Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le tragique destin d'une famille kosovare expulsée par la préfecture de Gironde

26/04/2011 |

Une pétition avait été lancée pour soutenir cette famille kosovare

Ils sont restés à Bordeaux cinq mois et la "Préfecture de Gironde a refusé obstinément d'enregistrer leur demande d'asile, au mépris des engagements internationaux sur le droit d'asile...", dénonce le comité de soutien de la famille Buzhala, une famille kosovare. Expulsés par la France, ils sont désormais dans le centre de rétention de Debrecen en Hongrie, où ils sont victimes, semble-t-il, de mauvais traitements...

Ils sont cinq dans la famille, Nazmi, le père, Kimete, la mère et les trois enfants : Fejzullah 10 ans, Leonis 5 ans, ainsi qu'Andrit, 2 ans. Leur histoire récente est un vrai calvaire. Appartenant à une minorité albanaise persécutée au Kosovo, ils ont fui le pays. Le 4 octobre 2010, en traversant à pied une rivière frontalière entre la Serbie et la Hongrie pour rejoindre un parking où les attendait une voiture pour les amener en France, ils ont été arrêtés par la police hongroise. Ils ont été détenus pendant 24 heures dans les locaux de la police, dans des conditions inhumaines : attachés, vêtements mouillés, sans nourriture, humiliés et menacés dans le but de les dissuader de déposer une demande d'asile en Hongrie. Expulsés au Kosovo, ils ont repris le chemin de l'exil le 27 novembre 2010 et après trois jours de route, cachés dans une camionnette, ils sont arrivés à Bordeaux le 30 novembre. Dès le lendemain, le 1er décembre, ils se sont présentés au CAIO (plateforme d'asile) pour demander l'asile.

"On leur a dit qu'il y avait trop de demandeurs d'asile"
"On leur a dit qu'il y avait trop de demandeurs d'asile, qu'ils n'auraient pas d'hébergement et qu'il fallait se débrouiller seuls... Ils étaient à la rue !", s'indigne le comité de soutien à Bordeaux. Ils sont allés à la Préfecture le 1er décembre. Leurs empreintes digitales ont été relevées et il a été constaté qu'elles avaient déjà été prises en Hongrie. "La Préfecture de la Gironde a refusé de recevoir leur demande d'asile au prétexte que c'est à la Hongrie de le faire", fustige le comité de soutien. Le 3 et le 4 janvier, ils ont passé deux nuits dehors près de la gare dans le froid et la pluie. C'est à Lormont qu'ils ont inscrit les deux grands à l'école, Fejzullah à l'école primaire Jean Rostand et Leonis à l'école maternelle "Ecole verte". C'est là qu'est née une solidarité associative, militante et citoyenne sur Lormont, avec le Collectif pour l'Egalité des Droits, Resf33 rive droite, la LDH. Des comités de soutien sur les deux écoles des enfants (enseignants, personnels ATOS, parents d'élèves), ont été créées. C'est grâce à eux qu'ils ont été maintenus à l'hôtel Formule 1 de Lormont, afin de permettre aux enfants de poursuivre une scolarité régulière sur les deux écoles Lormontaises. La mairie de Lormont s'est associée à ce vaste mouvement de solidarité qui s'est développé autour de la famille. Le 3 février, l'hôtel de ville de Lormont a accueilli une cérémonie de parrainage républicain. Leurs marraines républicaines sont une professeur des écoles du comité de soutien et une élue conseillère municipale. Ils ont bénéficié d'un hébergement d'urgence municipal. 

Arrêtés sous les yeux du comité de soutien
Tout a basculé lundi 18 avril. Convoqués à 10h30 pour un 4ème rendez-vous en préfecture depuis le 1er décembre 2010, ils ont été arrêtés sous les yeux du comité de soutien en Préfecture et immédiatement conduits vers le Centre de Rétention Administrative de Toulouse. Informée de la « réadmission » vers la Hongrie, l'avocate a déposé un référé liberté pour suspendre la procédure d'expulsion. Elle avait obtenu une audience pour le mercredi 20 avril à 14h. "La préfecture a passé outre, dès le soir de l'arrestation en préfecture à Bordeaux, ils étaient au CRA de Toulouse. Le lendemain matin, mardi 19 avril 2011, à 11h, suivant un programme établi la semaine dernière, ils ont été expulsés en Hongrie en avion spécial gouvernemental !", déplore le comité de soutien. "Ce sont les contribuables français qui ont payé une somme sans doute invraisemblable au regard de la situation. Le père a été frappé et tiré par les cheveux, devant ses enfants par la police française, pour l'obliger à monter dans l'avion", ajoute-t-il. Aujourd'hui, ils seraient au centre de rétention de Debrecen en Hongrie, "où ils sont très mal traités (la mère a été battue hier et a fait un passage par l'hôpital). Nous sommes extrêmement inquiets, n'oublions pas qu'il y a 3 enfants en bas âge !", indique le comité de soutien. "Tous ceux qui accompagnent cette famille depuis leur arrivée en France et en particulier depuis la constitution du comité de soutien en janvier dernier, parents, enseignants, élus, associations, organisations, simples citoyens ne comprennent pas cet acharnement et cette violence d'Etat contre cette famille...", écrit-il dans un communiqué. Une histoire parmi tant d'autres qui fait réfléchir sur notre politique actuelle d'immigration...

                                                                                                                         Nicolas César


Crédit photo : Le Comité de soutien

Partager sur Facebook
Vu par vous
608
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
ferdinandy guy | 17/03/2013

Français d'origine hongroise,HONTE a la France et HONTE a la Hongrie
celui ou ceux qui ont pris la décision de les expulser,devraient se retrouver devant le tribunal international de justice

ferdinandy | 27/04/2011

j'ai honte!!!! d'origine hongroise et francaise!!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !