Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le tragique destin d'une famille kosovare expulsée par la préfecture de Gironde

26/04/2011 |

Une pétition avait été lancée pour soutenir cette famille kosovare

Ils sont restés à Bordeaux cinq mois et la "Préfecture de Gironde a refusé obstinément d'enregistrer leur demande d'asile, au mépris des engagements internationaux sur le droit d'asile...", dénonce le comité de soutien de la famille Buzhala, une famille kosovare. Expulsés par la France, ils sont désormais dans le centre de rétention de Debrecen en Hongrie, où ils sont victimes, semble-t-il, de mauvais traitements...

Ils sont cinq dans la famille, Nazmi, le père, Kimete, la mère et les trois enfants : Fejzullah 10 ans, Leonis 5 ans, ainsi qu'Andrit, 2 ans. Leur histoire récente est un vrai calvaire. Appartenant à une minorité albanaise persécutée au Kosovo, ils ont fui le pays. Le 4 octobre 2010, en traversant à pied une rivière frontalière entre la Serbie et la Hongrie pour rejoindre un parking où les attendait une voiture pour les amener en France, ils ont été arrêtés par la police hongroise. Ils ont été détenus pendant 24 heures dans les locaux de la police, dans des conditions inhumaines : attachés, vêtements mouillés, sans nourriture, humiliés et menacés dans le but de les dissuader de déposer une demande d'asile en Hongrie. Expulsés au Kosovo, ils ont repris le chemin de l'exil le 27 novembre 2010 et après trois jours de route, cachés dans une camionnette, ils sont arrivés à Bordeaux le 30 novembre. Dès le lendemain, le 1er décembre, ils se sont présentés au CAIO (plateforme d'asile) pour demander l'asile.

"On leur a dit qu'il y avait trop de demandeurs d'asile"
"On leur a dit qu'il y avait trop de demandeurs d'asile, qu'ils n'auraient pas d'hébergement et qu'il fallait se débrouiller seuls... Ils étaient à la rue !", s'indigne le comité de soutien à Bordeaux. Ils sont allés à la Préfecture le 1er décembre. Leurs empreintes digitales ont été relevées et il a été constaté qu'elles avaient déjà été prises en Hongrie. "La Préfecture de la Gironde a refusé de recevoir leur demande d'asile au prétexte que c'est à la Hongrie de le faire", fustige le comité de soutien. Le 3 et le 4 janvier, ils ont passé deux nuits dehors près de la gare dans le froid et la pluie. C'est à Lormont qu'ils ont inscrit les deux grands à l'école, Fejzullah à l'école primaire Jean Rostand et Leonis à l'école maternelle "Ecole verte". C'est là qu'est née une solidarité associative, militante et citoyenne sur Lormont, avec le Collectif pour l'Egalité des Droits, Resf33 rive droite, la LDH. Des comités de soutien sur les deux écoles des enfants (enseignants, personnels ATOS, parents d'élèves), ont été créées. C'est grâce à eux qu'ils ont été maintenus à l'hôtel Formule 1 de Lormont, afin de permettre aux enfants de poursuivre une scolarité régulière sur les deux écoles Lormontaises. La mairie de Lormont s'est associée à ce vaste mouvement de solidarité qui s'est développé autour de la famille. Le 3 février, l'hôtel de ville de Lormont a accueilli une cérémonie de parrainage républicain. Leurs marraines républicaines sont une professeur des écoles du comité de soutien et une élue conseillère municipale. Ils ont bénéficié d'un hébergement d'urgence municipal. 

Arrêtés sous les yeux du comité de soutien
Tout a basculé lundi 18 avril. Convoqués à 10h30 pour un 4ème rendez-vous en préfecture depuis le 1er décembre 2010, ils ont été arrêtés sous les yeux du comité de soutien en Préfecture et immédiatement conduits vers le Centre de Rétention Administrative de Toulouse. Informée de la « réadmission » vers la Hongrie, l'avocate a déposé un référé liberté pour suspendre la procédure d'expulsion. Elle avait obtenu une audience pour le mercredi 20 avril à 14h. "La préfecture a passé outre, dès le soir de l'arrestation en préfecture à Bordeaux, ils étaient au CRA de Toulouse. Le lendemain matin, mardi 19 avril 2011, à 11h, suivant un programme établi la semaine dernière, ils ont été expulsés en Hongrie en avion spécial gouvernemental !", déplore le comité de soutien. "Ce sont les contribuables français qui ont payé une somme sans doute invraisemblable au regard de la situation. Le père a été frappé et tiré par les cheveux, devant ses enfants par la police française, pour l'obliger à monter dans l'avion", ajoute-t-il. Aujourd'hui, ils seraient au centre de rétention de Debrecen en Hongrie, "où ils sont très mal traités (la mère a été battue hier et a fait un passage par l'hôpital). Nous sommes extrêmement inquiets, n'oublions pas qu'il y a 3 enfants en bas âge !", indique le comité de soutien. "Tous ceux qui accompagnent cette famille depuis leur arrivée en France et en particulier depuis la constitution du comité de soutien en janvier dernier, parents, enseignants, élus, associations, organisations, simples citoyens ne comprennent pas cet acharnement et cette violence d'Etat contre cette famille...", écrit-il dans un communiqué. Une histoire parmi tant d'autres qui fait réfléchir sur notre politique actuelle d'immigration...

                                                                                                                         Nicolas César


Crédit photo : Le Comité de soutien

Partager sur Facebook
Vu par vous
573
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
ferdinandy guy | 17/03/2013

Français d'origine hongroise,HONTE a la France et HONTE a la Hongrie
celui ou ceux qui ont pris la décision de les expulser,devraient se retrouver devant le tribunal international de justice

ferdinandy | 27/04/2011

j'ai honte!!!! d'origine hongroise et francaise!!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !