Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le préfet de région retrouve les Pyrénées-Atlantiques et leurs "fortes identités"

22/05/2015 | En poste à Pau de 2002 à 2004, Pierre Dartout connait bien le Béarn et le Pays Basque. Il est revenu au contact de leurs élus. Pour parler grande région, entre autres sujets

Pierre Dartout (à g.) aux côtés de Pierre-André Durand, le préfet des Pyrénées-Atlantiques

Des services de l’Etat « plus efficaces, bien équilibrés dans les territoires où ils sont implantés et qui restent proches des habitants ». Voilà ce que Pierre Dartout va chercher à mettre en place au sein de la grande région Aquitaine, Poitou-Charentes Limousin. Après s’être rendu dans les Landes et le Lot-et-Garonne, l’actuel préfet de Gironde et de la région Aquitaine est allé ce vendredi à la rencontre des élus des Pyrénées-Atlantiques. Un département voué, assure-t-il, à tenir une place importante dans le nouvel ensemble territorial qui se met en place. Et un terrain qu’il connait dans le détail.

La courtoisie républicaine n’empêche pas le plaisir des retrouvailles. Ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques de juin 2002 à janvier 2004, Pierre Dartout n’a jamais vraiment tourné le dos aux terres du Béarn et du Pays basque. « J’y ai gardé  des contacts privés et familiaux » explique volontiers ce haut fonctionnaire qui est aussi un grand amateur de rugby. 

Des visages qui lui parlentComme le veut l’usage, ses nouvelles fonctions l’ont amené à prendre contact en cette fin de semaine, à Pau, avec les élus d’un département marqué par « de fortes identités culturelles ». Qu’il s’agisse du maire de Bayonne, qu’il reviendra voir dans son hôtel-de-ville, de son collègue palois François Bayrou, comme des parlementaires, du président du Conseil départemental Jean-Jacques Lasserre ainsi que des présidents des divers associations de maires. Qu’ils soient de montagne, du littoral, des communes rurales et forestières, ou membres l’association des maires de France. Sans oublier les représentants des chambres de commerce et d’industrie, de métiers et d’agriculture.

Une journée-marathon au cours de laquelle il était accompagné par Pierre-André Durand, le préfet des Pyrénées-Atlantiques, qui a été son directeur de cabinet lorsqu’il était en poste en Guyane, et sur lequel il ne tarit pas d’éloges (« C’est un grand préfet »). Bref, à quelques visages près, Pierre Dartout était là en pays de connaissance.

Pas de petit Poucet sudisteIl le sait. Ce territoire agréable n’est pas pour autant celui des Bisounours. Avant que le profil de la grande région soit adopté, bien des voix s’y sont élevées afin de dire leur préférence pour un rapprochement avec le Midi-Pyrénées plutôt qu’avec le Poitou-Charentes et le Limousin, jugés par trop éloignés culturellement.

L’argument ne déstabilise pas Pierre Dartout. En tant qu’unités urbaines (traduisez la réunion d’une commune-centre et de son agglomération), Bayonne et Pau figurent respectivement à la 2e et à la 3e place de la grande région, rappelle-t-il. Qui plus est, les Pyrénées-Atlantiques bénéficient d’une « potentialité économique importante » et elles affichent un taux de chômage qui, « même s’il reste toujours trop élevé, est inférieur à la moyenne nationale et régionale ». Il n’y a donc pas de petit Poucet sudiste.

L’Aquitaine historiqueCertes, Toulouse n’est pas loin. Mais, la nouvelle autoroute A 65 aidant, « Bordeaux est beaucoup plus proche ». Les liens étroits que cette dernière entretient avec Pau et Bayonne ne changent pas, ajoute-t-il. Ils se sont même renforcés pour la cité béarnaise.

 La cohérence territoriale recherchée par le gouvernement dans ce qui va devenir « l’une des régions les plus attractives de France » est enfin évoquée. « L’esprit de la loi était de fusionner des régions entières. Car, sur le plan technique, il aurait été difficile de casser certaines solidarités. Le choix a également été fait de ne pas mettre deux métropoles du sud-ouest dans la même région, mais de l’allonger avec le Poitou-Charentes et le Limousin, qui faisaient partie de l’Aquitaine historique ».

Un rapport pour le 30 juin sur les services de l’EtatFausse naïveté ou vraie surprise, Pierre Dartout affirme découvrir à Pau le sobriquet de « APOIL » (sigle inventé pour Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin) dont la grande région a parfois été affublée. « Où se situe le C de Charentes ? » s’étonne-t-il.

Quant à savoir comment on fera exister la future entité… la réponse est simple. «  Pour le moment, on en est en phase de préfiguration ». S’il n’est pas question pour l’Etat de se substituer aux collectivités territoriales pour définir la manière dont celles-ci travaillerons, une « concertation approfondie sera établie avec les intéressées afin d’ éviter qu’une « organisation antinomique » voit le jour.

Pour ce qui le concerne, Pierre Dartout doit fournir le 30 juin au gouvernement  des propositions concernant l’organisation des services de l’Etat dans la grande région. Ce travail l’amènera à se rendre dans bon nombre de villes. Mais aussi à nouer des liens avec les élus locaux comme avec les organisations syndicales de fonctionnaires.

La quadrature du cercle« Une forte complémentarité existe entre l’Aquitaine et les régions voisines » explique-t-il. Avant d’énoncer trois priorités : aller vers  une administration  plus efficace, et plus de mutualisation entre les services de l’Etat, tout en gardant le souci de la proximité. «  La réforme n’est viable que s’il y a une meilleure organisation régionale, et si l’on conforte les missions et la présence de l’Etat au niveau des départements ».

Le préfet de la région Aquitaine ne se voile pas la face : « La combinaison n’est pas simple ». Mais il prend en exemple les progrès que l’arrivée des nouvelles technologies de communication a permis de réaliser.

« On a désormais des moyens de communication remarquables. On peut faire des réunions par visio-conférence. De nouveaux logiciels permettent de travailler à distance. L’expression « quadrature du cercle » est devenue moins évidente qu’il y a quinze ans ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1549
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !