Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les politiques, Yves Foulon, Alain Rousset... se mobilisent pour aider les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon

17/08/2008 |

Des huîtres

Philippe Madrelle, le président du Conseil général de Gironde avait montré le chemin la semaine dernière en exprimant sa solidarité vis-à-vis des ostréiculteurs du bassin, lorsque le préfet de Gironde a interdit la consommation d'huîtres. Ce 11 août, les politiques du bassin et de la région, de droite, comme de gauche sont, à leur tour, montés au créneau pour interpeller l'Etat sur les limites du test souris et l'utilisation « abusive » du principe de précaution.

Le fait est suffisamment rare pour être souligné. Le 11 août, Marie-Hélène Des Esgaulx, député de la Gironde, Yves Foulon, président de la Cobas et Michel Sammarcelli, président du SIBA, se sont fendus d'un communiqué commun sur la situation des ostréiculteurs du bassin d'Arcachon. Ces élus locaux, tous UMP, rappellent, dans un premier temps, qu'il n'y a pas de dinophysis dans les eaux du Bassin, que les tests chimiques des huîtres sont fiables, qu'aucune maladie liée à la consommation d'huîtres n'a été constaté, que les eaux de baignade sont d'excellentes qualités.

Le principe de précaution appliqué « sans discernement »
Avant de critiquer les autorités sanitaires, qui « appliquent sans discernement sur le Bassin d'Arcachon contrairement aux autres pays Européens le principe de précaution qui conduit à interdire la consommation des huîtres ». Ils relèvent que « ces mêmes autorités sanitaires n'utilisent pas les fonds ( 2 , 5 millions d'euros) alloués par le Président de la République lors de sa visite à Arcachon en Août 2007, ces sommes étant destinées à déterminer les causes de la mortalité des souris ». La critique, est pour le moins acerbe : « Il est inadmissible que des huîtres prélevées pour analyse, soient stockées dans des congélateurs sans avoir été analysées depuis plusieurs mois. Il est anormal que les tests actuels soient pratiqués sur des huîtres sauvages et non pas sur des huîtres d'élevage ».

Remplacer le test souris par le test chimique
Ces élus du bassin, exigent, par conséquent une « prise en compte immédiate du test chimique en remplacement du test souris » et la réalisation de deux tests dans la semaine pour une réouverture immédiate, ainsi que l'obtention du calendrier des recherches scientifiques concernant l'utilisation des 2,5 millions d'euros alloués avec publications de résultats intermédiaires.

Afin de mettre les autorités sanitaires et l'Etat face à leurs contractions, le Siba s'engage à analyser l'impact des rejets du Wharf sur les cultures marines du Bassin, ce que réclament depuis plusieurs années les ostréiculteurs. Le Siba s'engage également à prélever et envoyer des huîtres d'Arcachon pour analyse sous protocole allemand et irlandais.

Des conséquences économiques importantes
De leur côté, les élus socialistes, Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, François Deluga, vice-président en charge du littoral et François Maïtia, vice-président en charge de la pêche, se disent préoccupés par les conséquences économiques de cette crise ostréicole. Ils demandent donc à l'Etat d'assurer au plus vite la mise en œuvre effective du fonds de solidarité demandé par la profession et soutenu par la Région depuis 2005. Les élus socialistes suggèrent à l'Etat de mobiliser les moyens financiers et scientifiques qui permettront d'identifier rapidement l'agent responsable d'une éventuelle contamination des élevages. « La Région s'est engagée dans cette voie depuis 2006 en contribuant à la réalisation de tests biologiques complémentaires destinés à mettreen évidence les limites du test de la souris », rappelle le communiqué.

Vendredi 15 août, après des tests biologiques favorables, les huîtres du bassin d'Arcachon ont à nouveau été autorisées à la consommation, sauf sur le banc d'Arguin (15% de la production). « Cette ré-ouverture partielle montre une fois encore l'incohérence de ces tests », souligne Olivier Laban, vice-président de la section régionale conchylicole.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
379
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Nicolas César | 12/08/2008

Cher lecteur,

merci pour votre contribution. Comme vous avez pu le constater, les interdictions récurrentes de consommer les huîtres sur le bassin d'Arcachon interrogent, que ce soit du côté des politiques ou des ostréiculteurs. Ces fermetures, qui à ce jour, n'ont pas d'explications scientifiques ont un coût important pour les ostréiculteurs. Il est donc encore un peu tôt pour tirer des conclusions et bien évidemment, vos propos, à ce sujet, n'engagent que vous. Quant à la présence des ostréiculteurs sur le bassin, il est incontestable, à mon sens, qu'elle participe du cachet du bassin, et de l'attrait touristique de la région, même si cela a peut-être un coût pour le contribuable.

Merci en tout cas d'avoir ouvert ce débat. Nous invitons les ostréiculteurs à s'exprimer eux aussi sur le sujet.

A bientôt sur Aqui !

Nicolas César

vince rapelados | 12/08/2008

Comme d'habitude, c'est les huîtres d'Arguin qui prennent en premier ! Et oui bien sur, vendues comme le produit phare du bassin finalement c'est encore une preuve de plus que c'est la zone la plus exposée a toutes formes de pollutions biologique ou chimique (et oui car nous avons un tendance a oublier certains toxiques ? Metox Oléron/Marenne ?finalement les ostréiculteurs ont certainement raison sur la gravité de la toxine !)... mais bon c?est une crise de plus qui permettra certainement de d'épurer les entreprises ostréicoles du bassin honteusement maintenues en vie par les pouvoirs publics (état, conseil général , fonds divers ?) si ce n'est le contraire avec un flot de subventions qui feront vivre ces entreprises qq mois de plus alors qu'il est plus honnête de faire disparaître la moitié de ces entreprises accoutumées de la vente sans facture ,du travail au noir, de la fausse demande de subvention, qui bien sur est à la charge contribuable pour des entreprises privées? quand ce n?est pas pour de la plaisance sociale (et aussi de luxe ! comme a gujan-mestras) , il faut être réaliste a l'heure des écloseries et nurseries a huîtres l'avenir du bassin est bien dans la plaisance ou le motonautisme de luxe (Couach)
Et non l'ostréiculture ! Cependant la carte postale passéiste va encore nous coûter cher en impôts (foncier et habitation) avant que les choses changent.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !