Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Bordeaux-Toulouse : décision du gouvernement pendant l'été

15/04/2015 | Alain Rousset, le président de la Région Aquitaine estime que la rencontre avec le secrétaire d'Etat, Alain Vidalies a été positive

Déclaration d'utilité publique LGV GPSO : une signature qui fait réagir

C'est peu dire que les responsables politiques régionaux sont furieux après l'avis défavorable de la commission d’enquête sur le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) concernant les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, et Michel Aujoulat, 1er vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’Environnement, ont donc demandé rencontrer Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports mardi 14 avril.

Au cours de cette réunion avec Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports, les élus d'Aquitaine et de Midi-Pyérénées ont rappelé que cet avis de la commission d'enquête sur la poursuite de GPSO semblait fortement influencé par une ambiance défavorable aux grands projets, "pourtant indispensables pour préparer la France de demain et relancer son économie". Ils ont exprimé leur regret quant à l’insuffisante prise en compte des nombreux représentants des forces vives de ce territoire favorables à la LGV, alors que la défection financière de nombreuses collectivités sur la ligne Tours-Bordeaux, indépendante du sujet, a conduit la commission à estimer que le financement de GPSO serait impossible. En effet, la crise budgétaire pèse lourdement sur ces grands projets.

"Ce serait priver de compétitivité et d’attractivité l’ensemble des territoires au sud de Bordeaux" "Ne pas réaliser GPSO serait un scénario de l’inacceptable et du déclin. Ce serait accepter de faire circuler sur la même ligne des trains à des vitesses très différentes, avec des conséquences dramatiques : la saturation des voies existantes, les risques d'insécurité, le blocage à terme du corridor atlantique et les nuisances pour les populations riveraines de la voie actuelle", s'indigne Alain Rousset, le président de la Région Aquitaine. "A l’heure où le gouvernement désigne les capitales régionales, ce serait priver de compétitivité et d’attractivité l’ensemble des territoires au sud de Bordeaux puisque l'accessibilité reste le facteur-clé de localisation des activités économiques. Ce serait aussi tourner le dos à la péninsule ibérique et aux partenaires européens". Les élus ont donc insisté sur le caractère absolument indispensable au développement du GPSO. Ils ont invité le secrétaire d’Etat à donner l'autorisation de poursuivre ce projet et à donner un avis positif à la déclaration d'utilité publique. "La réunion était positive et constructive", jugent les élus. Une décision du gouvernement est attendue d’ici la fin de l’été. 'L’enjeu est crucial : il s’agit de ne pas insulter l’avenir", conclut Alain Rousset.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4732
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
halloy | 16/04/2015

Y a pas plus borné qu'un politique ! Tous les indicateurs montrent qu'une LGV n'a aucun impact positif sur l'économie, ils pleurent pour avoir la leur. Et Malvy ment car Toulouse est des plus accessible via le TGV actuel qui suffit amplement, et l'aéroport. Qu'il arrête de faire comme s'il était aux fins fonds d'une galaxie perdue alors qu'il a une ville qui est 4ème de France !!! En rénovant la ligne actuelle, il aurait le même résultat qu'avec une LGV, à un coût bien moindre !Quand donc les politiques agiront comme de bons pères de famille !!! J'espère de tout coeur que le gouvernement ne va pas se laisser influencer ...

larramendy | 20/04/2015

Rousset et Juppe meme combat. En retard d'une guerre tous les deux. Il faudrait qu'ils comprennent de passer la main. On ne batit pas l'avenir sur des concepts des annees 1970 (TGV). D'autres solutions existent ailleurs. Arretez d'etre hexagonaux.

Thierry Merger | 20/04/2015

Ce qui est frappant, c'est la surdité de ces hommes politiques face aux nombreux avertissements venant d'instances qualifiées, leur refus d'examiner l'équilibre économique des projets. Ils sont dans l'incantation sur l'attractivité économique, ils ne raisonnent pas en termes avantage/coût ; ils ne voient que l'avantage, jamais le coût !
Déjà, on peut se demander comment l'équilibre économique sera atteint sur la LGV Tours-Bordeaux, avec la SNCF en monopole au moins jusqu'à 2019, et qui devrait donc rentabiliser la ligne à elle seule par ses péages ! Soit c'est la SNCF qui va plonger, soit c'est Liséa le propriétaire de la ligne ! En définitive, ce sera plutôt le contribuable.
Un coup d'oeil ailleurs :
L'opérateur du tunnel LGV du Perthus est proche de la faillite :
"Cette ligne dont les prévisions avant mise en service ont été colossalement sur estimées ne voit à ce jour passer que 10 TGV ou AVE espagnols quotidiens et 12 trains de marchandises par semaine, qui ramènent des recettes dérisoires face aux besoins du simple remboursement d’emprunt."

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !