Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Manuel Valls aime « l’odeur de la poudre » à Pau

19/03/2014 | Venu à titre personnel soutenir David Habib, mardi soir en Béarn, le ministre de l’Intérieur a invité les militants de gauche à ne pas se laisser influencer par les sondages

Manuel Valls, mardi soir, aux côtés de David Habib et André Duchateau

« Rien n’est joué. Ne vous laissez pas impressionner par les sondages. Croyez d’abord dans la force de votre projet, de vos convictions ». Le ministre de l’Intérieur, s’est rendu « en ami » mardi à Pau, afin d’apporter son soutien à David Habib, candidat socialiste à la mairie. Manuel Valls a saisi l’occasion pour inviter les Palois à agir « non pas au service d’un homme, d’une seule ambition, mais au service d’un territoire et de ses habitants ». D’autres propos, plus virulents, l’avaient précédé. Les oreilles de François Bayrou ont dû siffler pendant toute la soirée.

Le matin même, un nouveau sondage avait en effet placé le candidat du Modem en tête du premier comme du second tour des municipales. Le ton a donc été donné d’emblée. François Bayrou, accusé de démagogie et d’ambitions personnelles, s’est vu opposer l’image d’un concurrent « efficace », ayant fait ses preuves sur le terrain en tant que député-maire de Mourenx. Mais également celle d’un candidat socialiste passionné par une ville où le très emblématique André Labarrère, maire pendant plus de trente ans, voyait en lui son successeur.

« Pau a besoin d’un vrai maire, pas d’un acteur » Dans un Palais Beaumont où plus d’un millier de personnes avaient pris place, et que l’on avait choisi parce que le parc des expositions était occupé par un salon professionnel, les premiers tirs d’artillerie lourde ont été déclenchés par André Duchateau,  adjoint au maire sortant et colistier de David Habib.

Dénonçant le programme « évanescent et vaporeux » de la tête de liste Modem, tout comme sa mauvaise compréhension des dossiers locaux,  celui-ci a estimé que « Pau n’a pas besoin d’un acteur qui joue un rôle de maire. Elle a besoin d’un vrai maire ». Un élu qui, explique-t-il, prenne à bras le corps les sujets liés à l’économie, à l’innovation et à l’emploi, place la politique en faveur de l’enfance parmi ses priorités, soit proche des gens,  et s’engage clairement  sur les grands dossiers d’infrastructures, telle la LGV, là où son concurrent ne fait que les survoler. « Pensez-vous que seule la bobine de François Bayrou va régler tous vos problèmes ? » a-t-il lancé, conscient qu’une bataille d’image est aussi en train de se jouer sur le terrain. « Le souci de dire la vérité »  « Nous sommes prêts à gérer la ville. Nous avons une belle liste, qui lui ressemble, un beau projet. Je ne regrette rien de ces six mois de campagne » a pour sa part confié David Habib après avoir accueilli un Manuel Valls qui, comme lui, a été délégué national des jeunes socialistes, connait de près la fonction de maire, et avec lequel il est entré à l’Assemblée nationale en 2002.

Les contacts ayant amené son équipe à aller jusqu'à présent à la rencontre des deux tiers des foyers palois lui ont permis, explique-t-il, de dépasser son « tropisme du développement économique », et de prendre également  en compte « les attentes réelles des habitants en matière de piétonisation et d’organisation de l’espace. »

Le souci de « dire la vérité » dans le chiffrage des projets a de même prévalu, poursuit-il, avant de revenir sur le  programme de « Pau le mouvement ». Tant sur le plan social, culturel, économique, qu’en matière d’éducation, de sécurité ou de déplacements. Autant de sujets qui l’amènent à critiquer l’aspect  « irréaliste », des propositions de François Bayrou. « Il veut baisser la fiscalité d’un point par an. Cela représente 12 millions d’euros. C’est exactement le coût des halles. C’est impossible !  »

Dans la foulée, David Habib a ironisé sur la géométrie variable des positions adoptée par le candidat Modem qui, après avoir préconisé un  « tram-bus » en 2008, s’est opposé au bus-tram en 2014.  Même constat pour ses engagements politiques. « Un coup à droite, un coup à gauche. Il a deux plaques d’immatriculation. A chaque élection, il change d’amis. » Le coup de grâce a été  porté avec l’énumération des présences de François Bayrou aux séances du conseil municipal : «  2008, huit  sur neuf. 2009, trois sur huit. 2010, trois sur neuf. 2011, deux sur douze. 2012, deux sur huit. 2013, neuf sur neuf. Les élections approchaient. Félicitations, monsieur Bayrou ! »

« Il reste dix jours pour choisir entre deux visions, deux projets, deux personnalités » a conclu le candidat socialiste.  Dans cette perspective, celui-ci a annoncé son intention de tendre  la main dès dimanche soir au Front de gauche et aux Verts, «  pour  faire une liste unique de la gauche ».

« L’homme de la situation »  « David Habib est l’homme qu’il faut pour cette ville » a pour sa part affirmé Manuel Valls, en saluant le travail accompli pendant six ans par l’équipe sortante.  Les sondages peu favorables au candidat socialiste ? « J’aime ces campagnes où il y a l’odeur de la poudre » a lancé le poids lourd du gouvernement. Pour inviter, au contraire, ses hôtes à être fiers « des valeurs de progrès, de tolérance et de justice sociale » auxquelles ils croient.

Face à « une France qui doute d’elle-même »,  la nécessité d’expliquer inlassablement les mesures adoptées par le gouvernement a de même été soulignée : de la contribution demandée aux plus riches aux emplois d’avenir ou encore aux postes retrouvés dans l’Education nationale, pour ne citer que quelques exemples.

 Dans le même esprit, les atouts dont dispose la capitale du Béarn doivent être mis en valeur, estime le ministre. « Pau n’a pas besoin de modèle.  Il y avait parait-il un duc à Bordeaux. Ici, il n’y a pas besoin d’un comte, mais d’un maire républicain. »

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5750
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !