Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV: la Charente-maritime surseoit au paiement de Tours-Bordeaux... La Gironde répond.

01/08/2013 | Dans un courrier qu'il adresse à son homologue de Gironde Philippe Madrelle, Dominique Bussereau entend surseoir au versement de la participation à Tours-Bordeaux.

TGV en gare de Bordeaux

Oubliant le temps d'un échange de courrier qu'ils sont riverains amènes de l'estuaire de la Gironde les deux présidents des Conseils généraux de Charente-maritime et de Gironde échangent un courrier très vif au sujet de la LGV. Dominique Bussereau qui fut ministre des transports de François Fillon informe Philippe Madrelle qu'il va proposer à son département de surseoir à ses engagements pour Tours-Bordeaux. Et le président de la Gironde de lui répondre très vigoureusement en défendant la ligne du gouvernement Ayrault, Bordeaux-Toulouse d'abord en laissant entendre que Bordeaux-Hendaye pourrait toujours se faire à vitesse TGV, aux normes "basques" et européennes.

C'est arguant de «la remise en cause du principe de la continuité des engagements de l'Etat» que Dominique Bussereau, annonce son intention de demander à son Assemblée Départementale de surseoir aux paiements demandés par RFF, pour la réalisation, d'ores et déjà en cours, de Tours-Bordeaux. Un motif de retrait qu'il appuie sur un non respect par l'Etat de la convention de financement et de réalisation de ce tronçon central du projet de la LGV SEA. Celle-ci prévoyait en effet, qu'au delà de Bordeaux, la LGV se scindait en un tronçon Bordeaux-Toulouse et un tronçon Bordeaux-Hendaye, ajouté à un troisième tronçon Poitiers-Limoges. Trois branches venant en continuité du tronçon central et pour lesquelles les partenaires, dont l'Etat, avaient confirmé «leur volonté commune et leur attachement à réaliser chacune de ces branches», rappelle l'ancien Ministre des Transports, en charge à l'époque du dossier LGV SEA.
Or les récents arbitrages du Gouvernement ont, pour l'heure, retenu sur le plan des grandes infrastructures ferroviaires un unique relais jusqu'à Toulouse. Une décision qui selon Dominique Bussereau équivaut à une rupture des engagements de l'Etat et partant, une possibilité pour son Assemblée, si elle le vote dans ce sens, de retirer ses engagements financiers du projet Tours-Bordeaux.

"Insoupçonnable chef d'oeuvre politique"Dans sa réponse du 30 juillet, Philippe Madrelle, ne fait pas dans la demi mesure pour s'adresser à son homologue. Il dénonce dans les arguments de Dominique Buissereau, «un prétexte fallacieux et mal venu», critique «un spectaculaire volte-face», et ironise sur son «insoupçonnable chef d'oeuvre politique». Une lettre de ferme colère.
A la rupture du principe de la continuité républicaine avancée par l'ancien Ministre du transport, Philippe Madrelle répond que «justement, c'est le programme LGV Sud ouest qui pâlit le moins de l'étalement des projets». Il met en avant sur ce point que «les délais de réalisation de Tours-Bordeaux seront assumés» par le Gouvernement, que «la section Bordeaux-Toulouse est la seule retenue avant 2030», et que Bordeaux-Hendaye «n'est pas abandonnée mais simplement reportée en fonction des exigences d'un réseau historique dont l'état très dégradé a été caché aux français.» Et de glisser au passage que celle-ci pourrait se faire aux normes TGV de la nouvelle ligne basque. Idée à l'époque rejetée par le Ministre des transports, Dominique Bussereau lui-même...
Autre pointe d'ironie quand Philippe Madrelle rappelle que «le fabuleux programme LGV du Grenelle, n'avait pas à l'époque de plan de financement, et que c'est l'exercice du financement qui a conduit l'actuel Gouvernement à arbitrer un programme raisonnablement finançable». L'occasion pour le Président du Conseil général de Gironde de soutenir du même coup auprès de son adversaire politique, la «clairvoyance» du Gouvernement de privilégier l'effort sur la modernisation des réseaux existants, «sans renoncer au développement de la LGV».

Enfin, soulignant le «changement de pied politique» de son correspondant épistolaire, et mettant en avant que sa collectivité est «la première à se désengager unilatéralement de ce projet instigué par un ministre des transports qui s'appelait Bussereau à l'époque», Philippe Madrelle, conclut qu'«il faut à l'avenir éviter que des grands projets nationaux soient construits sur des financements croisés entre une multitude de collectivités locales, afin de ne pas les exposer à leur versatilité politique.» Et dans une dernière pique de lâcher: «Et c'est vous précisément qui avez mis le ver dans le fruit de ce grand projet ferroviare national».
On peut désormais raisonnablement s'attendre à des problèmes de voisinage.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2932
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 01/08/2013

Quel bal de faux culs. La Charente Maritime n'a jamais eu à s'engager sur le financement du sud de Bordeaux. Alors que les collectivités du sud de Bordeaux ont été priées de financer le sud et le Nord. Le GPSO (sud de Bordeaux), ne figure pas sur le protocole de 2009 signé par les collectivités. Quand à Bordeaux Toulouse, nous attendons avec impatience que l'on nous explique comment il sera financé. Je crois que l'on est pas près de voir le protocole, et donc la réalisation. Au vu de l'âge très avancé des responsables politiques de Toulouse, cela nous a l'air d'une promesse à durée indéterminée. A moins que l'on augmente de façon importante la dette colossale de RFF. RFF bonne vache à lait qui a déjà bien donné sur Tours Bordeaux, alors qu'elle n'aurait dû financer que symboliquement.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !