Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

  • 19/10/18 | Hot Vienne et son colloque international

    Lire

    Dans le cadre de la saison culturelle Hot Vienne, Limoges se la joue jazz. Passionnés du jazz de renom se retrouveront lors du colloque international dédié au jazz du 22 au 24 octobre à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. Durant ces 3 jours, les 25 intervenants se succéderont pour s’exprimer sur les figures emblématiques du genre autour de thèmes l’écriture du jazz ou son histoire à Limoges. Entrée libre et gratuite.

  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les policiers déposent armes et téléphones pour de meilleures conditions de travail

08/11/2007 |

Les officiers de police ont rendu leurs téléphones sur le bureau de leur chef de service. Crédits photo : le SNOP.

« Travailler plus pour gagner plus ». Nicolas Sarkozy, en a fait un de ses axes forts de campagne et une de ses promesses électorales. Mais, visiblement la réalité est bien différente pour les officiers de police. A partir du 1er juillet 2008, ceux qui passent cadres n'auront plus leurs heures supplémentaires comptabilisées. Hier, (le 8 novembre), à l'appel du SNOP et Synergie Officiers, ils ont manifesté symboliquement leur colère en rendant leurs téléphones et pour certains leurs armes, afin d'obtenir de meilleures conditions de travail. Des rassemblements qui ont lieu à Paris, Rouen, Metz, Belfort, Dijon et Bordeaux.

Hier matin,à Bordeaux, comme dans de nombreuses grandes villes de France, plus de 90% des officiers de police ont déposé leurs téléphones, voire même leurs armes sur le bureau de leur chef, à la prise de service. Le succès du mouvement en dit long sur la colère des gradés de la police nationale, qui ont aujourd'hui le sentiment d'avoir été bernés. "Un mouvement d'humeur rare", a souligné Dominique Achispon, secrétaire général du SNOP,pour qui "cela prouve qu'il y a un réel malaise et que le mouvement ne va pas s'éteindre de sitôt". A l'origine du conflit, un accord signé le 17 juin 2004 avec Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur sur le passage au statut cadre des officiers de police. Dans ce protocole, il est prévu que le passage des 12 000 officiers de police au statut de cadre au 1er janvier 2008, implique de nouvelles conditions de travail et un autre régime indemnitaire.Ainsi, les heures supplémentaires ne devraient plus être comptabilisées, les rappels au service, week-ends et jours fériés, seraient récupérés dans la semaine, sans majoration.

« Travailler plus pour gagner moins... »

A l'époque, le deal était le suivant rappelle Patrice Ribeiro, secrétaire général adjoint de Synergie Officiers : « nous avions accepté le principe d'une réduction du nombre des officiers, 18 000 en 1995, 14 800 en 2004, 12 000 aujourd'hui, 9 000 en 2012, en échange d'une valorisation et d'une augmentation. C'était ça la philosophie de Sarkozy : moins de fonctionnaires mais mieux payés." Or, les compensations financières sont très loin de ce qui était attendu : de 50 à 100 euros par mois, selon les grades, d'ici à cinq ans, de 15 à 17 euros dans l'immédiat. Pour certains policiers, qui tiennent à garder l'anonymat, il s'agit en fait de « travailler plus, mais pour gagner moins... ». Malgré l'ampleur de la mobilisation, les propositions de l'administration restent très insuffisantes, selon les syndicats.Elle propose seulement un maintien des 30% d'augmentation de la prime de commandement sur 5 ans. Sur la garantie du temps de travail, une réunion avec les syndicats est prévue dès la semaine prochaine. Désormais, les officiers de police attendent une réponse du politique. Et si elle ne vient pas, ils envisagent de faire descendre leur famille dans la rue (car ils n'ont pas le droit de faire grève eux-mêmes) le 15 novembre, le jour où le président de la Républiquedoit présenter à 1 800 policiers et gendarmes lors d'une grande réunion ses "grandes orientations pour la sécurité". Mais, hier, nous avons appris que cette réunion a été repoussée à une date ultérieure...

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
202
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !