14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Parlement Européen vu de l'intérieur : la parole aux eurodéputés Béatrice Patrie et Alain Lamassoure

23/01/2009 |

Mme Béatrice Patrie, Députée européenne

A quelques mois des élections européennes, le Parlement européen reste pour un grand nombre de citoyens européens une institution au rôle et aux compétences mal connus. Afin de dissiper le brouillard qui entoure cette institution, Aqui.fr a rencontré deux députés européens sortants, élus de la circonscription Sud ouest : Mme Béatrice Patrie du parti socialiste européen (PS en France) et M. Alain Lamassoure du groupe du parti populaire européen-démocrates européens (UMP en France). Regards croisés sur le rôle du Parlement européen, le bilan de la mandature 2004-2009 et les perspectives d'avenir de l'institution.

« Les députés élaborent et votent les lois européennes »
Sur la question du rôle du Parlement et de la fonction des députés européens en son sein, Mme Patrie et M. Lamassoure établissent la même comparaison : « Désormais, le Parlement européen est à l'Europe, ce que l'Assemblée nationale est à la France », à savoir un législateur au sein duquel « les députés élaborent et votent des lois » (appelées ici directives ou règlements). Pour cela ils prennent en compte leurs propres orientations politiques, l'intérêt du texte à voter pour l'Europe, pour la France et pour la circonscription dans laquelle ils ont été élus. M. Lamassoure précise tout de même que « les pleins pouvoirs législatifs ne seront attribués au Parlement européen, dans leur totalité, qu'après l'adoption du Traité de Lisbonne, elle-même dépendante du référendum irlandais (prévue semble-t-il avant la fin de l'année 2009) ». Jusque là, le Parlement européen, s'il est déjà un véritable législateur dans de nombreux domaines, il garde encore, pour certains sujets, l'héritage de sa fonction originelle de simple conseiller.

« 90% des textes applicables sont d'origine européenne »
Cela dit les domaines de compétence du Parlement sont déjà assez importants. Mme Patrie rappelle que « prés de 90 % des textes applicables dans les Etats membres de l'Union européenne, donc y compris la France, ont pour origine des textes européens. » En d'autres termes, voter aux élections européennes influence nos lois françaises. « Il faut convaincre les citoyens que le vote aux élections européennes contribue par exemple, à réorienter la construction européenne vers une protection des acquis sociaux ou des services publics, ce qui, à mon avis, en tant que socialiste, est loin d'être le cas ». Tirant le bilan de la législature qui s'achève, M. Lamassoure insiste, lui aussi, sur la diversité des domaines de compétence du Parlement européen. « Les exemples de législations qui ont été votées durant les 5 dernières années et qui ont un impact sur la vie des français sont très nombreux. Il y a, par exemple, le vote sur le financement du programme Galileo, qui met en place un réseau de trente satellites, permettant de créer un GPS européen, en concurrence au système américain, qui aura des retombées positives pour l'économie et l'emploi en Aquitaine. Sur la question environnementale le Parlement européen a voté des mesures dans le domaine maritime visant à réduire les conséquences de drames écologiques tels que l'Erika avec, par exemple, l'obligation de double coque, l'amélioration des secours en mer, etc... Autre exemple, la directive concernant la libre circulation des services permettant la concurrence entre services privés tout en maintenant un Service Public... et la liste est encore longue ! ».

« Un vote ayant un enjeu de pouvoir » M. Alain Lamassoure, Député européen
Le rôle du Parlement européen, tant dans ses domaines de compétence que dans ses pouvoirs se place comme une institution d'importance dans la vie de l'ensemble des ressortissants européen. Pourtant, l'un et l'autre ne s'étonnent pas de la faible participation des français aux élections européennes. Ils constatent tous deux que « les français connaissent mal l'Europe et le Parlement européen ». Alain Lamassoure déplore que « les grands médias, exceptée une partie de la presse écrite, n'en parlent pas. » Selon lui, ce désintérêt s'explique en partie par le fait que jusqu'à présent le Parlement européen n'avait pas les pleins pouvoirs législatifs et que par conséquent, « pour les citoyens et pour les médias, ce vote n'apparaissait pas comme un vote ayant un enjeu de pouvoir important, mais plus comme une sorte de sondage pour lequel, soit on ne se déplace pas, soit on vient exprimer son mécontentement.» Ce qui rejoint l'opinion de Mme Patrie qui considère qu'un des arguments qui peut inciter les Français à se déplacer jusqu'aux urnes est d'insister sur le fait que « le Parlement européen est la seule institution, au niveau européen, à être élue au suffrage universel direct. Chaque français désigne leurs représentants qui doivent, à leur tour, rendre des comptes sur leurs activités parlementaires et être à l'écoute des attentes de leurs électeurs. » Il y a donc d'ores et déjà, des enjeux de pouvoirs, ceux des citoyens eux-mêmes à travers leur vote.

2004-2009 : « Une mandature d'importance historique »
Selon Madame Patrie, on ne peut envisager l'avenir du Parlement européen sans se rappeler que la mandature qui s'achève est « d'une importance historique » au regard de l'élargissement de l'Union européenne à 12 nouveaux pays. « Cet élargissement referme une page d'histoire. Désormais l'Europe n'est plus partagée en deux blocs, elle s'est complètement débarrassée du Mur de Berlin. [...]Maintenant, et même si je suis convaincue qu'il fallait faire cet élargissement, il faut parachever les institutions européennes pour lui donner les moyens de fonctionner. » Le député de l'UMP, la rejoint sur ce point en considérant que « la prochaine mandature dépendra complètement de l'adoption de Traité de Lisbonne ».

Un avenir en point d'interrogation
En effet, ce traité permettra de donner un « enjeu de pouvoir plus fort » en donnant la pleine compétence législative au Parlement européen et en lui confiant l'élection du Président de la Commission qui, jusqu'ici est nommé par le Conseil de l'Union européenne. Enfin, ce traité met en place une Présidence du Conseil européen plus stable. Cet élément est bénéfique de l'avis des deux eurodéputés interrogés. M. Lamassoure de considérer en effet, que le système d'une présidence tournante de six mois, connaît en fonction de la personnalité à la présidence, « des hauts et des bas mais plus souvent des bas ». Selon les deux députés, ces éléments nouveaux feront de l'Europe une Europe plus forte. Cela dit, ces projections dépendent avant tout du référendum irlandais sur ce Traité. Si M. Lamassoure reste prudent sur ce point en considérant qu'« il ne faut préjuger de rien, surtout en matière de référendum », il espère que les Irlandais sauront se rappeler que « c'est grâce aux interventions de l'Europe que leurs banques et leur Etat ont pu « survivre » à la crise ». Malgré la vision plutôt optimiste de Mme Patrie et de M. Lamassoure, l'avenir du bon fonctionnement du Parlement européen, et avec lui de l'Union européenne dans son ensemble, reste un mystère que seuls les irlandais pourront résoudre...

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
786
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !