12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les futurs magistrats s'inquiètent de la disparition du juge d'instruction

09/01/2009 |

L'école nationale de la magistrature de Bordeaux

Mercredi 7 janvier, le président Nicolas Sarkozy a proposé de supprimer la fonction de juge d'instruction, créée en 1811, pour le remplacer par un juge de l'instruction, sans pouvoir d'enquête. Les enquêtes seraient confiées aux procureurs, qui resteraient nommés par décret présidentiel en conseil des ministres, donc liés au pouvoir politique. La mesure a provoqué un tollé dans le monde judiciaire et suscite de nombreuses craintes auprès des élèves de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM), car Nicolas Sarkozy n'a jamais évoqué l'indépendance du parquet, corollaire indispensable au bon fonctionnement de la justice.

« Je suis déconcertée. Je voulais devenir juge d'instruction, mais Nicolas Sarkozy vient d'annoncer la suppression de cette fonction, alors je me pose des questions ». A deux mois de formuler ses vœux d'affectation pour les trois années à venir, Joëlle, auditrice de justice de la promotion 2007 de l'Ecole nationale de la magistrature de Bordeaux (ENM), est totalement déboussolée. « C'est le métier de juge d'instruction qui m'a donné envie de devenir magistrat. Cette fonction est stimulante, on a en charge la direction des enquêtes. Mais, désormais celles-ci seront déléguées au parquet... », déplore-t-elle. « Ces dernières années, les réformes se multiplient. Résultat, nous sommes formés à des postes, qui, dans deux ans, sont susceptibles de disparaître. Ainsi, le juge des enfants, pourrait bientôt devenir juge des mineurs », souligne Xavier, 26 ans, de la promotion 2008. « On a du mal à saisir la ligne directrice de ces réformes. La collégialité de l'instruction doit être mise en place en 2010 et avant même que cette réforme soit appliquée, on supprime le juge d'instruction », s'étonne Valérie, élève également de première année. « Fin mars, nous partons en stage d'instruction pour six semaines. Que vont nous apprendre les juges d'instruction ? Dans quel état d'esprit seront-ils ? », s'interroge-t-elle.

"La multiplication des réformes depuis le drame d'Outreau dévalorise la fonction de magistrat auprès du grand public"
« Je pense que nous avons surtout besoin de sérénité. Il faut du temps pour mettre en place une réforme », ajoute Xavier. « Les dernières réformes n'ont pas fondamentalement changé nos métiers ces dernières années. Cela fait partie des compétences du magistrat de s'adapter aux nouveaux textes », tempère Ollivier Joulin, vice-président du tribunal de grande instance de Bordeaux, et membre du conseil d'administration de l'ENM. Mais, leur multiplication conduit parfois à des erreurs. Au moment de la mise en œuvre de la loi du 15 juin 2000 renforçant la présomption d'innocence, certains criminels ont été relâchés à Bordeaux, car certains collègues n'en avaient pas saisi toutes les modalités », concède-t-il. D'ailleurs, « la multiplication des réformes depuis le drame d'Outreau dévalorise la fonction de magistrat auprès du grand public et lui donne le sentiment que la justice fonctionne mal », regrette Julien. « Il est vrai que la succession des réformes nous pose parfois problème au niveau de l'enseignement. Aujourd'hui, par exemple, je ne sais pas quoi leur dire sur ce que sera demain la fonction de juge de l'instruction », reconnaît, pour sa part, Pascale Belin, chargée de formation dans le domaine de l'instruction à l'ENM. C'est pourquoi, la réforme de la formation de l'école prévoit de mettre l'accent sur l'acquisition d'un socle commun de connaissances, plus que sur l'apprentissage de compétences techniques des métiers, comme auparavant.

Mais, surtout, « ce qui nous inquiète, c'est de savoir dans quelles conditions nous allons exercer notre métier. De nombreux tribunaux sont saturés et certaines audiences se terminent à minuit. Nous voyons bien comment les magistrats travaillent dans le cadre de nos stages », insiste Julien. « On a du mal à croire que la situation des magistrats peut s'améliorer. Selon le dernier rapport du Conseil de l'Europe, la France, au regard du budget qu'elle consacre à la justice par rapport à chaque habitant, est parmi les plus mauvais élèves », s'alarme-t-il. « Les postes se réduisent.  Dans notre promotion, nous sommes 207 auditeurs de justice. Les prochaines ne comporteront pas plus de 140 élèves », conclut Xavier.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
339
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !