Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

  • 18/10/18 | René Goscinny prend ses quartiers

    Lire

    Le Musée de la BD d’Angoulême accueille jusqu’au 2 janvier 2019 une exposition pour toute la famille « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie ». Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations. Cette exposition met en lumière des centaines de documents dans une scénographie claire et ludique. Un parcours enfant permet aux plus jeunes de découvrir l’exposition tout en jouant et en se déguisant.

  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet à destination des demandeurs d'emploi. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger avec le grand public.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les politiques, Yves Foulon, Alain Rousset... se mobilisent pour aider les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon

17/08/2008 |

Des huîtres

Philippe Madrelle, le président du Conseil général de Gironde avait montré le chemin la semaine dernière en exprimant sa solidarité vis-à-vis des ostréiculteurs du bassin, lorsque le préfet de Gironde a interdit la consommation d'huîtres. Ce 11 août, les politiques du bassin et de la région, de droite, comme de gauche sont, à leur tour, montés au créneau pour interpeller l'Etat sur les limites du test souris et l'utilisation « abusive » du principe de précaution.

Le fait est suffisamment rare pour être souligné. Le 11 août, Marie-Hélène Des Esgaulx, député de la Gironde, Yves Foulon, président de la Cobas et Michel Sammarcelli, président du SIBA, se sont fendus d'un communiqué commun sur la situation des ostréiculteurs du bassin d'Arcachon. Ces élus locaux, tous UMP, rappellent, dans un premier temps, qu'il n'y a pas de dinophysis dans les eaux du Bassin, que les tests chimiques des huîtres sont fiables, qu'aucune maladie liée à la consommation d'huîtres n'a été constaté, que les eaux de baignade sont d'excellentes qualités.

Le principe de précaution appliqué « sans discernement »
Avant de critiquer les autorités sanitaires, qui « appliquent sans discernement sur le Bassin d'Arcachon contrairement aux autres pays Européens le principe de précaution qui conduit à interdire la consommation des huîtres ». Ils relèvent que « ces mêmes autorités sanitaires n'utilisent pas les fonds ( 2 , 5 millions d'euros) alloués par le Président de la République lors de sa visite à Arcachon en Août 2007, ces sommes étant destinées à déterminer les causes de la mortalité des souris ». La critique, est pour le moins acerbe : « Il est inadmissible que des huîtres prélevées pour analyse, soient stockées dans des congélateurs sans avoir été analysées depuis plusieurs mois. Il est anormal que les tests actuels soient pratiqués sur des huîtres sauvages et non pas sur des huîtres d'élevage ».

Remplacer le test souris par le test chimique
Ces élus du bassin, exigent, par conséquent une « prise en compte immédiate du test chimique en remplacement du test souris » et la réalisation de deux tests dans la semaine pour une réouverture immédiate, ainsi que l'obtention du calendrier des recherches scientifiques concernant l'utilisation des 2,5 millions d'euros alloués avec publications de résultats intermédiaires.

Afin de mettre les autorités sanitaires et l'Etat face à leurs contractions, le Siba s'engage à analyser l'impact des rejets du Wharf sur les cultures marines du Bassin, ce que réclament depuis plusieurs années les ostréiculteurs. Le Siba s'engage également à prélever et envoyer des huîtres d'Arcachon pour analyse sous protocole allemand et irlandais.

Des conséquences économiques importantes
De leur côté, les élus socialistes, Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, François Deluga, vice-président en charge du littoral et François Maïtia, vice-président en charge de la pêche, se disent préoccupés par les conséquences économiques de cette crise ostréicole. Ils demandent donc à l'Etat d'assurer au plus vite la mise en œuvre effective du fonds de solidarité demandé par la profession et soutenu par la Région depuis 2005. Les élus socialistes suggèrent à l'Etat de mobiliser les moyens financiers et scientifiques qui permettront d'identifier rapidement l'agent responsable d'une éventuelle contamination des élevages. « La Région s'est engagée dans cette voie depuis 2006 en contribuant à la réalisation de tests biologiques complémentaires destinés à mettreen évidence les limites du test de la souris », rappelle le communiqué.

Vendredi 15 août, après des tests biologiques favorables, les huîtres du bassin d'Arcachon ont à nouveau été autorisées à la consommation, sauf sur le banc d'Arguin (15% de la production). « Cette ré-ouverture partielle montre une fois encore l'incohérence de ces tests », souligne Olivier Laban, vice-président de la section régionale conchylicole.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
411
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Nicolas César | 12/08/2008

Cher lecteur,

merci pour votre contribution. Comme vous avez pu le constater, les interdictions récurrentes de consommer les huîtres sur le bassin d'Arcachon interrogent, que ce soit du côté des politiques ou des ostréiculteurs. Ces fermetures, qui à ce jour, n'ont pas d'explications scientifiques ont un coût important pour les ostréiculteurs. Il est donc encore un peu tôt pour tirer des conclusions et bien évidemment, vos propos, à ce sujet, n'engagent que vous. Quant à la présence des ostréiculteurs sur le bassin, il est incontestable, à mon sens, qu'elle participe du cachet du bassin, et de l'attrait touristique de la région, même si cela a peut-être un coût pour le contribuable.

Merci en tout cas d'avoir ouvert ce débat. Nous invitons les ostréiculteurs à s'exprimer eux aussi sur le sujet.

A bientôt sur Aqui !

Nicolas César

vince rapelados | 12/08/2008

Comme d'habitude, c'est les huîtres d'Arguin qui prennent en premier ! Et oui bien sur, vendues comme le produit phare du bassin finalement c'est encore une preuve de plus que c'est la zone la plus exposée a toutes formes de pollutions biologique ou chimique (et oui car nous avons un tendance a oublier certains toxiques ? Metox Oléron/Marenne ?finalement les ostréiculteurs ont certainement raison sur la gravité de la toxine !)... mais bon c?est une crise de plus qui permettra certainement de d'épurer les entreprises ostréicoles du bassin honteusement maintenues en vie par les pouvoirs publics (état, conseil général , fonds divers ?) si ce n'est le contraire avec un flot de subventions qui feront vivre ces entreprises qq mois de plus alors qu'il est plus honnête de faire disparaître la moitié de ces entreprises accoutumées de la vente sans facture ,du travail au noir, de la fausse demande de subvention, qui bien sur est à la charge contribuable pour des entreprises privées? quand ce n?est pas pour de la plaisance sociale (et aussi de luxe ! comme a gujan-mestras) , il faut être réaliste a l'heure des écloseries et nurseries a huîtres l'avenir du bassin est bien dans la plaisance ou le motonautisme de luxe (Couach)
Et non l'ostréiculture ! Cependant la carte postale passéiste va encore nous coûter cher en impôts (foncier et habitation) avant que les choses changent.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !