Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Même en politique la Côte basque aime créer l'évènement

30/03/2014 | A Anglet, Claude Olive (UMP) transforme son essai A Bayonne, Etcheto, échoue pour 26 voix. A Biarritz, Veunac réussit son impossible pari facà l'UMP

Claude Olive élu à Anglet

Rarement l'ex District Bayonne-Anglet-Biarritz n'avait laissé entrevoir une telle incertitude sur l'issue de ces élections municipales. Habitué qu'il était depuis une vingtaine d'années à renouveler de manière automatique ses caciques, les Grenet à Bayonne et Borotra à Biarritz. Une machine conservatrice parfaitement huilée qu'était, malgré tout, venu gripper le socialiste Jean Espilondo en 2008 à Anglet. Les dés sont jetés, ce dimanche soir 30 mars, avec un Michel Veunac qui a emporté son impossible pari. Une gauche à Bayonne qui a manqué de peu son abordage et un Olive qui a confirmé son essai à Anglet.

Henri Etcheto à Bayonne au premier tour avait pointé le nez au pays des Grenet, avec 35,26% incitant Jean-René Etchegaray (29,98%)  UMP-UDI et une Sylvie Durruty en disgrâce de l'UMP (14%) à s'associer. Le mariage (de raison) l'emportant, le tandem revenu à la case départ faisait liste commune. En revanche, coup de pied de l'âne, dans la semaine,  l'abertzale dit de gauche Idiart (10,30%) faisait liste commune avec le Front de gauche de Nogues. Et pourtant hier, Henri Etcheto, seul contre tous,  a manqué de combler son retard pour...26 voix. "J'ai été d'une certaine manière victime d'une trahison" commentait-il avec amertume.
A Anglet, Olive transforme l'essaiEtrange scénario à Anglet où le maire sortant Jean Espilondo, à la suprise générale, se retrouvait dans la situation de Robert Villenave en 2008 à 8 points de Claude Olive (36,45% contre 44,60%) investi par l'UMP, l'UDI et le Modem. Un deuxième tour a priori largement favorable à Claude Olive dans la mesure où  Jean-Baptiste Mortalena (9,88%), centriste, investi par lui même, et qui avait d'une certaine manière favorisé l'élection d'Espilondo lundi après-midi s'enfermait dans le silence et ne donnait aucune consigne de vote. Claude Olive président d'un bureau de vote d'un quartier qui lui a été très largement favorable au premier tour restait discret ce matin. Or, dans la soirée, avec un gain de 3% de participation (66,45%) l'UMP recueillait 57,91% contre 42,09% à Jean Espilondo. Contrairement à l'ensemble du Pays basque, il aura été celui qui a payé de la manière la plus cash le mécontentement contre la politique du gouvernement.
Michel Veunac élu à Biarritz
A Biarritz, Michel Veunac renverse la table de l'UMPA Biarritz, ce sont surtout les alliances de lendemain de premier tour qui ont fait le buzz et éveillé quelques colères: Un Max UMP Brisson arrivé en tête (23,36%) qui se met en ménage avec le centriste Benoît-Saint Cricq 14,08%) qui n'a cessé de vilipender le premier adjoint de Didier Borotra pendant la dernière mandature, associé à un Richard Tardits (10,69%) en troisième larron qui tapait à bras raccourci contre le dit Benoît. L'homme du rassemblement, MIchel Veunac, autre adjoint de Borotra, avait préparé un autre cocktail: Guy Lafite, le PRG et le docteur surfeur Guillaume Barucq qui était parvenu à faire monter son thermomètre à 7,65%. A l'issue d'une âpre bataille où les deux adversaires étaient au coude à coude, et dans les derniers quatre bureaux de la station balnéaire, Michel Veunac, avec 51,64% est parvenu à remporter le jackpot face à Max Brisson, 48,36%. En proclamant les résultats, le maire sortant Didier Borotra buvait du petit lait tandis que son champion versait quelques larmes. Il ne pouvait rêver meilleure sortie que d'adouber celui pour lequel il avait le plus d'affection.
Enfin, à Boucau, Marie-José Espiaube, maire sortante passée du PC au Front de gauche, qui n'est pas parvenue à s'entendre avec le PS Christophe Marin, laisse sa place à un divers gauche, Françis Gonzales qui remporte l'élection quadrangulaire, 48,28% à 26,77%le candidat de droite parvenant à rallier seulement 10% des suffrages.
Moralité: la révolution de l'Agglomération Côte Basque Adour n'est pas encore pour demain.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2029
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !