Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

27/09/2017 | Les deux Charentes se sont réunies pour mettre divers projets en commun. Le nœud ferroviaire de Saintes a été la plus importante préoccupation des élus

le président de Région Alain Rousset aux côté des présidents de la Charente M.Bonneau et de la Charente-Maritime M.Bussereau

Les élus départementaux de Charente et Charente-Maritime se sont retrouvés le 25 septembre pour évoquer les différentes mutualisations envisagées entre les deux territoires, comme la fusion des deux offices de tourisme, actée au printemps. Mais c’est l’électrification du nœud ferroviaire de Saintes et en particulier de la ligne « Angoulême-Cognac-Saintes-Royan », qui a le plus longuement occupé les débats. Un projet à 167 milliards d’euros acté par le Contrat de plan État-Région (CPER) en 2010, qui devrait voir son achèvement en 2023.

Si les travaux devraient démarrer dès novembre sur l’axe Royan-Saintes, la modernisation de la signalisation va être reportée sur l’axe Angoulême-Saintes, comme l’a annoncé à cette occasion SNCF Réseau. En cause, le « manque de personnels spécialisés dans la signalisation » pour faire les travaux, selon SNCF Réseau. Un argument qui a fait bondir le président de Région Alain Rousset, appelant à faire le nécessaire, quitte à se tourner « vers le privé », pour résoudre le problème au plus vite. Car il y a urgence à moderniser ce nœud ferroviaire de Saintes, également carrefour des lignes venant de Niort, La Rochelle et Poitiers, vers Bordeaux. L’autre urgence, c’est celle de trouver de nouveaux financements. « Sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, il y a 3,2 milliards de travaux à réaliser. Dans ces 3 milliards, il y a 1,2 milliard sur le réseau régional et à l’intérieur, six cent millions sont à réaliser d’ici 2022 sans quoi nous devrons fermer des voies ». Il porte tout particulièrement son attention sur l’axe Limoges-Angoulême ou Limoges-Poitiers, qui connaît de grosses difficultés de circulation. «Les financements du CPER ne suffiront pas […] Je l’ai dit à deux reprises à la Ministre des Transports, nous avons besoin de nouveaux modèles économiques pour que le renouveau du ferroviaire soit soutenable sinon nous allons passer notre temps à reporter les projets […] Je ne voudrais pas que dans dix ans, moi ou mes successeurs soyons obligés d’annoncer la fermeture de deux ou trois lignes.» Plusieurs possibilités d’autofinancement ont donc été soulevées, comme un prélèvement sur la  taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), c’est-à-dire pétroliers, « qui serait à mon sens suffisant pour couvrir les frais », selon Alain Rousset, ou encore une nouvelle Eco-taxe, qui pourrait prendre la forme d’une vignette comme en Suisse. Mais La France n’est pas la Suisse, a rappelé le préfet de Région Pierre Dartout, et il faudra faire bien attention au système de taxation choisi pour « éviter l’écueil juridique, notamment par rapport à législation européenne, et ne pas taxer que les camions étrangers, sinon ça ne passera pas.»

 De nombreux élus des deux départements, conseillers ou non, se sont réunis pour cette session extraordinaire autour du président et du préfet de Région

Trois questions à :

Dominique Bussereau, président du Département de Charente-Maritime

@qui! : Au niveau du réseau ferré et de ses infrastructures, on a l’impression qu’il y a des priorités un peu partout… Il y a urgence ?

Dominique Bussereau: Il y a le feu à la fois sur les grandes lignes – il faut poursuivre la LGV vers Toulouse, et nous avons aussi un accord avec l’Espagne pour un raccordement jusqu’à la frontière à l’horizon 2022 - et il y a des lignes en très mauvais état. On en a cité quelques-unes ce matin : Bergerac-Libourne, Angoulême-Limoges, Poitiers-Limoges, et chez nous, des tronçons très mauvais entre Saintes, Saint-Jean-d’Angély et Beauvoir- sur-Niort, entre Saintes et Niort, entre Saintes, Pons, Jonzac, Montendre et Bussac, entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon. Et puis il y a des projets d’avenir, c’est-à-dire la modernisation de tronçons qu’on a déjà améliorés, à savoir Angoulême-Saintes et Saintes-Royan. Les changements de voies vont intervenir entre novembre et avril sur cette dernière. Durant cette période, il n’y aura d’ailleurs plus de train mais des cars pour assurer la desserte. L’objectif est de faire en sorte que cette façade Atlantique qui est une des zones les plus visitées de France soit aussi dans le réseau TGV – raisonnablement bien sûr, il ne s’agit pas de faire des TGV tous les jours en plein hiver entre Paris et Royan. Cela répondra également aux besoins de Saintes et de Cognac. Je rappelle que les maisons de cognac travaillent avec le monde entier et qu’à Montparnasse il n’est pas rare de voir des wagons remplis de vendeurs chinois, à qui on fait prendre des autocars à Angoulême pour aller jusqu’à Cognac… Bref, il y a des besoins très nets. Nous avons réaffirmé ces besoins lors de cette session par une motion votée à l’unanimité, disant que les financements, les étapes et l’achèvement à 2023 doivent être maintenus.

@! : Alain Rousset a exprimé la nécessité de trouver d’autres moyens de financement que l’Etat. Quelles sont les solutions ?

D.B.: Nous avons un problème en France de financement des infrastructures. Aujourd’hui les Allemands dont nous nous étions inspirés pour la création de l’Eco-taxe avec leur LKV Maut, ont environ 4 à 5 milliards de recettes par an, qu’il nous manque de notre côté malgré l’augmentation de la taxe sur le diesel. Taxer le diesel n’était d’ailleurs pas une bonne idée, car ce sont les plus humbles qui l’utilisent. Alors que l’idée de l’Eco-taxe, c’était de faire payer les camions. Et le montant de la taxe était sur la facture du donneur d’ordre, c'est-à-dire des grandes enseignes, et non pas des petits transporteurs locaux. Après l’Eco-taxe, Alain Rousset a eu une idée que je partage avec lui depuis des années : avec les nombreux passages en Nouvelle-Aquitaine des camions portugais, espagnols ou marocains, on doit tout à fait pouvoir créer un système de taxe euro-compatible dans l’esprit de la LKV Maut. Les suisses sont hors de l’Europe, donc ils peuvent faire payer tous les étrangers de la même manière, nous on ne peut pas le faire : les règles doivent être les mêmes pour tous les citoyens de l’UE. Nous avons aussi à prendre en compte les routes départementales parallèles, dont certaines permettraient un report de trafic. Bref, il faut travailler sur la question, ce que nous allons faire durant les Assises de la Mobilité (lancées le 19 septembre, ndlr). La ministre des Transports Elizabeth Borne m’a nommé au comité d’orientation des infrastructures, qui va travailler pendant et après les Assises de la Mobilité sur tous les projets d’infrastructures. Il nous faudra être imaginatifs pour trouver des ressources nouvelles pour financer les grandes infrastructures de notre pays.

@! : Cette session extraordinaire des deux Charentes étaient l’occasion d’évoquer les rapprochements à venir entre les deux départements. Quels sont-ils ?

D.B.: Nous avons déjà mis en commun une agence de promotion touristique, une vélo-route commune (la Flow Vélo) mais aussi des coopérations techniques, comme des achats publics communs (les deux départements ont notamment mis en place début 2017, une convention de partenariat avec l’Union des Groupements d’Achat Public (UGAP) pour une durée de 4 ans), comme des vêtements de travail, des véhicules et du matériel type télécopieurs et ordinateurs. Très prochainement, ce sera l’aménagement du fleuve Charente, qui devrait permettre la navigation et le développement des circuits autour du fleuve entre Angoulême et Rochefort. [Les deux Charentes, associées à la Vienne et aux Deux-Sèvres, devraient notamment évoluer vers un Syndicat Mixte commun, dans le cadre de l’application de la nouvelle compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (Gemapi) par les collectivités locales.] Nous allons également former en commun nos pompiers aux feux d’alcool, lorsque le nouveau centre de formation de Jarnac sera ouvert. Nous avons également d’autres réflexions en cours autour de la lecture publique ou encore la création d’un centre archéologique commun.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
65606
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !