aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/05/17 : Législatives en Lot-et-Garonne : 38 candidats en lice le 11 juin prochain. Dans le détail : dans la 1ère circonscription (Agen-Nérac) : 13 candidats. Dans la 2ème (Marmande) : 13 candidats et dans la 3ème (Villeneuve) : 12 candidats.

22/05/17 : Une conférence ayant pour thème " Hydrocarbures non conventionnels : catastrophe écologique ou El Dorado futur ?" sera donnée le mardi 23 mai à 21h au bar-librairie l'Entropie, 27 rue Bernadotte, à Pau, par JP Callot, professeur de géologie à l'UPPA.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du nouveau gouvernement se rendra cette semaine sur le spot.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du noveau gouvernement est attendu cette semaine sur le spot.

22/05/17 : Vainqueur 41-20 de Montauban devant quelques 30.000 personnes au stade Chaban Delmas le SU Agen retrouvera l'élite du rugby français le Top 14 la saison prochaine.

19/05/17 : La traditionnelle cavalcade de La Rochelle se tiendra les 24 et 25 mai. Elle débutera le 24 à 22h avec un défilé nocturne, puis un défilé diurne le 25 à partir de 15h15 dans le centre-ville. Rens. 05 46 30 08 50.

17/05/17 : Salon du livre de Villeneuve-sur-Lot. Concert-lecture de et avec Marcus Malte, Prix Femina 2016, le vendredi 19 mai à 20h30, au Théâtre Georges-Leygues. Lecture de roman et concert jazzy. Entrée libre.

17/05/17 : Le Collectif Sortir des Pesticides 47 invite à « marcher contre Monsanto » à Agen le 20 mai à midi au Gravier. Ainsi, pour la 5ème année consécutive (2ème à Agen), des citoyens de tout le globe manifesteront contre « Monsanto et les multinationales »

17/05/17 : En rugby, le SUA LG disputera la finale de Pro D2 dimanche à 15h15 au stade Chaban-Delmas à Bordeaux face à Montauban. Pour suivre cet événement depuis Agen, la municipalité met en place un écran géant au Gravier.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.

15/05/17 : Le PCF lance sa campagne girondine ce 21 mai à Villenave d'Ornon-Courréjean en présence de Paul Laurent secrétaire national à l'occasion d'un meeting à 16h

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

  • 19/05/17 | Pyrénées-Atlantiques: Michel Bernos, candidat En Marche face à Habib

    Lire

    Le doute planait jusqu'à présent. Mais il y aura bien un candidat de En Marche face au député PS David Habib sur la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit de Michel Bernos, le maire de Jurançon, également porte-parole de ce mouvement dans le département. Il aura pour suppléant Michel Cuyaubé, le maire de Sévignacq, qui a quitté le PS pour rejoindre En Marche. Agé de 57 ans et magistrat au tribunal administratif, Michel Bernos est également l'un des vice-présidents de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées.

  • 19/05/17 | Les championnats du monde de surf ISA. C'est à Biarrtiz

    Lire

    Avec le championnat du monde amateur de surf (ISA) qui débutent demain face à la Grande plage, l'impériale station balnéaire de la Côte basque renoue avec les compétitions planétaires. Son ouverture s'effectuera en milieu de matinée car, comme chacun sait, en surf c'est la nature -et les vagues- qui commande. Résultat, le championnat débutera au petit matin dès 7 heures du matin et jusqu'à 10 heures avant le défilé des délégations le long du littoral. Quant aux prévisions de vagues, comme d'hab. Incertaines.

  • 19/05/17 | Le Grand Prix automobile de Pau lance ses bolides

    Lire

    Pau renoue ce week-end avec la fièvre automobile. Les bolides du Grand Prix s'y affrontent jusque dimanche soir sur son circuit urbain. Sept plateaux sont réunis : Formule 3, Formula Renault 2.0, GT 4, Formule 4, Peugeot 308, Renault Clio et Twin Cup A et B. Les tarifs adultes vont de 11 € à 38 €. Une nocturne gratuite est prévue le samedi 20 mai. Parmi les animations, on trouve des casetas, une game zone de jeux vidéo automobiles, une exposition de voitures de prestige et la venue de miss France 2017 le dimanche. Le Grand Prix Historique, lui, se déroulera les 27 et 28 mai.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Le premier budget de la Nouvelle-Aquitaine est adopté

14/02/2017 | L'hémicycle régional a déjà connu des débats budgétaires plus animés. Le nouveau budget régional à 3Mds €, est pourtant loin d'avoir créer le consensus entre majorité et opposition.

Séance plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

C'est en quelque sorte le premier véritable budget de la nouvelle Nouvelle-Aquitaine qui a été voté hier lundi 13 février par les élus régionaux... ou à tout le moins par ceux de la majorité. Un budget primitif pour 2017 qui assume l'ensemble du nouveau périmètre des compétences régionales post réforme et se veut la feuille de route comptable des priorités posées par l'exécutif et son Président Alain Rousset. Un budget présenté par sa toute nouvelle Vice-présidente aux finances, Andréa Brouille, élue à l'occasion de cette séance, qui a ainsi officiellement pris la suite de Jean-François Macaire. Un siège dont il n'a que peu profité, suite à la découverte du dossier financier picto-charentais en début de mandature.

Dans son discours liminaire Alain Rousset est revenu sur les priorités d'intervention de l'action régionale, portées par ce budget à 3 Mds €. Il liste d'abord : « la poursuite d'une politique économique proactive », « l'amplification de l'effort sur la recherche et son décloisonnement à destination des entreprises et de l'emploi », ou encore la poursuite du plan 500 000 formations.
Autre défi, « le plus grand », selon lui : celui de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Dans le contexte difficile d'une seconde épizootie de grippe aviaire, rappelé par plusieurs élus de tout bord (et le vote d'une motion en fin de séance), le Président répète son ambition aux allures de mantra, « de renouveler le modèle agricole pour passer d'un système de compensation à un modèle d'innovation ».
Autre priorité de la région, le transport. Outre les nouvelles compétences autour des transports scolaires et intercités à compter du 1er septembre 2017, « la priorité de la région c'est les TER, il faut poursuivre la réhabilitation des lignes voyageurs et fret », pose Alain Rousset. Une thématique transport qui divise sur les banc de l'hémicycle régional. Si tous saluent l'effort de rénovation des lignes TER, c'est la division concernant le financement d'études de la ligne Oloron-Bedous qui ne convainc pas l'opposition, ou encore à propos de la ligne LGV GPSO au Sud de Bordeaux qui trouve contradiction hors et dans la majorité sur les bancs du groupe EELV. A tel point d'ailleurs que si le groupe a voté le BP 2017 dans sa globalité, il a voté contre le chapitre dédié au transport qui prévoit le financement d'acquisitions foncières en vue de cette future LGV.

"La Nouvelle-Aquitaine est candidate pour expérimenter la vignette carbone"Autre priorité nouvellement formalisée dans l'organisation même de la région: « la jeunesse et la citoyenneté autour des questions de logement, d'éducation, de mobilité, d'aide au permis de conduire », égrène le président, avant d'évoquer l'ambition régionale sur la transition énergétique. A ce sujet d'ailleurs il annonce que « la Nouvelle-Aquitaine est candidate pour expérimenter la vignette carbone sur son territoire. Pour développer la transition energétique, il nous faut une recette qui lui soit spécifique ».
Enfin, en terme d'aménagement du territoire, « La taille de la région ne doit pas entraîner un éloignement avec nos territoires. Nous avons à revoir notre politique contractuelle pour l'adapter au mieux aux territoires en situation de fragilité ». Une thématique de l'aménagement du territoire, sur laquelle les élus de l'opposition n'ont pas manqué de souligner, dans le budget étudié ce lundi, « la baisse vertigineuse des crédits », selon l'expression de Joan Taris, pour le Modem, qui considère au côté de Jean Dionis du Séjour de l'UDI, dénonçant quant à lui « une politique de la ville pour le moins sacrifiée », que « la Région devrait être le bras armé de la guerre contre la fracture territoriale ». A tel point d'ailleurs qu'il propose « un budget spécifique à l'aménagement du territoire qui soit en augmentation et sanctuarisé ».
Un regret fortement exprimé aussi par Yves d'Amecourt en réponse, auquel Alain Rousset reconnaît que « oui, en la matière il y a des fins de programmes, et de dispositifs parce qu'ils flambaient (le FRIL en ex Poitou-Charentes notamment). Il faut qu'on réinvente l'aménagement du territoire avec les moyens qui sont les nôtres. Or nous n'avons pas les moyens d'un land allemand ou d'une province italienne », a-t-il glissé avant d'ajouter que « le Trés Haut Débit est un élément de l'aménagement du territoire sur lequel nous avons multiplié les crédits par 10. Or, le THD apparaît comme une priorité pour les maires. Vous, vous voulez intervenir partout : mais en faisant ainsi vous n'intervenez de manière structurante nulle part. »

"Les voyants de gestion de la nouvelle région sont passés du vert à l'orange" Concernant le plan plus strictement financier, le Modem par la voix de Joan Taris considère que « la nouvelle région ne fait pas ses preuves ». Un avis partagé par tous les groupes de l'opposition, du FN à l'UDI en passant par les élus LR. Au rang des critiques répétées par chacun : « un taux d'épargne brute à 9,8%, là où il était encore à 29% au compte administratif 2015 », rappelle Jean Dionis du Séjour (UDI) et « une capacité de désendettement désormais à 8,2 années qui passe le seuil d'alerte des 7 ans », souligne l'élu frontiste Jean-Marc De Lacoste.
Deux éléments qui selon Jean Dionis démontrent que « les voyants de gestion de la nouvelle région sont passés du vert foncé à l'orange. Les jours heureux de l'ancienne Aquitaine sont finis ». Et de comparer la nouvelle région à « un colosse au pied d'argile » nécessitant de réviser « son logiciel de gestion ». S'il en tire le constat qu'il faut maintenant « baisser la voilure, adapter la capacité d'investissement à la diminution relative de votre épargne nette », Yves d'Amécourt (LR) préfère quant à lui évoquer « la recherche d'une méthode d'optimisation de nos propres investissements »...
Par contre les deux hommes se retrouvent sur un même constat « l'absence de réflexion pour réduire les coûts et baisser les dépenses de personnel. » Mais parallèlement, sur la question des recettes fiscales, tout en regrettant que les dotations de l'Etat sont une fois encore au plus bas, l'élu LR pointe à propos de la fiscalité désormais harmonisée des cartes grises et de la TICPE (taxe sur le carburant) que « la pompe à essence est devenue une pompe à fric, et pour tout dire, une pompe funèbre tant elle pèse dans le pouvoir d’achat des ménages ! ».

Autant d'inquiétudes que Stéphane Delpeyrat, président du groupe PS, choisit de tourner en dérision, s'inquiétant « du syndrome du catastrophisme » chez ses collègues de l'opposition. Et de souligner que « l'agrégation des trois budgets des ex-régions dont une avait d'excellents ratios, une autre des ratios corrects et la troisième des ratios très dégradés amène la nouvelle région, c'est arithmétique, à avoir des ratios moins bons que la région qui avaient les meilleurs ratios avant la fusion... » Et de défendre la stratégie de l’exécutif régional : « rester sur les priorités régionales », tout rappelant qu'avec un budget en légère baisse à périmètre constant : les « efforts ont été réalisés ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4643
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !