Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/07/20 | Le 14 juillet à Pau, les lanternes remplacent le feux d'artifice

    Lire

    A défaut de pouvoir organiser le traditionnel feu d'artifice du 14 juillet pour des raisons sanitaires, la ville de Pau a choisi une autre option. 1200 lanternes volantes seront lâchées le 14 juillet au soir depuis six sites de lancer différents, selon les règles de distanciation physique. Biodégradables et ignifugées, elles seront lâchées par les habitants qui peuvent encore s'inscrire, y compris un enfant de plus de 12 ans s'il est accompagné d'un adulte. Détails et inscriptions: www.pau.fr

  • 11/07/20 | Biarritz: un pique-nique républicain pour fêter le 14 juillet

    Lire

    La maire de Biarritz MaÏder Arosteguy et le Conseil municipal proposent aux Biarrots mardi, un pique-nique républicain au lac Marion pour fêter le 14 juillet. Limité à 1000 personnes dans le respect des normes sanitaires. Chacun est invité à venir à partir de 12 heures avec ses victuailles pour profiter, dans une ambiance champêtre, en famille ou entre amis, d’un moment convivial et musical aux normes sanitaires. Toutefois, les personnes intéressées doivent obligatoirement s'inscrire sur le site de la ville: www.ville.biarritz.fr

  • 11/07/20 | L'Arsenal de Rochefort devient Grand Site de France

    Lire

    C'était dans les tuyaux, la nouvelle a été officialisée ce 9 juillet par le réseau des Grands Sites de France. L'estuaire de la Charente, Rochefort et son Arsenal ont été labellisés Grand site de France pour 6 ans - décision validée par le ministère de la transition écologique. Ce label reconnaît le travail réalisé sur la préservation durable des paysages et de l'accueil du public. Le territoire devient le 3e site du genre en Nouvelle-Aquitaine après le Marais Poitevin et la Vallée de la Vézère.

  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Bordeaux-Dax : Vives réactions après le rapport Duron

04/02/2018 | Le Grand Projet Sud Ouest ne sort pas indemne du rapport Duron...

train sncf en gare

Après la publication du rapport Duron qui renvoie aux calendes l'éventuelle réalisation de la partie Bordeaux-Dax de la LGV du « Grand Projet Sud Ouest » les réactions se succèdent. A commencer par celle des élus landais de la majorité départementale très remontés qui font suite à celle d'Alain Rousset . Son de cloche différents chez les élus écologistes satisfaits tandis que Virginie Rozière député européenne du Sud Ouest souligne l'abandon de la desserte vers Montpellier et ses conséquences par rapport à la liaison avec l'Espagne.

Dans le communiqué ci-joint un certain nombre d'élus landais, Xavier Fortinon, président du Conseil départemental en tête, Renaud Lagrave vice-président du Conseil régional, Elisabeth Bonjean maire de Dax et présidente du Grand Dax, Boris Vallaud député des Landes, Monique Lubin sénatrice des Landes et Eric Kerrouche sénateur des Landes. On notera que Geneviève Darrieussecq secrétaire d'Etat aux armées, ancienne maire de Mont-de-Marsan, sans être directement nommée est interpellée par les élus de la majorité départementale.

« Le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, remis cet après-midi au gouvernement, propose de repousser le début de l’aménagement de la LGV Bordeaux-Dax à un horizon incertain, au-delà de 20 ans.

C’est une remise en cause inacceptable du projet GPSO et un coup de canif dans les engagements de l’Etat et de la SNCF. C’est surtout un mauvais coup porté aux Landes et à tout le sud de la Nouvelle-Aquitaine. 

 Faut-il se résoudre à ce qu’entre la péninsule ibérique et le nord de l’Europe, notre section au sud de Bordeaux soit l’une des dernières à ne pas être à grande vitesse ? Clairement, non.

 Ce qui est en jeu, c’est l’attractivité et le développement économique de notre territoire, ce sont des perspectives réelles de croissance et d’emplois, c’est la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi la sécurité des populations confrontées chaque jour sur nos routes à des flux incessants de camions en transit. L’absence d’une nouvelle ligne empêchera la montée en puissance du trafic de fret et le développement des liaisons de proximité en TER. Depuis le 2 juillet, date d’arrivée de la LGV à Bordeaux, le trafic des trains du quotidien a été multiplié. 

En signant la déclaration d’utilité publique de GPSO, Alain Vidalies, alors ministre des Transports, avait pris, lui, la mesure de ces enjeux. Si le gouvernement actuel suit à la fin du mois les préconisations de ce rapport, il fera le choix de l’abandon des territoires. Aussi nous appelons l’ensemble des élus à se mobiliser pour que nous obtenions cette LGV. Et notamment ceux de la majorité gouvernementale qui n’ont de cesse de répéter qu’ils défendent à Paris les dossiers landais. »

EELV: " le GPSO ne se fera pas"

Le groupe des élu·e·s écologistes à la Région Nouvelle-Aquitaine " se félicite, de son côté, des conclusions présentées dans le rapport du Conseil d'Orientation des Infrastructures, présidé par Philippe Duron. Les orientations d'aménagement ferroviaires sont clairement données aux transports du quotidien. Le rapport du COI rejoint ainsi les propositions avancées par les écologistes de longue date.

Le report de la ligne Bordeaux-Toulouse est désormais acté et c'est un phasage recentré sur le traitement des nœuds ferroviaires de Bordeaux et de Toulouse et les travaux sur la ligne classique qui est privilégié. Ce phasage devra permettre "la désaturation de la ligne existante". Le conseil préconise enfin une réalisation éventuelle de la ligne Bordeaux-Dax en 2038 ce qui revient ni plus ni moins à son abandon et recommande la modernisation de la ligne existante :
"Il semble en effet au Conseil que moyennant des travaux de relèvement de vitesse sur la ligne classique, il est possible d'obtenir quasiment les mêmes bénéfices qu'une ligne nouvelle à un coût bien moindre. Dans les faits, l'infrastructure nouvelle ici ne serait justifiable que par la saturation de la ligne existante, notamment pour répondre aux besoins du fret, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui et ne semble pas envisageable avant un horizon lointain."

Les élu·e·s écologistes sont donc plus que jamais convaincus que le GPSO ne se fera pas. Les financements de nouvelles lignes à grande vitesse ne seront pas au rendez-vous. L’abandon de tout financement régional de ce projet reste d'ailleurs la base de leur accord de mandature avec Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine."

Virginie Rozière : "Montpellier disqualifié"
De son coté, Virginie Rozière, élue européenne radicale de gauche de la circonscription du Sud-Ouest regrette une décision « hypocrite » et incohérente » qui pénaliserait Montpellier et la liaison vers l'Espagne.« Ce grand projet ferroviaire du Sud-Ouest a été pensé comme un ensemble logique et indivisible. Le but étant désenclaver le territoire d’une région en pleine reconfiguration. Riche de ses 6 millions d’habitants, cette dernière était la seule à rester à l’écart des lignes à grandes vitesse. Plus important encore, ce projet permettait de placer l’Occitanie au cœur de l’Europe !  .

« Aujourd’hui le seul maintien de la ligne Bordeaux-Toulouse disqualifierait définitivement Montpellier laquelle se retrouverait inexorablement défavorisée par rapport aux autres villes. Nous nous dirigeons donc vers une situation dans laquelle Toulouse pourra bénéficier d’une passerelle qui la rapprochera de Paris alors que la capitale du Languedoc - Roussillon serait totalement marginalisée » a ajouté l’élue radicale de gauche. Et Virginie Rozière d'ajouter :"
« Il ne faut pas non plus oublier que la France n’était pas seule concernée par ces grands travaux, il s’agissait aussi de faire la jonction entre l’Espagne et l’Europe de Nord. Cela signifie que ce « chaînon manquant » pouvait être subventionné par l’Union européenne. Le Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe avait en effet réitéré sa phase d’appel à proposition. La région avait encore jusqu’au 12 avril 2018 pour candidater ! »

Rappelons également que les Espagnols ont déjà engagé les grands travaux de leurs côtés de la frontière. Et que trouveront-ils de l’autre côté des Pyrénées ? « Rien à part la mauvaise foi française » déplore l’eurodéputée .

 

 

 

La Rédaction
Par La Rédaction

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
15497
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 05/02/2018

Il faut que ces politiques qui ne lisent aucun rapport, aucune étude arrêtent de nous asséner ces contre-vérités : « Ce qui est en jeu, c’est l’attractivité et le développement économique, ce sont des perspectives réelles de croissance et d’emplois ». Ceci est absolument faux. Les équipes universitaires animées par Marie Delaplace ont réalisé une analyse comparée de la littérature sur les LGV et les dynamiques locales. Cette étude, je cite, « réfute l’existence des effets structurants de ces infrastructures » et ajoute « Pourtant, le discours et les pratiques politiques considèrent toujours que ces infrastructures, dès lors que des stratégies d’accompagnement sont menées, génèrent de façon quasi-systématique un développement économique pour les territoires desservis. » Elle constate : « Là où des attentes en termes de création d’emplois étaient fortes, est parfois constatée une diminution de l’emploi industriel ou de faible qualification. »
la LGV serait nécessaire « pour lutter contre le flux incessants de camions en transit » En France on a construit des km de LGV et pendant ce temps-là le fret ferroviaire s’est effondré, en 1996 la SNCF transportait 128,5 millions de tonnes de marchandises, en 2016 : 44,1 millions de tonnes. Comme le disait A. Juppé (SO du 24/11/2017) : « On nous a expliqué que la LGV libérait des sillons pour le ferroutage. La SNCF est incapable ou n’a pas la volonté de le faire »
Alors malheureusement sans une vraie volonté de développer le fret ferroviaire et le rétablissement d’une écotaxe dont nos élus socialistes landais Vidalies en tête ont soutenu l’abandon, le « mur de camions » n’est pas prêt de disparaître !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !