Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Limoges Métropole va participer à une société coopérative pour installer des maraîchers

19/04/2021 | Après Pau, Limoges est la deuxième ville néo-aquitaine à rejoindre le dispositif de La Ceinture Verte pour renforcer sa ceinture maraîchère

L’espace test mis en place à Verneuil-sur-Vienne pour mettre le pied à l’étrier à des maraîchers.

Avec son deuxième plan alimentaire territorial, la communauté urbaine Limoges Métropole compte favoriser l'installation de maraîchers sur son territoire afin de créer une filière en circuits courts. Pour insuffler cette dynamique, elle ambitionne de participer à la création d'une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). La première réunion publique, organisée le 8 avril, a jeté les bases de cette structure qui pourrait voir le jour en juin.

La communauté urbaine Limoges Métropole s'est engagée depuis 2014 dans un projet de renforcement de sa ceinture maraîchère péri-urbaine et d’accompagnement des producteurs locaux avec le développement de débouchés locaux, prioritairement en restauration collective. En novembre 2017, un premier plan alimentaire territorial a été lancé en collaboration avec plusieurs partenaires. Un second sera voté à la fin du semestre pour une durée de deux ans.

La crise sanitaire et les confinements successifs ont montré l'intérêt grandissant des habitants pour l'approvisionnement en produits frais et de qualité en circuits courts. Ce constat, renforcé par les obligations de la Loi Egalim, plaide en faveur de la relocalisation alimentaire au plus près des consommateurs. Pour relever ce challenge, Limoges Métropole compte participer à la création d'une société coopérative d'intérêt collectif qui favorisera l'installation de maraîchers et répondra ainsi aux besoins d’augmentation des volumes de production légumière et fruitière sur le territoire. L'établissement public a choisi de s'associer avec le groupe coopératif Ceinture Verte avec l'objectif de fonder une SCIC par actions simplifiées à capital variable. Ce modèle économique innovant, mis en place depuis quelques mois par les agglomérations de Pau et Valence, permettra de faciliter l'accès au foncier aux porteurs de projet tout en sécurisant les approvisionnements en produits maraîchers frais. La demande étant aujourd'hui supérieure à l'offre, les consommateurs pourront dans quelques mois se fournir en circuits courts. La réunion publique du 8 avril a permis de présenter le projet de SCIC en invitant habitants du territoire, partenaires et professionnels du secteur.

Un engagement de 150 000 € dans la SCIC

Lors du prochain conseil communautaire de Limoges Métropole, une participation de 150 000 € à la création de la SCIC sera soumise au vote. "La SCIC amène de l'agilité face à la complexité et la lourdeur administrative de la communauté urbaine, assure Bernard Thalamy, 1er vice-président de Limoges Métropole en charge des circuits courts, par exemple pour mettre en place un réseau d'irrigation, il faut passer par les marchés publics ce qui va retarder de six à huit mois. Nous avons choisi de nous appuyer sur la Ceinture verte qui propose un modèle avec deux hectares par maraîcher, 2 000 m² de serres, un système d'irrigation, un local pour stocker le matériel et un accompagnement sous forme de tutorat. L'objectif est d'installer dix maraîchers par an sur le territoire et au-delà car des terrains sont peut-être disponibles hors communauté urbaine tandis que les consommateurs sont plutôt dans la communauté urbaine. Il ne faut pas se créer de frontières." Dans le cadre du plan alimentaire territorial, Limoges Métropole travaille déjà en synergie avec la Communauté de communes Elan autour d'Ambazac, ce qui offre des opportunités d'installation sur ce secteur.

Le statut spécifique de la SCIC permet à des collectivités, communes, entreprises, particuliers et institutionnels d'abonder au capital pour être adhérent. Les maraîchers deviennent automatiquement adhérents. Les membres fondateurs qui abonderont fortement au capital de la société, à l'instar de Limoges Métropole, en détiendront 50% avec un pouvoir de décision plus important.

 L’espace test mis en place à Verneuil-sur-Vienne pour mettre le pied à l’étrier à des maraîchers.

 

La commune d'Aureil, la plus petite de Limoges Métropole, va montrer l'exemple en votant un budget de 3 000 € pour adhérer à la SCIC et favoriser l'installation de trois maraîchers. Son maire Bernard Thalamy a déjà trouvé le terrain. S'il n'a pas encore les candidats à l'installation, il reste confiant. "Chaque chose en son temps mais nous pouvons compter sur les maraîchers qui sortiront de l'espace test de Verneuil-sur-Vienne après leur engagement de trois ans et la SCIC se chargera ensuite de les recruter." Par ailleurs, dix-huit personnes préparent cette année un brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole au lycée agricole des Vaseix tandis que quarante avait candidaté à cette formation. "Il y a donc un vivier à capter sachant qu'à peine la moitié s'installe à cause des problèmes qu'ils vont rencontrer constate Elodie Blanchard chargée de mission ceinture maraîchère et circuits locaux, nous pouvons les capter soit à travers l'espace test à l'issue de leur formation, soit directement dans la SCIC s'ils sont prêts à s'installer." Les débouchés semblent assurés face à la demande croissante des consommateurs suite à la crise sanitaire, demande qui devrait se confirmer de manière durable. "Il n'y aura pas de problème pour les débouchés et aucune concurrence entre maraîchers estime Bernard Thalamy, nous avons déjà évoqué l'idée de faire des coopérations avec de la pré-transformation de produits par exemple."

Pour installer dix maraîchers par an, vingt hectares seront à trouver. Les premiers repérages de foncier disponible se sont révélés positifs avec de bonnes pistes à Bonnac-la-Côte, Le Palais, Aureil et Panazol. Un appel est lancé sur d'autres communes.

L'exemple à suivre de Pau et Valence

Depuis sa création voilà un an, deux sociétés coopératives ont été créées par les agglomérations de Pau et Valence qui ont chacune permis l'installation de quatre maraîchers avec une prévision de cinquante à Valence en cinq ans et une ambition de cent à Pau. "A Limoges, on devrait débuter avec cinq personnes la première année pour arriver à un rythme de quinze par an explique Pierre Pezziardi, cofondateur de la Ceinture Verte. Dans le maraîchage, il faut investir 100 000 € sinon on n'est pas agriculteur, on bricole. Cela nécessite de construire des serres et un réseau d'irrigation. La SCIC va emprunter 100 000 € et ce n'est pas un petit porteur de projet, hors cadre familial, très peu crédible qui fera la démarche. Les cotisations du maraîcher permettront de rembourser ce crédit." L'agglomération de Pau a investi 100 000 € et avec la mise de fond d'investisseurs solidaires et d'habitants, ces derniers détenant 40% du capital. La SCIC a été lancée avec 350 000 € de fonds propres dont l'apport de communes et autres partenaires (chambres d'agriculture, lycée agricole...). Chaque commune qui entre au capital est invitée à verser un euro par habitant. "Avec un capital de 400 000 €, l'effet levier est multiplié par cinq ce qui permet d'emprunter deux millions et de financer déjà une vingtaine d'exploitations sachant que la SCIC est à capital variable" précise-t-il.

Les investissements nécessaires à l'installation rebutent les candidats les plus déterminés alors que beaucoup seraient prêts à s'installer. Il faut savoir qu'à Limoges 90% de la consommation de légumes provient de l'expédition, seulement 10% de la production est locale. "Pour relocaliser 10% de cette production, cela représenterait 150 fermes de 2 ha calcule-t-il. On sait que 50% des exploitants vont partir à la retraite dans les prochaines années, du foncier va se libérer mais les fermes sont énormes et inabordables pour de nouveaux entrants. Nous essayons d'être une porte d'entrée dans le secteur pour de nouvelles têtes." L'assemblée constitutive de la SCIC pourrait avoir lieu en juin avec l'arrivée du premier maraîcher en septembre. Pour tenir ce calendrier, le recrutement du futur directeur ou directrice de la société coopérative est lancé avec un préalable, être bien implanté localement.

Quant aux maraîchers, ils seront accompagnés pour qu'ils parviennent rapidement à un chiffre d'affaires de 40 000 € leur permettant de se dégager un SMIC. "Ce n'est qu'un premier pallier, nous ne faisons pas de promesses, assure Pierre Pezziardi, nous travaillons par étapes. Certains arrivent à dégager 100 000 € de revenus et font travailler deux ou trois personnes".


Lire aussi
: Installation agricole et circuits courts : la Ceinture verte de Pau se concrétise

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Limoges Métropole

Partager sur Facebook
Vu par vous
8686
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !