18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | LGV Tours-Bordeaux : Manuel Valls met en avant l'excellence de la France sur la grande vitesse ferroviaire

02/09/2014 | Ce lundi 1er septembre, le Premier ministre est venu inaugurer le viaduc LGV au-dessus de la Dordogne

Manuel Valls, à l'inauguration du viaduc de la Dordogne

A l'été 2017, Bordeaux sera à 2h05 en train de Paris grâce à la LGV (Ligne à grande vitesse). Avec derrière des perspectives de développement économique pour l'Aquitaine, selon Alain Rousset, le président de la Région. Ce lundi 1er septembre, symboliquement, le Premier ministre, Manuel Valls est venu inaugurer le viaduc de la Dordogne, l'ouvrage le plus important de cet extraordinaire chantier ferroviaire à 8 milliards d'euros. Il en a profité pour rappeler combien la France avait besoin d'investir pour garder son rang de cinquième puissance mondiale.

C'est sous un soleil de plomb que Manuel Valls est venu inaugurer le viaduc de la Dordogne ce lundi 1er septembre sur la commune de Saint-Romain-la-Virvée en Gironde. Il était accompagné du Landais Alain Vidalies, nouveau secrétaire d'Etat aux transports et de nombreux élus locaux, Philippe Madrelle, président du Conseil général de Gironde, Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, Michèle Delaunay, députée et ex-ministre... "C'est le plus grand chantier ferrovaire en Europe", a souligné Alain Rousset en rappelant au Premier ministre qu'il fallait une vraie cohérence dans l'investissement entre LGV et TER. 

Manuel Valls loue les PPPDe son côté, le président de RFF, Jacques Rapoport a précisé que "si le chantier se passait bien, en matière de financement, les choses étaient plus délicates avec actuellement un découvert de trésorerie de 800 millions d'euros...".  Au passage, il a pointé la nécessité de poursuivre les investissements sur les transports du quotidien, notamment le TER. "On constate aujourd'hui les effets de 30 ans de faible investissement sur le réseau à travers les récents accidents dramatiques", a-t-il déclaré. Xavier Huillard, le PDG de Vinci, concessionnaire de la ligne, a, quant à lui, mis en exergue l'intérêt du PPP (Partenariat public-privé) dans ces grands projets. "Nous avons mis deux fois moins de temps pour réaliser ce projet que pour la LGV est-européenne", a-t-il indiqué. Un point de vue partagé, semble-t-il par Manuel Valls : "Ce montage est un bon exemple de ce dont nous sommes capables. La France, pour retrouver de la croissance et donc des emplois doit impérativement relancer l’investissement public comme privé, et notamment dans le secteur des travaux publics et de la construction".

Le Premier ministre voit dans ce chantier la preuve que l'Etat français investit encore beaucoup sur le territoire, 3 milliards d'euros en l'occurence sur la LGV Tours-Bordeaux. "Ce projet illustre l'exemplarité française mondiale en termes de grande vitesse ferroviaire", a mis en avant Manuel Valls. Autre avantage, ce chantier débuté il y a deux ans a mobilisé plus de 8 000 personnes au plus fort de son activité, en 2013. 2 000 personnes ont été recrutées localement. "J’espère que la LGV va se poursuivre vers l’Espagne, ce pourrait être la colonne vertébrale de la nouvelle région qui réunira l’Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin", a lancé Alain Rousset. Manuel Valls s’est réjoui de l’ouverture de l’enquête publique pour les tronçons Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. "Je sais combien les habitants et leurs élus sont mobilisés en faveur de ces extensions. Toulouse sera alors à 3h de Paris, et notre réseau ferré à grande vitesse connecté au réseau espagnol. Et pour tous ceux qui sont attachés à l’Espagne… quelle grande avancée!", a-t-il conclu.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3744
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
MELIN | 03/09/2014

Et qui remboursera ces PPP?

halloy | 04/09/2014

Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! Les habitants et les élus de MP mobilisés ! Les élus pour, mais les habitants CONTRE ! C'est pas parce qu'on a un gars qui musèle les maires qu'il faut croire tout ce qui se dit ! On ne veut pas payer plus d'impôts pour un truc dont nous n'avons que faire ! Et Toulouse à 3h de Paris ! Prenez une calculette, Mr le 1er Ministre ! Pour y arriver, il faut que le train ne s'arrête nulle part ! Poudre aux yeux ! Il n'y a que les benêts pour y croire !

Thierry Merger | 10/09/2014

A quoi aura servi le rapport Duron "Mobilité 21" qui fixait des priorités en matière d'infrastructures de transport ?
La LGV vers Bordeaux-Espagne n'était pas prioritaire, donc repoussée au moins au delà de 2030, et la LGV Bordeaux-Toulouse repêchée de justesse à condition que l'écotaxe puisse la financer...
Le gouvernement n'en tient aucun compte.
Une marque supplémentaire de son manque de sérieux...
Sinon, je remarque la note discordante du président de RFF : pour qu'il mette sur le tapis les problèmes de trésorerie du PPP Tours-Bordeaux, et aussi le problème du sous-investissement sur le réseau non LGV les décennies passées, et ce lors d'une inauguration à grand spectacle, c'est qu'il y a "de l'eau dans le gaz", à mon avis.
Je rappelle aussi que ce PPP Tours-Bordeaux est une opération sans précédent : la voie ainsi construite sera privée, elle ne reviendra à l'Etat qu'au bout de 50 ans ; l'attribution des sillons, l'entretien de la voie, seront logiquement dégagés du monopole de la SNCF ; d'autres opérateurs qu'elle interviendront sans doute pour le trafic voyageurs ; je pense que c'est bien, mais j'aimerais que l'ouverture à la concurrence se fasse aussi dans l'attribution des contrats TER et sur les lignes "Intercités" que la SNCF veut fermer ou néglige.

RECARTE Pierre | 19/09/2014

A quoi a servi le rapport Duron qui fixait les priorités pour les LGV ?
A quoi a servi également le rapport du Sénat de juillet 2014 sur les PPP intitulé « les contrats de partenariat : des bombes à retardement ? »
Ce rapport dresse la liste des effets pervers de cet outil juridique et donne une image catastrophique du recours aux PPP par les collectivités publiques.
La liste des doléances à l’égard des PPP est longue : « infantilisants, effets néfastes pour les générations futures, bombe à retardement budgétaire, éviction des petites et moyennes entreprises… »
Fin 2012, un rapport sur les PPP rédigé par l’Inspection générale des finances pointait déjà de graves défaillances dans leur utilisation.
De tout cela le gouvernement n’en tient pas compte.
Curieux pays qui ne cesse de faire ou de commander des rapports et qui s’empresse de les enfermer dans des placards…
Curieux pays qui ne tient pas compte des avis autorisés de la Cour des comptes qui épingle régulièrement la gestion de nos gouvernants…
Et pendant ce temps nous traînons une crise sans fin et des déficits abyssaux mais personne n’est responsable !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Gilles Savary Politique | 22/10/2017

Interview: Gilles Savary : il n'y a pas que le parlement pour faire de la politique

La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques