Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Alain Vidalies en visite en Gironde pour un "marathon des transports"

27/04/2015 | Le Secrétaire d'Etat en charge des transports, de la pêche et de la mer, Alain Vidalies, était en visite toute la journée ce lundi 27 avril en Gironde.

Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat en charge des Transports, était en visite ce lundi 27 avril dans la région

Une visite éclair, un marathon des transports. C'est ainsi que l'on pourrait décrire le déplacement d'Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat en charge des Transports, de la Pêche et de la Mer ce lundi en Gironde. Au menu notamment, la visite des chantiers de la gare Bordeaux Saint-Jean, la présentation du projet Euratlantique, la visite du chantier du tram-train du Médoc ou encore un passage par le Grand Port maritime, quai de Bacalan. L'occasion pour lui de rassurer les élus et de réaffirmer la position de l'Etat sur les grands projets ferroviaires du Sud-Ouest, et de faire quelques annonces.

7 millions de passagers supplémentaires chaque année, d'importantes perspectives de développement, 14 chantiers pour une seule gare. C'est sûr, dans le cadre d'un déplacement en Gironde, Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat en charge des Transports, de la Pèche et de la Mer ne pouvait pas rater un passage par la Gare de Bordeaux Saint-Jean, où la future LGV passera à l'horizon 2017. "Il y a des choix très importants qui ont été faits", a-t-il notamment souligné. "Par la région d’abord, puisqu’il a été fait le choix avec la SNCF d’avoir un atelier de maintenance des TER. C’est un choix original, judicieux sur le plan économique et qui s’inscrit aussi dans ce grand projet de l’arrivée de la LGV à Bordeaux en 2017. C’est l’objet de ma visite aujourd’hui : l’aspect ferroviaire mais aussi l’aspect économique. Tout cela fait un très gros projet. 2017, c’est demain, et les travaux sont déjà très avancés. On voit l’enjeu mais aussi le défi technologique qui est relevé pour rénover cette gare. "Guillaume Pépy et moi même souhaitons d’ailleurs que les gares deviennent des lieux de vie et d’attractivité commerciale. Aujourd’hui, avec l’arrivée de la LGV, le choix fait par la ville, la Métropole et la région font que tous ces ingrédients sont réunis ; il y a une sorte de synthèse et de défi bordelais qui est majeur et qui va être, je pense, réussi". 

Une ligne qui reste inchangéeRéussi, certainement, mais pas sans heurts. Déjà, le projet GPSO avait du revoir ses ambitions à la baisse concernant un trajet en direction de l'Espagne. Le 30 mars dernier, la commission d'enquête chargée d'émettre un avis non contraignant mais défavorable sur la Déclaration d'Utilité Publique sur les lignes Bordeaux-Dax et Bordeaux Toulouse. Une décision motivée par des espoirs de rentabilité "non suffisants". Là dessus, en revanche, pas beaucoup de nouveautés de la part du Secrétaire d'Etat; il a suivi la ligne édifiée par le gouvernement sur son intervention dans la mise en place du projet.

"C’est une autre question", a déclaré Alain Vidalies. "J’ai déjà dit en recevant les élus que le gouvernement donnerait sa réponse lorsqu’il aura le retour de SNCF Réseaux qui nous donnera ses éléments de réponse, puisque c’est le maître d’ouvrage. Mais ce projet a été initié par le gouvernement et il reste donc très attentif à ce dossier. Avant la fin de l’été, nous donnerons comme prévu une réponse définitive". Il a cependant été un peu plus bavard sur l'autoroute ferroviaire Aquitaine, qui avait fait l'objet de vives polémiques il y a moins d'un an. Ainsi, le ministre a annoncé que "d’ici à mercredi, conformément à la date limite fixée au 30 avril, (il) donnerait une réponse définitive concernant l’autoroute ferroviaire Aquitaine, ce dossier posant quelques difficultés". 

Pas de "tout LGV"Alain Vidalies s'est donc engagé ce lundi à une "course aux transports" qui passait par la Direction interdépartementale des routes Atlantique (DIRA), le chantier du tram-train du Médoc et la présentation du projet de bus à haut niveau de service de Caudéran par Bordeaux Métropole, un trajet intermodal vers le nouveau quartier des Bassins à Flot et qui se terminait par une visite du Grand Port Maritime de Bordeaux et un détour par la Capitainerie de Bassens. Le fait de démarrer cette visite par les chantiers de la Gare Saint-Jean est la preuve d'un engagement fort de l'Etat pour Gilles Savary, député dans le 9ème circonscription de la Gironde, lui aussi présent sur place. "C’est un engagement considérable de la part de l’Etat", a souligné le député. "La ligne à grande vitesse va quand même coûter 8 milliards d’euros aura un impact sur Bordeaux, qui sera d’ailleurs le principal bénéficiaire. En réalité, la LGV va tirer le renouvellement urbain et la modernisation de tous les quartiers sud de l’agglomération, de Floirac à Bègles en passant par Bordeaux Belcier, avec probablement des développements commerciaux et économiques considérables pour l’avenir. Un TGV qui arrive dans une ville et une gare comme Bordeaux, c’est un peu comme si on installait un aéroport en ville, avec tous les développements qu’on connaît aux aéroports". 

Pour autant, l'élu milite depuis de nombreux mois pour un service de transports multimodal. Pour Gilles Savary, la LGV ne fait pas tout. "Elles peuvent être pertinentes à certains endroits, mais le tout LGV a ruiné notre système ferroviaire. Bordeaux est une ville suffisamment importante pour pouvoir exiger d’avoir une LGV. Dans des endroits qui sont beaucoup moins denses, il faut par contre faire attention aux nouvelles concurrences. On ne construit pas une ligne LGV comme on en construisait il y a dix ans, on ne prend pas la même décision. Aujourd’hui, il y a du low-cost aérien, comme sur Bordeaux-Madrid, où il peut être plus efficace et moins cher qu’une ligne LGV vers l’Espagne très coûteuse en investissements. Sur certaines liaisons transversales, qui aujourd’hui sont très peu denses, on pourrait avoir des cars à haut niveau de services qui sont aussi rapides, plus confortables et beaucoup moins coûteux. Quand nous rentrons dans une période de frugalité budgétaire et fiscale, il faut faire des choix d’investissement judicieux". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2603
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !