Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le « Grenelle des banlieues » débute à Bègles, en Gironde

02/05/2011 |

Banlieue

Organisé à Bègles ce samedi 30 avril, le premier colloque sur le thème des politiques de banlieues a permis de constituer une première liste de propositions sur la question des banlieues. Liste qui sera complétée grâce à d'autres colloques et adressée à l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle de 2012. A l'origine de cet ambitieux projet, on trouve l'association « Quartier Sans Cible ». Née en novembre 2005, à la suite des émeutes en banlieue parisienne, l'association basée à Villenave d'Ornon, cherche à mobiliser les personnes et les idées autour de l'épineux sujet des banlieues afin de changer le regard qu'on porte sur ces quartiers populaires. Présents au colloque, une dizaine d'acteurs du monde politique, culturel et associatif ont présenté leurs avis sur les différents aspects d'un débat aux enjeux complexes.

Quelle politique pour la banlieue ? La question est la même depuis plus de 30 ans, mais les réponses qui y ont été apportées pour améliorer la vie dans les quartiers se sont montrées pour la plupart inefficaces. Comme l'a rappelé Noël Mamère, maire de Bègles et député écologiste, dans son discours d'ouverture « on ne peut pas se contenter de mettre le couvercle sur la marmite ou de gommer la question des banlieues. Il faut s'attaquer aux racines de ce mal français ». Un combat qui passe par une réflexion en profondeur. Pour cela, tables rondes, échanges, ateliers et débats étaient au programme de cet après midi consacré à la banlieue. Le tout animé par le sociologue Mehdi Hazgui.

 

Combattre les préjugés
Partant d'une idée commune selon laquelle la banlieue est un thème prioritaire de la campagne de 2012 et que cette question doit être vue autrement que par le prisme sécuritaire, le débat s'engage. Première analyse, celle de Laurianne Deniaud, Présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), qui reproche à l'ensemble des partis politiques - PS en tête - « de traiter  la question des banlieues uniquement quand il y a un problème ». Une analyse partagée par la conseillère régionale d'Aquitaine, Naïma Charaï, qui parle des « préjugés » sur la population de banlieue et dénonce la faiblesse des politiques culturelles de banlieue, se limitant souvent à des cours de hip-hop ou des terrains de basket. Les réactions sont vives. « Pour s'en sortir il faut refuser de s'inscrire dans le moule construit pour les jeunes des banlieues » affirme le comédien Douada Diakaté. « Le malaise des jeunes est alarmant » déclare de son côté Mohamed Amanissi, boxeur pessacais: « ils accumulent les contrats précaires et le chômage et  les banques les refusent ».
« Rien n'a changé en banlieue depuis 30 ans » explique Saber Gharbi, membre de l'association Quartier Sans Cible, qui regrette que « ce soient des gens qui ne viennent pas de banlieue qui parlent et décident pour nous » avant d'ajouter « le traitement médiatique de la banlieue ne montre que le négatif alors que l'immense majorité des habitants de banlieue fait énormément d'efforts pour ne pas qu'on voit la banlieue sous le prisme de la délinquance ou de l'islam ».  

 

Mettre en place la mixité sociale
Des clichés qui viennent, selon Bolewa Sabourin, animateur du réseau « Cités en Mouvement », d'un premier problème qui est celui du vocabulaire. « N'ayons pas peur d'appeler un Noir un Noir ou un Arabe un Arabe, ne mettons pas de codes ou de sous entendus derrière ces mots, ne pensons pas de manière individuelle et remettons le « nous » au centre des préoccupations car le problème est vécu par tout le monde». Habitant la région parisienne Bolewa Sabourin vit la banlieue au quotidien, comme l'ensemble des invités du colloque, et il croit lui aussi à « l'énorme potentiel » de ce qu'il veut appeler avant tout « les quartiers populaires ». Ainsi, il encourage chacun, les jeunes en particulier, à s'exprimer et à s'engager sur le plan politique pour défendre leurs idées et mettre la banlieue au centre du débat politique en lui assurant une représentativité.
« Sur le plan national, plus de 4 millions de personnes vivent dans les banlieues » détaille Jean Touzeau, Maire de Lormont et Vice-président du Conseil Général de Gironde, qui rejoint l'avis de Bolewa Sabourin et affirme la nécessité de « s'appuyer sur leurs propositions ». Des propositions qui doivent être plus visibles grâce à une « une vraie mixité », marquée par la construction de logements sociaux hors des banlieues, permettant d'éviter la formation de « ghettos », mais aussi par une bonne accessibilité à la culture pour les habitants de banlieue.

 

Mixer les populations, arrêter les stigmatisations, changer les regards sur la banlieue en montrant le positif, construire des équipements sportifs et culturels dans les quartiers populaires, lutter contre la banalisation des discriminations sociales en termes d'emploi et de logement, combattre les préjugés, mieux former la police, séparer religion et politique, voilà certaines des grandes propositions recueillies lors du colloque de Bègles. Listées sous forme de charte à l'attention des candidats à la présidentielle ces idées sont autant de solutions possibles pour résoudre le grand problème des banlieues, trop longtemps ignoré.   

Credit Image : Photigule
Plus d'informations sur les sites http://quartiersanscible.fr et http://www.citesenmouvement.fr

Aymeric Bourlot

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
569
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !