12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Pays basque est-il entré dans une nouvelle ère?

12/01/2017 | Cette intercommunalité unique déclenchée par la loi Notre ne veut pas pour autant signifier que ce territoire sera un et indivisible, comme l'ont montré les batailles qui ont marqué sa construction.

Le dernier bureau de l'ACBA

Pour ses vœux du Nouvel An, la députée PS de la 5e circonscription, Pro EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) Colette Capdevielle a présenté sur sa page Facebook la naissance de la nouvelle Communauté d'agglomération du Pays basque par un charmant faire-part. Et certains de rappeler que le nouveau-né risquait d'être légèrement prématuré en raison de la précipitation de l'échéance au 1er janvier 2017. Notamment, le front du refus de 5 des 6 maires de l'agglomération Côte basque Adour qui a, d'entrée, contesté la représentation disproportionnée initiale et la précipitation de sa mise en place.

L'interview de Michel Iriart, le maire de Biriatou, la ville frontalière, dans les colonnes de "Sud Ouest" le 5 janvier pour résumer ce que pense la majorité des 300 000 habitants du Pays basque sur la mise en place de cette Communauté unique qui a suscité une levée de boucliers de la part des maires de la défunte et puissante Agglomération Côte basque Adour réunissant Bayonne, Anglet, Biarritz, Bidart et Boucau. "Cette communauté est très importante car elle est une reconnaissance institutionnelle du Pays basque dans le cadre de la République. On peut regretter la précipitation dans laquelle il a fallu se lancer. Une intercommunalité cela se réfléchit. Comment harmonise-t-on les compétences, Comment les gère-t-on. Il me semble qu'il aurait été plus judicieux  de fixer la date de 2021 afin qu'au prochain renouvellement municipal l'installation se fasse une fois le travail de débroussaillage effectué."

La spécificité du Pays basque a été une revendication demandée unanimement depuis des décennies à travers, entre autres un Conseil des élus de cette entité qui n'a rien à voir avec un Béarn voisin qu'unit dans le marbre de l'administration française le Conseil général – devenu départemental — des Pyrénées Atlantiques. C'est cette opportunité de reconnaissance identitaire qu'a saisie en 2014 le préfet du 64, Pierre-André Durand, ancien sous-préfet de Bayonne. Une occasion rêvée. Une brèche dans laquelle s'est engouffré le "tout jeune" président de l'agglomération Côte basque Adour, Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne élu à l'unanimité par ses pairs (Michel Veunac – Biarritz-, Emmanuel Alzuri - Bidart-, Claude Olive – Anglet- et Françis Gonzalez – Boucau), président de l'ACBA au lendemain des élections municipales de 2014. L'ancien avocat du barreau, également président du Conseil des élus, allait passer la surmultipliée pour se faire celui de l'EPCI  et avaler un premier projet qui gommait la réalité de la population dans la composition de la future représentativité et la nébuleuse de la gestion de la nouvelle usine à gaz. Résultat, nous nous en sommes fait largement l'écho, Jean-René Etchegaray était mis en minorité par les cinq maires de l'ACBA – et remplacé par le maire d'Anglet- tandis que chaque chacun des Conseils municipaux des 158 communes des dix communautés d'agglomération votait – à une large majorité — pour cet EPCI. Le front du refus auquel s'étaient jointes des communes du Pays basque intérieur réussissait malgré tout à faire revoir la copie de la représentativité. La frange littorale, ECBA et sud Pays basque et la ceinture de Bayonne représente 150 000 des 300 000 habitants de la nouvelle communauté. Des recours enfin, et en vain,  pour faire capoter le projet finissaient de plomber l'ambiance.

Un conseil exécutif ...et  huit pôles territoriaux

Alors depuis, le 1er janvier, quelle est la nouvelle gouvernance de cette Communauté du Pays basque qui compte plus de 300 000 habitants: elle sera constituée d'un Conseil communautaire de  233 élus. 25 élus dont le président – lehendakaria en euskara —, 15 vice-présidents (anciens présidents des anciennes agglomérations), 9 conseillers délégués prépareront les délibérations et assureront l'administration de la Communauté.  Sous ce directoire, seront maintenus  8 pôles territoriaux (2 ont disparu), au côté de 69 élus d'un Conseil permanent chargé de la gestion des attributions déléguées par le Conseil communautaire et parallèlement des commissions obligatoires et facultatives. Parallèlement, deux instances consultatives seront maintenues, le Biltzar, Conseil des maires du Pays basque, une instance de coordination entre la Communauté et les communes, et Le Conseil de développement, représentant de la société civile, qui a d'ailleurs apporté sa contribution à la construction de cette nouvelle communauté.

Le 23 janvier, dans un amphithéâtre de la Faculté de Bayonne, les 233 membres du Conseil communautaire se réuniront pour élire le président dont il ne fait pas de doute qu'il s'agira, par reconnaissance de services rendus, de Jean-René Etchegaray. Hitza Hitz (parole donnée), jusqu'à ce jour le maire de Bayonne est d'un mutisme assourdissant sur son rôle futur au cœur – ou à la tête — de la communauté.

Une mise en place jalonnée de fractures politiques

Le maire de Biriatou aura bien résumé la pensée générale. Cette mise en place à la hussarde pourtant pavée de bonnes intentions aura causé bien des fractures au sein de conseils municipaux. Particulièrement au sein de la puissante agglomération bayonnaise avec des coalitions, comme à Bayonne ou à Biarritz, qui risquent d'exploser aux prochaines élections municipales. Lésions politiques ou de règlements de compte personnel comme à Anglet où le maire Les Républicains, dans le rab proposé dans la représentativité des grosses agglos avait ouvert la porte à son opposition. Et c'est une PS qui aura barré la route à sa colistière, Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional. Une erreur de casting.

Comme cette Communauté basque devra tenir compte pour se construire de manière solide de la mixité culturelle basco-gasconne et littorale, avec deux gros pôles territoriaux, comme on les appelle désormais de cette agglomération. Enfin, politiquement parlant, si chacun a une sensibilité d'un Pays basque unique et indiscutable, il n'y a pas 300 000 abertzale (patriotes, en euskara) en son territoire.

Avant de quitter la présidence de l'ACBA, le maire d'Anglet a réussi à finaliser le gros chantier de mobilité de l'ACBA: le futur et impressionnant tram'bus qui ira de Boucau à Bidart. En transférant, en tant que président du Syndicat mixte des transports, sa gestion de Transdev à Keolis, avec la bénédiction de la ville de Tarnos, dans le Seignanx- impliquée jusque-là dans ce syndicat et qui désirait intégrer – sans trop d'illusions - cette communauté basque.. Petit cadeau avant de prendre la route, Claude Olive a maillé le réseau de circulation de l'ex future "Ville des Villes" dont rêvait, dès son élection à la présidence de l'ACBA...Jean-René Etchegaray. Bien de l'eau de l'Adour est passée depuis sous les ponts de Bayonne et d'une certaine manière le Pays basque est entré dans une nouvelle ère. Mais il devra jouer groupé.

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5436
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !