Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Nord du Bassin d'Arcachon veut sa part d'attractivité

23/01/2019 | Le Président de la Communauté d'Agglomération du Bassin d'Arcachon Nord (COBAN)a profité de ses voeux pour énoncer les futures stratégies de développement territorial.

COBAN 2019

Qu'on se le dise : l'attractivité de Bordeaux ne profite pas qu'au territoire de la métropole. Depuis 2018, la Communauté d'Agglomération du Bassin d'Arcachon a sensiblement grandi, autant en termes d'organisation que des compétences qui lui sont assignées. Désormais responsables des politique de transports, d'économie et d'habitat, les huit communes qui la composent comptent bien tirer leur épingle du jeu et faire de cette zone autrefois enclavé un terrain d'attractivité fertile. En amont de sa traditionnelle cérémonie de voeux, son Président, Bruno Lafon (maire de Biganos) a exposé les prémices de sa nouvelle stratégie de développement.

Relier les points

Elle est, au niveau de la superficie, la communauté d'agglomérations la plus étendue du département de la Gironde. Composée de huit communes (Andernos-les-Bains, Arès, Audenge, Biganos, Lanton, Lège-Cap-Ferret, Marcheprime et Mios), la COBAN (ou Communauté d'Agglomération du Bassin d'Arcachon Nord), créée en 2003 pour assurer la gestion des déchets de la zone, a élargi ses compétences en 2018 : économie, habitat et tourisme sont venus se rajouter à son portefeuille autrefois unique. Depuis le 1er janvier 2019, elle est aussi compétente en matières de transports. Ce domaine en particulier est depuis longtemps un problème dans un secteur qui compte plus de 65 000 habitants, dépendants de la voiture pour se déplacer (la moitié des actifs travaillent dans une commune extérieure à la communauté d'agglomération et 30% sur la métropole). Comme l'a précisé ce mardi son président, Bruno Lafon, la COBAN est consciente des enjeux puisqu'elle a adhéré au syndicat mixte intermodal de la région Nouvelle-Aquitaine et attend avec impatience le guichet unique dédié aux transports prévu pour 2020. Elle a lancé en mai dernier les prémices d'un vaste projet d'aménagement et de contournement par l'est de la RD3 (plus de 12 000 véhicules par jour) et prévoit également d'améliorer les dessertes de ses pôles d'échange intermodaux (Biganos et Marcheprime, qui à eux deux cumulent 3000 montées et descentes par jour).

Les efforts en termes de transports pour réduire la part modale de la voiture sur le secteur ne s'arrêtent pas là : une liaison "express" avec des "arrêts limités" à Lège-Cap-Ferret, Arès et Andernos-les-Bains est à l'étude aux côtés de la Région Nouvelle-Aquitaine et de Bordeaux Métropole pour "augmenter la vitesse de desserte de Bordeaux via la ligne TransGironde 601" (qui cumule 210 000 voyageurs par an et reste la ligne la plus utilisée du département); la création de douze aires de covoiturage et de 21 bornes de recharge pour les véhicules électriques on encore un plan d'investissement de 7,5 millions d'euros pour continuer l'aménagement des pistes cyclables, notamment relier les villes entre elles.  Enfin, un projet porté par la Route des lasers est à l'étude pour faire circuler une voiture autonome (donc sans conducteur) entre Marcheprime et Le Barp d'ici deux à quatre ans.

Pour Bruno Lafon, le plan de contournement du Nord Bassin est évidemment stratégique, mais il ne doit pas se faire n'importe comment. "Ca ne pourra pas être juste une voie de contournement ou rétro-littorale. Ce sera une voie des mobilités, parce qu'il faudra bien relier les villages et les villes autrement que ce qui a été fait jusqu'à présent. Sur les traversées de bourg, toutes les communes ont fait des efforts pour pacifier le rapport de l'automobile, il faut continuer". La concertation publique, engagée en mai dernier, n'a pas fait que des heureux : plusieurs fois, la Coordination Environnementale du Bassin d'Arcachon a fait savoir son désaccord. Parmi les trois scénarios proposés, elle a reproché au premier sa frilosité et aux deux autres leur intention d'ouvrir une route au travers des zones forestières. Pour le président de la COBAN, c'est avant tout une guerre de voisinage. "On a dans ce territoire un problème d'égoïsme. En 1908, les anciens avaient été obligés d'envoyer dans toutes les écoles primaires un document pour expliquer ce qu'était la forêt. Aujourd'hui, on va faire la même chose pour expliquer qu'on coupe des arbres. Les gens viennent ici, et une fois qu'ils y sont, ils veulent que plus rien ne se passe. C'est un problème d'équilibre, de partage du territoire qui demande de ne pas faire n'importe quoi", a-t-il précisé, ajoutant n'avoir "jamais caché (s)on souhait de phaser sur les pistes forestières pour ne pas créer une trouée supplémentaire dans le massif. Les premiers concernés restent ceux qui possèdent les terrains, à savoir les forestiers et les agriculteurs. Si on fait une concertation convenable sur la propriété du sol, on devrait déjà résoudre quelques problèmes". Reste à voir ce que conclueront les études d'aménagement et les études environnementales, mais la déclaration d'utilité publique n'est pas attendue avant trois ans, sans compter la question foncière sur laquelle tiquent les écologistes.

Economie de terrains

En attendant, la COBAN compte bien mettre les bouchées doubles sur un autre dossier : l'économie. Dans les prochaines semaines, elle devrait terminer un nouveau Schéma de développement économique pour fixer les futures orientations et besoins du territoire en termes d'emplois et de développement, le tout ayant déjà fait l'objet d'une concertation. Parmi les actions concrètes déjà envisagées par ce schéma, on note l'ouverture en mars prochain d'un nouvel espace de coworking consacré à la filière numérique et au design à Lanton, animé par un acteur privé (SAS Bassin des Arts et Projets). A plus long terme, on peut noter la création de nouvelles zones d'activité : 3,4 hectares pour l'extension d'une zone artisanale à Marcheprime cet été, 1,3 hectares dédiés à l'artisanat local à Biganos pour octobre 2019, 18 hectares partagés entre l'industrie et l'artisanat à Marcheprime pour 2022, l'extension d'un parc d'activité à Mios sur 22 hectares pour 2023 pour y accueillir des entreprises du secteur tertiaire ou un futur village d'artisans à Audenge, accompagné d'un espace de co-working, dont les études de faisabilité démarreront dans le courant de l'année. Bref, la communauté d'agglomération veut accélérer la cadence. Son budget 2018, (53 millions d'euros dont 13,5 millions d'investissements) avait aussi financé, à hauteur d'un million d'euros, le déploiement d'une première tranche de fibre optique via l'opération Gironde Numérique : 7400 foyers sont concernés cette année, 42 000 à la fin du chantier.

"En termes d'économie, le premier emploi peut se trouver ici, mais le deuxième est sur la métropole, on est obligés de le prendre en compte", a ajouté Bruno Lafon. "Tous ces éléments nous font dire qu'on ne peut pas tourner le dos à la métropole. Mais pas pour tout : il faut qu'on développe notre territoire par nous-même, notamment sur l'économie ou les transports. Nous nous appuierons sur l'agence BA2E pour conforter les entreprises sur place, les aider, faciliter la production de nouvelles créations et faire venir des entreprises sur notre territoire. Les terrains que nous mettons à disposition sont assez vite prisés, on voit bien la volonté qu'il y a de venir s'installer sur ce territoire. Nous comptons sur la répartition en filières : le numérique pour le Val de l'Eyre, le nautisme gérée par la COBAS (communauté d'agglomération du sud du bassin), et la filière bois pour la COBAN. En termes d'objectifs d'accueil des entreprises nous n'en avons pas de chiffrés aujourd'hui mais on voit bien que dès qu'on procède à des ouvertures de terrain, des opérateurs viennent regarder. Nous ne nous positionnons pas sur la logistique parce que nous n'avons pas assez de surface. Cestas le fait très bien de son côté, du nôtre on a refusé des gens qui voulaient entreposer du calcaire, par exemple. On veut essayer d'aller chercher de nouveaux matériaux, notamment du côté de la chimie verte".

Soutien métropolitain

Enfin, le secteur attend de pied ferme une collaboration (souhaitée par Alain Juppé lors de ses derniers voeux) avec Bordeaux Métropole, comme elle le fait déjà avec certains territoires comme Libourne et Angoulême ou plus récemment Saintes et Marmande. "Ce qui nous a ouvert les yeux sur la nécessité de cette collaboration, c'est le tourisme. Nous n'avons pas que la dune du Pilat, il y a aussi les élevages d'esturgeons, le tourisme vert, le domaine de Certes, l'île de Malprat... On s'est aperçus qu'en termes de transports, pour aller sur Bordeaux il n'y a pas de difficultés sur le sud de la COBAN, mais c'est plus compliqué sur le nord. On est donc d'accord pour collaborer, mais pas uniquement sur le tourisme. Pour l'instant, nous en sommes là", a précisé Bruno Lafon. Beaucoup de choses restent donc encore à construire pour ce territoire à mutualisations récentes, ne serait-ce que pour rattraper l'appétit (logique) de son voisin du Sud.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3022
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !