Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Les universités de Bordeaux s'apprêtent à réformer leur formation pour devenir un pôle d'excellence international

12/11/2008 |

Le professeur Singaravélou

A Bordeaux, le plan campus, voulu par Nicolas Sarkozy, le président de la République, est déjà sur les rails. Le 3 novembre, le Pres (pôle de recherche et d'enseignement supérieur) de Bordeaux a envoyé son projet au ministère. Pour mémoire, ce plan campus a vocation à créer dix pôles d'excellence universitaires de "visibilité internationale". La ministre de l'enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a retenu les projets de Paris, Aix-Marseille, Saclay, Aubervilliers, le PRES de Bordeaux, de Lyon, de Toulouse, le projet "Grenoble, Université de l'innovation", celui des universités de Montpellier-I, II et III. Au total, selon le ministère, le plan Campus implique aujourd'hui 39 universités (sur 85), 37 écoles et les principaux organismes de recherche. Il concerne 650 000 étudiants (sur 2 254 000 en 2006-2007) et 21 000 chercheurs. Le démarrage opérationnel des projets est prévu début 2009.

Pour le professeur Singaravélou, président de l'Université Bordeaux III et du Pres de Bordeaux (pôle de recherche et d'enseignement supérieur), ce plan campus est "historique" et intervient au bon moment. Il vient conforter la tendance actuelle des universités à se regrouper, notamment sous la forme de Pres. Son constat est sans appel : "l'éclatement actuel des différentes universités en France est complètement décalé dans un contexte de mondialisation et d'ouverture de la recherche". Un "éclatement", que l'on doit à Georges Pompidou, qui, suite à mai 1968, a souhaité écarter les campus universitaires de la ville, afin que les étudiants n'y fomentent pas de "révolutions".

"Décloisonner les disciplines au sein de chaque université"
Partant de là, le Pres de Bordeaux, retenu pour le plan campus, a décidé de repenser totalement sa formation et sa façon d'enseigner. Afin de favoriser la mobilité des étudiants entre les filières, une licence unique portant le label université de Bordeaux doit être créée. Cela permettrait notamment à un étudiant de première année, qui s'aperçoit qu'il s'est "trompé" de voie, de changer de filière au deuxième semestre, sans perdre son année. A condition bien sûr, qu'il réussisse son premier semestre. Un doctorat de l'Université de Bordeaux pourrait également être créé. Quant aux masters, des collèges universitaires à l'anglaise, selon les grandes disciplines (sciences humaines, droit...) devraient apparaître. L'offre de formation serait donc regroupée en trois niveaux, afin de "décloisonner les disciplines au sein de chaque université", avance Singaravélou. "Il faut que les scientifiques se rendent compte qu'ils ont besoin des sciences humaines et vice-versa, car ceci correspond aux besoins des entreprises", poursuit-il.

Développer les "compétences générales"
Dans le même ordre d'idées, le contrôle continu, la notion de compétences et les relations avec les entreprises devraient être développés. "Jusqu'à présent, les universités étaient dans leur tour d'ivoire. On produisait et on transmettait du savoir, mais ça s'arrêtait là", analyse-t-il. Selon lui, il faut désormais enseigner aux étudiants un socle de connaissances pendant les deux premières années, avec pourquoi pas des cours de culture générale et une méthode de travail. L'idée est de retarder la spécialisation de l'étudiant. "Les entreprises attendent que nos étudiants sachent faire une synthèse, s'exprimer et penser le monde, l'analyser", rappelle M.Singaravélou. Dans le domaine de la recherche, des pôles comme les sciences humaines, bio-santé, droit, seront mis en avant. La pratique des langues étrangères, qui seraient obligatoires dans tous les cursus, et les stages en entreprise seront renforcés. Des réunions régulières auraient lieu entre les membres de l'administration de l'université et des représentants du Medef, de la CGPME...

"Un quartier urbain universitaire"
Et, pour soutenir, cette nouvelle offre de formation, destinée notamment à séduire les étudiants étrangers, un projet de réhabilitation de Bordeaux I est en cours, ainsi qu'un vaste plan de constructions de logements étudiants (1 000 ont déjà été réalisés depuis un an). Par ailleurs, pour faire "vivre le campus", Bordeaux veut créer un "quartier urbain universitaire", avec des activités sportives, des loisirs, de la culture, des spectacles..., pour que les étudiants ne "fuient" pas le campus, aussitôt les cours terminés. Mais, tout ceci suppose de changer la façon d'enseigner, les mentalités des professeurs et ne se fera pas en un jour. M. Singaravélou en est conscient : "il y aura des peurs de privatisation de l'université, quand il faudra passer à l'acte, mais les mentalités commencent à évoluer". Le coût global du projet est estimé à 538 millions d'euros.

Quant aux "petites" universités, qui n'ont pas été retenues dans ce plan campus, M.Singaravélou, estime qu'elles ne seront pas encore plus défavorisées comme le craint l'Unef, premier syndicat étudiant. "Elles seront rattachées à l'Université mère, qui pourrait être Bordeaux ou Toulouse". Selon lui, dans les prochaines années, il n'y aura plus qu'une dizaine de grandes universités. Les moyens seront davantage mutualisés. "A tel point, que l'on pourrait voir Bordeaux et Toulouse fusionner leurs universités pour défendre leur peau, dans ce contexte de compétition internationale", estime-t-il. Malgré la crise financière, le plan campus sera maintenu. Il pourrait être lancé dès le mois de janvier 2009 à Bordeaux, une fois les budgets alloués, à la fin du mois.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
379
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !