Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Luc Pabeuf, président du CESER d'Aquitaine: des voeux en manière de quadruple A

07/01/2012 |

Luc Pabeuf, président du CESER d'Aquitaine

C'est devenu une tradition en Aquitaine dans les premiers jours de janvier. La cérémonie des voeux dans l'enceinte du Conseil régional, selon un usage convenu avec Alain Rousset, débute invariablement par le propos de Luc Paboeuf le président du Conseil Economique Social et Environnemental Régional. Une manière d'illustrer, non seulement la proximité des deux assemblées dans l'enceinte du Conseil régional, mais aussi la volonté que le cénacle de la société civile, des socio-professionnels, le CESER soit à côté des élus le lieu où sont débattues les questions d'intérêt régional. Et, dans cet exercice toujours un peu formel des voeux aux Corps Constitués, Luc Paboeuf excelle par le souci qu'il manifeste de leur offrir le fruit d'une réflexion profonde, un texte ciselé qui mérite plus que d'être écouté: une vraie lecture... Nous la proposons aux lecteurs d'Aqui! comme une invitation à la lucidité d'un homme qui illustre parfaitement le beau mot d'humanisme.

"Pour des esprits rationnels tels que les nôtres, la persistance de l'usage des vœux peut sembler anachronique. En effet, nous savons bien qu'aucune incantation n'est de nature à concrétiser un objectif, quel qu'il soit. Et l'objectif du bonheur n'échappe pas à cette règle. Satisfaire notre quête du bonheur ne tient pas du miracle, mais de l'effort entrepris pour le réaliser.

Alors, puisque nous savons bien qu'il ne suffit pas de souhaiter une année heureuse pour l'obtenir, à quoi bon perpétuer un tel usage s'il est totalement dépourvu d'effet ? Un usage qui fait figure de véritable rite répété chaque année aux premiers jours de janvier. Bien sûr, après les discours, il y a le buffet, et nous savons bien, surtout ici en Aquitaine, que la table, qui fut récemment à l'ordre du jour des travaux du CESER, pourrait justifier à elle seule un tel rendez-vous...

Mais je persiste à penser que le buffet ne constitue pas le seul intérêt d'une telle cérémonie. Je considère que former des vœux n'est pas tout à fait vain. Ou plus exactement, adresser ses vœux n'est pas tout à fait vain. Car en réalité, s'ils ont un sens, c'est uniquement parce qu'ils s'adressent aux autres.

Souhaiter du bonheur à autrui...
L'intérêt des vœux ne réside pas dans le fait de souhaiter que l'année soit heureuse dans la mesure où chacun espère bien qu'il en soit ainsi au moins pour lui-même. L'intérêt des vœux réside bien davantage dans l'intention qu'ils expriment à l'égard d'autrui. En l'occurrence, en adressant à autrui le souhait de son bonheur, c'est bien sa liberté de sujet que nous lui reconnaissons. Le bonheur est un état subjectif que personne ne peut décréter en lieu et place de celui qui en fait l'expérience. Il y a dans cette expérience une part d'indicible et le bonheur auquel chacun aspire lui est propre et demeure incommensurable avec le bonheur des autres. Souhaiter du bonheur à autrui, comme nous le faisons au moment des vœux, c'est donc reconnaître à l'autre toute la liberté nécessaire à sa quête du bonheur, liberté sans laquelle l'accès au bonheur lui serait tout simplement impossible.

Ainsi, pour que mon souhait de bonne et heureuse année que j'adresse à autrui soit sincère, il me faut faire mienne cette autre exigence, son corollaire : la reconnaissance de la liberté de l'autre. « Je veux que ta liberté soit », disait Paul Ricœur. Mais une liberté qui n'est pas absolue au point de menacer la mienne. Il s'agit, précise le philosophe, de « faire advenir la liberté de l'autre comme semblable à la mienne ». C'est cette intention éthique qui fonde la morale d'une société laïque. Ainsi, c'est bien la référence à des valeurs communes, des principes et des normes contenus dans les institutions, qui rend possible le compromis entre des désirs individuels de liberté potentiellement contradictoires.

C'est pourquoi il me semble qu'une cérémonie des vœux organisée au sein d'une institution telle que la nôtre peut avoir du sens et ne pas être tout à fait vaine. Souhaiter sincèrement du bonheur à tous les Aquitains lorsque l'on est en charge d'une responsabilité publique régionale, c'est une manière de réaffirmer une conception du politique qui demeure avant tout guidée par cette intention éthique que je viens d'évoquer. C'est-à-dire une conception du politique qui ancre l'intérêt général dans la prise en compte de l'intérêt de chacun. Ce qui ne signifie pas que tous les intérêts puissent être également satisfaits par les décisions politiques. Mais que tous sont entendus.

L'esprit même de la démocratie
Cette attention portée à chacun doit être l'esprit même de la démocratie. Celle-ci ne peut être réduite au seul moment du vote et à la constitution d'une majorité à laquelle reviendrait, de façon exclusive, la légitimité à déterminer le contenu de l'action publique. L'esprit de la démocratie, c'est la délibération. C'est la reconnaissance de la légitimité de tout individu à prendre part à la définition du bien commun et à la construction de l'édifice républicain, en vertu de la liberté fondamentale qui lui est reconnue. C'est la conscience que l'intérêt général ne procède pas de l'application aveugle de lois définies par quelques-uns, fussent-ils des experts, mais au contraire d'une construction collective.

Bien sûr, dans cette construction, tous n'ont pas les mêmes atouts. Les atouts de chacun dépendent de son capital social, culturel et économique qui détermine à la fois son pouvoir d'intervention et la pertinence de ses points de vue. Il y a donc un risque en démocratie : que le point de vue qui s'impose, en raison du pouvoir d'intervention de ceux qui l'expriment, ne soit pas le plus pertinent ! Mais ce risque est limité par le fait même que, dans une démocratie, tout point de vue politique doit pouvoir être réfuté, et toute décision qui en découle doit pouvoir être contestée. C'est pour cette raison qu'une véritable démocratie n'est réalisable qu'à la condition que soient assurées au plus grand nombre une éducation de haut niveau, la liberté et la pluralité de la presse nécessaire au débat d'idées, des conditions d'existence matérielle décentes et une transparence des décisions politiques qui permette à chacun d'en apprécier la pertinence.

La responsabilité des institutions
Certes, dans la pratique, la responsabilité de décider est souvent confiée, au terme d'une élection, à un élu. Mais un élu avisé sait bien qu'une décision sera d'autant plus acceptée, partagée, qu'elle aura été précédée de consultations, de discussions, voire de concertations qui auront nourri la délibération finale. Et de ce point de vue, les Régions, dotées aux côtés de l'assemblée élue, d'une assemblée consultative, incarnent cette conception délibérative de la démocratie moderne qui implique la société civile organisée.

Vous le voyez, vous souhaiter sincèrement du bonheur, ce n'est pas une parole en l'air : c'est implicitement formuler un certain nombre d'exigences qui appellent la responsabilité de chacun et plus encore celle des institutions !

En ces temps de crise qui plongent nombre de nos concitoyens dans les difficultés matérielles et le désarroi, il s'agit plus que jamais d'ouvrir des perspectives qui permettent à chacun d'espérer avec raison des jours meilleurs. Plus que jamais de telles perspectives passent par le dialogue, par le débat nécessaire à la définition de la société dans laquelle nous souhaitons vivre ensemble afin que celle-ci n'oublie personne. Plus que jamais, la question politique requiert donc cette intention éthique qui accorde à autrui, c'est à dire à la prise en compte de la diversité humaine dans toute sa réalité sensible, cette importance primordiale. Comme le dit Ricœur dans le sillage d'Emmanuel Lévinas : « le visage de l'autre me requiert ; il me demande de l'aimer comme moi-même ».

Face à la crise globale que connaissent nos sociétés, crise à la fois économique, sociale et morale, cette sensibilité à l'autre, à ses souffrances, à son humanité, doit plus que jamais éclairer la décision politique. Cette sensibilité se nourrit du dialogue, de la rencontre, de l'écoute, du débat. « Avec le dialogue », nous dit Hannah Arendt, « se manifeste l'importance politique de l'amitié, et de son humanité propre ». Plus que d'injonctions prononcées par des experts dont la pertinence, au vu de leurs erreurs passées, apparaît bien discutable, c'est de débat démocratique dont nous avons besoin. Aucune urgence ne saurait justifier que les peuples soient tenus à l'écart de décisions qui les concernent au premier chef, et je trouve à cet égard choquant que le débat politique puisse être placé sous la surveillance des agences de notations. Je trouve choquant que le pouvoir d'arbitrer les politiques soit ainsi transféré du citoyen à des acteurs privés du monde de la finance, confisquant ainsi, insidieusement et sans l'avouer, la démocratie.

Comment rendre possible une politique soucieuse de chaque être humain, du territoire où il vit, de son bien-être durable, et donc soucieuse du bonheur de chacun, si nous n'interrogeons pas les effets pervers de la prise de pouvoir sur nos vies que constitue la financiarisation de l'économie et la concentration des pouvoirs à laquelle celle-ci aboutit ?

Un risque systémique redoutable
Selon une étude récente réalisée par trois chercheurs de l'école polytechnique de Zurich, 147 firmes, dont les trois quarts appartiennent au secteur financier, détiennent 40% des 43 000 entreprises multinationales de la planète. Et l'encours des actifs confiés aux vingt plus grands gestionnaires de fonds dépassait, à la fin 2010, 26 300 milliards de dollars (soit un peu plus de 20 000 milliards d'euros...).

Une telle concentration confronte nos économies à un risque systémique redoutable et doit inquiéter au pays de Montesquieu qui nous a enseigné la séparation des pouvoirs comme condition nécessaire à la préservation de la liberté.

Au moment de vous souhaiter à tous une bonne année, en ma qualité de Président d'une assemblée au service du dialogue entre acteurs de la société civile, il me semblait nécessaire de rappeler ces limites auxquelles se trouve aujourd'hui confrontée l'ambition démocratique et l'intention éthique qui nous anime.

J'aurais pu me contenter d'évoquer nos travaux en cours, consacrés aux enjeux énergétiques en Aquitaine et à la filière industrielle de production d'énergie, ou à la question de l'(in)égalité professionnelle hommes-femmes, ou encore me limiter à annoncer les études à paraître, comme celles sur les espaces ruraux en Aquitaine, ou celles à venir, comme celle sur les risques naturels dans notre région. J'aurai pu aussi mentionner notre pleine mobilisation pour l'élaboration, dans le cadre de l'Union européenne, d'une stratégie maritime atlantique au service de nos territoires. Mais il m'a semblé nécessaire de rappeler que ce dialogue que nous nourrissons avec enthousiasme et conviction au service de l'Aquitaine peut vite apparaître vain s'il n'est pas possible de débattre à toutes les échelles de notre citoyenneté. Du local au mondial, la concrétisation de notre espérance de bonheur appelle à chaque étage une gouvernance démocratique nourrie de dialogue et d'attention à l'autre.

Aussi, pour atteindre cet objectif en 2012, ma recette tient non pas en un triple A mais en 4 : de l'Audace et de l'Amour, des Autres... et de l'Aquitaine."

Partager sur Facebook
Vu par vous
357
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !