17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Les contrats de partenariat public-privé : Eclairage sur le mode de financement du nouveau stade

26/06/2013 | Que va donc réellement coûter le stade du Lac à la collectivité ?

Le Directeur de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative de la Ville de Bordeaux, Frédéric Gil

Difficile de répondre sans questionner les principes même du PPP. Le 14 juin dernier, la Fondation Bordeaux Université (FUB) et Sciences Po Bordeaux en ont profité pour organiser un colloque autour de ce mode de financement dans le développement d’infrastructures sportives. Alors que son chantier progresse a vu d’œil, le grand stade fut abordé par ses initiateurs mais aussi ses opposants. L’occasion d’un éclairage sur le montage d’un tel projet et la gestion de son fonctionnement.

Deux paramètres peuvent motiver le lancement  d’un PPP, l’urgence et la complexité d’un projet. A Bordeaux tout a commencé en 2008 par le rapport de la commission Séguin en amont de la candidature française à l’Euro 2016. Les stades français ne répondant plus aux exigences liées à l’organisation de grands événements, la participation de certaines villes fut conditionnées à la création de nouvelles enceintes, comme à Bordeaux. A cette époque, les Girondins connaissent une réussite sportive exceptionnelle. L’actionnaire majoritaire M6 se lance dans le financement du nouveau stade avec pour horizon, une livraison en 2015. Le club s’engage à hauteur de 100 millions d’euros sur les 185 du budget total. Le reste sera à la charge des collectivités (Ville, Région, CUB).

La Ville de Bordeaux, propriétaire du terrain, décide de céder à la mode du PPP. Dans le but de mutualiser les compétences dans la conception, la construction et l’entretien d’un produit complexe, de grandes entreprises du BTP sont auditionnées afin de faire progresser le projet dans ses spécificités. Le groupement Vinci/Fayat est retenu à l’issue d’un dialogue compétitif de 6 mois. Cette étape aura permis de fixer les engagements concrets du partenaire privé sélectionné pour l’élaboration de l’enceinte. Et chaque oublie prend le risque d’être sanctionné par le bâtisseur. Au grand stade de Lille, la demande de bancs de touches « homologués » sans autre précision a permis à Vinci de s’épargner l’achat d’équipements professionnels. Celui-ci s’est contenté d’installations amateurs tout en répondant strictement aux termes du cahier des charges.

Un crédit de 30 ansAu terme du processus, un contrat sur 30 ans fut signé liant la Ville au partenaire privé. La redevance s’élève ainsi à 7,90 millions d’euros par an, dont 3,85 millions reversés par les Girondins. Un dispositif bénéfique à court terme pour le public. En attendant son remboursement complet, le stade sera géré par le groupement privé « Stade Bordeaux Atlantique » émanation de Vinci et Fayat, alors que la collectivité pourra étaler ses paiements. L'apport initial du club s'élève à 20 millions d'euros. La gestion au quotidien du site par le constructeur/gestionnaire doit permettre à la ville de récupérer une installation à l’état neuf au terme du contrat. Quant à l’après, il est difficile pour les acteurs actuels d’évoquer les coûts pour la puissance publique.

Ce montage permet-il de certifier un rapport avantageux avec les procédures habituelles (marchés publics, délégation) ? Difficile à dire. Le principe même du financement par les collectivités d’une installation n’ayant pas pour objet d’assurer une mission de service publique interroge. D’autre part les exemples désastreux d’enceintes financées à l'aide d'uun PPP (Le Mans, Grenoble), par des clubs aujourd’hui retombés au niveau quasi amateur, rappellent qu'un désengagement des Girondins en cas de relégation à un niveau inférieur n'est pas impossible. Pour assurer la cohérence financière présente, la municipalité table sur les économies réalisées sur le stade Chaban Delmas (2 millions par an) et la future vente du nom du stade (naming), évaluée à 15 millions d’euros. 

Cyril Champ
Par Cyril Champ

Crédit Photo : FUB

Partager sur Facebook
Vu par vous
877
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !