Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

  • 27/11/20 | Restructuration de Repetto: L'Etat entre dans la danse

    Lire

    Une première réunion de travail entre la direction de Repetto, le cabinet de la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et les services de Bercy a eu lieu jeudi 26 novembre sur l'accompagnement de l'entreprise dans sa restructuration. L'occasion de faire le point sur les indicateurs financiers de l'entreprise, son processus de restructuration et le climat social en son sein. Les axes d'un projet de développement ont aussi pu être esquissés. Pour mémoire, suite à plusieurs années difficiles, Repetto a annoncé la mise en place d'un plan social menaçant 51 postes en France dont 31 à Saint-Médard-d’Excideuil (24).

  • 27/11/20 | Royan Atlantique : Un pôle de transformation de produits locaux

    Lire

    La Communauté d'agglomération Royan Atlantique (CARA) porte depuis 2016 un projet de création d'un atelier collectif de transformation de viandes multi-espèces visant à améliorer la performance économique de la filière locale d'élevage. Huit éleveurs ont participé à la construction de ce projet et plus d’une trentaine sont à ce jour intéressés par l’équipement. Le pôle transformation de la CARA sera géré et utilisé par les producteurs associés dans une structure d'exploitation qui louera l'équipement à la CARA. La Région soutient ce projet à hauteur de 220 537 euros.

  • 27/11/20 | Creuse: un numéro vert pour les personnes handicapées en difficulté

    Lire

    Le Département de la Creuse et la Maison Départementale des Personnes Handicapées viennent de mettre en place un numéro vert d’appui pour les personnes handicapées et les aidants qui sont en difficulté ou sans solution immédiate du fait de la crise sanitaire. Ce numéro est également accessible aux personnes sourdes et malentendantes, 7 jours/7 de 7h à 21h : 0 800 360 360.

  • 27/11/20 | Les émailleurs français s’exposent à Limoges

    Lire

    Depuis le 16 novembre, les halles centrales de la ville de Limoges accueillent une trentaine de pièces conçues par des créateurs locaux et nationaux, et prêtées par le Syndicat Professionnel des Emailleurs Français. Cette exposition présente des créations contemporaines d’émail sur métaux. Durant un an, le Syndicat s’invitera dans l’espace « Ville créative Unesco » des halles centrales qui est dédié à la valorisation des acteurs locaux des arts du feu.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

27/09/2017 | Les deux Charentes se sont réunies pour mettre divers projets en commun. Le nœud ferroviaire de Saintes a été la plus importante préoccupation des élus

le président de Région Alain Rousset aux côté des présidents de la Charente M.Bonneau et de la Charente-Maritime M.Bussereau

Les élus départementaux de Charente et Charente-Maritime se sont retrouvés le 25 septembre pour évoquer les différentes mutualisations envisagées entre les deux territoires, comme la fusion des deux offices de tourisme, actée au printemps. Mais c’est l’électrification du nœud ferroviaire de Saintes et en particulier de la ligne « Angoulême-Cognac-Saintes-Royan », qui a le plus longuement occupé les débats. Un projet à 167 milliards d’euros acté par le Contrat de plan État-Région (CPER) en 2010, qui devrait voir son achèvement en 2023.

Si les travaux devraient démarrer dès novembre sur l’axe Royan-Saintes, la modernisation de la signalisation va être reportée sur l’axe Angoulême-Saintes, comme l’a annoncé à cette occasion SNCF Réseau. En cause, le « manque de personnels spécialisés dans la signalisation » pour faire les travaux, selon SNCF Réseau. Un argument qui a fait bondir le président de Région Alain Rousset, appelant à faire le nécessaire, quitte à se tourner « vers le privé », pour résoudre le problème au plus vite. Car il y a urgence à moderniser ce nœud ferroviaire de Saintes, également carrefour des lignes venant de Niort, La Rochelle et Poitiers, vers Bordeaux. L’autre urgence, c’est celle de trouver de nouveaux financements. « Sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, il y a 3,2 milliards de travaux à réaliser. Dans ces 3 milliards, il y a 1,2 milliard sur le réseau régional et à l’intérieur, six cent millions sont à réaliser d’ici 2022 sans quoi nous devrons fermer des voies ». Il porte tout particulièrement son attention sur l’axe Limoges-Angoulême ou Limoges-Poitiers, qui connaît de grosses difficultés de circulation. «Les financements du CPER ne suffiront pas […] Je l’ai dit à deux reprises à la Ministre des Transports, nous avons besoin de nouveaux modèles économiques pour que le renouveau du ferroviaire soit soutenable sinon nous allons passer notre temps à reporter les projets […] Je ne voudrais pas que dans dix ans, moi ou mes successeurs soyons obligés d’annoncer la fermeture de deux ou trois lignes.» Plusieurs possibilités d’autofinancement ont donc été soulevées, comme un prélèvement sur la  taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), c’est-à-dire pétroliers, « qui serait à mon sens suffisant pour couvrir les frais », selon Alain Rousset, ou encore une nouvelle Eco-taxe, qui pourrait prendre la forme d’une vignette comme en Suisse. Mais La France n’est pas la Suisse, a rappelé le préfet de Région Pierre Dartout, et il faudra faire bien attention au système de taxation choisi pour « éviter l’écueil juridique, notamment par rapport à législation européenne, et ne pas taxer que les camions étrangers, sinon ça ne passera pas.»

 De nombreux élus des deux départements, conseillers ou non, se sont réunis pour cette session extraordinaire autour du président et du préfet de Région

Trois questions à :

Dominique Bussereau, président du Département de Charente-Maritime

@qui! : Au niveau du réseau ferré et de ses infrastructures, on a l’impression qu’il y a des priorités un peu partout… Il y a urgence ?

Dominique Bussereau: Il y a le feu à la fois sur les grandes lignes – il faut poursuivre la LGV vers Toulouse, et nous avons aussi un accord avec l’Espagne pour un raccordement jusqu’à la frontière à l’horizon 2022 - et il y a des lignes en très mauvais état. On en a cité quelques-unes ce matin : Bergerac-Libourne, Angoulême-Limoges, Poitiers-Limoges, et chez nous, des tronçons très mauvais entre Saintes, Saint-Jean-d’Angély et Beauvoir- sur-Niort, entre Saintes et Niort, entre Saintes, Pons, Jonzac, Montendre et Bussac, entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon. Et puis il y a des projets d’avenir, c’est-à-dire la modernisation de tronçons qu’on a déjà améliorés, à savoir Angoulême-Saintes et Saintes-Royan. Les changements de voies vont intervenir entre novembre et avril sur cette dernière. Durant cette période, il n’y aura d’ailleurs plus de train mais des cars pour assurer la desserte. L’objectif est de faire en sorte que cette façade Atlantique qui est une des zones les plus visitées de France soit aussi dans le réseau TGV – raisonnablement bien sûr, il ne s’agit pas de faire des TGV tous les jours en plein hiver entre Paris et Royan. Cela répondra également aux besoins de Saintes et de Cognac. Je rappelle que les maisons de cognac travaillent avec le monde entier et qu’à Montparnasse il n’est pas rare de voir des wagons remplis de vendeurs chinois, à qui on fait prendre des autocars à Angoulême pour aller jusqu’à Cognac… Bref, il y a des besoins très nets. Nous avons réaffirmé ces besoins lors de cette session par une motion votée à l’unanimité, disant que les financements, les étapes et l’achèvement à 2023 doivent être maintenus.

@! : Alain Rousset a exprimé la nécessité de trouver d’autres moyens de financement que l’Etat. Quelles sont les solutions ?

D.B.: Nous avons un problème en France de financement des infrastructures. Aujourd’hui les Allemands dont nous nous étions inspirés pour la création de l’Eco-taxe avec leur LKV Maut, ont environ 4 à 5 milliards de recettes par an, qu’il nous manque de notre côté malgré l’augmentation de la taxe sur le diesel. Taxer le diesel n’était d’ailleurs pas une bonne idée, car ce sont les plus humbles qui l’utilisent. Alors que l’idée de l’Eco-taxe, c’était de faire payer les camions. Et le montant de la taxe était sur la facture du donneur d’ordre, c'est-à-dire des grandes enseignes, et non pas des petits transporteurs locaux. Après l’Eco-taxe, Alain Rousset a eu une idée que je partage avec lui depuis des années : avec les nombreux passages en Nouvelle-Aquitaine des camions portugais, espagnols ou marocains, on doit tout à fait pouvoir créer un système de taxe euro-compatible dans l’esprit de la LKV Maut. Les suisses sont hors de l’Europe, donc ils peuvent faire payer tous les étrangers de la même manière, nous on ne peut pas le faire : les règles doivent être les mêmes pour tous les citoyens de l’UE. Nous avons aussi à prendre en compte les routes départementales parallèles, dont certaines permettraient un report de trafic. Bref, il faut travailler sur la question, ce que nous allons faire durant les Assises de la Mobilité (lancées le 19 septembre, ndlr). La ministre des Transports Elizabeth Borne m’a nommé au comité d’orientation des infrastructures, qui va travailler pendant et après les Assises de la Mobilité sur tous les projets d’infrastructures. Il nous faudra être imaginatifs pour trouver des ressources nouvelles pour financer les grandes infrastructures de notre pays.

@! : Cette session extraordinaire des deux Charentes étaient l’occasion d’évoquer les rapprochements à venir entre les deux départements. Quels sont-ils ?

D.B.: Nous avons déjà mis en commun une agence de promotion touristique, une vélo-route commune (la Flow Vélo) mais aussi des coopérations techniques, comme des achats publics communs (les deux départements ont notamment mis en place début 2017, une convention de partenariat avec l’Union des Groupements d’Achat Public (UGAP) pour une durée de 4 ans), comme des vêtements de travail, des véhicules et du matériel type télécopieurs et ordinateurs. Très prochainement, ce sera l’aménagement du fleuve Charente, qui devrait permettre la navigation et le développement des circuits autour du fleuve entre Angoulême et Rochefort. [Les deux Charentes, associées à la Vienne et aux Deux-Sèvres, devraient notamment évoluer vers un Syndicat Mixte commun, dans le cadre de l’application de la nouvelle compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (Gemapi) par les collectivités locales.] Nous allons également former en commun nos pompiers aux feux d’alcool, lorsque le nouveau centre de formation de Jarnac sera ouvert. Nous avons également d’autres réflexions en cours autour de la lecture publique ou encore la création d’un centre archéologique commun.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
71372
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !