Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Coopération intercommunale : les Pyrénées-Atlantiques rebattent les cartes

01/10/2015 | Le schéma départemental de coopération intercommunale vient d’être présenté par le préfet, Pierre-André Durand. Béarn et Pays basque s’y réorganisent

Les élus des 547 communes du département vont être consultés

Comme tous les départements, les Pyrénées Atlantiques vont changer de visage. Afin d’éviter les doublons administratifs et économiques que l’on constate en de multiples endroits, leur territoire sera désormais découpé en 9 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Huit d’entre eux quadrilleront le Béarn, qui est traditionnellement très morcelé. Un seul recouvrira l’ensemble du Pays basque. Ce découpage, qui doit être effectif pour 2017, vient d’être présenté par le préfet aux élus locaux.

La volonté affichée par le gouvernement est claire. Plutôt que de s’éparpiller sur le territoire, qui souvent à faire double usage, les structures intercommunales doivent être renforcées, donc regroupées. Ce qui permettra à chacune d’entre elles de représenter une population minimale de 15 000 habitants, mais aussi d’être plus cohérentes par rapport aux bassins de vie et aux unités urbaines qu’elles recouvrent. Sans parler des schémas de cohérence territoriale (SCOT) ou des Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux (PETR) dont elles font l’objet.

Cette recherche d’unité est également destinée à réaliser des économies de fonctionnement. Dans les Pyrénées-Atlantiques, elle n’a rien de théorique. Le rapport présenté par le préfet, Pierre-André Durand, souligne en effet que 19 communautés de communes sur 29 n’atteignent pas le seuil des 15 000 habitants, et que 6 d'entre elles se situent en dessous de 5 000 habitants. 

Par ailleurs, on estime que sur 223 syndicats mixtes créés dans des domaines divers (eau, transports, environnement etc.), 99 ont « une activité faible ou modérée » et que 36 n’ont pas réalisé d’investissement entre 2012 et 2014.

Résultat : ce kaléidoscope administratif amène les uns à empiéter sur les compétences des autres. Il génère des dépenses que l’on pourrait éviter et, au final, il n'est pas très productif.

Un Béarn morcelé, un Pays basque cohérent

Le nouveau schéma proposé par le préfet

Le nouveau découpage que le préfet vient de présenter à la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) , réunie à Pau, tient compte de deux réalités. A commencer par l’existence des deux « territoires à forte identité » que sont le Béarn et le Pays Basque.

Plus morcelé que son voisin, le premier comprend 389 communes que le représentant de l’Etat propose de répartir en 8 EPCI. Tant il est vrai que, depuis belle lurette, entre plaines et vallées de montagne, zones rurales et industrielles, les prés carrés sont multiples à l'Est du département.

 La réalité basque, qui s’appuie sur 158 communes, est différente. Car cette partie ouest des Pyrénées-Atlantiques dispose déjà d’un contrat territorial. Qui plus est, on estime qu'elle possède « un dispositif de gouvernance souple » à travers une association réunissant les élus et les représentants de la société civile.

Le préfet propose donc que les 10 EPCI qui la composent soient désormais réunis en une « Communauté d’agglomération du Pays Basque ».

 Les communes consultées

Sur le plan pratique, les choses vont se dérouler par étapes. Le projet de découpage va être soumis aux 547 conseils municipaux  et EPCI des Pyrénées-Atlantiques. Ils auront jusqu’à la fin novembre pour donner leur avis. La commission départementale de coopération intercommunale  se réunira à nouveau au début 2016 pour proposer d’éventuelles modifications.

Le schéma définitif devra être bouclé par le préfet pour la fin mars 2016. Sa mise en œuvre interviendra au plus tard le 31 décembre de l’année prochaine. Sachant que, si un désaccord ne peut vraiment pas être réglé, le préfet a la possibilité de « passer outre ».

Les discussions sont donc loin d’être terminées. D’autant plus que, côté béarnais notamment, certains points continuent à faire débat : comme le souhait (non retenu par l’Etat) de voir le secteur de Lembeye se tourner plutôt vers la Bigorre.

Du côté des vallées de montagne, des Ossalois renaclent également à se rapprocher de leurs voisins aspois. Tandis que certains s’interrogent sur la manière dont la plaine de Nay peut s’ouvrir au nord.

Rien n’est simple. Mais, une fois encore, on est en Béarn.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4185
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !