14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Marcel Desvergne: Le politique doit plonger dans le bain du numérique

08/10/2007 |

Marcel Desvergne

Margaux III: Les Entretiens des Civilisations numériques ont été tournés, trois jours durant (5-6-7 octobre), vers des horizons qui seront de moins en moins chimériques. Ecrire le futur et en parler entre et avec les meilleurs experts au monde. Tel est le défi qu'AEC, Aquitaine Europe Communication, s'est fixé cette année. Son président Marcel Desvergne nous dit pourquoi.


Aqui : Après Margaux 2005 et 2006le cru 2007, si l’on en croit le programme des « Entretiens des Civilisations Numériques » avait l'ambition de franchir une nouvelle étapeavec cet intitulé: « Vouloir le futur numérique : visions et propositions ». Est-ce que cela implique l’idée de choix alternatifs ?

Marcel Desvergne : Pour éviter que nous ne parlions que de technique , de virtuel, d’immatériel, sans prendreen compte les réalités quotidiennes, nous avons intégré des questions sensibles perçues, en 2007, comme incontournables : l’environnement, le climat , les ressources naturelles. Nous aurions pu privilégier les flux migratoires, le vieillissement des populations ou la recherche d’identité.
Quatre scénarios : L’écroulement, l’impérialisme, les nouvelles lumières, les cent mille fleurs proposent des approches suivant nos disponibilitésà nous adapter et à dépasser ou non les nouvelles contraintes planétaires, à intégrer ou non les limites des ressources et les capacités de l’imaginaire et à nous organiserau nom de la raison ou au nomdu marché. Bien sûr nous aimerions « choisir » entre ces quatre futurs plausibles. De fait nous préférons travailler sur l’ensemble des possibilités. Au lieu de faire des paris à 20 ans, ce qui est toujours aléatoire, nous préférons balayer l’ensemble des propositions pour en déduire d’abord 12 grands défis puis 7 actions essentielles à la maîtrise de notre avenir. Cette démarche privilégie une approche transversale de la société.


@! : Ce rendez vous quand on considère la qualité et l’origine des experts veut avoir une dimension résolument mondiale…

M.D. : Nous savons bien que notre environnement immédiat nous rassure car tradition, culture, famille nous permettent d’exister à coté de l’autre, de l’inconnu, del’étranger. Mais par essence, les technologies d’informations et de communication, un des symptômes de la mondialisation, fait éclater nos communautés établies.Les satellites, les câbles intercontinentaux, les systèmes numériques sont « hors » territoires. Ces autoroutes de l’information, comme nous disions il y a déjà 15 ans, traversent nos pays, nos nations, nos référents stables de notre grande Histoire et de nos petites affaires. Ecouter un chinois parler de progrès comme moyen de grandir, de s’imposer, de se développer bouscule ceux qui pensent que le progrès n’est plus l’élément moteur de l’autonomie et de « l’ascenseur social ».Débattre avec un japonais qui intègre les robots à son service, parce cela ne remets pas en cause son existence, déstabilise ceux qui nient la technologie en faveur de l’intérêt général. Echanger avec un anglais qui utilise les caméras comme moyen de réguler la violencetrouble l’assurance de ceux qui placent la liberté individuelle au sommet des valeurs.
Nous avons découvert, depuis 2005, première année des Entretiens des Civilisations numériques, la complexité des comportements face à un système numérique mondial qui lui fonctionne avec les mêmes normes, les mêmes terminaux et les mêmes logiciels porteurs de valeurs.
Vivre et exister au pays, slogan bien ancien, peut être toujours repris s’il intègre les réalités mondiales d’un cybermonde en développement.


@! :
Comment faire prendre en compte par le politique l’importance de ces travaux ?

M.D. : Difficileréponse à unequestion essentielle. Toute société a besoin de vision, de valeurs, de projets etde régulation. La matrice numérique modèle des relations, des échanges, des productions, des contenus, des services souvent issus de la sphère marchande. Au bon sens du mot.
Le numérique par ses terminaux et les programmes qu’il engendre touche chacun d’entre nous.
Ceux qui liront sur Aqui.fr ces propos en font la démonstration. Les techniques numériques créent de la valeur, du travail tout en changeant les emplois. L’économie numérique, immatérielle bouscule les équilibres que nous connaissons. Le politique n’est pas générateur de cette révolution en marche. Il subit plus qu’il ne crée la situation. Il lui faut donc comprendre les enjeux, faire confiance aux changements et être attentif à accompagner les évolutions. Il lui faut plonger sans états d’âme dans le bain du numérique, en accepter sa cultureet ne jamais oublier l’intérêt général. Il doit donc être agent préoccupéà réguler le marché en marche en donnant les moyens à ceux qui sont les oubliés des civilisations numériques d’en être pas écartés.
Le politique est aussi un formateur, un pédagogue, un visionnaire qui accepte d’anticiper, tout en assumant la gestion du quotidien.

Propos recueillis par Joêl Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
353
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !