Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/10/21 | Tolkien se tisse à Aubusson

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson en Creuse a signé un partenariat afin de réaliser en 4 ans une série exclusive de 14 tapisseries et 2 tapis à partir de l'oeuvre graphique originale de J.R.R Tolkien. Le 22 octobre, elle a dévoilé la 12ème œuvre et la 1ère issue du livre du Seigneur des Anneaux : « Moria Gate ». D'environ 8m2, elle a nécessité plus de 1000h de travail.

  • 27/10/21 | Jean Prou nommé président du Parc Marin de l'estuaire et des pertuis

    Lire

    Mi-octobre, le conseil de gestion du Parc Marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des pertuis charentais a élu Jean Prou à sa tête. Ancien directeur du centre Ifremer de La Tremblade (17), Jean Prou y siégeait jusqu'alors en qualité de personnalité qualifiée sur les sujets conchylicoles. Il a fait part de sa volonté de "reconstruire un lien solide et efficient entre les équipes du Parc, de l’OFB (Office français de la biodiversité, ndlr) et le nouveau conseil", notamment en vue de "rendre opérationnel le plan de gestion"

  • 27/10/21 | Un jeu de sensibilisation aux cyber-attaques

    Lire

    La société Game Partners à Niort, spécialiste du game design, est en train de développer un jeu de sensibilisation aux cyber-attaques. Ce jeu va permettre aussi d'éduquer les utilisateurs face aux risques de cyber-attaques. L'expérimentation de ce jeu sera effectuée en entreprises mais également dans l'enseignement supérieur de Nouvelle-Aquitaine, dont l'IRIAF à Niort et Excelia à La Rochelle.

  • 27/10/21 | L'excellence néo-aquitaine au Carrousel du Louvre

    Lire

    A l'occasion de la 26ème édition du Salon International du Patrimoine Culturel qui se tiendra du 28 au 31 octobre au Carrousel du Louvre, 12 entreprises néo-aquitaines des métiers d'art représenteront la région Nouvelle-Aquitaine sur la thématique « Patrimoine et Territoires ». Issue d'un partenariat entre la Région, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, la présence de ces artisans mettra en avant le savoir-faire, l'innovation et l'expertise de Nouvelle-Aquitaine.

  • 26/10/21 | Le festival de Ménigoute rempile du 26 octobre au 1er novembre

    Lire

    Annulé l'an dernier à la dernière minute, le festival du documentaire animalier à Ménigoute, dans les Deux-Sèvres, revient pour sa 37e édition. Une quarantaine de films du monde entier sont à découvrir, dont un certain nombre prévus l'an dernier. La plupart sont suivis d'une rencontre avec le réalisateur. Des débats sont prévus par ailleurs avec des naturalistes. Plusieurs animations nature sont également au programme, comme une sortie découverte à la réserve de Moeze Oléron (17).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Sud Ouest: les réactions continuent après les propos de Jérôme Cahuzac

14/07/2012 | S'appuyant sur le rapport de la Cour des Comptes le ministre du budget avait laissé entendre que l'Etat ne pourrait pas financer quatorze projets de LGV.

1

Ce fut déjà le cas lorsque Nathalie Kosiuscko-Morizet ministre de Nicolas Sarkozy émit des doutes sur la possibilité de financer toutes les lignes LGV dans les cartons ; ça l'est de nouveau mais cette fois c'est un ministre du gouvernement de gauche, du Lot-et-Garonne de surcroît, Jérôme Cahuzac, en charge de veiller au budget de la nation qui le dit : l'Etat ne pourra pas tout financer. Il faudra donc "hiérarchiser", définir des priorités. A ce jeu-là le GPSO Grand Projet Sud Ouest est-il menacé ? Les réactions repartent de plus belle les élus de gauche relativisant les propos ministériels

N'en parlez pas à Alain Rousset : il se mettrait en colère, lui qui défend bec et ongles, non seulement l'achèvement de la LGV Tours-Bordeaux et sa mise en service en 2017 mais aussi son prolongement vers Toulouse d'une part, vers Mont-de-Marsan, Hendaye et l'Espagne d'autre part, sans oublier que le Béarn et Pau n'entendent pas être oubliés. Tout cela, à un horizon qui dépasserait nécessairement 2.020. Le président du Conseil régional d'Aquitaine n'a pas laissé passer l'occasion de la conférence des éxécutifs régionaux, départements et région d'Aquitaine pour enfoncer le clou. Et certain, comme le président du conseil général du Lot-et-Garonne, Pierre Camani qui était hostile à l'idée de payer, sous l'ancien gouvernement, ne ferme plus la porte en tablant sur le fait que le nouveau pourrait être plus conciliant.

 

La LGV à Bordeaux sans suite? Pas de sens pour la CUB

En tout cas, les réactions n'ont pas manqué, à la fois venant de Bordeaux, d'Agen (cf aqui.fr le dossier LGV) mais aussi de Toulouse où le président du Conseil régional, Martin Malvy et le maire de la ville, Pierre Cohen sont montés au créneau. A Bordeaux, les élus de la Communauté urbaine réunis en séance plénière le 13 juillet ont « souhaité rappeler leur volonté de voir aboutir les projets de ligne à grande vitesse prévus à l'horizon 2017 et 2020. La ligne Tours-Bordeaux en cours de construction, sur laquelle la CUB s'est engagée à hauteur de 130 millions d'euros n'a de sens que si les projets vers Toulouse et l'Espagne à l'horizon 2020 sont confirmés. Le projet métropolitain, porté par la CUB s'appuie sur cette perspective unique de replacer Bordaeux au carefour de l'Europe sur la façade atlantique. En cette période de crise, il est important de maintenir les projets structurants pour l'avenir. Ils soutiennent l'activité économique et l'emploi. » La motion ainsi adoptée, n'a pas été votée par les huit élus communistes de la Communauté ; les neuf élus d'Europe Ecologie les Verts s'étant abstenus, souhaitant que les deux études alternatives d'aménagement des voies existantes, l'étude Claraco - AC2I sur la ligne Bordeaux-Toulouse
et l'étude Citec sur la ligne Bordeaux-Espagne, fassent l'objet d'une présentation officielle aux élus de la CUB.

A Toulouse, Martin Malvy le président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, n'a pas cherché à dramatiser affirmant que "le problème du financement du chantier entre Bordeaux et Toulouse ne se posera concrètement qu'à partir de 2017, dans cinq ans. J'espère qu'à cette échéance nos finances publiques auront été rétablies". Quant au maire de la ville, Pierre Cohen qui préside par ailleurs le Grand Toulouse, il ne désavoue pas la position du gouvernement réaffirmant que la ligne LGV Bordeaux-Toulouse reste "une nécessité économique ajoutant qu'il n'est pas possible de concevoir la remise en cause d'un projet dont le tracé est arrêté et les travaux programmés pour 2017"

La Sepanso : moderniser les lignes existantes

Du coté de la Sepanso, Société pour la protection de la nature dans le sud ouest, le point de vue est radicalement différent. On "salue les conclusions de la Cour des Comptes et les propos du ministre du budget pointant l'irréalisme des projets de lignes ferroviaires à grande vitesse. Lancés par les gouvernements précédents, dans une période d’exubérance financière, ils apparaissent aujourd’hui en complet décalage avec les réalités économiques.

Alors, " que RFF n’a jamais pu lui fournir les éléments demandés de justification socio- économique des Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO), la Sepanso se trouve confortée dans ses doutes sur la pertinence des deux projets de LGV Bordeaux/Toulouse et Bordeaux/Espagne, d’un montant total de près de 10 milliards d’euros. Il n’est plus possible d’ignorer que de l’autre côté des Pyrénées, les projets de LGV ont largement contribué à la faillite de l’Espagne. La fragilisation du modèle économique des TGV est reconnue par la SNCF qui en vient à développer les transports par bus longue distance pour répondre aux besoins de mobilité de moins en moins satisfaits par l’offre TGV en raison de son prix trop élevé." Pour la SEPANSO," la priorité n’est pas dans la réalisation de lignes nouvelles, mais dans la modernisation des lignes existantes où chaque minute gagnée revient de 5 à 10 fois moins cher, ce qui permet au plus grand nombre d’accéder au transport ferroviaire.


Par

Crédit Photo : aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4870
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !