Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

  • 27/11/20 | Restructuration de Repetto: L'Etat entre dans la danse

    Lire

    Une première réunion de travail entre la direction de Repetto, le cabinet de la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et les services de Bercy a eu lieu jeudi 26 novembre sur l'accompagnement de l'entreprise dans sa restructuration. L'occasion de faire le point sur les indicateurs financiers de l'entreprise, son processus de restructuration et le climat social en son sein. Les axes d'un projet de développement ont aussi pu être esquissés. Pour mémoire, suite à plusieurs années difficiles, Repetto a annoncé la mise en place d'un plan social menaçant 51 postes en France dont 31 à Saint-Médard-d’Excideuil (24).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les collectivités du libournais soucieuses de l'alimentation

02/06/2017 | En ce jeudi 1er juin, le Château de Bômale à Saint Denis de Pile recevait la Communauté d'Agglomération du Libournais (Cali) et l'Association Aquitaine des Achats Publics Responsables(3AR).

Les restaurants scolaires du libournais peuvent proposer des produits de meilleure qualité aux enfants

Les restaurants scolaires étaient au centre des débats ce jeudi matin. La Cali et la 3AR ont échangé à propos de la provenance des produits utilisés dans les cantines scolaires. La 3AR était représentée par Frédéric Bazille, qui était l'animateur de la table ronde; pour ce qui est de la Cali, deux vice-présidents étaient présents: Gérard Henry, délégué aux marchés publics, et David Redon, délégué au patrimoine culturel et naturel. La matinée s'est conclue par la prise de parole de Jean Suhas, responsable de la cuisine centrale de Libourne, et Dominique Lega, représentant régional d'Agores.

Vers un manger mieux pour les écoliers. L'Association Aquitaine des Achats Publics Responsables existe depuis 10 ans, et était soutenue au départ par l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie (ADEME). Le rôle de la 3AR est d'accompagner les projets des collectivités territoriales, mais elle propose aussi des formations sur les achats publics à long terme. Les 26 et 27 juin prochains, la 3AR dispensera des formations à Bordeaux. Et dans le cadre d'un partenariat avec l'Agence Régionale de la Santé, une autre formation se fera à Libourne le 13 juin.

David Redon, maire de Porchères était le premier à témoigner. Il racontait que quand lui était à l'école il y a 30 ans, les steaks hachés de la cantine étaient récupérés à la boucherie du village un quart d'heure avant le repas. Il ajoutait que le matin, les élèves avaient le droit à un verre de lait. "Les produits venaient du producteur directement dans nos assiettes. Aujourd'hui, c'est interdit à cause des normes", tranche-t-il. Lorsque le maire de Porchères a commencé son mandat en 2014, il explique être "parti de zéro" en matière de restauration scolaire. Il a renouvelé le personnel du restaurant scolaire et ses fournisseurs, afin de pouvoir proposer "du bon et du local" aux enfants en se fournissant à la ferme des Jarouilles de Coutras. Il a également voulu réduire le gaspillage alimentaire en faisant préparer sur place les produits. Le gaspillage alimentaire est un problème récurrent dans les écoles. Dans le milieu scolaire, on peut compter 25% de gaspillage, soit 5% de moins que dans les hôpitaux qui battent des records en la matière (30%).

Les normes, anxiogènes pour les communes

D'après Frédéric Bazille, les normes "ne sont pas toujours adaptées aux petites structures", ce à quoi Dominique Lega, qui est également en charge de la cuisine centrale de Talence, a répondu: "Les normes dépendent des résultats. Tant qu'il n'y a pas de problème grave dans les cantines, les petites structures n'ont rien à craindre". Les intervenants se rejoignaient tous sur un point: il est très important de proposer une alimentation non industrielle aux enfants.

Jean Suhas s'est exprimé en dernier dans ce débat. Le responsable de la cuisine centrale de la commune de Libourne a expliqué qu'il a été recruté en 2012 dans le but de proposer une meilleure cuisine aux enfants, en changeant de mode de gestion du restaurant scolaire. Au bout d'un an, il a pu passer en régie directe, ce qui signifie que les employés communaux de la cantine avaient une plus grande liberté d'achat via des marchés publics. Dans les cantines de Libourne, la viande et le pain sont issus de producteurs locaux grâce à la régie directe. Il a voulu ensuite passer au bio, grâce à l'association régionale de l'interprofessin Bio, Interbio Aquitaine, qui l'a mis en contact avec des producteurs. Depuis l'introduction de produits biologiques dans les menus scolaires, le gaspillage a fortement diminué, ce qui a permis d'économiser et rentabiliser l'achat de produits bio. Les responsables communaux l'auront compris, les produits bio sont plus chers pour de petites structures, mais peuvent vite limiter le gaspillage et favoriser la bonne alimentation des enfants.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Flickr - Notre Dame de Gravenchon

Partager sur Facebook
Vu par vous
4064
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !