Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Bordeaux-Espagne : La Région choisit le traçé par l'est

10/04/2007 |

Ligne  à grande vitesse Bordeaux Espagne

Il ne faisait guère de doute que le tracé numéro 3 par l'est des Landes serait retenu par la Région comme prioritaire pour la Ligne Nouvelle à Grande Vitesse Bordeaux-Espagne. En bonne logique, on aurait pu penser que le Conseil régional d'Aquitaine se prononcerait avant la fin du débat public, c'est à dire avant la fin du mois de décembre dernier. Des tensions au sein même de la majorité socialiste avaient conduit à différer le vote de l'Assemblée régionale. Depuis ce 16 février c'est chose faite: la Région a donné son accord par 77 voix pour, 7 voix contre et une abstention à la Grande vitesse en marquant sa préférence pour le scénario 3 par Captieux et l'Est des Landes, s'engageant par ailleurs à obtenir sans attendre que des études soient lancées par un RFF pour un scénario 3 bis destiné à desservir le Béarn et la Bigorre.

A l'évidence Alain Rousset souhaitait que le consensus le plus large se dégage du débat au sein de l'assemblée régionale de sorte que les engagements de l'Aquitaine en faveur de la grande vitesse ne souffrent aucune ambiguité. Il a des raisons d'être satisfait, tant par le niveau du débat que par le résultat du vote qui a rassemblé les élus socialistes, ceux de l'UMP, de l'UDF, du Front national, les Verts faisant exception du moins en partie. Un élu socialiste, et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de François Deluga, vice président de l'exécutif, est allé jusqu'au bout de son opposition. Et, favorable au scénario 1, il a voté contre le projet tel que Jean-Louis Carrère et Alain Rousset l'ont porté et défendu (lire par ailleurs en rubrique politiques son point de vue exprimé dans Aqui il y a deux semaines). Se tournant vers le président de la Région il déclarait:" j'ai préparé le SRADDT, le Schéma Régional d'Aménagement du Territoire à la demande du Président pour assurer le meilleur aménagement du territoire de l'Aquitaine. Et puis j'ai été Président du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. J'ai fait approuver sa charte...ce territoire du Sud Gironde ne veut pas être encore tailladé par une infrastructure dont il ne tirera aucun bénéfice, et qui coupera le Parc en deux." François Deluga remit donc ses délégations de Vice-Président à l'environnement et à l'aménagement du territoire à Alain Rousset, lequel accepta cette demande et la forme de "dignité" qui l'accompagnait. Deluga conservera sa délégation aux technologies de l'information et de la communication. La crise, frôlée en décembre, était surmontée en février.

Au préalable, Jean-Louis Carrère, premier Vice-Président chargé des Infrastructures, avait présenté avec la force de conviction qu'on lui connaît le projet d'avis de la Région (lire par ailleurs en rubrique politiques). Le sénateur des Landes ne pouvait que plaider pour l'option 3 par Mont-de-Marsan, tout en s'efforçant de rassurer le maire de Dax, Jacques Forté, qui craint l'isolement de la gare actuelle et ses conséquences pour le thermalisme. Et ceci, sans oublier de rassurer le Pays Basque dont le maire de Saint-Jean de Luz, M.Duhart, avait soutenu la nécessité de la LGV, tout en insistant sur les contraintes environnementales et phoniques exceptionnelles liées à sa traversée. S'il y avait encore le moindre doute sur la passion qui accompagnera ce très grand projet, il aura été levé ce 16 février. Et, de toute façon, l'Etat et Réseau Ferré de France devront tenir leurs promesses, financières notamment, d'autant que la région Aquitaine a confirmé hier son engagement exceptionnel, plus de la moitié des crédits, en faveur du transport ferroviaire et maritime dans le contrat de projets 2007-2013.

 

Le Dossier du Débat Public

Le débat public avait été organisé à partir d'options très différentes. Le scénario 1 envisageait la mise à quatre voies de la ligne existante entre Bordeaux et Irun, donc par l'ouest tangeantant à Facture la Bassin d'Arcachon, avant de descendre sur Dax et le Pays basque, le scénario 2 appelé ligne nouvelle parl'Ouest des Landes et une gare au sud de Dax et le scénario 3, ligne nouvelle par l'est des Landes, avec tronc commun en direction de Toulouse, desserte de Mont-de Marsan, raccordement direct vers Pau.

En réalité, il ne faisait guère de doute dès 2004, c'est à dire un an avant le premier débat public consacré à la Ligne à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse, que le tracé par l'est des Landes avait toutes les chances d'être retenu. Deux sortes d'arguments peuvent être avancés pour expliquer ce choix. Ils sont d'ordre à la fois politique, technique, environnementaux.

 

La revanche de Mont-de-Marsan

Carte des tracés

Mont-de-Marsan le chef lieu des Landes, jadis délaissé, allait enfin pouvoir prendre sa revanche sur Dax. Une perspective qui ne pouvait que satisfaire le président du Conseil général Henri Emmanuelli sans déplaire au président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset, l'élu de Pessac sa ville de coeur que la sortie d'une nouvelle ligne TGV vers l'ouest ne pouvait qu'inquiéter. Une manière de consensus, en quelque sorte, défendue par Jean-Louis Carrère, le "Landais" du Conseil régional. Ajoutons à cela qu'un autre landais Jean-Pierre Duport, natif de Saint-Sever, alors président de Réseau Ferré de France n'avait aucune raison de décourager les études par l'est des Landes. En outre les pressions gouvernementales pour la mise à l'étude de la LGV Bordeaux-Toulouse, chère à Philippe Douste-Blazy mais aussi au président socialiste du Conseil régional de Midi-Pyrénées Martin Malvy, aboutirent à la tenue précipitée du débat public sur Bordeaux-Toulouse. Cet épisode peu prisé à Bordeaux et en Aquitaine, où Bordeaux-Espagne a toujours été prioritaire, ne faisait que renforcer l'hypothèse d'un tracé correpsondant à l'actuel scénario n° 3.

 

A l'Est la grande vitesse

Le tronc commun de Bordeaux vers Toulouse et l'Espagne et passant, selon toute probabilité, vers Captieux est considéré comme source d'une économie importante, et de Grande Vitesse assurée. Ce qui n'est pas le cas, en totalité, pour les autres hypothèses et ce à quoi les opposant à ce tracé font valoir que les gains de temps seront faibles de toute façon entre Bordeaux et l'Espagne. Quand aux contraintes environnementales, elles paraissent à priori moindres dans la mesure où traverser la forêt en sud Gironde semble préférable à sortir de Bordeaux vers l'Ouest. Ceci a le don de faire bondir Pierre Davant, président de la SEPANSO quand il entend les propos de RFF sur l'absence d'inconvénients qu'il y aurait à traverser la Haute-Lande. Parmi les possibles jumelages de la LGV avec l'autoroute A62 Bordeaux-Toulouse, le projet d'autoroute A65 Langon-Pau et même l'A63 du sud des Landes vers la frontière. Autant "d'espoirs" pour ceux qui ne se résolvent pas à de nouvelles consommations d'espaces mais qui n'ont que peu de chances de voir le jour, sauf peut être au delà de Captieux, en allant vers le sud.

 

Le Béarn aussi

Jean-Louis Carrère, premier vice-président de la région tient de son côté un propos qui a le mérite de ne laisser guère de place au doute :" A quatre voies on ne sait pas sortir de l'agglomération dans l'urbain à Talence et Pessac, la mise à deux fois deux voies n'est pas compatible avec l'idée qu'on se fait de lagrande vitesse ( on ne ferait que 22O km/h entre Bordeaux et Dax); elle ne desservirait que les territoires actuels et laisserait donc de côté la desserte de l'est des Landes et le nord du Béarn. Enfin, et ce n'est pas le moins important, elle ne permettrait pas la réalisation quasi-concomittante de Bordeaux-Toulouse. Or, même si nous donnons la priorité à Bordeaux-Espagne, la réalisation de Bordeaux-Toulouse apportera deux millions de passagers supplémentaires et renforcera la prioritéde la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique. Enfin, quand on regarde les distances, le gain de temps généré par le scénario 3,s'il n'est que de sept minutes entre le scénario 1 et le scénario 3 pour Dax,est plus élevé pour toutes les autres villes. Et ceci, sans compter l'importance de cette optionet du choix du lieu d'une gare pour le Béarn et Pau. Je propose des études complémentaires à ce sujet".

 

Un calendrier très politique

Le calendrier du débatpublicdevrait conduire la Commission à remettre sa copie, vers la fin février et Réseau Ferré de France trois mois plus tard. Lors de la réunion du 5 décembrede la Commisssion à Dax, les Vertsd'Aquitaine qui avaient réclamé la possibilité d'une étude indépendante surles capacités de la ligne existante et obtenu alors gain de cause ont fait témoigner des experts suisses. Leurs conclusions vont dans le sens de l'aménagement de Bordeaux-Espagne: "l'infrastructure actuelle avec les aménagements prévus par RFF etd'autres, mineurs, permettraient, disent-ils, d'accueillir le trafic envisagé jusqu'en 2020." Les Verts ont demandé en vain la prolongation du débat public. De toute façon, ily a fort à parier que d'autres débats, ceux-là encore plus politiques, se tiendront en pleine campagne éléctorale, présidentielle et législative. Et Jean-Louis Carrère d'ajouter "j'éspère que l'avis de RFF ne sera pas si tardif qu'il ne permettra pas au concessionnaire de l'autoroute Langon-Pau d'en tenir compte".

 

Trois scénarios

Scénario 1 : Mise à 4 voies de la ligne existante entre Bordeaux et Irun soit deux voies supplémentaires et relèvement de la vitesse pour les trains de voyageurs (160 km/h et 220 km/h selon les sections), capacité suffisantepour un trafic marchandises jusqu'à dix fois plus important qu'aujourd'hui, trains express régionaux et transfrontaliers plus nombreux.
Scénario 2 : Ligne nouvelle par l'ouest des Landes: à grande vitesse voyageurs (320km/h) jusqu'au sud de Dax, ligne mixte marchandises et voyageurs (220km/h) dans le Pays basque connectée au "Y" basque espagnol , gare nouvelle au pays basque, possibilité de jumelage avec A63 et RN 10. Même perspective pourle trafic marchandises qque dans le scénario 1.
Scénario 3 :Ligne nouvelle par l'est des Landes: à grande vitesse (320km/h) voyageurs jusqu'au sud de Dax avec raccordement vers Pau, deux gares nouvelles à Mont-de-Marsan et au Pays basque, possibilité d'un tronc commun avec Bordeaux-Toulouse, même perspective pour le trafic marchandises que les autres scénarios , trains régionaux plus nombreux.

 

Les gains de temps

Dax depuis Paris: entre le scénario 1 et le scénario 3 sept minutes, huit minutes entre le scénario 2 et le scénario 1; Bayonne depuis Paris: entre le scénario 1 et le scénario 3 treize minutes, entre le scénario 2et le scénario 1 dix-neuf minutes. Ces chiffresdoivent être considérés en regard du gain de l'ordre de une heure qui sera obtenu lorsque le TGV arrivera en grande vitesse à Bordeaux à l'horizon 2016, et lorsque la ligne existante entre Bordeaux et l'Espagne aura de toute façon connu les améliorations indispensables par RFF évaluées à 100 millions d'euros, ce qui est peu de chose comparé aux 5 milliards d'euros de Tours-Bordeaux, aux 3 milliards de Bordeaux-Toulouse et aux 3,5 milliards de Bordeaux-Hendaye en fin de programmes.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
16510
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Yannes | 17/02/2009

Le problème c'est que les Basques ne veulent pas de cette ligne !

Ne serait-il donc pas plus simple de franchir les Pyrénées au Somport et de laisser de côté le Pays Basque ?

Quitte bien sûr et par la suite , de faire un lien direct par Dax et terminus dans une nouvelle gare à Tarnos à proximité du port !

Bayonne serait déservie , le Pays Basque aussi et le lien entre la zone portuaire et le reste du monde parfaitement établi ce qui mettrait en même temps le port de Bayonne en concurrence directe avec Bilbao .

pauli | 18/12/2006

je suis content de découvrir un site où l'on parle sérieusement de l'information et vive le rail : il est dommage que les syndicats français neutralisent par des attitudes irresponsables d'aussi belles réalisations. heureusement que l'Europe est là pour nous obliger à avancer . affaire à suivre

blanchejpr | 24/02/2007

Que c'est long , que c'est long, que c'est long pour aller plutard si vite !!!
JPB

Jean Pierre | 25/07/2009

Pour ceux qui ne seront pas touchés par le passage de cette ligne LGV tout va bien mais pour ceux qui seront prés de cette nouvelle voie ! Que de désespérances ! Pour voir passer les trains à grande vitesse que de dégâts dans la nature ! Et n?espérer la plus petite retombée économique! Des villages coincés entre l?A65 et la ligne LGV. Une A65 et la ligne LGV qui va servir aux bobos de Bordeaux pour se rendre plus vite dans les Pyrénées.
Une A 65 que beaucoup de citoyens et d?électeurs refusaient ! Il faut faire payer encore payer ! Pour se déplacer ! Alors que pour le passage des pièces de l?airbus on a élargit cette route qui pouvait contenir quatre voies de circulation. Mais là mince, les gueux auraient pu emprunter cette route !

Et on veut nous faire croire
Le Conseil régional d'Aquitaine planche depuis quelque temps sur la création d'un « fonds » spécifique afin que l'autoroute A 65, qui relie Langon et Pau, soit « compensée carbone ». Au cours actuel du marché du carbone, la tonne de CO2 oscille entre 11 et 15 euros. L'argent apporté devrait aider au reboisement de la forêt décimée par la tempête Klaus. Il s'agit également d'attirer l'attention sur le rôle de « puits de carbone » du massif landais.

Qu?une autoroute bâtie avec des fonds publics puis privatisée ! Ne va rien coûter aux électeurs ?
Et en payant la tonne de CO2 entre 11 et 15 ? on a le droit de polluer ? selon que tu es riche ou pauvre !
Le reboisement de la forêt landaise ? Mais va-t-il encore en exister une ? De forêt ? Reboiser pour couper à perte ?

Je me demande si à ce jour certains n?ont pas raté leur vocation ! Être anesthésistes pour endormir les électeurs! Vous vous plaignez de forts taux d?abstentions lors des derniers votes ? mais ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !