Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pays basque: les premiers voeux du président Etchegarray à son bébé

18/01/2018 | Le président de la Communauté Pays basque Jean-René Etchegaray avait choisi Sare pour présenter les premiers vœux de la nouvelle communauté territoriale

voeux agglo Pays basque Etchegaray

Jean-René Etchegaray, président de la Communauté Pays basque avait tenu à ce que les vœux – et le premier anniversaire — de la nouvelle agglomération Pays basque aient lieu dans un lieu parmi les plus emblématiques du Pays basque représentatif de cette nouvelle structure territoriale de 158 communes. "Permettez-moi de faire un lien particulier entre Sare, ce que nous sommes et la raison pour laquelle nous sommes ici. Nous le savons tous, c’est ici que les archétypes de la maison basque se sont définis. "Nous sommes venus ici pour évoquer une autre maison, celle qui accueille les habitants de la Communauté d’agglomération."

 

" Nous avons inventé ce qui pouvait l'être à partir du cadre légal"

La collectivité publique est donc née il y a un an et a occasionné une masse considérable de travail effectuée : réunions, débats, séminaires, conseils. "Il a fallu se fixer des règles, un pacte politique, un pacte financier, a poursuivi Jean-René Etchegaray. Nous avons « inventé » ce qui pouvait l’être à partir du cadre légal bien sûr. Nous avons tous été acteurs de l’histoire que nous avons écrite, témoins des compromis qui ont dû être trouvés, mais aussi initiateurs d’une formidable dynamique. Et tout ceci a été fait dans un délai incroyablement court, mais a été fait !"
   "Avec la création de la Communauté Pays Basque, c’est d’abord toute la gouvernance de la mobilité qui a été revisitée : un nouveau périmètre (159 communes avec Tarnos qui jouxte Bayonne), ainsi qu’une feuille de route technique et financière ont été débattus, validés, activés.  Le tram’bus 100% sera le fleuron et la colonne vertébrale de tous les réseaux urbains de transport public, et bien plus.  Avec l’extension des compétences du Syndicat des Mobilités, un processus de transfert des services interurbains et scolaires est désormais engagé. "Cela signifie que nous serons responsables du transport public et scolaire sur l’ensemble du Pays Basque dès Septembre 2018 !" a promis le président de la Communauté.   Qui sera suivi d'un plan global des mobilités sur tout le territoire afin d'analyser et  surtout trouver les solutions techniques, financières et politiques qui vont avec.  En même temps, les savoir-faire et les expériences qui se déroulent sur tel ou tel endroit du territoire seront mutualisées pour en faire profiter la collectivité et le Pays Basque dans sa globalité.  " C’est une démarche inimaginable, il y a quelques mois !", commente Jean-René Etchegaray. 

La compétence de la gestion de l'eau et les services de proximité
Parmi les nouveautés de la nouvelle structure,  la Communauté d’agglomération Pays Basque a hérité des compétences "eau et assainissement",  exercées par les anciens EPCI.  Pas moins de 114 autorités organisatrices des services d’eau sont ici répertoriés…  Avec des enjeux considérables, avec la  mise en place d'une gestion globale et intégrée de l‘eau afin d’en concilier les usages, mutualiser les compétences (eau, assainissement, milieux aquatiques, prévention des inondations) et agir à la bonne échelle, profiter des savoir-faire, de l’ingénierie existante pour apporter une qualité du service égale partout,  
harmoniser enfin les tarifs avec pour principe la solidarité et l’égalité de tous devant le service public.   " Après avoir engagé une concertation sur ce sujet, une continuité des modes de gestion et du service est assurée deppuis le 1° janvier. a rappelé le président de la Communauté.  "Pas moins de 198 000 abonnés pour l’eau potable, et 146 000 pour l’assainissement, sont concernés !  Les gros chantiers déjà engagés se poursuivront et une stratégie locale unifiée dans la gestion du trait de côte est déjà possible.   2018 sera consacré à l’organisation de ces compétences sur le territoire, à la mutualisation et à l’harmonisation des services, à l'homogénéité des tarifs, de manière à ce que cette « révolution » de l’eau, dixit Jean-René Etchegaray, soit achevée fin 2018.  

La création de la nouvelle institution la rend de fait, responsables de très nombreux services sur tout ou partie du territoire : petite enfance, jeunesse, autonomie, handicap, précarité, hébergement d’urgence, santé, sport, culture…  Depuis le 1° janvier 2017, la gestion au quotidien de ces services est assurée, " sans qu’il y ait eu la moindre interruption du service", a-t-il insisté.  Les projets engagés en 2017 se poursuivent : 3 maisons de santé pluridisciplinaires à Mauléon, Tardets, Saint Palais, 2 maisons de services à Bardos et Saint-Jean Pied de Port, un restaurant scolaire à Bidache. Mais aussi la Banque Alimentaire du Pays Basque installée à Bayonne". 

Politique linguistique, transition écologique et... l'envie d'avoir envie....

  La prise de compétence de la politique linguistique et de la culture dès février aura été un signe fort pour le président. "C'est une orientation majeure pour affirmer et valoriser l'identité de notre territoire.   Nous avons consacré de nouveaux moyens financiers, nous assurons la l'Office Public de la Langue Basque, et nous adopterons bientôt un projet de politique linguistique pour insérer l'euskara dans les politiques publiques.   De la même manière, pour la 1° fois, la culture et la langue gasconnes vont bénéficier d'un travail de fond, aves la mise en place d’un plan d'action spécifique.  Notre objectif est désormais de permettre sur l'ensemble du territoire un accès équitable à la culture et aux langues.  C'est un objectif qui est devenu réaliste et réalisable. "

Jean René Etchegaray

Parmi les politiques publiques dites transversales, le président a choisi d’évoquer la transition énergétique.  " La création de la Communauté d’agglomération Pays Basque est l’institution la plus à même de donner un sens « durable » au développement de ce territoire.   La feuille de route est clairement tracée. Le chantier est considérable, si nous voulons être à la hauteur des enjeux, pour aujourd’hui, mais aussi et surtout pour demain.   "Nous avons élargi au Pays Basque nos achats d’énergie verte, nous avons développé à la même échelle (en nous servant du travail fait initialement par le Conseil des Elus et le Conseil du Développement) des actions sur l’alimentation durable, nous avons développé les solidarités, les complémentarités, nous avons apporté de l’ingénierie aux attentes et optimisé la recherche de financement . Ce développement économique sera porteur également d'activités nouvelles favorisant par exemple les circuits courts, créateur d'emplois durables. L'agriculture et le tourisme feront l'objet de la même ambition". 
Et Jean-René Etchegaray de conclure:" On nous avait dit que nous ne pourrions parvenir à ce premier objectif… Un an après, d’autres territoires situés partout en France, viennent nous questionner sur notre capacité à accomplir nos intentions et nos projets.   - Comment faites vous ?     La réponse ? C’est d’abord l’envie. L’envie collective de faire, celle qui nous permet de franchir les obstacles, d’avancer avec pragmatisme et bon sens, mais avec une détermination certaine. Cette envie, elle nous a été transmise par nos ainés, nos prédécesseurs. Notre maison tient debout ainsi, solidement…"  

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photo agglopération pays basque

Partager sur Facebook
Vu par vous
4435
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !