12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les humeurs d'automne d'Alain Rousset

20/10/2016 | Le traditionnel point presse "prè-plénière" d'Alain Rousset lui a permis d'exprimer certains de ses mécontentements régionaux et nationaux.

Alain Rousset lors de sa rentrée médiatique septembre 2016

Ce jeudi 20 octobre, le Président de la Région a profité d'une conférence de presse sur la présentation de la séance plénière organisée lundi 24 octobre, pour pousser quelques « coups de gueule » et autres « manifestations d'humeur ». Ont été servis tant l'Etat, sur la question relative à l'ouverture de la compétence régionale de service public de l'emploi, que quelques figures de son opposition régionale, concernant les suites de l'affaire des prêts structurants hérités de l'ex Poitou-Charentes. Mais Alain Rousset n'était pas que colère ce jeudi : il a eu quelques mots de louange à l'égard du Premier Ministre, en lien avec l'intégration de la TVA dans les recettes régionales.

Dans un communiqué de presse parvenu en début de semaine aux rédactions régionales, Virginie Calmels, Présidente du groupe LR, Olivier Chartier, Président LR de la Commission des finances et Yves d'Amécourt, Vice-Président du groupe LR s'étonnaient du report de l'intervention en Commission des Finances d'un cabinet d'audit sur les emprunts dit structurés et potentiellement toxiques de l'ex-Poitou-Charentes. Prévu ce jeudi 20 octobre, il a été décalé au jeudi 24 novembre. Le communiqué intitulé « La majorité redoute-t-elle les résultats de l'audit ? », interrogeait par ailleurs assez directement la transparence de l'exécutif régional dans la prise en charge de ce dossier, non loin de suggérer que celui-ci essayait par ce report de « mettre la poussière sous le tapis »...

Olivier Chartier "petit manipulateur"
Des commentaires qu'Alain Rousset a fait savoir ce jeudi après-midi qu'il n'avait pas appréciés, avec dans son viseur les trois signataires du communiqué de presse, et plus particulièrement encore Olivier Chartier. « Mes instructions aux services du Conseil régional sont d'être totalement transparent. Je n'aime pas du tout que l'on joue au petit manipulateur quand on est Président de la Commission des Finances. Il faut qu'il il agisse en responsabilité, je ne demande pas qu'il me fasse des louanges, mais je demande simplement qu'il ne travestisse pas la vérité. » Quant à l'intervention annulée, « elle avait principalement pour objet de présenter la méthode de travail, le cabinet ne peut pas rendre sa copie, alors qu'il vient de commencer à travailler », défend la Région. Un travail prévu sur une durée de 2 ans, qui comprend d'une part l'état des lieux de la dette structurée, d'autre part la proposition d'une stratégie de défaisance de ces emprunts et enfin l'accompagnement de la région dans leur renégociation. Une mission qui concerne 120 millions d'emprunts à risques dont 46 pouvant devenir toxiques.
Par ailleurs un autre audit a été présenté ce jour en Commission des finances. Réalisé durant l'été par Ernst&Young, il vient confirmer les 132 M€ d'impayés de l'ex région Poitou-Charentes, et a été remis à la Cour des Comptes.

La TVA, nouvelle recette régionale: une éclaircie dans l'humeur présidentielle

Des audits présentés ou non et un héritage picto-charentais, qui devraient sans doute encore faire parler d'eux, lors de la plénière de lundi. D'autant que celle-ci affiche par ailleurs à son ordre du jour, le vote d'une décision modificative venant ajuster le budget en cours, en recette et en dépense. Une décision modificative, qui n'a rien d'inhabituel dans le processus budgétaire des collectivités locales et qui ici, représente un peu moins d'1'% du budget primitif. « La faiblesse de ce montant valide les élements qui ont fondé la construction de ce premier budget de fusion entre les 3 régions, et en préserve les équilibres initiaux », s'est satisfait le Président de la Nouvelle-Aquitaine. Lors de la plénière de lundi les conseillers régionaux, seront également appelés à voter sur la reconduite pour 2017 des tarifs 2016 de la TICPE (taxe sur les carburant).
Une question relative aux recettes de la région, qui a donné l'occasion à Alain Rousset de réagir, positivement cette fois, à la décision de Manuel Valls de passer la dotation de l'Etat en pourcentage, avant, à compter de 2018, de faire basculer ces dotations en part d'impôt d'Etat pris sur la TVA. « C'est une révolution », estime t-il avec enthousiasme. Un enthousiasme dont il compte faire part au Premier Ministre annoncé en visite dans la région la semaine prochaine. Une éclaircie dans l'humeur présidentielle qui n'aura duré qu'un temps.

Une procédure "kafkaïenne" pour le Service public de l'emploi
A l'égard de « l'administration centrale et jacobine », c'est bien « un coup de gueule » qu'a poussé Alain Rousset ce jeudi après-midi. Un coup de colère concernant la compétence de coordination du service public de l'emploi (hors Pole emploi) désormais reconnue aux régions volontaires, au premier rang desquelles la Région Nouvelle-Aquitaine. Si cette possibilité est bien ouverte par la loi Notre, la procédure pour y parvenir est un véritable « parcours du combattant » gronde Alain Rousset. « Nous vivons un moment de chômage de masse, mais on va passer 2 ans dans des mesures administratives pour que les régions qui le souhaitent puissent prendre leurs responsabilités ! C'est kafkaïen ! ».
Et en effet, avant de pouvoir prétendre à cette compétence, plusieurs étapes sont incontournables : « présenter un projet de candidature à l'assemblée plénière, recuillir l'avis de la CTAP et du CREFOP, mettre en place une stratégie coordonnée avec l'Etat, envoyer tout ça au ministère et élaborer une convention de délégation avec le Préfet, qui a un délai d'un an pour réagir. » De quoi en effet frustrer les ardeurs régionales, en la matière... Toujours est-il que la prochaine plénière sera donc l'occasion de lancer le processus, puisque figure au milieu de la vingtaine de dossiers de l'ordre du jour, la présentation de la candidature de la Région pour assumer la coordination des acteurs du service public de l'emploi.

EELV Aquitaine refuse les crédits pour la poursuite du projet LGV

Dans un communiqué rendu publique ce 23 octobre "le Conseil Politique Régional d'Europe Écologie Les Verts Aquitaine, réuni ce dimanche s'oppose au projet de la délibération modificative du conseil régional Nouvelle Aquitaine de mobiliser 5,6 millions d'euros pour la poursuite du projet LGV-GPSO (études et acquisitions foncières) en dépit de l'accord de mandature EELV/PS et de l'avis négatif de la commission d'enquête.

Le Conseil Politique Régional rappelle qu'aucune piste de financement sérieuse n’apparait à l' horizon pour financer le début des travaux et  plaide pour des alternatives que sont la rénovation et la modernisation des lignes existantes, solutions à même de satisfaire les besoins de mobilité du plus grand nombre." Le même conseil " demande aux élus(e)s du groupe Ecologistes et citoyens RRLV de voter contre le chapitre transport et la décision modificative. "

 

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5699
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 21/10/2016

La prochaine séance plénière est relative aux ajustements budgétaires, et une dépense de 5,6 millions d’euros pour la poursuite des études du GPSO et les acquisitions amiables est soumise au vote. Quelle sera l’attitude d’EELV devant un Alain Rousset qui renie ainsi ses engagements pré-électoraux avec les Verts ?Nicolas Thierry, élu EELV rappelait récemment l’accord électoral avec le PS : « Notre accord stipule que pas un euro de la Région ne doit être dépensé en faveur de ce projet. Pour le reste, nous sommes en démocratie et rien n'empêche Alain Rousset de défendre ce projet que nous combattons et de chercher un autre financement pour sa réalisation à laquelle nous nous opposerons. ».La coordination inter-régionale des associations opposées à la LGV a adressé un courrier à chaque conseiller régional rappelant « qu’aucune piste de financement sérieuse n’apparaît à l’horizon pour financer le moindre début des travaux » et que ce projet faisait l’objet de 6 recours en annulation déposés au Conseil d’Etat.« En ces temps de disette budgétaire, et d’augmentation sensible et continue des taxes locales, les citoyens comprendraient mal la nécessité pour la Nouvelle Région Aquitaine d’investir des sommes très importantes pour son budget dans ce type d’infrastructures, alors que par ailleurs, le transport ferroviaire du quotidien est une vraie difficulté pour beaucoup. » ajoute la coordination en demandant aux conseillers de voter contre.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !