Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/20 | Ile de Ré : circulation en alternat sur le viaduc le 23 janvier

    Lire

    La circulation sur le pont de l'île de Ré va se faire en alternance, le 23 janvier entre 8h et 18h. Suite à une rupture de câble à l’intérieur de l'ouvrage d'art en 2018, le Département de la Charente-Maritime a entrepris des travaux depuis, en plusieurs étapes. Le câble remplacé, il s'agit désormais de poser des capteurs sur le pont, afin de détecter toute autre défaillance possible. L'opération devait se dérouler le 20 janvier mais été reportée au 23 à cause d'une alerte aux vents forts.

  • 21/01/20 | Olympiades des métiers: toujours plus de candidats !

    Lire

    Près de 1 000 jeunes Néo-Aquitains passionnés par leur métier sont candidats pour participer à la 46ème édition des Olympiades des Métiers, et, dans un premier temps, aux finales régionales organisées par la Région qui auront lieu du 19 au 21 mars au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac. Mais dans certaines disciplines, les candidats étant trop nombreux, des pré-sélections sont organisées en amont dans plus de 60 établissements afin de sélectionner les 5 meilleurs candidats ou équipe de candidats qui participeront à ces finales. Le calendrier des pré-sélections (du 21 janvier au 8 février)est sur le site www.olympiadesmetiers.fr

  • 21/01/20 | L’Arkéa Aréna frôle le demi-million de spectateurs

    Lire

    48 000 personnes se sont retrouvées dans les salles sombres de l’Arkéa Arena, autour des 88 évènements organisés cette année. Ce joli score lui permet de conserver sa première place en matière de fréquentation, pour une salle de spectacle en France (hors Paris). Et l’année 2020, réserve bien des surprises avec déjà à l’affiche des artistes francophones, Jean-Louis Aubert, M, Gad Elmaleh et internationaux avec entre autres, Simple Minds et Texas mais aussi de grands spectacles avec la venue du Cirque Du Soleil et Disney Sur Glace.

  • 21/01/20 | Le championnat du monde de plongeon revient à La Rochelle en juin

    Lire

    Après quatre ans d'absence, le championnat du monde de plongeon revient à La Rochelle le 6 juin, a annoncé le 14/01 le Red Bull Cliff Diving. Populaire, le spectacle attirait une vingtaine de compétiteurs à chaque édition et quelque 70 000 spectateurs. Le show est impressionnant : les plongeurs s'élancent traditionnellement du haut de la vingtaine de mètres de la tour Saint-Nicolas, à l'entrée du port de La Rochelle. Pour la première fois, 12 athlètes femmes seront également en lice.

  • 21/01/20 | Chalair et Air France renforcent leur partenariat au départ de Limoges

    Lire

    Les deux compagnies aériennes françaises annoncent un partage de codes sur leurs vols vers les aéroports de Paris/Orly et Lyon au départ de Limoges. Ainsi chacun des vols de ces deux lignes aura deux numéros, un pour chaque compagnie. Ce partenariat rendra plus fluides les transits et la gestion des bagages pour les vols impliquant une correspondance entre les deux compagnies. Chalair est le leader français de l'aviation sur les vols régionaux de moins de 70 sièges.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | LGV Tours Bordeaux : la grogne monte à La Rochelle

24/02/2015 | Jean Auroux, nouveau médiateur de la SNCF et ancien ministre des transports, était présent ce lundi à La Rochelle dans le cadre d'une réunion "de crise".

Jean-François Fountaine, Jean Auroux et Dominique Bussereau

Le plan initial de la LGV Tours-Bordeaux est en train de sortir des rails. Sur 58 collectivités locales, 34 ont accepté d'engager des crédits sur le financement. Certaines, dont le conseil régional de Poitou-Charentes, les conseils généraux de la Dordogne et des Landes ont refusé faute d'accord sur les conventions de desserte. Jacques Rapoport, le président de SNCF réseau, a affirmé lundi que le préjudice pour l'Afitf (Agence de financement des infrastructures de transports en France) était de 795 millions d'euros. Jean Auroux, médiateur de la SNCF, était en déplacement ce lundi à La Rochelle en terrain miné.

"Nous sommes un pôle économique majeur qui ne veut pas se développer uniquement grâce au tourisme", a affirmé ce lundi Jean-Francois Fountaine, maire de La Rochelle, dans le cadre d'une réunion avec divers élus et acteurs économiques de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et du Sud-Vendée. "Demain, Bordeaux sera à 2 heures de Paris, les autres territoires doivent se battre pour développer l'économie et l'emploi". "On a modernisé la ligne entre Niort et La Rochelle en supprimant tous les passages à niveaux", poursuit Dominique Bussereau, Président du Conseil général de la Charente-Maritime, "on est donc face à un paradoxe qui serait de dire que le seul gain de temps qu'on réaliserait serait celui que nous avons fait via cette modernisation". 

Des intérêts contradictoires ?L'ensemble des élus étaient réunis avant tout pour exprimer leur désaccord face à l'annonce faite par la SNCF d'une dégradation de la desserte de leurs territoires après la mise en service de la LGV-SEA en 2017. En effet, selon le programme initial, le raccordement Coulombier Nord-ouest a été crée pour faire circuler des TGV directs entre La Rochelle et Paris en deux heures vingt-sept au lieu de deux heures cinquante, soit un trajet réduit de 25 minutes, avec un raccordement qui, au départ, bénéficiait aussi à Niort, Surgères, Rochefort et Fontenay-le-Comte. Cependant, selon une annonce du service annuel de la SNCF datant de fin 2014, aucun TGV direct entre La Rochelle et Paris ne serait à l'ordre du jour en 2017. De plus, un arrêt prévu à Poitiers pourrait venir rallonger ce temps de trajet. La Rochelle a investi à hauteur de 8 millions d'euros pour un coût total de 6703 millions d'euros. 

Pour Suzanne Taillard, députée de la Charente-Maritime, l'enjeu est important, car "on sait que le ferroviaire est porteur pour l'économie du territoire. Les habitants de ces territoires sont conscients des enjeux et sauraient se mobiliser si le succès de la mission en cours n'était pas assuré". "Il est important pour nous de ne pas être caricaturés, nous ne sommes pas des stations balnéaires, nous sommes aussi des lieux de développement économique", s'indigne à son tour le député Olivier Falorni. "La proposition faite par la SNCF de fournir des trains rapides le vendredi soir est une illustration de cette caricature. De plus, le discours de la SNCF est contradictoire. Ils disent qu'il n'y aura pas assez de demande, mais elle ne veut pas créer d'offre...". Selon le député, la bretelle construite à Fontenay le Comte, qui a pour objectif d'éviter Poitiers, constitue aussi un point de friction. "On constate l'aberration dans l'utilisation des investissements. Aujourd'hui, on nous dit que cette ligne coûterait trop cher et qu'il ne faudrait pas l'utiliser...". 

Le médiateur tente de calmer le jeuJean Auroux, ancien ministre des transports sous Mitterrand et nommé médiateur de la SNCF, doit rendre un rapport de concertation à la fin du mois de juin. Présent à La Rochelle ce lundi, son premier objectif était évidemment de rassurer les élus. "C'est un dossier difficile, évidemment, mais la SNCF a pour rôle d'accompagner les territoires qui ont envie de prendre des initiatives, et trouver un équilibre entre les contraintes des uns et des autres. Il n'est pas possible pour un train de rouler sans aucun arrêt, mais il est également inconcevable qu'il s'arrête tous les cinquante kilomètres", a-t-il déclaré, insistant sur la nécessité pour la SNCF de trouver un accord avec les collectivités et de régler les problèmes du temps de voyage, de la capacité des trains, de leur confort et des horaires à afficher. "Notre but n'est pas de tout renégocier ni d'engager des polémiques qui ne serviraient à rien". 

La polémique semble pourtant être déjà là. Le 12 février dernier, le Libournais suspendait à son tour le financement à la LGV Tours-Bordeaux, s'inscrivant dans le mouvement d'une véritable fronde des élus (Angoulème, Cognac... en tout, 34 collectivités locales sur 58 continuent d'engager des crédits sur le projet). Dans un courrier datant de fin janvier, la région Aquitaine, Bordeaux Métropole et le Conseil Général de la Gironde s'inquiétaient du fait que la SNCF veuille proposer un nombre de TGV "inférieur à l'offre actuelle", rappellant, en guise d'avertissement, que leurs investissements cumulés représentaient 560 millions d'euros. Déjà présent la semaine dernière à Angoulème et à Poitiers, Jean Auroux a précisé que "dans un projet aussi grand, il y a forcément des intérêts contradictoires". Reste à savoir jusqu'où pourraient mener les contradictions... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
20889
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 02/03/2015

La demande de TGV directs (sans arrêt) Paris - La Rochelle est ahurissante : La Rochelle est une ville moyenne d'environ 200 000 habitants tout compris ; on sait - il y a eu assez de commissions d'étude là-dessus - qu'une LGV n'est rentable qu'entre de très grandes villes pas trop éloignées et en forte relation humaine (ex : Paris-Lyon).
Il faudrait vraiment remplir les trains pour pouvoir payer les péages demandés par Lisea sur le tronçon Tours-Poitiers... La Rochelle n'a pas le potentiel, sauf peut-être en période estivale.
Et faire circuler des TGV sur ligne classique (entre Poitiers et La Rochelle...) est très coûteux également : sous-utilisation des motrices, qui sont calibrées pour rouler à 300 km/h et pas à 180 km/h.
La SNCF, ni aucun autre opérateur, n'accepteront de payer pour la Rochelle.
Il faut une autre vision : puisque la LGV sera faite, articuler les gares où arrivera le TGV avec le réseau TER, ce qui permettra aussi de développer ce dernier.
Cela suppose une correspondance (un changement de train) à Poitiers ; ce n'est pas l'enfer, quand même !
Et le temps de parcours n'est qu'un des paramètres pour les voyageurs : le choix de l'horaire, donc la fréquence et l'amplitude de la desserte, sont plus importants encore !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !