Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, vient à Bordeaux finaliser le financement de la LGV Tours-Bordeaux

28/09/2010 |

Jean-Louis Borloo

En visite à Bordeaux ce mardi 28 septembre, le Ministre de l'Ecologie, du développement durable et des transports, Jean-Louis Borloo, venu officiellement pour inaugurer la mise en service de la première phase de suppression du bouchon ferroviaire et signer la convention d'études sur le volet foncier de l'Opération d'intérêt national Bordeaux Euratlantique, a fait des annonces concernant le financement de la LGV Tours-Bordeaux. L'objectif est notamment de trouver rapidement 5,5 millions d'euros pour que Vinci puisse lancer les travaux en 2011 et les achever en 2016.

La LGV Tours-Bordeaux prend forme. La convention définitive avec son constructeur, Vinci, pourrait être signée d'ici Noël, a indiqué aujourd'hui à Bordeaux le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo. Son financement est presque bouclé. "Sur le mécanisme de financement, à deux ajustements près on s'est mis d'accord sur le processus, et j'espère qu'on va pouvoir signer la convention définitive avant Noël", a déclaré Jean-Louis Borloo. En effet, par exemple, le président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, attend notamment des garanties de l'Etat avant de s'engager. "Pour moi, la LGV ce n'est pas seulement Tours-Bordeaux, et Paris à 2 heures de Bordeaux, c'est un dossier unique. Pas question de remettre en cause la réalisation de l'ensemble des lignes de la future LGV Sud Europe Atlantique de Bordeaux à Toulouse, de Toulouse à Figares, de Bordeaux à l'Espagne", a déclaré Jean-Louis Borloo, se voulant rassurant. Il lui rendra visite prochainement pour finaliser l'accord. Selon les dernières estimations de juin 2009, le coût de cette LGV est estimé à 16 milliards d'euros. La Région Aquitaine, quant à elle, a décidé de voter sa part de financement le 26 octobre prochain. Son président, le socialiste Alain Rousset, a souligné que "toutes les réponses n'ont pas été données, mais la décision est prise. C'est un projet d'intérêt général, le Sud-Ouest est la dernière grande région européenne à rester à l'écart des lignes à grande vitesse".

Un tracé légèrement modifié

Concernant le tracé, il est arrêté. Ce tracé, qui comporte 410 km de lignes nouvelles, est globalement conforme à celui soumis en mai pour validation au Premier ministre par le Comité de pilotage (Copil), "à un ajustement près" au niveau de Préchac, dans le Sud-Gironde, où le tracé final s'éloignera finalement du centre-ville, a souligné le préfet d'Aquitaine, Dominique Schmitt. Deux propriétés viticoles seront également touchées en Gironde, soit une dizaine d'hectares dans les Graves, "mais nous ferons en sorte qu'aucune des parcelles qui puissent se trouver sur le tracé ne soient inaccessibles", a-t-il ajouté. L'hypothèse de nouvelles gares à Bayonne et à Agen est également à l'étude, de même qu'une variante du tracé à Saint-Jory en Haute-Garonne. Au sujet du Pays Basque, "on va en Espagne, c'est tout à fait clair, avec utilisation de la voie existante tant qu'elle n'est pas saturée, démarrage des travaux pour une ligne nouvelle et si elle doit se faire elle sera de toute façon enterrée et en respectant les paysages", a annoncé le ministre. Un "si", qui remet en cause la ligne nouvelle ? Pour Alain Rousset, il n'y a pas de doute à avoir : "la ligne nouvelle se fera de toute façon au Pays basque sans quoi l'Europe ne financera pas".

Par ailleurs, Jean-Louis Borloo a été interpellé par Alain Juppé, maire de Bordeaux, et Alain Rousset, président de la Région, sur la nécessité d'envisager le contournement ferroviaire de Bordeaux pour reporter sur le rail une partie du trafic des camions traversant la région depuis l'Espagne. Le ministre a assuré que les études pour le grand contournement ferroviaire de Bordeaux vont être lancées.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
322
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !