pas oublier ce que les gilets jaunes expriment, de par leur mobilisation.

Pour vous répondre sur les élections en elles-mêmes, je dirais que les municipales sont à part. Si elles ne devaient être qu'un vote partisan en adéquation avec des votes nationaux, Alain Juppé ne serait plus maire depuis 2001. Aux présidentielles de 2012, Hollande a fait 57,18% sur la ville de Bordeaux. Deux ans après, Juppé fait 60,95%. Je ne me laisse pas enfermer dans un canevas de rapports de force, ce n'est pas comme ça qu'on doit être guidé par notre engagement. Un candidat à la mairie n'est pas là pour être le promoteur de la politique de quelqu'un d'autre ni pour accompagner une gestion nationale. De mon côté, je vais rester ancré dans le mouvement "Esprit Bordeaux" qui avait été lancé pour préparer la campagne d'Alain Juppé et dont on a fait un parti politique. Pour l'instant, je suis maire de plein exercice et jusqu'à la fin de l'année, je ne m'occupe que de la gestion quotidienne de la ville. La plupart des maires sortants ont le même état d'esprit, d'ailleurs. Début 2020, j'annoncerai quelle sera l'équipe qui m'accompagnera et le projet qu'on devra défendre sous l'identité d'Esprit Bordeaux. Aujourd'hui, le marqueur, ce n'est plus les partis politiques : si vous deviez additionner le nombre d'adhérents de tous les partis politiques connus et que vous rapportiez ça au nombre d'électeurs, la différence fait froid dans le dos. "Esprit Bordeaux" compte dans ses rangs des gens qui n'ont jamais eu et n'auront jamais de carte politique mais, parce que c'est du local et que c'est concret, ils s'engagent.

Verdir la campagne

@qui.fr - Dans une interview parue ce jeudi 29 août dans Sud-Ouest, vous affirmez les trois priorités de votre campagne comme étant la mobilité, le logement et la proximité. Quid de l'écologie, dont plusieurs de vos adversaires se sont déjà largement emparés ? 

N.F - L'urgence face au défi climatique est aussi un marqueur. Il ne s'agit pas de réinventer la planète mais de voir comment on s'adapte, quelle est notre capacité à résister et quelles sont les mesures concrètes à mettre en place. Si on veut agir concrètement à l'échelle municipale, on a des leviers pour le faire. Quand je décide de faire une autoroute de vélo pour favoriser les déplacements doux, je ne suis pas dans l'incantation, je peux le faire si je le veux, sans pour autant être inscrit dans l'engagement partisan d'un parti politique. Le défi, ce sera de pouvoir livrer une vision et un projet pour les vingt ans qui viennent. Alain Juppé nous a laissé un horizon : Bordeaux 2050. Reste maintenant à savoir gérer les immédiatetés et l'échéance qui nous en sépare. Qu'est-ce qu'on fait en termes de logements, de déplacements, d'éducation, de culture, etc. 

Ma feuille de route n'a pas changé depuis ce que j'ai déclaré lorsque je suis devenu maire le 7 mars. Mes quatre grands défis restent le défi climatique, le défi démocratique, le maintien de la cohésion sociale et le défi urbain de la croissance de la ville. À l'intérieur, on parlera logement, mobilité, lutte contre l'isolement, participation citoyenne ou lutte contre les bouleversements du climat. Sur cette question, par exemple, on sait qu'on a un défi autour de l'eau. Aujourd'hui, on est techniquement capables sur des logements collectifs d'utiliser des eaux pluviales pour un usage domestique. En revanche, la législation en termes de santé publique et d'hygiène ne l'autorise pas sur ce collectif. Il y a donc un enjeu de peser auprès des pouvoirs publics nationaux pour modifier ça. 

@qui.fr - Dans le premier budget participatif de la ville de Bordeaux (2,5 millions d'euros), 24 projets lauréats (sur un total de 41) concernent l'écologie. Parmi eux, un projet financé à hauteur de 70 000 euros parle de "végétaliser les places minérales" en "installant des bacs de végétalisation mobiles", un peu à l'image de l'installation d'une ombrière Place Pey Berland, mesure contestée par l'opposition municipale. Selon l'étude de l'entreprise rennaise Kermap réalisée avec des clichés satellites, Bordeaux figure en neuvième position des onze métropoles de plus de 200 000 habitants analysées, avec 12% de patrimoine arboré. Que comptez-vous mettre en place pour en augmenter la part ?

N.F - Le paradoxe de Bordeaux, c'est que quand on l'observe d'un point de vue aérien, on s'aperçoit qu'il y a autant de vert que de construit. Si vous zoomez, vous vous apercevez que la nature est chez les gens, derrière les murs. On a deux ou trois gros poumons de nature sur la ville, mais le reste de l'aménagement a été fait de telle sorte que l'on puisse piétonnier le centre-ville et le libérer de la voiture, ce qui a forcément nécessité une artificialisation des sols. À l'époque, on n'avait pas les mêmes enjeux. Celui d'aujourd'hui, selon moi, c'est de ramener une végétalisation sur l'espace public et pas simplement pour le plaisir esthétique mais pour transformer les îlots de chaleur en îlots de fraîcheur. C'est ce qu'on envisage de faire avec le futur "plan Canopée" qui envisage de planter 3000 arbres par an et avoir un objectif global de 20 000 d'ici 2025. Ce qu'on a fait sur la place Pey Berland a un but à termes : l'enracinement d'arbres dans l'espace public. J'ai voulu faire une expérimentation avec des arbres qui n'étaient pas enracinés, mais c'est bien l'objectif. Le paysage urbain sera donc complémenté. Dès le mois de septembre, un "club de l'arbre" sera mis en place, il y aura un recensement des lieux et places publiques qui manquent de végétalisation, on devrait ensuite en déduire des actions.

Logement et mobilité : les deux font la paire

@qui.fr - Parmi vos principales priorités, on retrouve la question du logement. Une récente étude de l'UNEF des villes "selon le coût de la vie étudiante" montrait Bordeaux comme étant la ville de France avec la plus importante inflation sur les loyers (+11,07%). D'un autre côté, le prix de l'immobilier à Bordeaux a connu, après des hausses très importantes, une baisse de 7% au premier semestre 2019 par rapport à 2018 (baromètre Orpi). De nouvelles mesures sont-elles à prévoir pour éviter le retour de l'inflation ?  

N.F - Bordeaux est confrontée, comme d'autres grandes villes, à une pénurie de logements abordables pour les étudiants, qui sont très nombreux. La Région a engagé depuis quelques années un programme avec le Crous de réhabilitations des villages étudiants. Ça a été fait, mais il faut le prolonger. La ville n'a pas la compétence sur le logement étudiant, mais elle peut, dans tous les programmes d'aménagement, augmenter leur part. Ça ne pourra se faire qu'au travers d'une convention formelle avec les promoteurs, bailleurs sociaux ou non. Je suis aussi prêt à être plus offensif en mettant des bâtiments à disposition de bailleurs pour les réhabiliter en logements étudiants. On n'a pas de logements vacants, mais on a parfois des immeubles occupés par des associations, il peut y avoir de la mutation.

Concernant l'ancien, le phénomène de la location saisonnière n'arrange pas les choses. En centre-ville, 5000 logements étaient sortis du parc de logements libres pour ne faire que du saisonnier, dont une bonne partie de T1 et de studios qui auraient dû aller aux étudiants. On a pris des mesures, comme d'autres villes l'ont fait, notamment en limitant à 120 jours le nombre de nuitées de locations possibles sur une résidence principale. On a aussi été plus loin en demandant à tous les investisseurs qui rachètent des immeubles et les font muter pour en faire des logements touristiques de justifier dans le même quartier de la mise en location d'un logement classique sur le marché. L'effet de cette mesure, c'est que 900 logements sont depuis revenus à la location. Je veux continuer cette action pour redonner les logements à des résidents, tout comme Paris et d'autres villes à vocation un peu touristique.

Sur le logement social, enfin, on rattrape. Le taux de logements sociaux en 2012 à Bordeaux était à moins de 15%, il est aujourd'hui à près de 19%. Il faut tendre vers les 25% de la loi, on va y arriver. Quand deux logements sont construits à Bordeaux, il y en a un qui est un logement social. Sur les grandes opérations d'aménagement, il trouve toute sa place. Le vrai enjeu, c'est le logement dit "accessible" ou "abordable". Il y a toute une frange de la population qui n'est pas assez riche pour se payer un logement libre mais ne rentre pas dans les plafonds de ressource d'un logement social. Il y a dix ans, le prix du mètre carré moyen en neuf était à moins de 3000 euros contre 4800 aujourd'hui. L'objectif, c'est de pouvoir construire du logement qui ne soit pas social mais avec un prix de sortie autour de 3000 euros. Il y a une possibilité : la notion de logement abordable, sans plafonds de ressources contrairement aux logements dits "accessibles". C'est ce qui doit être négocié avec les promoteurs; ils sont dans un bon état d'esprit là-dessus mais ça ne pourra marcher que si derrière on a une politique foncière forte pour lutter contre la spéculation. 

@qui.fr - Vous avez déclaré que Bordeaux pouvait accueillir 300 000 habitants "pour que ce soit acceptable". Et après ?

N.F - C'est ce que j'ai évalué en termes de capacité d'accueils, d'équipements publics, de capacité à se déplacer et vie sur l'espace urbain. Aujourd'hui, on est proche des 260 000. Les grandes opérations, comme Euratlantique, représentent à termes 40 000 habitants. Une fois qu'on aura fini tout ça, on ne sera pas loin du compte. Ensuite, il ne s'agit pas de figer et de mettre un plafond ou de perdre des habitants, mais ce n'est pas forcément construire plus. On peut aussi jouer sur la sociologie des habitants avec des familles qui commencent à revenir et une forme de densification sociologique sur la ville.

@qui.fr - Parmi les grands projets structurants à venir, on retrouve l'idée de la restructuration des boulevards et à travers elle, l'épineuse question de la mobilité. Quelle vision avez-vous du projet à l'heure actuelle ?

N.F - L'enjeu n'y est pas uniquement un enjeu de mobilité. L'habitant de Mérignac ou de Saint-Médard-en-Jalles peut en avoir un parce qu'il fait du transit et on s'aperçoit que de nombreux utilisateurs des boulevards connaissent l'effet "baïonnette" : ils arrivent de l'extérieur et empruntent une partie des boulevards pour rentrer dans Bordeaux. 1% de la population en utilise la totalité. La priorité à cet endroit, c'est la création d'espaces sécurisés pour les vélos. Il y aura peut-être un transport en commun en site propre, mais il y a déjà un bus. Pour les habitants des boulevards, en revanche, c'est plutôt la question de l'aménagement urbain et comment on réhabilite les barrières : en en faisant des lieux de vie ou des lieux de passage ? Quand on parle de lieux de vie, ce n'est pas simplement mettre des commerces en pieds d'immeubles ou créer des poches commerciales, c'est aussi répondre aux besoins en termes d'équipements publics. Il ne faudrait donc pas qu'on ne s'arrête qu'à la bande de roulement et à la façade mais prennent en compte aussi les 300 ou 500 mètres qu'il y a de part et d'autre de ces boulevards. On ne pourra pas réfléchir à l'avenir des boulevards sans se préoccuper de ce qui se passe du côté de Pellegrin et à Gaviniès qui fait le trait d'union avec Mériadeck, par exemple. Ce sera aussi un projet intercommunal.

@qui.fr - En termes de grandes infrastructures, le pont Simone Veil a encore pris du retard

N.F - On est soumis à l'appréciation des juges suite au différend qu'on a eu avec le maître d'ouvrage (le groupe Razel-Bec) sur la façon de construire ce pont. Au final, on a passé un accord qui déchargeait l'entreprise d'une partie des travaux moyennant indemnisation (un million d'euros) et qui nous permettait de lancer un nouveau marché en dissociant ce qui relevait du tablier et ce qui relevait de l'enfouissement. On a souhaité le faire valider par un juge pour s'éviter des recours. Sauf que ce dernier a dit en première instance que l'accord passé était trop déséquilibré et qu'il allait contre la règle des marchés publics. On considère que ce n'est pas le cas, mais en attendant, ça nous bloque. On a donc décidé de faire appel, on attend la décision. Si elle confirme cette décision, l'accord deviendra caduc et il faudra tout reprendre à zéro. Ce qu'on espère, c'est que les juges puissent nous permettre de relancer les travaux d'enfouissements. On a quand même pu continuer les travaux sur la trémie, elle est rouverte, ce qui est moins pénalisant en termes de déplacements. Idéalement, on aimerait lancer un marché public pour attribuer les travaux de réalisation des piliers d'ici la fin de l'année.

Sécurité VS fracture sociale

@qui.fr - Au sujet de la sécurité à Bordeaux, pour faire face à une situation qui se dégrade, vous avez annoncé qu'un "plan" allait être présenté en septembre. Quelles en seront les mesures phares ?

On travaille de concert avec la préfecture, on a réuni un CSPD un peu exceptionnel en juillet. L'idée, c'est que d'ici fin septembre, on ait une restitution et des actions concrètes sur la vidéosurveillance, un meilleur accompagnement social ou un rappel à la loi, qui n'est pas encore utilisé ici. Je n'ai pas encore tranché la question de la place de la police municipale, mais je ne peux le faire qu'en coordination avec la préfecture. Il faut aussi régler le problème du malaise social de voisinage, c'est une action à mener notamment avec les bailleurs sociaux. Enfin, concernant la grande délinquance et les trafics, il n'y a que l'État qui peut intervenir. Je suis prêt à mettre des moyens : plus de vidéosurveillance mais aussi la possibilité pour les services de police d'avoir la main sur ce maillage-là. Jusqu'à maintenant, c'est nous qui collectons et transmettons les images, on n'a jamais accepté l'idée que le préfet de police puisse prendre la main.

@qui.fr - Cet été, de nombreuses associations ont alerté sur la vague d'expulsions de squats sur la métropole ordonnée par la nouvelle préfète, Fabienne Buccio. Au niveau municipal, avez-vous la main ?

N.F - Territorialement, ça doit être réfléchi à l'échelle de la métropole. Il n'y a aujourd'hui que quelques villes qui sont concernées par ces squats mais la réponse doit être collective. Après, c'est aussi le rôle de l'État que de prendre ses responsabilités, pas seulement avec une réponse consistant à ne plus autoriser les regroupements dans des squats mais en apportant une réponse sociale, humaine, ne serait-ce que pour ceux qui sont déjà là. Je n'ai pas encore de date, mais on a demandé une table ronde avec la préfecture, les acteurs sociaux, la sécurité publique et les différents services pour une réponse collective. 

@qui.fr - La ville de Bordeaux et la métropole ont engagé une série de partenariats avec d'autres grandes villes de la région Nouvelle-Aquitaine (Angoulême, Libourne, Marmande, Limoges, Mont-de-Marsan) dans le but d'organiser une "coopération territoriale". Allez-vous aller plus loin dans cette stratégie dans les mois qui viennent ?

N.F - On doit faire de l'aménagement du territoire à l'échelle de notre région et renforcer le positionnement d'anciennes préfectures (Poitiers, Limoges) de villes telles Bayonne ou Agen. Pour cela, il faut identifier les relations à entretenir, les filières à promouvoir. C'est le travail de la Région mais la métropole doit aussi y participer. Il faut aussi quantifier la porosité à réinstaller entre la capitale et le reste du département. Cette fracture territoriale, c'est aussi, on y revient, le message des gilets jaunes. Avec Angoulême et Limoges, on ne peut pas parler de fracture territoriale au sens ou Bordeaux les vampiriseraient. C'est moins un transfert de richesses et d'accompagnement du développement qu'un partenariat de renforcement mutuel. Sur le reste du département, Bordeaux doit aussi se comporter un peu comme une grande sœur et éviter d'être vue comme une ville qui concentre les richesses et les atouts, là où il y a une forme de recul de la puissance publique sur des territoires périurbains. À priori, la Région et le département sont d'accord pour organiser des "Assises des territoires". On doit être plus volontaristes. Quand on parle de mobilité, il ne faut pas s'arrêter à ce qu'il se passe sur les boulevards. Pour la rocade, l'enjeu est aussi de savoir ce qu'on fait des poids lourds qui traversent le département. Jusqu'à quel point peut-on être dans une logique d'étalement de l'activité économique : on ne va pas se tirer une balle dans le pied en disant à une entreprise d'aller s'installer à Saint-Savin-de-Blaye plutôt qu'à Bordeaux, mais ça doit être équilibré avec des logiques de sous-traitance ou de partenariat, notamment.

On devrait relancer des partenariats du côté du Blayais, de l'Entre-deux-Mers, du Médoc et de la première ceinture. Cet équilibre dans le développement passera sans doute par l'identification de filières économiques pour pouvoir délocaliser une activité de sous-traitance ou d'activités complémentaires sur les grands donneurs d'ordres. Il faut aussi qu'on accepte l'idée qu'on ne concentre pas tous les atouts. Bordeaux Métropole est aussi un grand donneur d'ordre : quand on négocie un contrat sur des transports avec des grands groupes, ne peut-on pas aussi en faire bénéficier les petites communes autour? Pareil pour la flotte téléphonique de la métropole : on pourrait y intégrer des agents d'autres communes. En tout cas, la volonté est là.

Joël Aubert - Romain Béteille
Par Joël Aubert - Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10542
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !