aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

21/03/17 : Décès d'H.Emmanuelli."La France perd aujourd’hui un grand homme, le Lot-et-Garonne un voisin bienveillant sur lequel il pouvait compter, les élus et militants socialistes un camarade et un ami." Jacques Bilirit, vice-psdt du CD47.

21/03/17 : Vive émotion ce matin au Conseil départemental des Landes où vient d'être annoncée la mort de son président et ancien ministre Henri Emmanuelli.

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

15/03/17 : La Rochelle va accueillir la 1ère étape de l’#intercoTOUR, tour de France des villes interconnectées, le 23 mars au Musée maritime, de 9h à 18h. Elus, experts et public échangeront sur la modalités et avantages de l’Opendata pour les territoires.

14/03/17 : Quoi de neuf en 2017 pour transmettre son exploitation agricole ? La Chambre d’agriculture47 organise la 13ème journée de la transmission dans le cadre de la 15aine de la transmission en Nouvelle Aquitaine lundi 20 mars à 15h dans ses locaux à Agen.

12/03/17 : Saint-Jean-Pied-de-Port, étape basque incontournable du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Basse Navarre, aux 55 000 touristes/l'an, a été désigné 154e Village plus beau de France. A voir, sa citadelle dessinée par Vauban.

10/03/17 : L'aéroport de Bergerac Dordogne Périgord a enregistré 305 323 passagers en 2016, soit une progression de 8,48 % par rapport à 2015. L'infrastructure figure désormais à la 27e place des aéroports les plus fréquentés en France, gagnant deux places.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

  • 19/03/17 | La Rochelle : début de chantier pour un futur centre de performance sportif

    Lire

    La Rochelle aura bientôt un centre de performance sportif pour son équipe de rugby, le Stade Rochelais. A la fois lieu de formation, d’entraînement, de vie du club et pôle santé, il accueillera d’autres sports comme le Pole France Voile ou le rugby fauteuil. La première pierre a été posée le 18 mars, en présence du secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard.Les joueurs ont signé à cette occasion un partenariat avec la préfecture pour mener des actions de prévention routière auprès des jeunes.

  • 18/03/17 | Week-end musées Télérama en Dordogne

    Lire

    Les 18 et 19 mars, le site-musée Vesunna et le Musée d’art et d’archéologie du Périgord à Périgueux participent à l'opération « Week-end musées Télérama ».Au Musée d’art et d’archéologie du Périgord : accès aux collections et à l'exposition temporaire d'Anne Slacik "L'eau et les rêves", jeux de piste, jeux de société. A Vesunna, accès au site et à 15 h, dernières visites commentées de l’exposition" Ils sont Food ces Romains!" avant démontage. Entrée libre pour 4 personnes sur présentation du « pass » présent dans « Télérama » des 8 et 15 mars.

  • 16/03/17 | 20 000 € pour le gagnant du premier Hackathon de La Rochelle

    Lire

    La Ville de La Rochelle organise son premier Hackathon du 21 au 23 mars au Musée maritime. Il réunira une soixantaine de participants individuels, développeurs, universitaires et entreprises. Ils auront 48 heures pour créer une application informatique de représentation graphique et cartographique des informations de l’Open Data de la Ville. Le lauréat recevra 20 000 euros pour transformer le prototype en application opérationnelle. Il sera accompagné jusqu’à la réalisation finale du projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | LGV Bordeaux-Espagne : La Région choisit le traçé par l'est

10/04/2007 |

Ligne  à grande vitesse Bordeaux Espagne

Il ne faisait guère de doute que le tracé numéro 3 par l'est des Landes serait retenu par la Région comme prioritaire pour la Ligne Nouvelle à Grande Vitesse Bordeaux-Espagne. En bonne logique, on aurait pu penser que le Conseil régional d'Aquitaine se prononcerait avant la fin du débat public, c'est à dire avant la fin du mois de décembre dernier. Des tensions au sein même de la majorité socialiste avaient conduit à différer le vote de l'Assemblée régionale. Depuis ce 16 février c'est chose faite: la Région a donné son accord par 77 voix pour, 7 voix contre et une abstention à la Grande vitesse en marquant sa préférence pour le scénario 3 par Captieux et l'Est des Landes, s'engageant par ailleurs à obtenir sans attendre que des études soient lancées par un RFF pour un scénario 3 bis destiné à desservir le Béarn et la Bigorre.

A l'évidence Alain Rousset souhaitait que le consensus le plus large se dégage du débat au sein de l'assemblée régionale de sorte que les engagements de l'Aquitaine en faveur de la grande vitesse ne souffrent aucune ambiguité. Il a des raisons d'être satisfait, tant par le niveau du débat que par le résultat du vote qui a rassemblé les élus socialistes, ceux de l'UMP, de l'UDF, du Front national, les Verts faisant exception du moins en partie. Un élu socialiste, et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de François Deluga, vice président de l'exécutif, est allé jusqu'au bout de son opposition. Et, favorable au scénario 1, il a voté contre le projet tel que Jean-Louis Carrère et Alain Rousset l'ont porté et défendu (lire par ailleurs en rubrique politiques son point de vue exprimé dans Aqui il y a deux semaines). Se tournant vers le président de la Région il déclarait:" j'ai préparé le SRADDT, le Schéma Régional d'Aménagement du Territoire à la demande du Président pour assurer le meilleur aménagement du territoire de l'Aquitaine. Et puis j'ai été Président du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. J'ai fait approuver sa charte...ce territoire du Sud Gironde ne veut pas être encore tailladé par une infrastructure dont il ne tirera aucun bénéfice, et qui coupera le Parc en deux." François Deluga remit donc ses délégations de Vice-Président à l'environnement et à l'aménagement du territoire à Alain Rousset, lequel accepta cette demande et la forme de "dignité" qui l'accompagnait. Deluga conservera sa délégation aux technologies de l'information et de la communication. La crise, frôlée en décembre, était surmontée en février.

Au préalable, Jean-Louis Carrère, premier Vice-Président chargé des Infrastructures, avait présenté avec la force de conviction qu'on lui connaît le projet d'avis de la Région (lire par ailleurs en rubrique politiques). Le sénateur des Landes ne pouvait que plaider pour l'option 3 par Mont-de-Marsan, tout en s'efforçant de rassurer le maire de Dax, Jacques Forté, qui craint l'isolement de la gare actuelle et ses conséquences pour le thermalisme. Et ceci, sans oublier de rassurer le Pays Basque dont le maire de Saint-Jean de Luz, M.Duhart, avait soutenu la nécessité de la LGV, tout en insistant sur les contraintes environnementales et phoniques exceptionnelles liées à sa traversée. S'il y avait encore le moindre doute sur la passion qui accompagnera ce très grand projet, il aura été levé ce 16 février. Et, de toute façon, l'Etat et Réseau Ferré de France devront tenir leurs promesses, financières notamment, d'autant que la région Aquitaine a confirmé hier son engagement exceptionnel, plus de la moitié des crédits, en faveur du transport ferroviaire et maritime dans le contrat de projets 2007-2013.

 

Le Dossier du Débat Public

Le débat public avait été organisé à partir d'options très différentes. Le scénario 1 envisageait la mise à quatre voies de la ligne existante entre Bordeaux et Irun, donc par l'ouest tangeantant à Facture la Bassin d'Arcachon, avant de descendre sur Dax et le Pays basque, le scénario 2 appelé ligne nouvelle parl'Ouest des Landes et une gare au sud de Dax et le scénario 3, ligne nouvelle par l'est des Landes, avec tronc commun en direction de Toulouse, desserte de Mont-de Marsan, raccordement direct vers Pau.

En réalité, il ne faisait guère de doute dès 2004, c'est à dire un an avant le premier débat public consacré à la Ligne à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse, que le tracé par l'est des Landes avait toutes les chances d'être retenu. Deux sortes d'arguments peuvent être avancés pour expliquer ce choix. Ils sont d'ordre à la fois politique, technique, environnementaux.

 

La revanche de Mont-de-Marsan

Carte des tracés

Mont-de-Marsan le chef lieu des Landes, jadis délaissé, allait enfin pouvoir prendre sa revanche sur Dax. Une perspective qui ne pouvait que satisfaire le président du Conseil général Henri Emmanuelli sans déplaire au président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset, l'élu de Pessac sa ville de coeur que la sortie d'une nouvelle ligne TGV vers l'ouest ne pouvait qu'inquiéter. Une manière de consensus, en quelque sorte, défendue par Jean-Louis Carrère, le "Landais" du Conseil régional. Ajoutons à cela qu'un autre landais Jean-Pierre Duport, natif de Saint-Sever, alors président de Réseau Ferré de France n'avait aucune raison de décourager les études par l'est des Landes. En outre les pressions gouvernementales pour la mise à l'étude de la LGV Bordeaux-Toulouse, chère à Philippe Douste-Blazy mais aussi au président socialiste du Conseil régional de Midi-Pyrénées Martin Malvy, aboutirent à la tenue précipitée du débat public sur Bordeaux-Toulouse. Cet épisode peu prisé à Bordeaux et en Aquitaine, où Bordeaux-Espagne a toujours été prioritaire, ne faisait que renforcer l'hypothèse d'un tracé correpsondant à l'actuel scénario n° 3.

 

A l'Est la grande vitesse

Le tronc commun de Bordeaux vers Toulouse et l'Espagne et passant, selon toute probabilité, vers Captieux est considéré comme source d'une économie importante, et de Grande Vitesse assurée. Ce qui n'est pas le cas, en totalité, pour les autres hypothèses et ce à quoi les opposant à ce tracé font valoir que les gains de temps seront faibles de toute façon entre Bordeaux et l'Espagne. Quand aux contraintes environnementales, elles paraissent à priori moindres dans la mesure où traverser la forêt en sud Gironde semble préférable à sortir de Bordeaux vers l'Ouest. Ceci a le don de faire bondir Pierre Davant, président de la SEPANSO quand il entend les propos de RFF sur l'absence d'inconvénients qu'il y aurait à traverser la Haute-Lande. Parmi les possibles jumelages de la LGV avec l'autoroute A62 Bordeaux-Toulouse, le projet d'autoroute A65 Langon-Pau et même l'A63 du sud des Landes vers la frontière. Autant "d'espoirs" pour ceux qui ne se résolvent pas à de nouvelles consommations d'espaces mais qui n'ont que peu de chances de voir le jour, sauf peut être au delà de Captieux, en allant vers le sud.

 

Le Béarn aussi

Jean-Louis Carrère, premier vice-président de la région tient de son côté un propos qui a le mérite de ne laisser guère de place au doute :" A quatre voies on ne sait pas sortir de l'agglomération dans l'urbain à Talence et Pessac, la mise à deux fois deux voies n'est pas compatible avec l'idée qu'on se fait de lagrande vitesse ( on ne ferait que 22O km/h entre Bordeaux et Dax); elle ne desservirait que les territoires actuels et laisserait donc de côté la desserte de l'est des Landes et le nord du Béarn. Enfin, et ce n'est pas le moins important, elle ne permettrait pas la réalisation quasi-concomittante de Bordeaux-Toulouse. Or, même si nous donnons la priorité à Bordeaux-Espagne, la réalisation de Bordeaux-Toulouse apportera deux millions de passagers supplémentaires et renforcera la prioritéde la Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique. Enfin, quand on regarde les distances, le gain de temps généré par le scénario 3,s'il n'est que de sept minutes entre le scénario 1 et le scénario 3 pour Dax,est plus élevé pour toutes les autres villes. Et ceci, sans compter l'importance de cette optionet du choix du lieu d'une gare pour le Béarn et Pau. Je propose des études complémentaires à ce sujet".

 

Un calendrier très politique

Le calendrier du débatpublicdevrait conduire la Commission à remettre sa copie, vers la fin février et Réseau Ferré de France trois mois plus tard. Lors de la réunion du 5 décembrede la Commisssion à Dax, les Vertsd'Aquitaine qui avaient réclamé la possibilité d'une étude indépendante surles capacités de la ligne existante et obtenu alors gain de cause ont fait témoigner des experts suisses. Leurs conclusions vont dans le sens de l'aménagement de Bordeaux-Espagne: "l'infrastructure actuelle avec les aménagements prévus par RFF etd'autres, mineurs, permettraient, disent-ils, d'accueillir le trafic envisagé jusqu'en 2020." Les Verts ont demandé en vain la prolongation du débat public. De toute façon, ily a fort à parier que d'autres débats, ceux-là encore plus politiques, se tiendront en pleine campagne éléctorale, présidentielle et législative. Et Jean-Louis Carrère d'ajouter "j'éspère que l'avis de RFF ne sera pas si tardif qu'il ne permettra pas au concessionnaire de l'autoroute Langon-Pau d'en tenir compte".

 

Trois scénarios

Scénario 1 : Mise à 4 voies de la ligne existante entre Bordeaux et Irun soit deux voies supplémentaires et relèvement de la vitesse pour les trains de voyageurs (160 km/h et 220 km/h selon les sections), capacité suffisantepour un trafic marchandises jusqu'à dix fois plus important qu'aujourd'hui, trains express régionaux et transfrontaliers plus nombreux.
Scénario 2 : Ligne nouvelle par l'ouest des Landes: à grande vitesse voyageurs (320km/h) jusqu'au sud de Dax, ligne mixte marchandises et voyageurs (220km/h) dans le Pays basque connectée au "Y" basque espagnol , gare nouvelle au pays basque, possibilité de jumelage avec A63 et RN 10. Même perspective pourle trafic marchandises qque dans le scénario 1.
Scénario 3 :Ligne nouvelle par l'est des Landes: à grande vitesse (320km/h) voyageurs jusqu'au sud de Dax avec raccordement vers Pau, deux gares nouvelles à Mont-de-Marsan et au Pays basque, possibilité d'un tronc commun avec Bordeaux-Toulouse, même perspective pour le trafic marchandises que les autres scénarios , trains régionaux plus nombreux.

 

Les gains de temps

Dax depuis Paris: entre le scénario 1 et le scénario 3 sept minutes, huit minutes entre le scénario 2 et le scénario 1; Bayonne depuis Paris: entre le scénario 1 et le scénario 3 treize minutes, entre le scénario 2et le scénario 1 dix-neuf minutes. Ces chiffresdoivent être considérés en regard du gain de l'ordre de une heure qui sera obtenu lorsque le TGV arrivera en grande vitesse à Bordeaux à l'horizon 2016, et lorsque la ligne existante entre Bordeaux et l'Espagne aura de toute façon connu les améliorations indispensables par RFF évaluées à 100 millions d'euros, ce qui est peu de chose comparé aux 5 milliards d'euros de Tours-Bordeaux, aux 3 milliards de Bordeaux-Toulouse et aux 3,5 milliards de Bordeaux-Hendaye en fin de programmes.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
7136
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Yannes | 17/02/2009

Le problème c'est que les Basques ne veulent pas de cette ligne !

Ne serait-il donc pas plus simple de franchir les Pyrénées au Somport et de laisser de côté le Pays Basque ?

Quitte bien sûr et par la suite , de faire un lien direct par Dax et terminus dans une nouvelle gare à Tarnos à proximité du port !

Bayonne serait déservie , le Pays Basque aussi et le lien entre la zone portuaire et le reste du monde parfaitement établi ce qui mettrait en même temps le port de Bayonne en concurrence directe avec Bilbao .

pauli | 18/12/2006

je suis content de découvrir un site où l'on parle sérieusement de l'information et vive le rail : il est dommage que les syndicats français neutralisent par des attitudes irresponsables d'aussi belles réalisations. heureusement que l'Europe est là pour nous obliger à avancer . affaire à suivre

blanchejpr | 24/02/2007

Que c'est long , que c'est long, que c'est long pour aller plutard si vite !!!
JPB

Jean Pierre | 25/07/2009

Pour ceux qui ne seront pas touchés par le passage de cette ligne LGV tout va bien mais pour ceux qui seront prés de cette nouvelle voie ! Que de désespérances ! Pour voir passer les trains à grande vitesse que de dégâts dans la nature ! Et n?espérer la plus petite retombée économique! Des villages coincés entre l?A65 et la ligne LGV. Une A65 et la ligne LGV qui va servir aux bobos de Bordeaux pour se rendre plus vite dans les Pyrénées.
Une A 65 que beaucoup de citoyens et d?électeurs refusaient ! Il faut faire payer encore payer ! Pour se déplacer ! Alors que pour le passage des pièces de l?airbus on a élargit cette route qui pouvait contenir quatre voies de circulation. Mais là mince, les gueux auraient pu emprunter cette route !

Et on veut nous faire croire
Le Conseil régional d'Aquitaine planche depuis quelque temps sur la création d'un « fonds » spécifique afin que l'autoroute A 65, qui relie Langon et Pau, soit « compensée carbone ». Au cours actuel du marché du carbone, la tonne de CO2 oscille entre 11 et 15 euros. L'argent apporté devrait aider au reboisement de la forêt décimée par la tempête Klaus. Il s'agit également d'attirer l'attention sur le rôle de « puits de carbone » du massif landais.

Qu?une autoroute bâtie avec des fonds publics puis privatisée ! Ne va rien coûter aux électeurs ?
Et en payant la tonne de CO2 entre 11 et 15 ? on a le droit de polluer ? selon que tu es riche ou pauvre !
Le reboisement de la forêt landaise ? Mais va-t-il encore en exister une ? De forêt ? Reboiser pour couper à perte ?

Je me demande si à ce jour certains n?ont pas raté leur vocation ! Être anesthésistes pour endormir les électeurs! Vous vous plaignez de forts taux d?abstentions lors des derniers votes ? mais ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !