Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/08/19 | Aujourd'hui, le coup d'envoi du contre sommet à Hendaye et Irun

    Lire

    Lancé le 13 juillet dans les rues de Biarritz le contre sommet G7Ez (G7 non non) et Alternatives G7 débute ce jour à Hendaye et Irun. Regroupant 80 associations avec le souhait de dépasser les différences pour défendre d'une voix des alternatives globales et faire face aux urgences climatiques et sociales. Eric Coquerel, député de LFI en donnait le coup d'envoi. Outre les partis écologistes et de gauche, cette région frontalière ayant été choisie pour le G7, les abertzale et militants basques s'associeront à ce contre- sommet. A suivre aussi.

  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

  • 20/08/19 | Musée maritime de La Rochelle : l'Angoumois de retour !

    Lire

    Après sept semaines de restauration, l'Angoumois rejoint la flotte patrimoniale du Musée maritime de La Rochelle. En effet, ce mercredi, le navire, classé monument historique depuis 1993, quittera le Port Atlantique à 18h30, pour aller au Bassin des Chalutiers du Musée. Après l'incendie qui avait détruit l'Angoumois, en 2012, il a fait l'objet de restaurations, dont la dernière cet été. Les travaux ont coûté 187 000 euros, financés à hauteur de 65% par l'État (50%) et le Département (15%).

  • 20/08/19 | Première édition du Raid des forts en Charente Maritime les 11 et 12 octobre

    Lire

    Coproduite par la CCI La Rochelle et l'agence Feeling Event cette première édition du Raid des Forts se déroulera les 11 et 12 octobre en Charente-Maritime. L'aventure sportive inédite est ouverte aux dirigeants et salariés d'entreprises publiques ou privées ainsi qu'au clubs d'entreprises ou aux associations. Objectif: fonder une équipe de quatre personnes pour réaliser 201 kilomètres en deux jours à travers les sites de Marans, l'île de Ré, l'île d'Oléron et de La Rochelle.

  • 20/08/19 | Les Vergers éco-responsables de la Nouvelle-Aquitaine ouvrent leurs portes en septembre

    Lire

    Pour cette 9° édition, les pomiculteurs de l'Association Nationale Pommes Poires ouvrent leurs vergers, labellisés "Vergers éco-responsables", pour permettre au grand public de découvrir comment est cultivé et récolté le fruit préféré des Français : la pomme. Rendez-vous les week-ends des 7-8, 14-15 et 21-22 septembre, pour déceler les secrets de production des pommes, et ceux de son alliée, la biodiversité.

Politique | Le miroir aux alouettes : Crèches : Comment médiatiser un « conflit social à basse intensité » ?

10/05/2010 |

Manifestation du 6 mai à Bordeaux

Depuis trois mois, les métiers de la petite enfance s'opposent au décret Morano sur l'accueil collectif. Journées de grève et manifestations se succèdent à un rythme jamais observé dans ce secteur. Mais, ici, pas de patron à séquestrer ni d'usine à faire sauter. Le dossier est technique et difficile à mettre en images, même si les conditions de travail de milliers de salariés risquent de considérablement se dégrader comme la qualité de vie de 250 000 très jeunes enfants. Pourtant, le sort des enfants est un thème médiatiquement très porteur...

Filmer une manifestation, rien de plus rébarbatif pour un cameraman-journaliste de télévision. Rien ne ressemble plus à une manif qu'une autre manif. Banderolles, déguisements, mégaphones, tout un folklore qui a un goût de déjà vu, avec en contrepoint la grogne des usagers des transports publics ou des voiries génés dans leurs déplacements. Filmer une grève dans une crèche n'est guère plus facile. Là, il n'y a plus rien du tout à voir. Le reportage risque de se réduire à l'interview de la déléguée syndicale et au microtrottoir des parents qui « comprennent » mais sont bien gênés d'avoir à garder eux-mêmes leur enfant.

Un dossier en apparence technique
Réduire l'encadrement pour augmenter le nombre de places en crèche. Tel est le projet du gouvernement, qui peut apparaitre séduisant : on sait qu'il manque aujourd'hui près de 300 000 places de garde d'enfants. Avec le nouveau décret, d'ici 2012, 100 000 places seraient créées dans les accueils collectifs (crèches publiques, d'entreprises mais aussi jardins d'enfants privés et « micro-crèches ») et 100 000 autres auprès d'assistantes maternelles (les « nounous »). Les inconvénients du dispositif sont peu perceptibles par ceux qui ne connaissent pas le monde particulier des crèches : augmentation du taux de remplissage, baisse de la qualification des personnels d'accueil, tandis que les « nounous » pourront garder 4 enfants au lieu de 3 et se regrouper pour former des « micro-crèches » sous l'autorité d'une éducatrice ayant un simple CAP.
Vu de loin, cela ne semble pas bien dangereux. Mais quand on a l'habitude de garder toute la journée des enfants, et même quand il s'agit de ses propres enfants, on voit le travail que cela représente. On perçoit aussi nettement les avantages d'un accueil collectif sur un accueil de type « familial », que cela soit celui des parents ou des « nounous » : plus d'activités, plus d'espace, meilleure socialisation (pour les enfants mais aussi pour les parents qui sont en contact avec des professionnels), suivi des enfants par des éducateurs de jeunes enfants, ambiance plus stimulante... à condition de n'avoir pas des sections trop chargées ! C'est là, au-delà des conditions de travail, tout l'enjeu du mouvement en cours.

Nicolas Sarkozy, naguère « sauveur des enfants » de la maternelle de Neuilly
Tout cela est difficile à dire avec des images et prend du temps avec les mots. Pourtant, sans verser dans le catastrophisme, c'est du bien être des bébés et des enfants dont il est question. Même si comparaison n'est pas raison, un parallèle est tentant à faire. On se souvient de ce fait divers qui avait suscité une grande émotion en mai 1993. Un individu, « Human Bomb » avait pris en otage une classe de maternelle de Neuilly. Nicolas Sarkozy, alors maire de la commune et ministre du budget, était intervenu en personne pour négocier avec le criminel. Les caméras de télévision étaient alors braquées sur cette maternelle et ont filmé le maire-ministre sortant de la classe, un enfant dans les bras. Au bout d'une très longue attente, l'assaut a été donné et « Human Bomb » tué sans que l'on comprenne ses motivations. Nicolas Sarkozy avait alors déclaré : « Il fallait faire un choix, on a choisi les enfants et nous n'avons aucun état d'âme en la matière. »

A l'émotion de la prise d'otage en 1993 s'oppose l'incompréhension - ou l'indifférence - de la réforme de l'accueil collectif, aujourd'hui. Certes, les enjeux ne sont pas les mêmes, mais on voit que, dans l'univers médiatique, un fait divers ponctuel habillement exploité est beaucoup plus rentable qu'un engagement politique et financier sur le long terme pour aider les parents à assurer l'éducation de leurs enfants.

Vincent Goulet

Partager sur Facebook
Vu par vous
1367
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !