Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

17/01/19 : Vendredi 18 janvier, EDF/Dalkia signera un partenariat avec la Ville de Poitiers pour Traversées, l'évènement artistique et culturel du Palais. La signature se fera à 10h en présence du maire de Poitiers et des représentants régionaux d'EDF/Dalkia.

17/01/19 : La Rochelle Université ouvre ses portes samedi 2 février, de 9h30 à 17h. L’accueil de la journée se déroulera au Technoforum (23 avenue Albert Einstein, La Rochelle). avec des stands d’informations de l’Université et de ses partenaires (CROUS, CDIJ, Yélo,

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/19 | Eco-Campus : Poitiers exemplaire

    Lire

    L'Université de Poitiers mise en valeur par le ministère de l'Enseignement Supérieur. Dans le cadre d'un séminaire dédié à la valorisation et la vie de campus, le ministère a invité l'Université de Poitiers à présenter son réseau de chaleur. Cette installation a permis une baisse de 500.000 euros de la facture énergétique. L'établissement poitevin est engagé dans une stratégie de développement durable récompensée par l'obtention du label Développement Durable et Responsabilité Sociétale en 2016.

  • 17/01/19 | Gilet jaunes : quel impact sur les commerces girondins ?

    Lire

    Dans une enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie Bordeaux Gironde sur l'évolution de a fréquentation des commerçants girondins sur les samedi du 15 décembre au 5 janvier auprès de 310 d'entre eux, on apprend que 93% des commerçants bordelais ont enregistré une baisse de fréquentation (supérieure à 50% pour plus d'un quart) par rapport à l'an passé et 90% une baisse de leur chiffre d'affaire (supérieure à 50% pour près d'un quart). Sur le reste du département, 69% ont enregistré une baisse de fréquentation et 66% du chiffre d'affaire, avec une Haute Gironde jugée "très fortement impactée".

  • 17/01/19 | Habitat 17 : des actions pour rompre l'isolement des retraités

    Lire

    Afin de rompre l'isolement des personnes âgées, l'association Voisins Solidaires et l'office public Habitat 17 viennent de créer un programme d'actions sur le département, allant du service rendu ponctuel à l'organisation d’événements de voisinage (type fête des voisins), reposant sur un réseau de voisins. 160 seniors isolés de 80 ans et + ont été identifiés. Avec cette action, l'office s'est vu renouveler le label européen du "bailleur social et solidaire", déjà obtenu en 2016 pour trois ans.

  • 17/01/19 | Mérignac : 4e édition de l’opération "Mon sang pour les autres"

    Lire

    Le Rotary Club de Mérignac et l'Association pour le don du sang bénévole de Mérignac s‘unissent au côté de l’Etablissement français du sang (EFS) Nouvelle-Aquitaine en organisant vendredi 18 janvier toute la journée et samedi 19 janvier au matin à la Maison des associations des journées pour donner son sang. Pour ce faire, il suffit d’être majeur et en bonne santé. L’objectif est de mobiliser 180 donneurs lors de cette collecte. Toutes les informations sont à retrouver ici.

  • 17/01/19 | Charente : une nouvelle Maison de Santé en zone rurale

    Lire

    Une nouvelle Maison de Santé sera inaugurée ce samedi à Barbezieux-Saint-Hilaire (23 avenue Charles-Virolleau), sur un territoire en désertification médicale. La MSP de Barbezieux-Saint-Hilaire regroupera 11 professionnels de santé aux fonctions complémentaires : deux médecins, un dermatologue, une sage-femme, deux cabinets d'infirmières, deux ostéopathes, une diététicienne, un psychologue et un réflexologue. Un projet soutenu pat la Région (150 000€) et l'Europe (200 000€).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les Pyrénées-Atlantiques tâtent leurs poches et s’inquiètent

22/06/2015 | L’audit financier réalisé à la demande de la nouvelle majorité du Conseil départemental montre que les dépenses augmentent plus vite que les recettes

Jean-Jacques Lasserre (à g.) et Max Brisson : "Une épargne qui baisse, des dépenses qui montent"

« Si on continue comme cela, on va dans le mur ». Jean-Jacques Lasserre, le président Modem du Conseil départemental, et son vice-président « républicain » Max Brisson ne mâchent pas leurs mots. La situation financière du département vire au rouge, constatent-ils, en s’appuyant sur un audit réalisé à la demande de la nouvelle majorité. Le mécanisme qu’ils décrivent est simple : sous la gouvernance de la gauche, les dépenses ont augmenté plus vite que les recettes. Un signal d’alarme est donc tiré. Et un changement de cap radical est annoncé.

Autant appeler un chat un chat. L’audit financier que la nouvelle majorité départementale a commandé  au cabinet Stratégies locales basé à Ustarritz dépeint « une réalité froide, nette, inquiétante et qui nécessite que l’on arrête de naviguer à vue », constate Jean-Jacques Lasserre. Selon ce document « corroboré par le trésorier payeur général », le Conseil départemental vit au-dessus de ses moyens.

Une dynamique négative« En matière de ratio d’endettement, les Pyrénées-Atlantiques se situent encore dans la moyenne des départements comparables. Mais avec des dynamiques très différentes.  Depuis 2009, les recettes ont augmenté de 3% par an tandis que les dépenses progressaient de 4,8% ».

 Le résultat ne s’est pas fait attendre, explique Max Brisson.  L’épargne nette, qui était de 100 millions d’euros en 2009, a fondu comme neige au soleil pour atteindre 50 millions l’an passé. Selon l’audit, si les choses continuent, elle sera de 14 millions fin 2015. Puis elle deviendra négative dans deux ans. « Ce qui signifie que le Département n’assurera plus le remboursement de sa dette avec l’épargne, mais qu’il sera obligé d’emprunter. On ne peut pas tenir très longtemps comme cela ».

« Un train de vie trop élevé »Plusieurs raisons sont trouvées à cette descente progressive dans les enfers financiers. La première tient aux dépenses sociales que le Département est obligé d’assumer. « C’est lié à la crise. On ne conteste pas cette nécessité. Sachant qu’entre ce que l’Etat nous donne et entre ce que l’on distribue, il y a un écart de 70 millions d’euros ».

Cela dit, l’accent est également mis sur les dépenses de personnel, en nette augmentation. La Gauche s’était expliquée sur cette hausse pendant la campagne électorale, en indiquant avoir transformé des CDD en CDI. Elle  correspond à près de 200 équivalents temps plein.

 Enfin, le « train de vie élevé » du Conseil départemental est pointé du doigt. « Il y a 30 millions de dépenses en trop, en plus des 2% d’augmentation du coût de la vie ».

Sur un territoire basco-béarnais dont « la marque de fabrique » consiste à maintenir les investissements et les équipements à un niveau élevé,  l’effet de ciseau entre dépenses et recettes est dès lors imparable. D’autant plus que les dotations attribuées par l’Etat au Département ne cessent de diminuer (72 millions de moins en trois ans).

« L’exécutif sortant savait tout cela. Il a continué, sans voir les nuages s’amonceler» commente Jean-Jacques Lasserre. « On ne veut pas critiquer la gestion passée. Mais aujourd’hui, il nous faut changer de logique ».

Stations de ski : on se pose et on réfléchitL’état des lieux sera évoqué cette semaine par les conseillers départementaux. D’ores et déjà, quelques serrages de vis sont envisagés. C’est le cas pour les stations de ski. Le télésiège de Gourette, emporté l’hiver dernier par une avalanche, attendra pour être reconstruit.

Alors que l’établissement public des stations d’altitude (EPSA) accuse un déficit, une réflexion sur les activités de montagne doit aussi être menée avec l’ensemble des acteurs concernés : professionnels du tourisme, élus locaux etc. Cette démarche  tiendra également compte des stratégies de développement local envisagées par les candidats  au renouvellement des concessions hydroélectriques.

Bref, selon le président Lasserre, un « arrêt sur image » s’impose dans un département où les stations d’altitude sont jugées moins attractives qu’ailleurs. « On sollicitera aussi la Région, qui n’a jamais accepté de venir à notre secours dans ce domaine ».

Routes : « L’Etat ne nous fera pas les poches »En matière de routes, les élus centristes et Républicains refusent de voir les Pyrénées-Atlantiques  se faire « faire les poches » par l’Etat. Ils en prennent pour exemple le projet de déviation d’Oloron, reliant Gabarn à Gurmençon. Un chantier « que l’on présente abusivement comme faisant partie de la Pau-Oloron », aujourd’hui au point mort (1).

Dans le cadre du contrat de plan passé avec la Région, l’Etat s’était engagé à mettre 60 millions d’euros sur cet itinéraire, rappelle Jean-Jacques Lasserre. « Or, sur ce chantier de 77 millions, l’exécutif précédent a décidé que l’Etat ne mettrait que 50% de la dépense, mais aussi que le Conseil départemental ferait l’avance de cette somme, et qu’il assurerait la maîtrise d’ouvrage du chantier. Avec tous les risques que cela présente si le coût augmente ».

Autant de choix que les élus centristes et Républicains dénoncent, et qu’ils se disent  incapables d’assumer financièrement. D’autant plus, affirment-ils, que l’ancien président du Conseil général  a également proposé de financer en partie la Gabarn-Gurmençon "en libérant les retenues de garanties (17 millions d’euros) qui avaient été faites sur le projet de LGV lorsque celui-ci démarrerait au sud de Bordeaux, vers Pau et Bayonne.

« Dans le même contrat de plan, la Région propose une maquette ferroviaire de 90 millions d’euros pour relier Oloron à Bedous » ajoute Jean-Jacques Lasserre. « L’Etat serait bien inspiré de mettre cet argent sur les déviations de la RN 134 (Asasp, Gurmençon) qui, elles, sont prêtes à le recevoir ».

Bouchées doubles sur le très haut-débit Quelques boulets rouges sont enfin tirés par la nouvelle majorité en direction des contrats de territoire mis en place par ses prédécesseurs. Les aides accordées par le Département aux collectivités locales ont donné lieu à des situations très disparates, mais aussi à « des promesses abusives » de dépassement d’enveloppe, constatent ses représentants. « Le schéma était vertueux sur le papier, mais pervers dans son application. C'est un système épouvantable qu’il faut retoiletter ».

Il n’est par contre pas question de lever le pied sur le maillage Internet des Pyrénées-Atlantiques et le très haut débit (35 à 40 mégabits). « On mettra les bouchées doubles » annonce Jean-Jacques Lasserre. « Il y aura forcément un mix de technologies et d’intervenants ».

(1) Le syndicat mixte d’étude créé sur cette liaison routière a été dissout avant les élections départementales. Dont acte, constate Jean-Jacques Lasserre, qui ne s’estime pas engagé sur le dossier.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1581
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !