Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

  • 24/09/21 | Agen et les « Rendez-vous du Pin »

    Lire

    Samedi 25 septembre à partir de 15h le square du Pin à Agen accueille « Les Rendez-vous du Pin ». Organisé par l'association Au Fil des Séounes, cette manifestation propose des animations pour les petits et les grands comme un atelier photo décalé, des parcours sport ou une sensibilisation à la réduction du gaspillage alimentaire tout l'après-midi et un banquet "populaire, bio et végétarien" le soir, avec un concert du duo Akdeniz.

  • 24/09/21 | Landes : La médiathèque du Marsan fait sa braderie

    Lire

    Ce samedi 25 septembre, à Mont-de-Marsan, la médiathèque du Marsan organise une journée braderie, de 10h à 17h. Romans, bandes dessinées, livres documentaires, albums jeunesse ou encore revues, tout sera proposé entre 1 et 3 €. Issus du tri effectué régulièrement dans les collections, les amateurs de lecture vont ainsi pouvoir bénéficier d'une offre actualisée. Le paiement s'effectuera uniquement en espèces ou par chèque.

  • 24/09/21 | Talence : Une journée pour le sport adapté

    Lire

    Le 25 septembre à partir de 10h, le Comité Départemental du Sport Adapté de la Gironde, en partenariat avec la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Tennis, organise une journée compétitive para tennis adapté adultes à Talence. Une quarantaine de sportifs en situation de handicap sont attendus pour une journée de partage, de solidarité, de plaisir et de convivialité. L'objectif également de cette journée est d'orienter les sportifs vers les clubs de proximité mais aussi de travailler sur le respects des règles, des autres et de l'acceptation des résultats.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV au sud de Bordeaux: le débat continue, à gauche aussi

02/01/2013 | Le chantier de Tours-Bordeaux a respecté la trêve des confiseurs mais le débat sur le GPSO, le prolongement de la LGV vers Toulouse et Hendaye, continue

1

C'est peu de dire que l'initiative de Gilles Savary député PS de la Gironde d'interroger le ministre des transports, en semblant douter de la réalisation des deux branches sud de la LGV, n'a pas été du goût d'un autre député PS de la Gironde, le président du Conseil régional, Alain Rousset. Celui-ci a vivement réagi aux propos de Gilles Savary défendant vigoureusement le respect du calendrier, notamment pour l'enquête publique prévue cette année. Extraits de communiqués à connaître au tournant de l'année nouvelle.

Gilles Savary en s'appuyant sur les travaux d'évaluation des projets du " Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT) a saisi Frédric Cuvillier, ministre des Transports et le président de la commission "Mobilité 21" Philippe Duron, leur faisant part de "sa préoccupation à l'égard des perspectives de trafic routier et ferroviaire en Aquitaine à l'échéance du SNIT ( 2030) et de l'absence d'anticipation à leur égard". Le député de la Gironde "insiste" sur le fait que "si la réalisation des deux branches de la Ligne à Grande Vitesse du Grand Projet Sud Ouest devait être différée" il y aurait nécessité:

1. d'accélérer les travaux de réhabilitation et de mise à niveau des capacités des voies existantes sur les sections menacées de saturation, Bordeaux-Langon et Montauban-Toulouse

2. de programmer sans attendre les travaux de réalisation du Corridor atlantique de fret ferroviaire prévu dans les réseaux Transeuropéens de Transport.

Par ailleurs soulignant que la mise à deux fois trois voies de l'autorouté A 63 jusqu'à Cestas "va créer un goulet d'étranglemernt majeur par le rétrécissemnt à deux fois deux voies à l'entrée de l'agglomération, Gilles Svary "sollicite" de la Commission "Mobilité 21 "  l'inscription des travaux premettant sa résorption dans le cadre du SNIT.

Alain Rousset : la voie ouverte à un financement européenCette prise de position a eu le don de piquer au vif le président du Conseil régional Alain Rousset qui "appelle les responsables aquitains dans la négociation difficile qui s'ouvre à la solidarité active." Et de dérouler une argumentation dont nous publions les principaux points: 

"Les bénéfices collectifs engendrés par le GPSO justifient qu'il soit réalisé en priorité : absence de liaison à grande vitesse de l'Ouest de la France, révolution des temps de transport, dynamisation économique du Sud Ouest de la France et des échanges avec la péninsule ibérique, et bien sûr développement des Ter et des modes de transports plus respectueux de l'environnement, pour les marchandises comme pour les personnes (16,6 millions de voyageurs attendus dont 7 millions de nouveaux voyageurs).

 En outre, sur le plan financier, le GPSO est rentable : sa valeur actuelle nette est estimée à 5 milliards d'euros. En l'inscrivant dans son Réseau TransEuropéen de Transports (RTE-T), l'Union européenne a donné toute sa légitimité à ce maillon essentiel du corridor ferroviaire atlantique, qui relie la péninsule ibérique à l'Europe du Nord. Cette validation ouvre la voie à un financement européen attendu de 1 milliard d'euros.

"Parallèlement, le dossier progresse de manière nominale, tant en ce qui concerne les études que les procédures règlementaires. La décision ministérielle du 30 mars 2012 a permis d'engager la préparation de la déclaration d'utilité publique attendue fin 2014. A plusieurs occasions, le ministre délégué aux transports a confirmé que les études se poursuivent actuellement selon le calendrier prévu, et que la mise en place de la commission chargée de hiérarchiser les projets du SNIT n'aura aucune incidence sur le calendrier de l'opération. Lors du comité de pilotage du 26 novembre 2012, le préfet coordonnateur du projet et le président de RFF l'ont réaffirmé avec force, et ont indiqué que l'Autorité environnementale, ultime étape règlementaire avant le lancement de l'enquête publique (prévue à l'été 2013), sera très prochainement consultée. Enfin, les gouvernements français et espagnol ont réaffirmé leur soutien sans faille au projet lors du sommet du 10 octobre 2012. De l'autre côté des Pyrénées, l'Y basque (Bilbao-Vitoria-Irun) sera achevé dès 2017.

"Bref, loin d'être remisé au "congélateur" GPSO progresse conformément à la feuille de route fixée par le gouvernement. Tous ses voyants sont au vert. Pour ce qui le concerne, le Conseil régional d'Aquitaine poursuit sa mobilisation et le manifeste concrètement en avançant pour le compte des autres collectivités le financement des études complémentaires et des actions foncières anticipées à hauteur de 11,67 M€. Tous les acteurs qui œuvrent au quotidien pour le développement du Sud Ouest - collectivités, entreprises, monde de recherche et de la connaissance, parlementaires - et qui soutiennent GPSO, doivent être aujourd'hui convaincus que non seulement le dossier progresse normalement, mais qu'il sera réalisé."

 


Par

Crédit Photo : 4111111111111111

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4944
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Legros | 02/01/2013

Décidément Monsieur Rousset est très fatigué. Il serait trop long de relever toutes les erreurs, et contre-vérités de ses affirmations gratuites. Simplement, le coût estimé du GPSO est actuellement de 18 milliards d'€ sans le barreau de Pau, et les réhabilitations des voies classiques. Le financement Européen ne pourra pas être d'1 milliard d'€, pour la simple raison que l'Europe n'aura pas les moyens de mettre autant sur un seul projet. Avec 40 milliards sur 7 ans pour 27 pays, et un grand nombre de secteurs possibles le calcul est vite fait.

Tellier Pantxo | 03/01/2013

Le père Noël de Mr Rousset est bien généreux pour 2013. L’apport de nouveaux voyageurs sur Bordeaux - Hendaye grâce à la ligne nouvelle avait été estimé à 1230 000 en 2020 par SNCF lors du débat public de 2006. La progression sans voie nouvelle était estimée à 1 760 000 toujours par SNCF avec un total de 4 520 000 voyageurs sur la ligne existante. Plus on s’enfonce dans la crise plus l’hyper mobilité augmente, merci Père Noël
Avec plus de 8 milliards d’€ pour gagner 4mn le GPSO sera rentable, merci Père Noël, grâce au PPP si cher au Président de la région, nos enfants auront du pain sur la planche.
L’Y basque sera achevé dès 2017, hélas avec une coupe de 40% dans le budget cette date (initialement prévu en 2013 puis en 2016) est de plus en plus incertaine, et en tout état de cause c’est sur la voie existante entre Donosti et Irun mise aux normes UIC que se fera la liaison avec le Pays Basque Nord à Hendaye.
Décidément le Père Noël devrait se mettre à jour car visiblement il utilise la même hotte que pour l’A 65, heureusement qu’au Pays Basque, Olentzero a les pieds sur terre.

Thierry Merger | 07/01/2013

"la mise en place de la commission chargée de hiérarchiser les projets du SNIT n'aura aucune incidence sur le calendrier de l'opération"
Cette phrase est savoureuse mais inquiétante :
GPSO figure dans les projets du SNIT, ces derniers doivent être hiérarchisés par une commission... et si GPSO n'était pas mis sur le dessus de la pile ? eh bien on s'en fout, on le fait quand même !

Martin Lane | 09/01/2013

M. Rousset montre uns fois encore sa méconnaissance du projet et ses changement d'avis à 180 degrés !

De nombreuses études sur les LGV existantes ont montré que ces infrastructures, n'apportent pas de retombées économiques significatives et sont même nuisantes pour les grandes zones traversées.
Pour le trafic voyageur les temps vers Toulouse et surtout vers l'Espagne ne seraient pas réellement améliorés, ces projets allongeant les trajets de 40 et 70 km par rapport au voies actuelles, correctement aménagées.
Et dire que ces projets mettraient Toulouse à 2 heures de Paris est complétement farfelu, les chiffres même de RFF donnent 3h10-15 environ (2h05-10 pour Paris-Bordeaux, 1h05 pour Bordeaux-Toulouse).

Le fret ferroviaire est complétement délaissé par la SNCF (qui préfère utiliser des camions !), en diminution constante, pratiquement inexistant vers Toulouse...

C'est une erreur, pour un responsable politique, de vouloir dilapider l'argent public et de se déclarer en compétition avec d'autres régions ! Il n'est vraiment pas sérieux de jouer à la guerre avec d'autres élus pour obtenir des deniers publics dont on aurait bien besoin par ailleurs, ni de dénigrer la position plus réaliste d'un autre élu, sans doute plus responsable. On attendrait quand même beaucoup mieux de responsables politiques de ce niveau !

Il n'est pas très honnête d'acquérir par avance des terrains pour un projet qui n'est pas décidé définitivement, qui n'a pas eu l'aval de l'enquête publique :
- Ça sent l'arnaque, pour forcer la main à des propriétaires (qui ne seront pas forcément indemnisés correctement) alors qu'on ne sait pas s'il faudra les exproprier !
- Ça sent l'arnaque pour essayer de forcer la main aux ministres intéréssés en essayant de faire croire qu'ainsi ce serait un projet "lancé" !...

Et puis il y a les fameux PPP dont M. Rousset s'est accomodé pour la LGV Tours-Bordeaux, qu'il a ensuite fortement décriés comme des arnaques, mais qu'il verrait bien remettre en selle pour les projets de GPSO. Si ce sont des arnaques - comme beaucoup l'ont dénoncé - il ne faut évidemment plus y avoir recours : ce n'est que reporter les difficultés financières dans le temps, sur le dos de tous les citoyens pendant des dizaines d'années.

Et les "lunettes de l'avenir", dont il a parlé par ailleurs, ce serait justement de reconnaître que les études indépendantes qui ont été faites ont toutes montré qu'un aménagement performant des lignes existantes serait quasiment aussi performant, beaucoup moins nuisant, et coûterait 3 à 5 fois moins cher.

Mais pour cela il faudrait qu'il se donne la peine de chercher (et trouver) ces lunettes qui lui permettraient de voir, essayer de comprendre, ces solutions alternatives, sur lesquelles lui et ses semblables ont décidé de porter une omerta totale !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !