Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les humeurs d'automne d'Alain Rousset

20/10/2016 | Le traditionnel point presse "prè-plénière" d'Alain Rousset lui a permis d'exprimer certains de ses mécontentements régionaux et nationaux.

Alain Rousset lors de sa rentrée médiatique septembre 2016

Ce jeudi 20 octobre, le Président de la Région a profité d'une conférence de presse sur la présentation de la séance plénière organisée lundi 24 octobre, pour pousser quelques « coups de gueule » et autres « manifestations d'humeur ». Ont été servis tant l'Etat, sur la question relative à l'ouverture de la compétence régionale de service public de l'emploi, que quelques figures de son opposition régionale, concernant les suites de l'affaire des prêts structurants hérités de l'ex Poitou-Charentes. Mais Alain Rousset n'était pas que colère ce jeudi : il a eu quelques mots de louange à l'égard du Premier Ministre, en lien avec l'intégration de la TVA dans les recettes régionales.

Dans un communiqué de presse parvenu en début de semaine aux rédactions régionales, Virginie Calmels, Présidente du groupe LR, Olivier Chartier, Président LR de la Commission des finances et Yves d'Amécourt, Vice-Président du groupe LR s'étonnaient du report de l'intervention en Commission des Finances d'un cabinet d'audit sur les emprunts dit structurés et potentiellement toxiques de l'ex-Poitou-Charentes. Prévu ce jeudi 20 octobre, il a été décalé au jeudi 24 novembre. Le communiqué intitulé « La majorité redoute-t-elle les résultats de l'audit ? », interrogeait par ailleurs assez directement la transparence de l'exécutif régional dans la prise en charge de ce dossier, non loin de suggérer que celui-ci essayait par ce report de « mettre la poussière sous le tapis »...

Olivier Chartier "petit manipulateur"
Des commentaires qu'Alain Rousset a fait savoir ce jeudi après-midi qu'il n'avait pas appréciés, avec dans son viseur les trois signataires du communiqué de presse, et plus particulièrement encore Olivier Chartier. « Mes instructions aux services du Conseil régional sont d'être totalement transparent. Je n'aime pas du tout que l'on joue au petit manipulateur quand on est Président de la Commission des Finances. Il faut qu'il il agisse en responsabilité, je ne demande pas qu'il me fasse des louanges, mais je demande simplement qu'il ne travestisse pas la vérité. » Quant à l'intervention annulée, « elle avait principalement pour objet de présenter la méthode de travail, le cabinet ne peut pas rendre sa copie, alors qu'il vient de commencer à travailler », défend la Région. Un travail prévu sur une durée de 2 ans, qui comprend d'une part l'état des lieux de la dette structurée, d'autre part la proposition d'une stratégie de défaisance de ces emprunts et enfin l'accompagnement de la région dans leur renégociation. Une mission qui concerne 120 millions d'emprunts à risques dont 46 pouvant devenir toxiques.
Par ailleurs un autre audit a été présenté ce jour en Commission des finances. Réalisé durant l'été par Ernst&Young, il vient confirmer les 132 M€ d'impayés de l'ex région Poitou-Charentes, et a été remis à la Cour des Comptes.

La TVA, nouvelle recette régionale: une éclaircie dans l'humeur présidentielle

Des audits présentés ou non et un héritage picto-charentais, qui devraient sans doute encore faire parler d'eux, lors de la plénière de lundi. D'autant que celle-ci affiche par ailleurs à son ordre du jour, le vote d'une décision modificative venant ajuster le budget en cours, en recette et en dépense. Une décision modificative, qui n'a rien d'inhabituel dans le processus budgétaire des collectivités locales et qui ici, représente un peu moins d'1'% du budget primitif. « La faiblesse de ce montant valide les élements qui ont fondé la construction de ce premier budget de fusion entre les 3 régions, et en préserve les équilibres initiaux », s'est satisfait le Président de la Nouvelle-Aquitaine. Lors de la plénière de lundi les conseillers régionaux, seront également appelés à voter sur la reconduite pour 2017 des tarifs 2016 de la TICPE (taxe sur les carburant).
Une question relative aux recettes de la région, qui a donné l'occasion à Alain Rousset de réagir, positivement cette fois, à la décision de Manuel Valls de passer la dotation de l'Etat en pourcentage, avant, à compter de 2018, de faire basculer ces dotations en part d'impôt d'Etat pris sur la TVA. « C'est une révolution », estime t-il avec enthousiasme. Un enthousiasme dont il compte faire part au Premier Ministre annoncé en visite dans la région la semaine prochaine. Une éclaircie dans l'humeur présidentielle qui n'aura duré qu'un temps.

Une procédure "kafkaïenne" pour le Service public de l'emploi
A l'égard de « l'administration centrale et jacobine », c'est bien « un coup de gueule » qu'a poussé Alain Rousset ce jeudi après-midi. Un coup de colère concernant la compétence de coordination du service public de l'emploi (hors Pole emploi) désormais reconnue aux régions volontaires, au premier rang desquelles la Région Nouvelle-Aquitaine. Si cette possibilité est bien ouverte par la loi Notre, la procédure pour y parvenir est un véritable « parcours du combattant » gronde Alain Rousset. « Nous vivons un moment de chômage de masse, mais on va passer 2 ans dans des mesures administratives pour que les régions qui le souhaitent puissent prendre leurs responsabilités ! C'est kafkaïen ! ».
Et en effet, avant de pouvoir prétendre à cette compétence, plusieurs étapes sont incontournables : « présenter un projet de candidature à l'assemblée plénière, recuillir l'avis de la CTAP et du CREFOP, mettre en place une stratégie coordonnée avec l'Etat, envoyer tout ça au ministère et élaborer une convention de délégation avec le Préfet, qui a un délai d'un an pour réagir. » De quoi en effet frustrer les ardeurs régionales, en la matière... Toujours est-il que la prochaine plénière sera donc l'occasion de lancer le processus, puisque figure au milieu de la vingtaine de dossiers de l'ordre du jour, la présentation de la candidature de la Région pour assumer la coordination des acteurs du service public de l'emploi.

EELV Aquitaine refuse les crédits pour la poursuite du projet LGV

Dans un communiqué rendu publique ce 23 octobre "le Conseil Politique Régional d'Europe Écologie Les Verts Aquitaine, réuni ce dimanche s'oppose au projet de la délibération modificative du conseil régional Nouvelle Aquitaine de mobiliser 5,6 millions d'euros pour la poursuite du projet LGV-GPSO (études et acquisitions foncières) en dépit de l'accord de mandature EELV/PS et de l'avis négatif de la commission d'enquête.

Le Conseil Politique Régional rappelle qu'aucune piste de financement sérieuse n’apparait à l' horizon pour financer le début des travaux et  plaide pour des alternatives que sont la rénovation et la modernisation des lignes existantes, solutions à même de satisfaire les besoins de mobilité du plus grand nombre." Le même conseil " demande aux élus(e)s du groupe Ecologistes et citoyens RRLV de voter contre le chapitre transport et la décision modificative. "

 

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6614
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 21/10/2016

La prochaine séance plénière est relative aux ajustements budgétaires, et une dépense de 5,6 millions d’euros pour la poursuite des études du GPSO et les acquisitions amiables est soumise au vote. Quelle sera l’attitude d’EELV devant un Alain Rousset qui renie ainsi ses engagements pré-électoraux avec les Verts ?Nicolas Thierry, élu EELV rappelait récemment l’accord électoral avec le PS : « Notre accord stipule que pas un euro de la Région ne doit être dépensé en faveur de ce projet. Pour le reste, nous sommes en démocratie et rien n'empêche Alain Rousset de défendre ce projet que nous combattons et de chercher un autre financement pour sa réalisation à laquelle nous nous opposerons. ».La coordination inter-régionale des associations opposées à la LGV a adressé un courrier à chaque conseiller régional rappelant « qu’aucune piste de financement sérieuse n’apparaît à l’horizon pour financer le moindre début des travaux » et que ce projet faisait l’objet de 6 recours en annulation déposés au Conseil d’Etat.« En ces temps de disette budgétaire, et d’augmentation sensible et continue des taxes locales, les citoyens comprendraient mal la nécessité pour la Nouvelle Région Aquitaine d’investir des sommes très importantes pour son budget dans ce type d’infrastructures, alors que par ailleurs, le transport ferroviaire du quotidien est une vraie difficulté pour beaucoup. » ajoute la coordination en demandant aux conseillers de voter contre.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !