Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/19 : L’état de catastrophe naturelle "inondations et coulées de boue" a été acté pour la commune de Langon pour la journée du 26/07/19. Les sinistrés ont 10 jours à compter du 23/10 pour déposer un état estimatif de leurs dommage auprès de leur assurance

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | "Le Miroir aux alouettes" : Retraites : Qui oriente le Conseil d'Orientation ?

19/04/2010 |

Photo : Caramel

« Enfumage » est un terme à la mode. La récente publication du huitième rapport du Conseil d'Orientation des Retraites est un bel exemple de cette technique de communication. Prétextant l'actuelle crise financière et économique, il produit, fort opportunément pour certains, des chiffres alarmistes qui ne sont ni très clairs, ni très nouveaux.

Le Conseil d'Orientation des Retraites (COR), créé par Lionel Jospin en 2000 est composé d'une quarantaine de membres, principalement des représentants syndicaux et patronaux, des élus, des hauts fonctionnaires et des experts. Il doit rendre périodiquement des rapports pour éclairer la société et ses représentants. Déjà, en 2007, ce Conseil avait publié des « projections » à moyen et à long terme. Pour mieux comprendre le travail de propagande du rapport qui vient tout juste d'être publié, il suffit de le comparer avec celui de 2007. Les surprises ne manquent pas.

Rien de nouveau à long terme
Aujourd'hui, le financement des retraites, c'est environ 13 % du PIB, c'est-à-dire de la richesse nationale produite en un an. Les projections de 2007 comme celle de 2010 estiment qu'il représentera 14,7 % en 2050. 1,7 point de PIB supplémentaire, ce n'est pas négligeable mais finalement assez supportable, vu l'allongement de la durée de la vie et l'augmentation globale de la richesse nationale d'ici 2050. En tout cas, ce « nouveau » rapport qui s'appuie sur les mêmes indicateurs démographiques que celui de 2007 n'indique pas de nouvelles difficultés pour le milieu du siècle.

Un scénario (très) pessimiste à moyen terme
C'est pour les 10-20 prochaines années qu'il pointe d'importantes difficultés, avec une dégradation des déficits plus rapide et brutale que prévue initialement, en avançant les effets de la crise. Il est certain que le taux de chômage actuel n'incite pas à l'optimisme. Mais comment préjuger aujourd'hui de ce qu'il sera dans 15 ans ? « L'hypothèse favorable » du COR vise le « plein emploi » en 2024 avec un taux de chômage de 4,5 %. Etrange conception du plein emploi ! De même, les taux de croissance annuelle n'ont pas été revus, alors que l'on peut espérer, après la crise, un rebond et un rattrapage de l'activité économique. De toute façon, on ne sait pas aujourd'hui ce que sera le système productif français en 2040 ou 2050...

L'invention d'un nouvel indicateur
Comme la démonstration n'est guère convaincante sur le fond, le rapport 2010 insiste sur les « besoins de financement » et utilise un nouvel indicateur qui n'existait pas dans celui de 2007 : « les besoins de financement cumulés ». Somme des déficits supposés et accumulés au fil des ans, cet indicateur permet de faire du chiffre et de frapper les imaginations. La recette est facile : on prévoit de forts déficits et on les multiplie sur une longue période. Même un journal sérieux comme Le Monde est tombé dans le panneau, avec un article du 13 avril intitulé « sans réforme, le déficit cumulé attendrait 2 600 milliards d'euros en 2050 ». De quoi faire frémir !

Les limites de la prospective
On frise ici la pure fantaisie. Comment oser penser qu'une société puisse accepter pendant 40 ans de tels déséquilibres financiers sans réagir, d'une manière ou d'une autre ? Mais avant de se poser la question des remèdes (la fameuse « réforme »), il faut s'arrêter sur diagnostic. Et celui-ci n'est pas très fiable, comme le reconnaît lui-même le président du COR : « Pour le court terme, 2009-2015, on peut avoir vraiment des prévisions. Pour le moyen terme, 2015-2024, on est dans le domaine des projections. Pour le long terme, 2024-2050, il faut reconnaître que les projections que nous faisons n'ont pas le même degré d'exactitude ». Et pour cause, on ne sait pas aujourd'hui ce que sera la natalité et la mortalité en 2050 et donc le nombre de la population active. En revanche, on peut jouer très facilement sur une autre variable, l'immigration, et augmenter ainsi le nombre de salariés, si nécessaire.

Briser le tabou de la hausse des cotisations

Mais surtout, la vraie question est celle du montant des cotisations sociales. Avec la hausse constante de la productivité, il n'est pas absurde de consacrer une part croissante du PIB au financement des retraites. Dans ce cas, même avec des cotisations sociales plus importantes, les actifs verraient leurs pouvoir d'achat augmenter et ils assureraient la pérénité du système par répartition, et donc leur propre retraite. Or, cette piste est justement celle que le gouvernement et le patronat ne veulent pas discuter. C'est pourtant une façon efficace de « sauver les retraites » tout en réquilibrant le partage de la valeur ajoutée en faveur des salaires.

Pour éviter les chiffres abyssaux des « besoins de financement cumulés », une autre piste serait de taxer très rapidement, et au moins provisoirement, les profits. Pourquoi ne pas commencer par ceux des banques qui ont récemment reçue de généreuses aides de l'Etat ? Cela permettrait de passer le cap délicat des déficits actuels et d'éviter de se trainer une dette trop lourde.

Vincent Goulet

Partager sur Facebook
Vu par vous
857
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !