Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les sénateurs Périgourdins sortants lancent leur campagne

25/08/2014 | Claude Bérit Debat et Bernard Cazeau, les deux sénateurs socialistes sortants ont lancé aujourd'hui la campagne des sénatoriales en Dordogne.

Claude Bérit Debat et Bernard Cazeau, les deux sénateurs socialistes de Dordogne ont lancé leur campagne

Concordance d'actualité, à peine quelques heures après l'annonce de la démission du gouvernement, Bernard Cazeau et Claude Bérit-Debat, les deux sénateurs sortants de la Dordogne organisaient une conférence de presse de lancement de la campagne des sénatoriales. L'élection aura lieu le dimanche 28 septembre en préfecture. Malgré la situation politique que vit notre pays, qu'ils n'ont pas manqué de commenter, les deux parlementaires affichent une certaine sérénité, préférant évoquer leur bilan et une campagne responsable qu'ils entendent mener auprès des élus locaux.

"Nous ne sommes peut être pas si en danger que cela", indique Bernard Cazeau, sénateur socialiste sortant, qui lançait ce matin la campagne des sénatoriales. Actuellement, le département de la Dordogne compte deux sénateurs socialistes : Claude Bérit Debat, élu depuis 2008, vice président de la commission économique de la Haute Assemblée et Bernard Cazeau, membre de la commission des affaires sociales et aussi président du Conseil général de la Dordogne. L'élection sénatoriale aura lieu le 28 septembre. 1339 grands électeurs, maires et élus locaux, devront se prononcer. Pour le moment, les verts, le PS et l'UMP ont annoncé des candidatures. En Dordogne, comme dans les 59 départements où il y a deux sièges à pourvoir, il s'agit d'un scrutin uninominal à deux tours.
Les deux parlementaires socialistes affichent une certaine sérénité, malgré la grave situation politique que connait actuellement notre pays. Actualité oblige, ils n'ont pas manqué de réagir à l'annonce de la démission du gouvernement. Selon Bernard Cazeau, "on ne peut pas voter en conseil des ministres et émettre publiquement des critiques, c'est difficile au sein d'une équipe." Sur la même longueur d'ondes que son collègue, Claude Bérit Debat, estime que "l'on est dedans ou dehors." Les deux parlementaires font siennes la phrase de Jean-Pierre Chevénement: "un membre du gouvernement quand il n'est pas d'accord, ferme sa gueule ou s'en va."

Réforme territoriale, question centraleLes deux sénateurs de la Dordogne continuent à apporter leur soutien au gouvernement et à la politique qu'il mène malgré des débats, parfois vifs au sein du parti socialiste et des groupes parlementaires. Concernant les sénatoriales, les deux parlementaires veulent une campagne responsable et de proximité, auprès des élus locaux et particulièrement ceux des territoires ruraux. Accompagnées de leurs deux suppléantes, Cécile Labarthe et Anick Carot, maire d'une petite commune rurale, les deux sénateurs ont programmé 18 réunions de terrain, entre le 27 août et le 25 septembre, à l'échelle des nouvelles intercommunalités.Et parmi les sujets centraux qui ne manqueront pas d'être évoqués : la réforme territoriale, qui constitue la question centrale de ces sénatoriales. Depuis de nombreuses semaines, les deux sénateurs périgourdins expriment des réserves sur cette réforme et surtout sur la volonté de supprimer les conseils généraux en milieu rural. "Nous nous mobiliserons contre tout ce qui pourrait être excessif à l'encontre du monde rural. Dans les territoires ruraux, les Conseils généraux sont essentiels à la proximité et à la redistribution financière des communes." 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1571
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Paul MR | 26/08/2014

Pour la citation, la paternité de l'expression "ça ferme sa gueule ou ça s'en va" va plutôt à Jean-Pierre Chevènement pour sa démission en 1983.

YVARD | 26/08/2014

Après vérification, vous avez raison, la correction va être faite.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !