Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Bordeaux-Toulouse : l'enquête publique débutera en juin 2014

08/11/2013 | Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine, a tenu hier avec Réseau Ferré de France une réunion sur le Grand Projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO).

La LGV Bordeaux-Toulouse est très attendue par les élus

Récemment, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a officialisé la future mise en service de la LGV Bordeaux-Toulouse en 2024 et de la LGV Bordeaux-Dax en 2027. Mais, de nombreuses questions restaient en suspens. Mécontents, les élus l'ont fait savoir. Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine, a donc tenu jeudi 7 novembre avec Réseau Ferré de France et les services de l'Etat concernés une réunion pour faire le point sur le Grand Projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO).

Le préfet d'Aquitaine l'a confirmé hier. Les enquêtes publiques pour les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax seront lancées dès le mois de juin 2014 pour une durée de 4 à 8 semaines. Si l'on en croit RFF, ces enquêtes publiques concerneront 113 communes. Ensuite, les commissaires enquêteurs disposeront d’un délai d’un mois pour remettre leurs conclusions. Il restera un après, aux préfets pour signer les déclarations d’utilité publiques pour la sortie de Toulouse et celle de Bordeaux, ce qui nous mène à la fin de l’été 2015. Il faudra enfin attendre le décret du Conseil d'Eta, qui devrait intervenir au printemps 2016.

L'Europe au secours de GPSO ?Mais, Michel Delpuech est bien conscient "qu'il pourra y avoir des recours" et sera vigilant à ce que les procédures ne prennent pas de retard. C'est une certitude quand on sait que les acquisitions foncières concernent 4 800 hectares et 400 bâtis sur 5 départements... Ceci dit, il y a aussi encore quelques incertitudes financières. L’écotaxe devait alimenter l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF). Avec sa suspension, c'est un budget non négligeable qui disparaît. Mais, le préfet compte sur l'Europe pour faire face, car les lignes Bordeaux-Dax et Dax-Espagne font partie d’un des neuf futurs corridors prioritaires de transport européen.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2893
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
halloy | 10/11/2013

J'aime l'euphémisme "quelques incertitudes financières" !! Et que vient faire le Bordeaux-Toulouse dans le Dax-Espagne ?? C'est un barreau parfaitement inutile et coûteux qui ne sera jamais rentable alors qu'il serait possible de moderniser les voies actuelles pour un coût bien moindre ! Quelle patte veut-on graisser ?? Quant à l'Espagne, vu sa situation économique, je doute qu'elle puisse construire des LGV actuellement ! Il y a bien d'autres priorités mais les politiques ne voient que leur nombril et la trace qu'ils pourront laisser ... quitte à encore aggraver la dette publique ! Quand donc aurons-nous un politique qui agisse en bon père de famille ?? Bordeaux-Toulouse, c'est de la gabegie, et je pense qu'on va s'en mordre les doigts ! mais ce ne seront pas les élus qui devront payer pour leurs erreurs, c'est nous ...

Roland | 11/11/2013

Comme souvent un article sur le GPSO, qui oublie certaines informations capitales.

Capitales comme le financement. Le GPSO dans sa totalité, c'était un projet qui avoisinait les 18 milliards d'€, sans le barreau de Pau. Depuis 2009, et le protocole de financement de Tours Bordeaux, la répartition n'est plus définie. On sait que ce ne sera plus un PPP, au vu de la difficulté de la concrétisation de celui de Tours Bordeaux. Sur ce tronçon le privé n'apporte plus que 29% de l'argent (au lieu de 50%) avec une garantie de rentabilité de plus de 15% par an. Pour le public dont RFF, c'est de l'investissement à fond perdu, sans le moindre retour sur investissement. Ceci sans compter les diverses subventions de fonctionnement, que perçoivent les opérateurs comme la SNCF. sur le GPSO, Pour financer le GPSO, il n'y aura plus que deux collectivités, l'Aquitaine, et midi Pyrénées. Elles devraient apporter à elles seules 50% du budget. L'Europe aura une participation marginale au vu de son budget encore réduit, et du nombre de projets prioritaires qu'elle soutient.

Un autre problème se pose une déclaration d'utilité publique a une durée de vie très limité dans le temps. Ainsi, nous pouvons nous demander pourquoi une telle précipitation pour des travaux qui auraient lieu en 2027? N' y aurait il pas là un moyen de faire revenir les financements promis des collectivités du Sud de Bordeaux pour Tours Bordeaux, contre la réaffirmation de promesses fumeuses. Payez Tours Bordeaux, comme prévu, et vos successeurs moins vieux que vous verront le GPSO.

halloy | 11/11/2013

@Roland, vous suggérez que le Bordeaux-Toulouse ne serait accepté que pour jeter de la poudre aux yeux afin que le financement du Tours-Bordeaux soit bouclé, quitte à "l'oublier" après ? Ah, ce serait trop drôle ! Mais je pense à ceux qui habitent sur le tracé et qui ne savent toujours pas à quelle sauce ils vont être mangés ... M'enfin, c'est dingue ! Ils ont commencé les travaux avant même de s'assurer qu'ils avaient les sous ! J'imagine que je fasse venir une entreprise chez moi sans avoir la certitude de pouvoir la payer, on me traiterait d'inconséquente ...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !