Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La LGV acquise jusqu'à Toulouse et Dax, Alain Rousset veut remobiliser les collectivités

24/10/2013 | Ecartée des priorités gouvernementales en juillet, la LGV GPSO ira finalement jusqu'à Toulouse et Dax avant 2030. Le travail des acteurs locaux, Alain Rousset en tête, a payé.

Un TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean

Le suspense sur le sort de la LGV GPSO se termine. Ce 22 octobre Frédéric Cuvillier, le Ministre des transports a annoncé un objectif de réalisation de la LGV Bordeaux-Toulouse avant 2024 et Bordeaux-Dax avant 2027. Il évoque en outre, la mise en service d'une nouvelle ligne entre Dax et Hendaye pour 2032. Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, convaincu dès la première heure de la nécessité de la réalisation concomitante de ces deux lignes se réjouit de cette annonce. Pour autant, il ne nie pas la question de financements pour ces lignes à venir et appelle, plus que jamais, les autres collectivités à "jouer collectif".

Alain Rousset tient à le souligner, la récente annonce ministérielle confirmant l'arrivée de la LGV dans le Sud ouest «c'est plus qu'une promesse, la Déclaration d'Utilité Publique va se faire». Et la Préfecture de région le confirme, «le Préfet réunira dès le 7 novembre 2013, l’ensemble des services de l'Etat de chacun des départements et Réseau Ferré de France (RFF) pour arrêter le calendrier et les procédures de travail, et pour définir le rôle de chacun.» Les enquêtes publiques devraient être lancées au début du mois de juin 2014. Quant à la partie la plus au sud, entre Dax et la frontière espagnole, là encore pour Alain Rousset, la partie est jouée. «En 2030-2032 on aura Hendaye». Une certitude qu'il appuie notamment sur la participation conséquente de l'Europe pour ce tronçon classé prioritaire au sein du réseau transeuropéen de transport de l'Union européenne. Pour l'heure, ce tronçon, va faire l'objet d'études approfondies a annoncé le Ministre. La LGV tant attendue par la Région Aquitaine est donc bel et bien sur les rails.

 "Une vraie réflexion à mener" sur le financementPourtant la question du financement (entre 7 et 9 Mds €) est loin d'être réglée. Si le Ministre Cuvillier envisage de mobiliser l'Agence de Financements des Infrastructures de Transports (AFIT) abondée par le fruit de l'écotaxe, pour l'apport de fonds publics, Alain Rousset reconnaît que cela ne pourra être suffisant, et qu'en la matière «nous avons une vraie réflexion à mener». «Mais les travaux ne vont pas démarrer de suite, ajoute-t-il; nous avons quatre années de travail devant nous pour trouver des solutions.» Si au Nord de Bordeaux, vers Tours, c'est le partenariat public-privé qui a été privilégié, Alain Rousset préfère envisager une autre solution pour financer la partie Sud. Il cite le recours à «la Caisse des Dépôts avec des taux ultra bonifiés, la BEI, les subventions de l'Europe», et plus original, il n'hésite pas à «parier sur une participation des usagers». Au regard du temps gagné, 4 heures sur une journée pour un aller-retour entre Bayonne et Paris par exemple, «ajouter 3,4, 5 € supplémentaires au prix du billet de train ne paraît pas exorbitant.» Et le prix resterait toujours largement inférieur aux tarifs pratiqués par les compagnies aériennes ajoute-t-il.

"Henri Emmanuelli, Geneviève Darrieussecq, Jean Grenet, Jo Labazée, ..."Mais cette annonce sur la LGV GPSO, touche aussi le financement de la LGV Tours Bordeaux actuellement en construction. En effet, si celle-ci est financée par un Partenariat public privé, la partie des financements publics est constituée de la participation financière de nombreuses collectivités, au côté de l'Etat. Des collectivités dont certaines, principalement au sud de Bordeaux, apprenant en juillet, le report de la réalisation de la LGV Bordeaux-Hendaye au delà de 2030, ont décidé de geler leur participation. Des décisions qui, malgré les nouvelles annonces du Ministre, n'ont pour l'heure pas évolué, la ligne s'arrêtant à Dax. Une absence de réaction qui ne plaît pas à Alain Rousset. «Il faut qu'Henri Emmanuelli (président du Conseil général des Landes, ndlr), Geneviève Darrieussecq (présidente de l'agglomération du Marsan, ndlr), Jean Grenet (président du Bab, ndlr), Jo Labazée, (président du Conseil général des Pyrénées Atlantiques, ndlr) reviennent dans le jeu! On est dans le film d'avant 2030, il faut jouer collectif! Quand on est en responsabilités politiques on est moteur, pas frein. Moi j'ai choisi définitivement d'être moteur.» Un rôle que nombre d'acteurs ont tenu à saluer parmi lesquels, Philippe Madrelle, Président du Conseil général de Gironde, Vincent Feltesse, Président de la CUB ou encore le collectif de la FNAUT Aquitaine.

 

Vidéo : Armelle Hervieu

Lire aussi:
LGV: Le Gouvernement écarte Bordeaux-Bayonne de ses priorités
LGV - Grand Projet Sud Ouest: Rousset, Juppé, Madrelle, Emmanuelli, Labazée, Lignières-Cassou, Grenet, Feltesse demandent audience à Ayrault
LGV Tours-Bordeaux : une convention de financement signée... mais pas finalisée
Interview: Alain Rousset et la LGV : "l'intime conviction du président de la République"

Solène Meric et Armelle Hervieu
Par Solène Meric et Armelle Hervieu

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3485
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 28/10/2013

"Aqui" devrait garder la tête froide. Rien n'est joué, c'est trop énorme.
Les rapports de commissions parlementaires et l'arbitrage du gouvernement d'il y a trois mois sont foulés aux pieds.
De la part d'un grand élu, dire que "la Déclaration d'Utilité Publique va se faire", c'est aussi fouler aux pieds une procédure de consultation de la société civile en principe indépendante des élus.
Enfin, je constate un détournement de l'écotaxe sur les camions : celle-ci n'a pas à financer le trafic voyageurs, et le déclin du frêt ferroviaire n'est pas dû à un manque de sillons.
A force de passer en force, de faire des tripatouillages, de lancer des projets énormes non financés, de se moquer des procédures de consultation et des avis des plus hautes instances de la République, c'est notre démocratie qu'on discrédite, en même temps qu'on accroît la dette et l'impôt au delà du raisonnable.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !