aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | LGV: la Charente-maritime surseoit au paiement de Tours-Bordeaux... La Gironde répond.

01/08/2013 | Dans un courrier qu'il adresse à son homologue de Gironde Philippe Madrelle, Dominique Bussereau entend surseoir au versement de la participation à Tours-Bordeaux.

TGV en gare de Bordeaux

Oubliant le temps d'un échange de courrier qu'ils sont riverains amènes de l'estuaire de la Gironde les deux présidents des Conseils généraux de Charente-maritime et de Gironde échangent un courrier très vif au sujet de la LGV. Dominique Bussereau qui fut ministre des transports de François Fillon informe Philippe Madrelle qu'il va proposer à son département de surseoir à ses engagements pour Tours-Bordeaux. Et le président de la Gironde de lui répondre très vigoureusement en défendant la ligne du gouvernement Ayrault, Bordeaux-Toulouse d'abord en laissant entendre que Bordeaux-Hendaye pourrait toujours se faire à vitesse TGV, aux normes "basques" et européennes.

C'est arguant de «la remise en cause du principe de la continuité des engagements de l'Etat» que Dominique Bussereau, annonce son intention de demander à son Assemblée Départementale de surseoir aux paiements demandés par RFF, pour la réalisation, d'ores et déjà en cours, de Tours-Bordeaux. Un motif de retrait qu'il appuie sur un non respect par l'Etat de la convention de financement et de réalisation de ce tronçon central du projet de la LGV SEA. Celle-ci prévoyait en effet, qu'au delà de Bordeaux, la LGV se scindait en un tronçon Bordeaux-Toulouse et un tronçon Bordeaux-Hendaye, ajouté à un troisième tronçon Poitiers-Limoges. Trois branches venant en continuité du tronçon central et pour lesquelles les partenaires, dont l'Etat, avaient confirmé «leur volonté commune et leur attachement à réaliser chacune de ces branches», rappelle l'ancien Ministre des Transports, en charge à l'époque du dossier LGV SEA.
Or les récents arbitrages du Gouvernement ont, pour l'heure, retenu sur le plan des grandes infrastructures ferroviaires un unique relais jusqu'à Toulouse. Une décision qui selon Dominique Bussereau équivaut à une rupture des engagements de l'Etat et partant, une possibilité pour son Assemblée, si elle le vote dans ce sens, de retirer ses engagements financiers du projet Tours-Bordeaux.

"Insoupçonnable chef d'oeuvre politique"Dans sa réponse du 30 juillet, Philippe Madrelle, ne fait pas dans la demi mesure pour s'adresser à son homologue. Il dénonce dans les arguments de Dominique Buissereau, «un prétexte fallacieux et mal venu», critique «un spectaculaire volte-face», et ironise sur son «insoupçonnable chef d'oeuvre politique». Une lettre de ferme colère.
A la rupture du principe de la continuité républicaine avancée par l'ancien Ministre du transport, Philippe Madrelle répond que «justement, c'est le programme LGV Sud ouest qui pâlit le moins de l'étalement des projets». Il met en avant sur ce point que «les délais de réalisation de Tours-Bordeaux seront assumés» par le Gouvernement, que «la section Bordeaux-Toulouse est la seule retenue avant 2030», et que Bordeaux-Hendaye «n'est pas abandonnée mais simplement reportée en fonction des exigences d'un réseau historique dont l'état très dégradé a été caché aux français.» Et de glisser au passage que celle-ci pourrait se faire aux normes TGV de la nouvelle ligne basque. Idée à l'époque rejetée par le Ministre des transports, Dominique Bussereau lui-même...
Autre pointe d'ironie quand Philippe Madrelle rappelle que «le fabuleux programme LGV du Grenelle, n'avait pas à l'époque de plan de financement, et que c'est l'exercice du financement qui a conduit l'actuel Gouvernement à arbitrer un programme raisonnablement finançable». L'occasion pour le Président du Conseil général de Gironde de soutenir du même coup auprès de son adversaire politique, la «clairvoyance» du Gouvernement de privilégier l'effort sur la modernisation des réseaux existants, «sans renoncer au développement de la LGV».

Enfin, soulignant le «changement de pied politique» de son correspondant épistolaire, et mettant en avant que sa collectivité est «la première à se désengager unilatéralement de ce projet instigué par un ministre des transports qui s'appelait Bussereau à l'époque», Philippe Madrelle, conclut qu'«il faut à l'avenir éviter que des grands projets nationaux soient construits sur des financements croisés entre une multitude de collectivités locales, afin de ne pas les exposer à leur versatilité politique.» Et dans une dernière pique de lâcher: «Et c'est vous précisément qui avez mis le ver dans le fruit de ce grand projet ferroviare national».
On peut désormais raisonnablement s'attendre à des problèmes de voisinage.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
1161
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 01/08/2013

Quel bal de faux culs. La Charente Maritime n'a jamais eu à s'engager sur le financement du sud de Bordeaux. Alors que les collectivités du sud de Bordeaux ont été priées de financer le sud et le Nord. Le GPSO (sud de Bordeaux), ne figure pas sur le protocole de 2009 signé par les collectivités. Quand à Bordeaux Toulouse, nous attendons avec impatience que l'on nous explique comment il sera financé. Je crois que l'on est pas près de voir le protocole, et donc la réalisation. Au vu de l'âge très avancé des responsables politiques de Toulouse, cela nous a l'air d'une promesse à durée indéterminée. A moins que l'on augmente de façon importante la dette colossale de RFF. RFF bonne vache à lait qui a déjà bien donné sur Tours Bordeaux, alors qu'elle n'aurait dû financer que symboliquement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !