Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/01/18 | Didier Pourquery nommé président de Cap Sciences

    Lire

    Didier Pourquery devient le nouveau président de Cap Sciences, centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. Elu à l'unanimité du Conseil d'Administration de Cap Sciences ce 18 janvier Didier Pourquery, Floiracais d'origine, partage son temps entre Bordeaux et Paris où il est directeur des rédactions de The Conversation (theconversation.fr), site de médiation scientifique alliant expertise universitaire et exigence journalistique. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et de l'ESSEC, Didier Pourquery a notamment été rédacteur en chef de Science et Vie Économie et de La Tribune

  • 19/01/18 | Charente-Maritime : Rochefort passe en mode doux

    Lire

    La ville de Rochefort est en train de repenser complètement son approche de la circulation, dans le but de développer les transports doux. Après quelques travaux de voirie, la ville s'engage plus fort dans son projet en rétrécissant la largeur de certaines voies principales et en aménageant des trottoirs mixte piétons/vélos. Le triangle des avenues Rochambeau, des Déportés-Fusillés et de la rue Auguste-Roux sera assimilé à la zone 30 qui couvre le reste du centre-ville de Rochefort.

  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les Pyrénées-Atlantiques se jouent des extrêmes

08/05/2017 | Au pied des Pyrénées, Emmanuel Macron obtient presque dix points de plus que sur le plan national et emporte largement la mise. Mais rien n’est encore joué.

Le dépouillement à Laroin, une commune béarnaise

Le score est net et sans appel. En s’imposant avec 74,81% des suffrages, Emmanuel Macron écrase Marine Le Pen (25,19%) dans un département qui, même s'il préfère les chemins sinueux aux routes trop rectilignes, sait aussi claquer fermement la porte aux extrémistes. La chose n’est pas faite pour surprendre. Au pied des Pyrénées, le Front National ne fait généralement pas recette. Cela étant, on y a aussi appris à ne pas vendre trop vite la peau d’un ours. Car la claque assénée aux frontistes ne masque pas les progrès que ces derniers accomplissent au fil des scrutins. Ni le ras-le-bol exprimé par une partie de l’électorat face à la classe politique traditionnelle.

On peut en prendre pour preuve les 31 000 voix supplémentaires réunies par le Front National entre les deux tours de l’élection présidentielle. Soit plus de 7% des inscrits. Excusez du peu !

Colère et tache d’huile

Alors que les Républicains avec Fillon et les socialistes avec Hamon avaient été quasiment été relégués aux oubliettes il y a deux semaines, cette tache d’huile du FN ne  manque pas d’être remarquée. D’autant plus que, sur des terres ou l’abstention progresse de deux points par rapport au premier tour, les votes blancs ont littéralement explosé (9,83% des votants) tandis que le nombre de bulletins nuls a aussi connu une poussée de fièvre (3,69%). Dimanche, il n’était d'ailleurs pas rare de voir certaines enveloppes contenir, sinon un vide explicite, du moins deux bulletins : un pour chaque candidat.

L’ambiguïté de la position affichée par un Mélenchon vexé par son score, tout comme le refus d’une partie de l’électorat de droite de soutenir un ancien ministre de François Hollande, ont sans doute joué ici leur rôle. Ce qui n'a pas empêché la victoire remportée par Emmanuel Macron de prendre par endroits des allures de  parade impériale.

Cela a été le cas à Orthez où 77% des suffrages sont tombés dans son escarcelle. Cela s’est aussi produit à Pau, où 78,9% des électeurs l’ont sacré roi du Béarn. Il est vrai que François Bayrou, son maire et président du Modem, pourrait atteindre d’ici peu des sommets ministériels.  Les Palois ne sont pas gens à bouder ces sortes d’honneurs.

Même le trublion et très iconoclaste Jean Lassalle a vu la vague Macron déferler sur ses terres. Sa commune de Lourdios-Ichère a accordé plus de 77% des voix au candidat de « En marche ». Le député chanteur, qui connait le sujet pour avoir effectué 5 000 kilomètres à pied, avait annoncé qu’il voterait blanc. Mais seul un quart de ses concitoyens a fait de même . Comme quoi, on a beau être un ancien berger, il arrive que les brebis renâclent.

Béarn : le temps des équilibristes

La partie est-elle gagnée pour autant par Emmanuel Macron ? Pas si sûr. Car il lui faut désormais se constituer une majorité. Que ce soit face à des « insoumis » qui n’entendent pas digérer sans broncher son programme social (« La feuille de route de Macron, nous la connaissons, c’est la loi travail aggravée » a commenté le palois Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF).

Que ce soit également face à des militants Républicains pour lesquels la pilule passe décidemment mal et que la sérénité affichée par François Bayrou agace.  « Comment se présenter devant les électeurs et leur demander d’empêcher le nouveau président de gouverner ? » commentait ce dernier, dimanche soir.

L’exercice le plus délicat – lié au débat engagé sur la majorité présidentielle et l’identité politique de chacun -  sera toutefois réservé en Béarn aux députés socialistes sortants, David Habib  et Nathalie Chabanne. Même chose pour le conseiller municipal palois Jérome Marbot qui brigue la succession de Martine Lignières-Cassou.

Le premier se définit comme un « progressiste ». Les deux autres entendent marquer leur différence à gauche. Même si, comme l’explique Nathalie Chabanne, « on ne sait pas où est passé le PS ».

Le Pays Basque, sans coup férir

A Anglet, avec le maire, Claude Olive. Cherchez la candidate de

 La victoire d’Emmanuel Macron s'est dessinée rapidement dans les principales villes de l'agglomération de Bayonne, comme dans cette dernière avec 76,41% pour le candidat de « En marche » contre 23,59% pour Marine Le Pen.

Même topo à Anglet avec 79,23% pour Emmanuel Macron et 20,77% pour la chef de file du Front national. Enfin à Biarritz avec une participation de 71,54% et 8,96% de votes blancs, l’ancien ministre de l’Economie score à 79,7% et Marine Le Pen à 20,3%. On notera le score très révélateur des suffrages de Tarnos, ville de tradition de gauche où 34,89% de bulletins nuls ont été enregistrés  avec 45,85% pour le nouveau président de la République et 18,24% pour son challenger. Ce qui illustre la « non-consigne » de Mélenchon et l’hostilité au vainqueur.
Les supporters et soutiens se sont donc retrouvés ce dimanche soir. Michel Veunac, le maire Modem de Biarritz, mais aussi son premier adjoint radical socialiste Guy Lafitte. Et plus loin, l'autre adjoint aux techniques nouvelles de la perle de la Côte basque, François Amigorena.

Ce n’était apparemment pas l'occasion pour les trois hommes de fumer le calumet de la paix alors qu'ils étaient aux basques du même chef de file. Les Régionales ont laissé des traces.
Vue aussi Florence Lasserre, l'adjointe au maire Les Républicains d'Anglet dont il se dit qu'elle pourrait être la candidate En Marche aux prochaines législatives. Quelques heures auparavant, Sandrine Derville, conseillère municipale d'opposition à Anglet et vice-présidente chargée du tourisme de la Nouvelle Aquitaine qui avait jeté son dévolu sur Benoit Hamon, tout en se réjouissant de cette victoire de la démocratie prenait date pour les prochaines législatives en rappelant qu'elle se rangerait derrière le candidat (ou la candidate) qui portera les valeurs socialistes.
Quid de la députée Colette Capdevielle, qui a défendu la candidature Hamon avant de se ranger derrière la bannière d'Emmanuel Macron ?  Cette dernière envisage un nouveau bail pour l'Assemblée nationale. Un nouveau président qu'elle connait bien pour avoir fait partie de la commission parlementaire d'élaboration de la loi El Khomri. Les dés sont presque jetés pour le nouveau rendez-vous du mois de juin

Jean-Jacques Nicomette et Félix Dufour

 

Les résultats dans le département et par commune :

http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/075/064/index.html

Jean-Jacques Nicomette Félix Dufour
Par Jean-Jacques Nicomette Félix Dufour

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
3625
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !